Navigation – Plan du site

Stéphane Rolet, Béatrice Didier, Jacques Neefs (dir.), Composer, rassembler, penser les « oeuvres complètes »

François-Ronan Dubois
Composer, rassembler, penser les "oeuvres complètes"
Stéphane Rolet, Béatrice Didier, Jacques Neefs (dir.), Composer, rassembler, penser les "oeuvres complètes", Presses universitaires de Vincennes, 2012, ISBN : 978-2-84292-357-0.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par S. Rolet, B. Didier et J. Neefs est le produit d’une journée d’études tenue à l’Ecole Normale Supérieure de la Rue d’Ulm, qu’accompagnent des contributions complémentaires. Il propose d’explorer la question des œuvres complètes, plus singulièrement de leur édition et des difficultés que celle-ci pose, que ce soit en littérature, en cinéma, en sculpture, en peinture ou en musique. Trois sections organisent le propos : « Théorie et méthode », qui regroupe sept articles, « De l’auteur à l’œuvre » composée du même nombre de contributions, et, enfin « Editer aujourd’hui », qui en propose cinq. Pour la clarté de cette recension, j’évoquerai cependant les articles dans un ordre différent de celui proposé par le volume.

2L’ouvrage s’ouvre, outre l’introduction de Stéphane Rolet qui rappelle les principales difficultés de la notion d’œuvres complètes, par une longue contribution du même auteur, « Les ‘œuvres complètes’ dans l’Antiquité : une réalité sans mots pour le dire ? », qui illustre ces premiers propos par l’examen d’une période historique donnée et dément, preuves à l’appui, l’idée reçue que l’Antiquité gréco-romaine, parce qu’elle ne possède pas le terme d’ « œuvres complètes », serait également privée de ce souci de rassemblement et d’édition. De la même façon, Christopher Lucken, dans sa contribution « Le corpus ovidien au Moyen-Âge en quête de complétude », montre qu’un souci semblable organise les éditions, notamment scolaires, de l’époque médiévale. Nelly Labère (« L’œuvre complète au Moyen Âge ») et Laurence Moulinier-Brogi (« Œuvres complètes et œuvres qu’on prête : à propos des Opera omnia de Hildegarde de Bingen (1098-1179) ») tempèrent néanmoins cette affirmation, en rappelant les différences qui distinguent les conceptions médiévales des conceptions modernes. Le concept moderne d’œuvres complètes se mettrait en place au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, comme l’analysent Mathilde Bompart (« Pratiques et politiques de l’œuvre complète au XVIIe siècle : geste éditorial et institution littéraire »), Alain Cantillon (« Les ‘œuvres complètes’ de Pascal, 1779-1964 ») et Nicholas Cronk (« Les œuvres (in)complètes de Voltaire »). Mais alors, les œuvres complètes ne sont pas exhaustives : elles reflètent une certaine conception du Grand Œuvre et sont le produit d’une stratégie, d’une posture de l’écrivain, qu’il a méditée lui-même et que d’autres, après son décès, ont méditée pour lui. Un cas typique de ce phénomène serait, au XIXe siècle, La Comédie Humaine, telle que la présente Claire Barel-Moisan (« La Comédie Humaine : les œuvres complètes comme totalisation infinie »).

