Navigation – Plan du site

Paul Bouffartigue (avec Jacques Bouteiller), Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle

Jérémy Sinigaglia
Temps de travail et temps de vie
Paul Bouffartigue, Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle, Paris, PUF, coll. « Le travail humain », 2012, 240 p., avec la collaboration de Jacques Bouteiller, ISBN : 978-2-13-060853-0.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Paul Bouffartigue s’inscrit dans le prolongement des travaux qui, depuis deux décennies et plus encore au cours des dernières années, ont réintégré la question des temps sociaux dans le champ des sciences sociales. Il emprunte pour cela deux entrées classiques de la littérature scientifique portant sur ces objets : celle de la réduction du temps de travail (ici en particulier des difficultés rencontrées pour la mettre en œuvre et ses effets sur le travail des salariés) d’une part, et celle de l’articulation entre temps de travail et temps personnel ou familial d’autre part. L’hypothèse centrale que défend l’auteur est que « les transformations des formes de l’activité productive et des ressorts de l’efficacité associés se traduisent par de nouvelles modalités de la disponibilité temporelle au travail » — notion qu’il emprunte à François-Xavier Devetter1 et qui désigne la « durée, mais aussi la localisation et la prévisibilité des horaires » du travail — caractérisées notamment par la montée en puissance des nouvelles normes flexibles du travail.

  • 2  Paul Bouffartigue critique ici notamment les travaux d’Hartmund Rosa et en particulier sa thèse d’ (...)

2Paul Bouffartigue insiste, à juste titre, sur le fait que son ouvrage n’est pas un essai philosophico-politique. Il s’en distingue notamment par le fait qu’il s’appuie sur une large assise empirique (250 entretiens tirés des différentes recherches dans de multiples secteurs d’activité et qui apparaissent notamment sous la forme de petits portraits encadrés) qui le conduit à nuancer les thèses décrivant une accélération généralisée et relativement uniforme du temps social2. La richesse de l’ouvrage réside en effet dans l’adoption d’une focale plus apte à rendre compte des inégalités au regard du temps, en analysant comment les acteurs sociaux, en fonction de leur niveau de qualification professionnelle, de leur place dans la hiérarchie ou encore de leur sexe, peuvent plus ou moins bien résister à l’imposition des nouvelles normes temporelles et se réapproprier leur temps.

3L’ouvrage se découpe en neuf chapitres que l’auteur propose de regrouper en trois parties. La première analyse les formes que peut prendre aujourd’hui la disponibilité temporelle au travail. Après avoir présenté le cadre théorique mobilisé pour analyser les transformations contemporaines du travail (une démarche constructiviste attentive aux dimensions matérielles et idéelles des temps sociaux mais aussi à la diversité des « usages du temps » par les acteurs sociaux et aux tensions entre les temporalités : chapitre 1), Paul Bouffartigue montre la persistance des inégalités de genre dans la division sexuée du travail professionnel et domestique, plus ou moins renforcées par le niveau de qualification des femmes (chapitre 2) puis revient sur les conditions de mise en place et les effets contrastées de la loi de réduction du temps de travail à « 35 heures » (chapitre 3).

4Dans la deuxième partie, l’auteur analyse en trois temps la transformation des « normes temporelles » du travail. Il explique tout d’abord comment le recul de la norme fordienne du travail consiste en une triple redéfinition de la norme sociale du temps de travail : au niveau du temps de travail proprement dit (le temps de travail hebdomadaire par exemple), au niveau des temps d’emploi/chômage (avec la précarisation croissante des emplois) et au niveau du temps de la vie active (avec les contre-réformes successives des retraites) (chapitre 4). Contre cette norme fordienne du travail et de l’emploi, qui continue à constituer un point de référence positif pour de nombreux travailleurs, se développent deux autres normes : la norme flexible hétéronome (reprise et détaillée dans le chapitre 6), totalement organisée par l’employeur et imposée au salarié (travail au plus près des flux et emplois précaires, que l’on rencontre surtout dans le salariat peu qualifié), et la norme flexible autonome (reprise et détaillée dans le chapitre 5), davantage maitrisée par les salariés (travail au projet qui caractérise tout particulièrement les cadres) bien que cette autonomie soit toujours relative car inscrite dans un cadre qui, lui, reste défini par l’employeur.

5Les trois derniers chapitres portent sur un groupe professionnel particulièrement féminisé et aux horaires atypiques : les infirmières. Ces femmes doivent donc « jongler », c’est-à-dire apprendre à faire avec des contraintes temporelles multiples, tant dans l’espace professionnel (horaires variables, travail de nuit, astreintes) que dans l’espace domestique (garde des enfants, vie de couple) (chapitre 7). Cette multiplicité des contraintes les oblige à rechercher des compromis et à faire des arbitrages entre vie professionnelle et vie familiale (chapitre 8), y compris parfois en s’appropriant (toujours inégalement) des horaires atypiques comme le « travail de nuit » (chapitre 9).

6Au final, si les différents chapitres peuvent paraître un peu indépendants les uns des autres et laissent parfois un sentiment de redondance partielle (ce qui est certainement lié au fait que plusieurs d’entre eux sont des reprises plus ou moins importantes d’articles déjà publiés et mis « bout à bout »), l’ouvrage présente deux intérêts majeurs : le premier tient à l’effort d’explicitation du cadre théorique mobilisé, ce qui en fait une sorte de manuel donnant un aperçu des principaux travaux de sciences sociales sur la question des temps sociaux, tant sur un plan général qu’en ce qui concerne le travail ou l’espace domestique ; le second tient à la richesse du matériau analysé et à la diversité des situations qu’il donne à voir, tout en faisant apparaître les mécanismes qui conduisent à une « polarisation sociale » du rapport au temps.

Haut de page

Notes

1  François-Xavier Devetter, « La disponibilité temporelle au travail des femmes : une disponibilité sans contrepartie ? », Temporalités [En ligne], 4 | 2006. Paul Bouffartigue élargit la notion en y intégrant les réflexions de Mateo Alaluf sur le marché du travail comme appariement de demandes et d’offres de disponibilités temporelles.

2  Paul Bouffartigue critique ici notamment les travaux d’Hartmund Rosa et en particulier sa thèse d’une accélération généralisée de la vie sociale. Voir Accélération, une critique sociale du tempspublié en français en 2010 et Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive publié en 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Sinigaglia, « Paul Bouffartigue (avec Jacques Bouteiller), Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 07 décembre 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/10081

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page