Navigation – Plan du site

François Dosse, Histoire du structuralisme. Tome 2 : Le chant du cygne, de 1967 à nos jours

François-Ronan Dubois
Histoire du structuralisme
François Dosse, Histoire du structuralisme. Tome 2, le chant du cygne 1967 à nos jours, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2012, 550 p., ISBN : 978-2-7071-7461-1.
Haut de page

Texte intégral

1Histoire du structuralisme ou pièce à ajouter à l’histoire du structuralisme, le statut de l’ouvrage de François Dosse est difficile à déterminer. Le partage est d’autant plus délicat que le second tome de cette étude monumentale couvre une période dont la fin se confond avec l’époque contemporaine de l’écriture ; dans les derniers chapitres, l’historien se fait analyste du présent. Ses engagements alors exprimés clairement jettent un éclairage nouveau sur les multiples jugements portés au cours de l’ouvrage et le lecteur en vient à s’interroger sur le statut de l’ensemble du travail et sur sa place dans un nuancier qui irait du manifeste théorique a posteriori au texte historiographique. Si le livre de François Dosse se présente comme un document, c’est encore parce que la réédition donne à son titre originel un aspect bien trompeur. En effet, en dehors de la très brève postface inédite de l’auteur, l’ouvrage s’arrête au début des années 1990, c’est-à-dire à la date de sa première parution. Ni les sources ni l’appareil critique ne couvrent les deux décennies qui se sont depuis écoulées et la postface n’est pas non plus d’une grande aide, qui se contente de répondre aux objections soulevées contre l’ouvrage au moment de sa parution.

2Ces premières difficultés sont déjà sérieuses ; il s’en ajoute d’autres qui peuvent dissuader certains lecteurs, selon ce qu’ils estiment qu’un ouvrage d’historiographie doit fournir. Pour étayer son propos, François Dosse se sert de trois sources : des entretiens, les ouvrages parus pendant la période et, ponctuellement, des articles de presse. Sur la méthode qui a présidé aux entretiens, la nature des questions, leur caractère ou non directif, les raisons qui guident le choix de telle ou telle personne, l’autorité qui lui est supposée lorsqu’elle est citée à l’appui d’une démonstration ou comme complément documentaire, ce second volume de l’Histoire du structuralisme ne dit absolument rien, de sorte que pour le lecteur qui arrive vingt ans après la bataille, pour le lecteur de 2012, le texte se présente parfois comme un roman à clefs, dont certains personnages sont encore connus mais dont d’autres sont tombés dans le plus complet oubli.

3A côté de ces sources, il est difficile de ne pas noter de grands absents. Aucun autre ouvrage historiographique ne vient soutenir le propos de l’auteur. Ce phénomène est symptomatique d’un désintérêt à peu près total pour le contexte politique, social et institutionnel ainsi que pour les aléas de l’histoire événementielle. Si, autour des chapitres consacrées à la fondation de Paris 8-Vincennes et, beaucoup plus tard, aux décès de Barthes, Lacan et Althusser, François Dosse accorde quelques mots à ce qui s’est passé, l’essentiel de l’ouvrage est constitué d’analyses de ce qui s’est écrit, guidées par une position théorique forte, mais jamais clairement formulée : que la cohérence des théories l’emporte toujours sur la logique des institutions. Du structuralisme en tant que phénomène social, des conditions de son existence, de sa diffusion et de sa régression, le lecteur n’aura pas de tableau clair.

4En revanche, il pourra acquérir, au prix d’une lecture attentive, une connaissance détaillée et précise des idées et des ajustements qu’elles ont subis au fil des décennies. Les qualités les plus remarquables de l’ouvrage de François Dosse sont indubitablement l’abondance, la clarté et la concision des présentations consacrées aux œuvres majeures ou secondaires des diverses disciplines impliquées dans le champ. Si la concision exigera probablement du lecteur néophyte qu’il se procure un complètement d’information, elle n’entame jamais la bonne intelligence du propos, malgré l’extrême complexité des théories présentées et la variété des disciplines qu’elles concernent. Il est bien sûr impossible d’offrir un résumé d’un ouvrage étendu, dense et qui brille par son érudition, aussi vais-je me contenter de décrire l’articulation de ses six grandes parties.

