Navigation – Plan du site

Elisabeth Pélegrin-Genel, Une autre ville sinon rien

Lionel Francou
Une autre ville sinon rien
Elisabeth Pélegrin-Genel, Une autre ville sinon rien, Paris, Les empêcheurs de penser en rond / La découverte, octobre 2012, 224 p., ISBN : 9782359250480.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Architecte, urbaniste et psychologue du travail, Elisabeth Pélegrin-Genel a écrit une série de liv (...)

1L’accélération et l’urbanisation massive de nos sociétés nous confronte à une série de défis (environnementaux, socio-économiques, démographiques etc.). Face au surgissement d’enjeux nouveaux, Elisabeth Pélegrin-Genel nous invite à réfléchir aux réponses à apporter en dressant un panorama de projets et d’initiatives qui, à leur échelle, ont le mérite d’exister et de proposer des alternatives, des pistes de solutions originales, à une série de problèmes qui se posent. Cet ouvrage, dans lequel l’auteur poursuit sa réflexion sur l’espace et ses usages1, s’adresse de façon très pédagogique à un large public ; cela tout en nous invitant à réévaluer nos certitudes afin de dégager des solutions nouvelles. Tout au long d’un exposé, qui prend parfois des allures de plaidoyer, illustré par de nombreuses descriptions de réalisations concrètes ou en devenir, l’auteur tente de nous montrer que pour faire face à l’avenir, il est nécessaire, dès aujourd’hui, de penser autrement, d’adopter de nouveaux référentiels, de porter un regard neuf sur notre environnement.

  • 2  Elle introduit, pour ce faire, ses chapitres par des extraits des Villes invisibles d’Italo Calvin (...)

2L’auteur s’emploie à nous décrire la ville actuelle en balisant son passé, en nous rappelant d’où l’on vient pour mieux comprendre le présent et les possibilités futures. Elle nous présente des initiatives, de façon non exhaustive, qui voient le jour aussi bien en France qu’en Asie ou en Amérique. En effet, s’il faut apporter une série de réponses localement, les enjeux, eux, sont bien globaux. Ces innovations ne peuvent pas être étudiées indépendamment des transformations qu’elles amènent dans les usages et perceptions des individus et collectifs. Elles contribuent au déplacement de curseurs sur les axes individuel/collectif, privé/public et intérieur/extérieur. L’auteur nous invite à lire et décoder l’espace et ce qui s’y joue2. Elle écarte volontairement les projets utopistes qui « se conçoivent dans un “ailleurs” et ne cherchent aucunement à s’insérer dans un tissu existant ni à l’améliorer ». Elle leur préfère des solutions plus concrètes et résolument urbaines compte tenu du fait que « dans vingt ans, plus de 90 % de la population française sera urbaine. »

3L’espace public occupe une place importante dans la ville, tant spatialement que dans les usages qui en sont faits. Alors qu’en France la logique dominante est celle de « à chacun son espace », il s’agit de renégocier le partage de l’espace entre ses usagers. C’est ce qu’a fait la Ville de Drachten aux Pays-Bas où il a été décidé de supprimer les feux et autres formes de signalisation dans le but de responsabiliser les différents usagers afin de diminuer le nombre d’accidents. Les initiatives visant à se réapproprier l’espace public en s’en servant comme support, parfois avec un message politique, parfois dans un but ludique, se multiplient : flash mobs, freeze parties, spectacles de rue, Park(ing) day etc. Tandis que des pans entiers des villes sont privatisés et que les citadins sont victimes de la pollution de l’air mais aussi du bruit et des odeurs, d’autres, à contre-courant, plaident pour un « réapprentissage de la marche » ou imaginent une ville intelligente et interactive s’adaptant à nos besoins grâce aux technologies.

