Navigation – Plan du site

Sophie Noël, L'édition indépendante critique : engagements politiques et intellectuels

Benjamin Caraco
L'édition indépendante critique : engagements politiques et intellectuels
Sophie Noël, L'édition indépendante critique : engagements politiques et intellectuels, Lyon, Presses de l'Enssib, coll. « Papiers », 2012, 442 p., ISBN : 9791091281041.
Haut de page

Texte intégral

1Agone, La Fabrique ou Raisons d'Agir sont aujourd'hui des maisons d'éditions aux noms familiers, qui ont fortement contribué au renouveau de l'édition indépendante critique au tournant des années 1990. Dans ce livre, qui est une version remaniée de sa thèse soutenue en 2010 à l'EHESS, la sociologue Sophie Noël livre les résultats de son enquête ethnographique, principalement des entretiens, réalisés à partir de 2005 et portant sur une période allant de 1985 à 2005 avec pour échantillon 33 éditeurs « dominés sur le plan économique […] [qui] occupent une position forte dans l'ordre des légitimités du champ éditorial. » (p. 13) Bien qu'essentiellement sociologique, cette étude emprunte à de nombreuses disciplines connexes. Au centre de son questionnement se retrouve l'interrogation suivante : « comment peut-on maintenir une position hétérodoxe dans un espace social de plus en plus dominé par l'exigence de rentabilité économique ? » (p. 32)

  • 1  L'auteure note toutefois que ces éditeurs sont dans leur écrasante majorité situés à gauche sur l' (...)
  • 2  Découvreur de talents ; invention d'une nouvelle forme éditoriale ; réédition d'auteurs connus ; p (...)
  • 3  On regretta l'absence d'analyse de réception par les blogs et par la sphère numérique en général, (...)

2Dans la première partie du livre, Sophie Noël pose la question des conditions de l'exercice de l'édition critique indépendante. Pour ce faire, elle revient sur la genèse du champ depuis l'après-guerre (I, 1), dont l'histoire s'écrit au croisement de celle de l'édition en sciences humaines et sociales [SHS] et de celle du livre politique. Les années 1960 marquent un tournant avec l'éditeur François Maspero qui « invente une nouvelle forme éditoriale combinant de manière inédite théorie et engagement politique, en marge du champ éditorial. » (p. 52-53). Après cet essor, les années 1975-1990 sont celles du « reflux de la production politique » alors que les années 1990 sont celles de son « renouveau » à cause d'un contexte social difficile. Cette nouvelle population de maisons d'éditions est compliquée à saisir (I, 2), mais l'auteur retient cinq critères « a minima » pour la définir : « l'affirmation de leur identité d'éditeur au sens fort du terme », l'indépendance revendiquée (économique et financière, politique)1, l'ancrage dans les SHS, une production au ton critique et engagé, ainsi qu'une « relative jeunesse dans le champ éditorial ». (p. 75). Ce champ « mouvant » de l'édition critique se situe à cheval sur d'autres : « académique, militant, lettré, grand public », et se réfère à trois modèles historiques (François Maspero, Jérôme Lindon et les presses universitaires anglo-saxonnes). Sophie Noël détaille ensuite les « modalités d'accès au champ éditorial » (I, 3). Elle situe ce dernier au sein de l'économie des « singularités » (L. Karpik) dans un contexte de surproduction, de baisse des tirages et d'une temporalité plus rapide. Même si la production est contraignante (« coûts fixes importants et des coûts variables faibles »), c'est l'accès au marché qui est la plus difficile (diffusion, distribution). La dimension symbolique est de surcroît déterminante dans ce champ et explique les quatre stratégies d'entrée possibles détaillées par S. Noël2. Le recours à la traduction est d'ailleurs l'une des stratégies les plus prisées, car la plus rapide pour commencer à engranger du capital symbolique, processus qui passe par la réception par la presse écrite généraliste (I, 4)3. Cette dernière couvre très peu ces petits éditeurs même s'ils ont tendance à se plier au jeu (service de presse), en dépit d'une dénonciation régulière des médias.

  • 4  L'hypothèse d'une « corrélation inversement proportionnelle entre degré de politisation et niveau (...)

3La structure du champ est envisagée dans la seconde partie de l'ouvrage. S. Noël propose un idéal-type des éditeurs (II, 1) : ils sont majoritairement parisiens (souvent dans le nord-est, loin des quartiers historiques de l'édition) ou au sud de la Loire quand ils sont en régions. Bien que le plus souvent dotés du statut de SARL, une quantité non négligeable relève de structures associatives. Les chiffres d'affaires sont en moyenne inférieurs à 100 000 €, ce qui ne leur permet pas de vivre de leur activité. À partir de leurs catalogues, leurs productions et logiques éditoriales sont analysées (II, 2). S. Noël établit une typologie des genres publiés : enquêtes, documents ; témoignages, mémoires, entretiens ; essais, analyses théoriques, pour conclure sur le « caractère polysémique de la production critique ». (p. 201) Dans le troisième et dernier chapitre de cette partie, elle se livre à une analyse des correspondances multiples à partir de 17 variables réparties en quatre groupes (statut juridique et financier ; capital économique ; capital symbolique ; capital politique). Ce champ est structuré par deux axes (professionnalisation, politisation) et révèle la présence de trois pôles, sans qu'un réel principe constitutif du champ ne soit mis à jour4.

