Navigation – Plan du site

Jean Ferrette, La société métallurgique de Normandie. Grandeur et déclin d’une communauté ouvrière

Emilie Aunis
La société métallurgique de Normandie
Jean Ferrette, La société métallurgique de Normandie. Grandeur et déclin d'une communauté ouvrière, Paris, L'Harmattan, 2012, 274 p., ISBN : 978-2-296-96358-0.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Jean Ferrette vise à interroger les processus de mobilité sociale ouvrière, ascendante ou descendante, à travers l’étude d’un terrain spécifique : la Société Métallurgique de Normandie. Ouvrant ses portes en 1917, la SMN doit faire face à une pénurie de main d’œuvre que J. Ferrette explique par quatre facteurs : la faible natalité, la surmortalité infantile, l’exode rural et enfin le refus du travail en usine dans une zone rurale. Dès lors, la société se trouve contrainte de recourir massivement à l’immigration interne (travailleurs français venus d’autres régions) et externe (travailleurs venus d’autres pays).

2La direction instaure d’abord une politique paternaliste pour se désengager par la suite progressivement de la cité usinière à partir des années 70. Mais la création d’une cité usinière, dotée d’une morphologie spatiale spécifique (les ouvriers d’un côté, les agents de maîtrise et les chefs de l’autre),  en reproduisant la hiérarchie interne à  l’usine est aussi l’occasion de la création d’une communauté ouvrière qui s’affranchit ce faisant des seuls principes imposés par la direction.

3A travers son étude, l’auteur montre que trois éléments caractérisent la mobilité professionnelle au sein de l’entreprise. D’une part, la course à la productivité tend à accroître le niveau de qualification, notamment par le recours à la formation continue. D’autre part, la promotion collective se présente comme le fruit des mobilisations collectives et des luttes syndicales. Enfin, les promotions individuelles sont le plus souvent liées aux stratégies individuelles des ouvriers les plus conciliants avec les exigences de leurs supérieurs hiérarchiques et de l’entreprise dans son ensemble. L’auteur montre par ailleurs que la mobilité intergénérationnelle et les possibilités d’ascension sociale — dont le mythe est entretenu par l’usine — sont fonction de la catégorie sociale d’origine. Ses analyses lui permettent de construire une typologie des types de mobilité ouvrière à partir de quatre modèles : le modèle de contre-mobilité (« quand le salarié s’engage pour regagner la position professionnelle du père »), le modèle de la frustration (produit de l’inadéquation entre le diplôme et le statut professionnel), le modèle de l’anticipation (quand le salarié, du fait de la situation alarmante de son secteur cherche à maximiser ses atouts), le modèle de l’hypergamie (soit en lien avec la position du beau-père, soit en lien avec celle de l’épouse). En passant par l’analyse de la place des femmes, l’auteur met en avant la triple intervention de celles-ci dans la mobilité : « la leur, dans et hors de usine ; celle de leur mari, dans l’usine ; enfin au niveau de la mobilité collective familiale ». Jean Ferrette nous montre par ailleurs comment le milieu usinier local, à l’instar de l’ensemble de la population française, se caractérise par une hypergamie féminine.  

4L’auteur interroge ainsi tour à tour différents éléments qui lui permettent de caractériser les trajectoires de mobilité ouvrière, jusqu’à et même après la fermeture de l’usine en 1991. Il appuie ses constats sur des critères somme toute assez classiques dans l’étude des mobilités, montrant par exemple que la fréquente inadéquation des diplômes avec l’activité de l’entreprise est liée à la force d’attraction de l’usine sur la population locale. Son analyse de l’école offre par ailleurs à l’auteur l’occasion d’expliquer comment l’école de l’usine, d’apprentissage, permet « la production d’un habitus usinier ». Mais au-delà de ces éléments familiers, l’originalité de sa démarche réside dans le fait qu’il s’intéresse à d’autres aspects de la vie ouvrière, dans et hors de l’usine, tels que le syndicalisme mais aussi les sociabilités féminines, le sport, la religion, les célébrités locales, le rapport à la mort ou encore la mémoire ouvrière.