4De nombreux espaces restent encore inoccupés ou désaffectés. Ces interstices sont des « lieux en attente » que l’on peut (ré)inventer, « un véritable laboratoire d’innovation ». Néanmoins, l’auteur critique les règlementations, susceptibles de juguler les innovations sociales : « on ne peut pas réduire le logement à un simple produit conforme à des normes ». On voit apparaitre de nouveaux projets où l’entraide et les contacts humains s’assurent une place importante. C’est le cas, par exemple, des cohabitations entre personnes âgées et étudiants. On met de la surface en commun, on partage des espaces, autant de lieux de sociabilité retrouvés. Ailleurs, on conçoit une crèche dans une maison de repos, ce qui amène enfants et personnes âgées à se fréquenter. Des citoyens désireux d’habiter autrement décident de « devenir [leur] propre promoteur » ; l’habitat collectif, déjà répandu dans les pays anglo-saxons ou du Nord de l’Europe, a une bonne cote. Parfois, l’initiative est prise directement par les pouvoirs publics ou des associations, qui n’intègrent pas toujours les futurs habitants à la réflexion sur leur logement ou quartier, risquant alors de leur offrir un espace inhabitable, inadéquat par rapport à leurs besoins et usages.

5La réversibilité et la modularité des constructions devraient être pensées dès la conception des projets : il faudrait pouvoir, en fonction de l’évolution des besoins, changer les volumes, le nombre de pièces, déplacer des cloisons etc. On devrait aussi pouvoir faire preuve d’une plus grande flexibilité et repenser la division de nos activités dans l’utilisation des espaces. Il s’agirait là d’un préalable indispensable à la densification de nos villes. Beaucoup de lieux restent (le plus) souvent inoccupés à cause de leur monofonctionnalité. Face aux défis environnementaux, « une ville compacte, mélangeant logements, activités et transports en commun, se révèle moins polluante qu’un habitat diffus fondé sur la voiture individuelle et ses inévitables trajets domicile-travail ». Pour ce faire, « le patrimoine industriel avec ses volumes généreux se plie facilement à des changements radicaux. ». Il peut ainsi être transformé en logements, par exemple, de même que l’on empile des containers d’occasion pour édifier une résidence universitaire. De plus en plus de toits plats sont dédiés à l’agriculture. Les tours de logements sont réhabilitées et, parfois, agrandies, notamment par l’ajout de balcons qui permettent de nouveaux usages. Pour l’auteur, c’est un « gâchis » que tant d’espaces soient monofonctionnels et donc inoccupés la plupart du temps. Elle propose dès lors de recenser tous ces espaces et moments de vide pour les partager, les mutualiser et maximiser l’utilisation des lieux ?

6Le succès des écoquartiers et le retour du végétal dans nos villes témoignent du fait que « la prise de conscience environnementale est une réalité qui commence à produire des effets sur notre cadre de vie. » Le quartier Vauban à Fribourg, en Allemagne, précurseur dans la prise en compte de l’écologie est une source d’inspiration. Lorsqu’Elisabeth Pélegrin-Genel affirme que « les écoquartiers semblent signer la fin d’un discours négatif sur la ville », l’auteur semble confiante pour l’avenir, même si beaucoup reste à faire. Elle souligne, malgré tout, qu’alors que nos perceptions et mentalités se transforment avec le temps, on continue de chercher à « tout anticiper, tout prévoir, tout déterminer », en laissant peu de place aux adaptations qui pourraient être nécessaires dans le futur.

Haut de page

Notes

1  Architecte, urbaniste et psychologue du travail, Elisabeth Pélegrin-Genel a écrit une série de livres sur les bureaux, les logements et, plus récemment, la ville. Des souris dans un labyrinthe. Décrypter les ruses et manipulations de nos espaces quotidiens vient d’être édité en poche (http://lectures.revues.org/9386).

2  Elle introduit, pour ce faire, ses chapitres par des extraits des Villes invisibles d’Italo Calvino dont elle estime qu’il a un « talent pour rendre visible ce qui est caché. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Elisabeth Pélegrin-Genel, Une autre ville sinon rien », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 décembre 2012, consulté le 29 août 2014. URL : http://lectures.revues.org/10080

Haut de page

Rédacteur

Lionel Francou

Étudiant en sociologie, master à finalité approfondie, UCL (Université catholique de Louvain)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page