Navigation – Plan du site

Jean-Louis Prat, Introduction à Castoriadis

François Thoreau
Introduction à Castoriadis
Jean-Louis Prat, Introduction à Castoriadis, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2012, 125 p., 1ère ed. 2007, ISBN : 9782707174741.
Haut de page

Texte intégral

1Castoriadis est un des penseurs les plus influents de l'écologie politique, au même titre que Illich ou Gorz, et un penseur d'obédience marxiste qui a fondé avec Lefort la revue Socialisme ou barbarie. L'ouvrage de Jean-Louis Prat s'attarde sur ce second Castoriadis, celui qui a pris une part active dans les mouvements et les débats à la gauche de la gauche, parfois très animés. Les deux tiers de l'ouvrage sont consacrés à l'éclairage du contexte historique de la gauche radicale dans les années 60 en France, ainsi qu'à l'épineuse question de l'héritage marxiste. Castoriadis est, à l'origine, un trotskiste militant, même s'il prendra par la suite ses distances avec le régime stalinien et pressentira bien avant d'autres tout ce que ce dernier pourra commettre d'irréparable. La question russe revient dans l’ouvrage comme une obsession; elle est inscrite au cœur des disputes entre la revue Socialisme ou barbarie (de Castoriadis et Lefort) et les Temps modernes de Sartre, et nécessitera d’importantes remises en question lors de l’effondrement de l’URSS.

2Le chapitre I s'ouvre sur des éléments biographiques, dont il ressort que Castoriadis est une figure à part du paysage intellectuel, impression qui se prolonge tout au long de la lecture ; s'y déploie une pensée complexe, farouchement autonome, soucieuse d'éviter les poncifs d'une pensée « sur des rails », trop vite inféodée à un courant bien stabilisé ou à une quelconque tradition. Ainsi, on apprend avec étonnement que Castoriadis, dont la trajectoire intellectuelle commence avec Marx, a abandonné ses études et trouvé un emploi... à l'OCDE. Sans doute y puisera-t-il quelques-unes de ses réflexions ultérieures sur la bureaucratie, également introduites dans l'ouvrage de Prat (aux pages 56 et suivantes).

  • 1  Une édition actualisée, suivie d'un essai « Vingt ans après », est parue en 2008 chez Fayard. (...)

3Castoriadis sera par la suite l'une des figures de proue de Mai 68, dont il propose une analyse « à chaud » dans un ouvrage collectif qu'il édite avec Lefort et Morin (Mai 68: La brèche1). De manière générale, la ligne qui distingue Castoriadis — notamment au cours de cette période agitée qu'est Mai 68 — c'est une méfiance viscérale vis-à-vis des superstructures et une recherche très poussée de l'autonomie, entendue comme un état précaire et toujours à inventer. L'autonomie n'est jamais le résultat mécanique d'un processus historique, mais ne peut résulter que d'une situation active où elle est cultivée, par ceux qui la recherchent, comme une vertu fragile, et jamais acquise. 

4Cette quête toujours ouverte de l'autonomie est finalement ce qui va conduire Castoriadis à opérer une rupture (analysée dans le chapitre III) d'avec son héritage marxiste (étudié dans le chapitre II), en ce sens où il rejette tous les déterminismes, les « fins de l'histoire » qui doivent par nécessité verrouiller le déroulement de celle-ci. Ainsi, l'émancipation des travailleurs n'est jamais une vertu qui peut résulter mathématiquement des contradictions internes du capitalisme. Si séduisante cette thèse puisse-t-elle être, elle obère le fait fondamental, pour Castoriadis, que « l'émancipation des travailleurs sera le résultat des travailleurs eux-mêmes ». Il y a donc une volonté de ne jamais réduire l'individu au statut de marionnette en proie aux lois de l'histoire; ballotté au gré d'événements sur lesquels il ne peut avoir aucune prise. « Castoriadis récuse l'idée qu'une révolution socialiste puisse être programmée comme un processus naturel ». 