  • 1  Lersco : Laboratoire d’études et de Recherches Sociologiques sur la classe ouvrière, (fondé à l’un (...)
  • 2  Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, La découverte, Paris, 2005.

5L’ouvrage présente ainsi l’intérêt majeur de constituer une étude approfondie ne laissant pas ou peu d’éléments d’analyse de côté pour saisir ce qui fonde les expériences de mobilité individuelle ou collective. De ce fait, il permet de rappeler les vertus heuristiques des investigations monographiques de localités ou de régions ouvrières, vertus déjà démontrées par une longue tradition sociologique, des monographies de Le Play en passant par les travaux du Lersco1 à partir des années 70 ou encore plus récemment avec le travail de Nicolas Renahy2.

  • 3  Annie Collovald, Frédéric Sawicki, « Le populaire et le politique. Quelques pistes de recherche en (...)

6Il parvient à s’éloigner des prénotions et des tentations misérabilistes courantes dans l’étude des classes populaires : il n’enferme pas les femmes d’ouvriers dans leur condition en montrant comment leurs diverses formes de sociabilité contribuent à leur conférer une identité sociale qui ne leur est pas toujours octroyée par le travail (les femmes sont assez peu nombreuses à travailler). L’auteur dépasse également la vision homogénéisante de la classe ouvrière et insiste sur l’hétérogénéité de celle-ci à l’instar d’Annie Collovald qui nous incite à  « tenter de découvrir sous l’affirmation de l’unité de ce « populaire » perçu comme monolithique et authentique (entier dans son mode d’existence, entier dans ses relations aux autres, dans ses goûts, ses jugements, etc…) la diversité des comportements et des points de vue»3.

7On ne saura par ailleurs que saluer ce que Louis Chauvel nomme dans la préface de l’ouvrage « la diversité des instruments d’observation de la réalité sociale ». En effet, Jean Ferrette parvient à asseoir son argumentation sur l’exploitation d’une pluralité de matériaux (entretiens, questionnaires, listings d’entreprises, journaux locaux, analyses secondaires). C’est cette variété d’outils qui rend la lecture de l’ouvrage attractive et la présentation des résultats dynamiques. Par ailleurs, il ne saura être reproché à l’auteur de ne pas s’interroger sur les usages sociologiques de ces outils puisque ce dernier produit une réflexion critique systématique sur outils, les catégories de classement, notions ou concepts qu’il engage au cours de sa réflexion.

  • 4  Gérard Noiriel. "Journal de terrain, journal de recherche et auto-analyse. Entretien avec Florence (...)

8Une seule frustration pour le lecteur, la dédicace de l’ouvrage : « à André Ferrette (1912-1990) né à Villerupt (Meurthe-et-Moselle) embauché à 12 ans le 9 juillet 1926 aux Laminoirs comme enfourneur ». En effet, cette dernière éveille la curiosité, une curiosité peut-être déplacée mais avant tout sociologique quant au rapport entretenu par l’auteur à son objet. Alors que Florence Weber explique qu’ « on peut définir des règles de l’étude de soi-même[ : i]l me semble que si l’on ne s’étudie pas soi-même, on ne peut pas dire grand-chose sur ce que l’on a vu de l’univers social 4» en ajoutant « je livrais des éléments subjectifs par souci d’objectivité », on aurait aimé que Jean Ferrette nous livre lui aussi quelques éléments subjectifs sur son choix d’enquête.

Haut de page

Notes

1  Lersco : Laboratoire d’études et de Recherches Sociologiques sur la classe ouvrière, (fondé à l’université de nantes par Jean-Claude Passeron et Michel Verret en 1972)

2  Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, La découverte, Paris, 2005.

3  Annie Collovald, Frédéric Sawicki, « Le populaire et le politique. Quelques pistes de recherche en guise d’introduction », Politix, volume 4, n° 13, 1991, pp  7-20.

4  Gérard Noiriel. "Journal de terrain, journal de recherche et auto-analyse. Entretien avec Florence Weber", Genèses, n° 2, 1990, pp. 138-147.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilie Aunis, « Jean Ferrette, La société métallurgique de Normandie. Grandeur et déclin d’une communauté ouvrière », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 décembre 2012, consulté le 23 juillet 2014. URL : http://lectures.revues.org/10064

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page