Navegación – Mapa del sitio

Geoffroy A Dominique Botoyiyê, Le passage à l'écriture. Mutation culturelle et devenir des savoirs dans une société de l'oralité

Tam-Kien Duong
Le passage à l'écriture
Geoffroy A Dominique Botoyiyê, Le passage à l'écriture. Mutation culturelle et devenir des savoirs dans une société de l'oralité, Presses universitaires de Rennes, col. « Le sens social », 2010, 350 p., @ean : 9782753510043.
Inicio de página

Texto completo

1Le passage à l'écriture de Geoffroy A. Dominique Botoyiyé est indubitablement un ouvrage d'anthropologie à la croisée entre connaissance et technique. Cependant il n'empêchera pas d'offrir des pistes de réflexions et des matériaux de preuve incontournables pour des problématiques plus sociologiques. Il s'agit d'un ouvrage dense, riche et documenté. L'argumentation est également exemplaire par sa clarté, son exhaustivité et son attention aux détails.

2Le grand attrait théorique de cet ouvrage est de donner une lecture minutieuse et étendue de la perspective de Jack Goody sur le rapport entre écriture et technique de pensée initié dans La raison graphique (1977). Il n'est pas négligeable de faire un détour par les travaux de ce dernier avant de s'atteler à la lecture du passage à l'écriture tant les renvois et les allusions au champ de recherche ouvert par Goody inspirent et dialoguent de façon omniprésente dans ce livre. La principale question posée est la relation entre modes de pensée et moyens de pensée. Si Goody appuie la proposition et la description de la pertinence d'un tel décryptage de l'histoire de la pensée mondiale, Botoyiyé se concentre explicitement sur la ré-intégration concrète des savoirs endogènes mis de côté par la grande marche en avant imposé par le modèle de la rationalité et de la science occidentale. Le terrain de prédilection de l'ouvrage est l'Afrique mais il n'est pas abusif de généraliser les propos aux autres aires. L'ouvrage donne ainsi un exemple de dialogue précisant l'ouverture de Goody et proposant un usage complémentaire de la théorie anthropologique.

3La modernité décrite de façon latente dans l'ouvrage est un monde de différence mais un monde commun. Sans séparer les civilisations et les modes de pensée, l'analyse permet par exemple de comprendre comment une société de l'oralité peut se développer en parallèle d'une société de l'écriture mais surtout comment c'est l'existence de ces deux possibilités de façon simultanée qu'il faut comprendre pour orienter nos points de vue et passer d'une politique masquant un point de vue ethnocentré et encore tributaire de la généalogie colonialiste de la Raison européenne. Il n'y ainsi pas d'incommensurable mais des jeux d'influence à une échelle civilisationnelle se déployant dans la réalité matérielle des techniques et des interactions quotidiennes ayant pour objet la transmission de la connaissance et de savoir-faire. Donnant ainsi le primat de la diversité du monde sur la diversité des mondes, l'ouvrage présente une anthropologie qui établit notre monde contemporain dans une continuité d'espace, de temps et de pensées.

4Cette lecture anthropologique et située de l'équation mettant en jeu l'équilibre entre écriture, oral, modernité et altérité permet à Botoyiyé d'arriver avec force de proposition sur une politique de la recherche scientifique et un développement de la connaissance mondiale. L'ouvrage offre ainsi, en plus de son intérêt scientifique, une perspective autant audacieuse et que porteuse d'espoir sur la relation entre le concept de science forgé dans par la raison européenne et les savoirs endogènes des autres aires culturelles. L'épistémologie pratiquée par Botoyiyé articule de façon continue la réflexion entre les techniques de pensée, les modes de pensées et leur mise en pratique dans des programmes de recherche et éducatifs. L'enrichissement cognitif peut se faire dans les deux sens : la science peut apporter aux savoirs endogènes autant que la réciproque.

5Le point fort majeur de la lecture du Passage à l'écriture est sans conteste d'offrir une perspective détaillée, précise et ancrée dans un terrain précis en même temps que de poursuivre une analyse minutieuse sur l'écriture. En partant de l'aire africaine, l'auteur se permet ainsi de décrypter les conditions d'une société de la connaissance centrée sur l'écriture s'appuyant sur un passé oral. Sans pour autant créer une opposition ou une polarité avec les sociétés de l'oralité, cette approche dans la comparaison des techniques de la pensée donne à voir une modernité différente, plus localisée et dans le même mouvement une postmodernité qui se donne à voir elle-même sans avoir à recourir aux textes spéculatifs et européens de la philosophie occidentale. L'intégration des différences entres aires culturelles est le point de vue de l'anthropologie mais l'argumentaire de l'auteur s'applique également aux groupements contenus dans la société occidentale. Comprendre comment s'exerce la domination de l'écriture sur les modes de transmission de la connaissance s'accompagne d'une explicitation des savoirs locaux estropiés et qu'il est nécessaire d'accompagner politiquement. Cette voie inaugure ainsi une lecture pacifiante en rétablissant un ordre de pensée où l'écriture est un moyen plus qu'un signe emblématique de la rationalité. Il n'est pas à douter qu'il s'agit là d'un besoin contemporain que de rétablir l'équilibre entre une science dominant sur le concept de rationalité et les savoirs endogènes survivant non pas parce qu'ils sont inférieurs d'un point de vue cognitif mais simplement par effet de domination sociologique.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Tam-Kien Duong, « Geoffroy A Dominique Botoyiyê, Le passage à l'écriture. Mutation culturelle et devenir des savoirs dans une société de l'oralité », Lectures [En línea], Reseñas, 2010, Publicado el 03 mayo 2010, consultado el 23 octubre 2017. URL : http://lectures.revues.org/1007

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página