Navigation – Plan du site

Bruno Béthouart & Philippe Steck, Prestations familiales: une histoire francaise

Anne-Laure Garcia
Prestations familiales : une histoire française
Bruno Béhouart, Philippe Steck, « Prestations familiales : une histoire française », Cahier d'histoire de la sécurité sociale, n° 6, 2012, 427 p., Paris, Comité d'Histoire de la Sécurité Sociale, ISSN : 17721083, ISBN : 9782905882851.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Professeur d'histoire contemporaine à l'Université du Littoral - Côte d'Opale.
  • 2 Directeur des relations internationales de la CNAF depuis 2003, Philippe Steck dirigea le service (...)

1L'ouvrage, publié par le Comité d'Histoire de la Sécurité Sociale, fait suite à un vœu de Pierre Boisard, président de la CNAF entre 1967 et 1992. Le duo ainsi formé par Bruno Béthouart1 et Philippe Steck2 – un universitaire et un homme de terrain – est censé proposer une vision mêlant érudition historique et expertise gestionnaire. Deux axes directeurs guident le livre : la présentation des acteurs-clefs et l'analyse socio-historique de l'émergence des prestations familiales ainsi que de leurs évolutions.

2La structure du document montre dès le premier coup d’œil qu'il ne s'agit pas d'un, mais de deux livres collés l'un à l'autre. En effet, la première partie Histoire jusqu'en 1967 est le fruit des recherches de Bruno Béthouart, tandis que la seconde, Histoire de 1967 à 2009, est l’œuvre de Philippe Steck. Aucun texte n'a été écrit à quatre mains. Dans sa partie, Bruno Béthouart rapporte divers discours sur la publicisation des familles, explique le contexte d'émergence des principales mesures et dresse le portrait de responsables ministériels de la politique familiale. Philippe Steck, quant à lui, présente les différentes réformes adoptées et les nouveautés apparues depuis la création de la CNAF. Le dernier tiers du livre est constitué d'annexes sur l'historique de la législation, sur la place de la politique familiale française dans le contexte international ainsi que sur l'informatisation de la branche famille de la Sécurité sociale. La structure même de l'ouvrage en dit peu sur son contenu, mais elle montre les deux véritables seuls points d'accord entre les auteurs : écrire en fonction d'un découpage chronologique et éviter tout concept. L'effet de miroir que les titres des deux parties du livre semble impliquer est donc bel et bien un trompe l’œil. Bruno Béthouart et Philippe Steck nous proposent, sur un même sujet, deux perspectives peu conciliables.

  • 3 Les références bibliographiques sont ainsi quasiment absentes.

3Dans sa présentation des prestations familiales depuis 1967, Philippe Steck remplit le contrat présenté dans l'introduction générale – qu'il a d'ailleurs rédigée seul. Il propose ainsi une sorte de dictionnaire historique des prestations familiales. Dans un style sobre, il expose chronologiquement les origines, les aspirations, les apparitions, les modifications, les modulations voire les fins d'allocations payées par la branche Famille de la Sécurité sociale française. Il explique également très clairement le rôle structurant joué, entre 1996 et 2004, par les Conférences de la Famille. L'histoire ainsi racontée, si elle n'est pas empreinte de scientificité3, permet au lecteur de comprendre comment, en matière de prestations, le familial et le social se sont peu à peu entremêlés.

  • 4 Si Karl Marx s’est à plusieurs reprises exprimé à propos de la famille, il n’a pas rédigé d’étude (...)