5La première est intitulée « Les premières fissures » et pose, au cours de ses neuf chapitres, la thèse qui soutient l’ouvrage : que le structuralisme connaît, à partir de 1967, un lent déclin né de la fragilisation de ses positions théoriques. Les premières fissures sont au nombre de cinq selon F. Dosse : le générativisme chomskyste, la déconstruction derridienne, la linguistique de Benvéniste, la conversion de Barthes par Kristeva et l’émergence de Pierre Bourdieu. La réception de Chomsky et l’intervention de Benvéniste sapent les acquis de la linguistique structurale d’inspiration saussurienne, qui constituaient la base du programme structuraliste, tandis que la déconstruction de Derrida, son mouvement vers l’écriture littéraire, qui s’accompagne de la progressive conversation par Kristeva de Barthes au plaisir du texte via Bakhtine, s’éloignent du scientisme qui dominait le discours. Par ailleurs, la sociologie des élites de Bourdieu, la critique marxiste et la déconstruction du structuralisme par Derrida privent le discours structural de son hégémonie. Ainsi, si en 1967 les média proposent de se faire l’écho du structuralisme, la cohérence du champ est en train de s’effondrer.

6Les événements de mai 1968, traités dans la deuxième partie « Mai 68 et le structuralisme, ou le malentendu », viennent encore troubler une théorie dont 1966 avait finalement constitué l’âge d’or. En huit chapitres, F. Dosse décrit la manière dont l’événement inattendu que constitue mai 1968 contraint les structuralistes non seulement à remanier leur conception atemporelle qui faisait bon marché du sujet historique mais également à s’allier avec le marxisme triomphant des maoïstes. Le bilan de mai 1968 est ambigu : d’un côté, la grille d’analyse structurale a été contredite par les événements et si altérée qu’elle peut en devenir méconnaissable, de l’autre, la fondation de Paris 8-Vincennes et les nominations au Collège de France constituent une consécration pour une théorie qui accède à la légitimité universitaire.

7Mais le structuralisme est en train de perdre ses traits définitoires, comme l’analyse François Dosse dans la troisième partie intitulée « Le structuralisme, entre scientisme, esthétique et histoire », composée de sept chapitres. En littérature, du moins chez Roland Barthes, le formalisme connaît un recul sensible et avec lui la prétention à la scientificité de l’analyse littéraire : c’est la conception d’un plaisir du texte, qui est à la fois plaisir d’analyser de manière sensible les textes littéraires et plaisir d’en produire. Selon François Dosse, une grande partie des structuralistes nourrissent le projet d’une œuvre qui soit aussi une œuvre littéraire. En philosophie, c’est, avec les travaux de Foucault, le retour de l’histoire, contre la structure immobile. Certes, l’histoire est déconstruite, remaniée, mais elle demeure, dans une nouvelle attention au temps long, qui peut être comprise comme une victoire des positions défendues par les historiens des Annales.

8Cette théorie fissurée, remaniée, va subir ce que François Dosse qualifie, dans le titre de sa quatrième partie, de « Déclin du paradigme structuraliste ». Les quatorze chapitres de cette partie décrivent les profonds remaniements théoriques subis par le paradigme à partir de la fin des années 1970. La découverte des camps du Goulag disqualifie la base politique marxiste, tandis que le scientisme s’épuise dans des apories. La philosophie retourne, que ce soit au sein de l’académie ou chez des penseurs marginaux comme Foucault, au sujet et aux droits de l’humanité, tandis que l’économie abandonne l’idée de reproduction pour celle de régulation. Retour du sujet, retour de l’histoire et disqualification de la reproduction : le paradigme structural est déjà mal en point quand les morts des maîtres penseurs se succèdent au début des années 1980, conduisant à l’explosion des mouvements instituées, à la perte des ambitions hégémoniques et aux replis disciplinaires.

9Selon François Dosse cependant, le programme structuraliste a été assimilé. Il en décrit, dans sa cinquième partie « Le temps, l’espace, la dialogique », composée de trois chapitres qui forment une longue conclusion, les traits principaux à son époque : un certain rapport au temps long, le goût pour une présentation topologique de la pensée et une conception dialogique des échanges discursifs.

10On l’aura compris, même si de sérieux doutes peuvent être émis sur la méthode historiographique de l’auteur, des doutes qui, du reste, ne seront pas nécessairement partagés par tous les lecteurs, l’ouvrage constitue une présentation érudite, claire et fort instructive d’un des paradigmes les plus importants, si ce n’est le plus important, de l’histoire des idées françaises au vingtième siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « François Dosse, Histoire du structuralisme. Tome 2 : Le chant du cygne, de 1967 à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 04 décembre 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://lectures.revues.org/10029

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page