3Or, la situation actuelle des éditeurs scientifiques est bien différente : ils veulent rendre compte de toute une production. La question se pose alors de ce qui doit être ajouté ou laissé de côté. Pierre Rosenberg (« De l’utilité et de la nécessité des catalogues raisonnés »), Marion Muller-Dufeu (« Comment et pourquoi faire le catalogue des œuvres complètes d’un sculpteur de l’Antiquité ? »), Madeleine Pinault Sorensen (« Comment établir le catalogue de l’œuvre d’un artiste-écrivain ? Le cas de Jean-Pierre Louis Hoüel (1735-1813) ») et Frank Lafond (« Comment parler d’œuvres complètes au cinéma : le cas de Jacques Tourneur ») montrent que le rôle de l’auteur n’est pas toujours clair. Doit-on inclure des reproductions ? Des pièces pour lesquelles l’auteur n’a été qu’un producteur sans maîtrise artistique ? Que dire de ce qui a disparu mais dont il reste des descriptions ? L’œuvre originale paraît intuitivement devoir être un critère. Mais l’œuvre originale, est-ce le manuscrit ou l’édition princeps qui, comme le rappelle Béatrice Didier (« Peut-on éditer les œuvres complètes de Stendhal ? »), n’existe pas toujours ou peut être en fort mauvais état, comme le souligne Alain Legros (« Editer ‘tout’ Montaigne ? L’épineuse question du contenu »). S’ajoutent à ces problèmes ceux posés par l’intérêt génétique du chercheur moderne pour les différentes strates de la composition du texte et pour ses variations, ainsi que le remarquent Pierre Maréchaux (« Des Opera selecta à l’intégrale décentralisée. Réflexions sur l’édition lisztienne moderne ») et Buno Clément (« Beckett : bilingue — ou rien / For a bilingual edition of Beckett’s works »). On le voit, les problèmes sont posés à la fois par les lacunes des sources dans les cas anciens (Antiquité, époque médiévale, Renaissance) et par leur abondance dans les cas modernes, qui mettent les chercheurs aux prises avec des corpus monumentaux, comme ceux qu’évoquent, entre autres, Fred E. Schrader (« Comment éditer Karl Marx ? Le long chemin de la Marx-Engels-Gesamtausgabe ») et Denis Pernot (« Les œuvres complètes de Charles Du Bos »).

4On regrette qu’une longue conclusion ne vienne pas rassembler les pistes poursuivies par chacun des contributeurs et répondre, tenter de répondre ou circonscrire à nouveau les questions ouvertes dans l’introduction. C’est que le pari de l’ouvrage collectif est ici, et l’on est tenté de dire pour une fois, parfaitement réussi : quoique les contributions explorent des époques et des productions culturelles fort différentes, elles rencontrent régulièrement des problèmes similaires, font appel à des concepts identiques ou voisins, proposent des résolutions qui paraissent transposables à d’autres situations. Au-delà donc de la connaissance, toujours instructive, des cas particuliers, le lecteur achève sa lecture avec une conception affinée du concept d’œuvres complètes et une conclusion eût sans doute tiré un grand profit de cette réalisation remarquable.

5Remarquable, l’ouvrage l’est d’ailleurs à plus d’un titre. En plus de sa capacité à faire dialoguer, on l’a vu, des époques et des domaines très variés, il se distingue encore par la grande qualité de chacune des contributions proposées. Toutes témoignent de l’érudition de leurs auteurs et offrent, au lecteur qui désirerait s’informer plus avant sur le sujet, de nombreuses notes et parfois une annexe. La rigueur des exposés emporte la conviction. Elle est d’autant plus nécessaire que l’ensemble de l’ouvrage participe du processus de dénaturalisation du concept d’œuvre(s) d’un auteur, déjà en cours dans le volume de la Voltaire Foundation publié à Oxford en 1999, La Notion d’œuvres complètes et que le lecteur aura pu rencontrer, en cette même année 2012, par exemple dans le volume de Philip Stewart intitulé Editer Rousseau : enjeux d’un corpus (1750-2012)1. Le geste théorique est nécessaire, précisément parce qu’il n’est pas intuitif et c’est cette difficulté qui rend précieuse la méticulosité qui caractérise les contributions proposées dans cet ouvrage.

6En d’autres termes, sa lecture me paraît indispensable à toute personne désireuse d’entamer ou de nourrir une réflexion sur les textes littéraires, car avec la question des œuvres complètes, c’est également la question de l’auteur, des conditions de l’interprétation, de la réception, de l’interprétation politique et historique des textes, en somme toutes les questions qui intéressent la méthodologie des disciplines interprétatives, qui se posent. Pour comprendre ces questions, à défaut bien entendu d’y répondre de manière définitive, les études rassemblées par Stéphane Rolet, Béatrice Didier et Jacques Neefs paraissent une référence désormais incontournable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Stéphane Rolet, Béatrice Didier, Jacques Neefs (dir.), Composer, rassembler, penser les « oeuvres complètes » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 décembre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/10130

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page