4Ce mélange de clarté et d'ambition modérée est aux antipodes du texte proposé par Bruno Béthouart. Ici, le lecteur ne sait plus où donner de la tête et ne comprend que peu ou prou en quoi le chemin suivi est lié à l'itinéraire proposé en introduction. Vouloir faire la part belle au discours est un projet honorable, mais cela implique un travail de justification et de commentaire ici pour le moins elliptique. Pourquoi remonter jusqu'à Aristote et à l'Ancien Testament ? En quoi les thèses de Martin Luther, Adam Smith, John Locke ou Georg Wilhelm Friedrich Hegel sont-elles des préalables nécessaires à la compréhension de l'émergence des prestations familiales en France ? Pourquoi faire parler Karl Marx et taire les propos de Friedrich Engels4 ? Comment justifier la place accordée à Pie XI et l'absence de réelle référence aux thèses féministes ? Le lecteur est laissé seul face à des discours dont on ne lui explique ni le sens ni l'importance. Ainsi, pages 34 et 35, une citation non introduite (et non référencée !) de Vladimir Ilitch Lénine appelle-t-elle une « réponse » non commentée de Pie XI sur presque une page.

5Les spécialistes qui auront la chance de retrouver leur chemin au travers de cette amoncellement de citations, seront quant à eux désappointés par les choix thématiques et bibliographiques. Comment un tel sujet peut-il être traité sans aucune référence aux recherches de Michèle Bordeaux, de Virgine De Luca Barusse ou encore d'Anne Cova ? Même l'ouvrage de Jacqueline Ancelin paru en 1997, L'action sociale familiale et les caisses d'allocations familiales. Un siècle d'histoire, ne semble avoir trouvé grâce aux yeux de Bruno Béthouart. Dans de telles conditions, on ne peut plus vraiment s'étonner de l'absence de références contextuelles fondamentales comme, par exemple, l'angoisse démographique ou les lois scélérates. On reste cependant parfois interloqué quand l'auteur traite sur plusieurs pages de thèmes sans réel lien avec les prestations familiales, notamment de la réforme hospitalo-universitaire.

6Si la partie sur l'après-guerre semble donner un nouveau souffle au texte, on s'interroge sur certaines des thèses avancées par l'auteur. Pour n'en citer qu'une : « Cette politique dynamique […] aboutit à l'avènement du baby boom ». Peut-être serait-il bon de rappeler ici que le relèvement du taux de natalité avait commencer avant la chute de Vichy, que le baby boom n'est pas un phénomène franco-français, ou bien encore, qu'il a aussi eu lieu dans la jeune RFA où la famille était un sujet tabou dans la sphère publique ?

7D'une façon générale, si les initiés en sociologie ou en sciences politiques regretteront l'absence totale de concepts, les lecteurs sensibilisés aux questions de genre désespéreront face à un ouvrage dépourvu de réel regard pour les figures maternelles ou pour les mouvements féminins. Les quelques photos placées entre les deux parties du livre prêteront ici à un sourire mi-triste, mi-moqueur : des hommes debout en costume unis se saluent et se regardent sur les unes, alors que sur les autres des femmes assises pouponnent des enfants, tapent à la machine et trient des formulaires. Seule Simone Veil, debout dans sa jupe à carreaux, semble apte à ne pas rendre complètement invisible le rôle-clé d'actrices issues de la politique, de l'administration ou de mouvements féminins pour l'histoire des prestations familiales françaises.

Haut de page

Notes

1 Professeur d'histoire contemporaine à l'Université du Littoral - Côte d'Opale.

2 Directeur des relations internationales de la CNAF depuis 2003, Philippe Steck dirigea le service Prestations familiales de 1978 à 2003.

3 Les références bibliographiques sont ainsi quasiment absentes.

4 Si Karl Marx s’est à plusieurs reprises exprimé à propos de la famille, il n’a pas rédigé d’étude sur ces thèmes. Les conceptions des relations entre les sexes et celles qui concernent les formes familiales exprimées dans les Constitutions socialistes sont généralement héritées de la pensée développée par Friedrich Engels dans la quatrième édition de son ouvrage L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État publiée en 1892.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Laure Garcia, « Bruno Béthouart & Philippe Steck, Prestations familiales: une histoire francaise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 décembre 2012, consulté le 20 août 2014. URL : http://lectures.revues.org/10037

Haut de page

Rédacteur

Anne-Laure Garcia

Sociologue, Enseignante-chercheuse et chercheuse associée au Centre Marc Bloch (Berlin)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page