5La rupture avec le marxisme est consommée sur cette base-là notamment, mais se prolonge dans un rejet de la théorie de la valeur ajoutée, qui tend à ne faire du travailleur qu'une unité comptable, une force de travail standardisée qui prépare déjà un questionnement posé dans les termes du « rendement ». C'est ainsi que Castoriadis va progressivement développer une perspective de l'histoire toujours ouverte, qui ne doit pas préempter l'événement, c'est-à-dire la possibilité que quelque chose d'inédit puisse encore surgir et rompre la monotonie des cycles historiques. Ce surgissement se produit toujours sur un mode plus ou moins spontané qui empêche sa prévision par les strictes lois de la logique ou de la causalité. Il n'est pas pour autant question d'accréditer un « tout est possible » trop rapide ; Castoriadis développe l'idée d'un « social-historique »qui serait propre à chaque société (et il en existe une vaste pluralité), qui lui assigne une norme, un télos, dont précisément ce n'est qu'en parvenant à s'en extraire qu'il devient possible de faire histoire. 

6Il n'y a donc, il ne peut y avoir de garantie au projet de l'autonomie, et c'est ce constat qui guide le second Castoriadis, père fondateur de l'écologie politique, dont la pensée singulière se déploie pleinement dans les chapitres IV et V, davantage tournés vers les débats contemporains et dont on pourra regretter la relative brièveté au regard de l'ensemble de ce petit ouvrage introductif (pp. 81-115). L'idée fondatrice est que l'autonomie n'est pas une quête qui peut être menée seul, dans une sorte de démarche individualiste, mais bien plutôt dans nos relations avec les autres. C'est sur la base du sujet en tant qu'il tisse des rapports actifs avec autrui que se créée continuellement la société.

7À l'origine de toute société, il y a un imaginaire fondateur, chaotique, un « magma de significations sociales », qui charpentent le quotidien des individus, leur assigne un rôle, leur prescrit une conduite. Mais ce qui importe pour Castoriadis est de ne jamais naturaliser ce processus, de le fonder en raison comme s'il s'agissait de normes universelles. Au contraire, cet imaginaire existe et est renforcé chaque fois qu'un individu décide de s'y plier. Cela signifie que cet imaginaire n'est pas une utopie, mais plutôt un moment fondateur qui se perpétue sans cesse, mais dont la caractéristique essentielle consiste à préserver la société ouverte, auto-instituée. Donc libre de choisir l'autonomie.

  • 2  Paris: Le Seuil, coll. Point essais.

8La lecture de cette introduction à Castoriadis est très foisonnante de références. Si elles enrichissent globalement le propos, leur articulation avec la pensée de Castoriadis n'est pas toujours très claire. Toutefois, plusieurs clés de lecture de son œuvre se dégagent de l'ouvrage; le lecteur intéressé y verra une belle invitation à prolonger son exploration, sans doute avec ce qui ressort de cette introduction comme étant l'ouvrage le plus important de Castoriadis, L'institution imaginaire de la société2. On regrettera parfois un certain manque de systématisme dans l'exposition de ses concepts principaux, ou un questionnement plus approfondi sur quelques enjeux contemporains comme le capitalisme et l'écologie politique (tels qu'abordés brièvement aux pages 99-101). Dans l'ensemble toutefois, l'introduction joue bien son rôle et permettra au lecteur une première familiarisation avec ce penseur complexe.

Haut de page

Notes

1  Une édition actualisée, suivie d'un essai « Vingt ans après », est parue en 2008 chez Fayard.

2  Paris: Le Seuil, coll. Point essais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Thoreau, « Jean-Louis Prat, Introduction à Castoriadis », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 07 décembre 2012, consulté le 23 avril 2014. URL : http://lectures.revues.org/10082

Haut de page

Rédacteur

François Thoreau

Aspirant du F.R.S.-FNRS en sciences politiques et sociales, au centre de recherche Spiral, au sein du département de science politique de la Faculté de droit, à l'Université de Liège. Membre fondateur du réseau belge pour les Sciences & Technologies en Société (STS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page