4Les stratégies de résistance à l'économicisation de ces éditeurs se fondent en partie sur l'idée du livre comme un bien « pas comme les autres » (III, 1). L'éditeur est en effet un « homme double » (Ch. Charle) tiraillé entre l'art et l'argent, qui via le discours et la médiation, se voit doté d'une aura symbolique forte (André Schiffrin aux États-Unis, Maspero et Lindon en France). L’État joue aussi un rôle peu anodin dans l'existence du pôle d'édition restreinte, via l'instauration d'un cadre législatif et réglementaire (prix unique du livre) et la distribution d'aides (CNL), qui sont à l'origine de débats chez ces éditeurs indépendants, entre pragmatisme et refus de principe. Les éditeurs bénéficient du soutien des librairies indépendantes, des réseaux associatifs et militants. Ils élaborent parallèlement un discours contre la marchandisation et la standardisation du monde éditorial qui a donné naissance au terme de « bibliodiversité » corollaire d'une revendication plus politique de lutte contre « l'ordre dominant ». Outre les discours, ce sont aussi les pratiques qui distinguent ces éditeurs (III, 2). Ils mettent en avant leur désintéressement, qui se traduit par un recours au système D, une forte auto-exploitation et un « travail sans limites » placé sous le signe de l'ascèse bien qu'en contradiction avec le contenu des ouvrages qu'ils éditent. Sophie Noël a recours au concept weberien de « vocation » pour expliquer ce dévouement à l'édition. Enfin, l'auteure clôt cette partie par un détour en Grande-Bretagne (III, 3) où elle étudie trois éditeurs, issus de la gauche, nés dans les années 1970 : Verso, Pluto Press et Zed Books. Contrairement à leurs homologues français, « alors que les ouvrages que publient ces éditeurs [britanniques] condamnent la recherche de profit et affirment la nécessité d'imposer d'autres principes de régulation du monde, leur pratique fait de la réussite commerciale l'unique étalon de leur indépendance. » (p. 296) Le marché est paradoxalement considéré par ces derniers comme le garant de l'indépendance de leurs publications.

5Dans la dernière partie de son ouvrage, Sophie Noël se penche sur les individus qui font l'édition indépendante critique, leurs trajectoires sociales et les raisons de leur engagement, et qui constituent la « bohème éditoriale » du xxie siècle (IV, 1). Si l'âge moyen des fondateurs est de 40 ans, ce chiffre cache deux générations bien distinctes : celle des baby boomers et celle des trentenaires. L'édition indépendante critique est aussi largement masculine, même si les couples sont fréquents à la tête de structure. Ces éditeurs sont dotés d'un fort capital scolaire, mais ont des origines sociales diverses bien que les enfants des professions intellectuelles dominent. Ils ont souvent une expérience dans l'édition avant de créer leur propre maison. Quatre profils types sont mis à jour : le faux autodidacte, l'héritier, le boursier et le vrai autodidacte. L'hétérogénéité des profils s'explique par l'absence de droits d'entrée sur le marché et par le fait que devenir un éditeur indépendant permet de lutter contre le déclassement alors que les places sont chères chez les grands éditeurs. Enfin, Sophie Noël revient sur le « militantisme et l'engagement intellectuel » (IV, 2) de ces éditeurs critiques puisque « L'expérience militante au sein de divers mouvements et partis politiques de gauche et d'extrême gauche […] est une caractéristique centrale [de leur] profil ». (p. 345) Le militantisme fait office de capital scolaire de substitution dans certains cas alors que l'édition critique est la continuation de la politique par d'autres moyens. Cela n'empêche pas qu'une fois devenus éditeurs, ils veulent se distinguer à tout prix des éditeurs militants, liés à un parti, producteurs de brochures et non de livres... La production de ces éditeurs critiques se veut d'une plus haute qualité intellectuelle « au confluent de ces deux univers » que sont l'édition savante et l'édition militante. L'édition critique fait en conséquence office de pont entre le militantisme et le monde des intellectuels/universitaires. En conclusion, Sophie Noël s'interroge sur la pérennité de ce champ face aux phénomènes d'usure, mais surtout de récupérations.

  • 5  Lahire Bernard, Condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte, coll. « T (...)

6Les historiens et sociologues de l'édition, et plus largement les personnes intéressées par cette thématique liront avec profit cet ouvrage, à la fois très complet et accessible, appuyé sur un travail empirique conséquent. Toutefois, deux lacunes viennent nuancer cette impression globale positive. Une a trait au fond, la seconde à la forme. Inscrite clairement dans une démarche bourdieusienne, comme en témoignent la bibliographie en fin d'ouvrage et de nombreuses analyses de façon prévisible, Sophie Noël passe complètement à côté des travaux de Bernard Lahire et nous pensons tout particulièrement à sa Condition littéraire. La double vie des écrivains5, dont l'auteure aurait pu s'inspirer pour traiter du cas parallèle d'éditeurs exerçant souvent une autre activité ou ne vivant que partiellement de l'édition. Enfin, comment expliquer l'absence d'un index alphabétique dans un livre tiré d'une thèse et édité par des presses universitaires ?

Haut de page

Notes

1  L'auteure note toutefois que ces éditeurs sont dans leur écrasante majorité situés à gauche sur l'échiquier politique. (p. 83).

2  Découvreur de talents ; invention d'une nouvelle forme éditoriale ; réédition d'auteurs connus ; publication d'auteurs reconnus. (p. 111).

3  On regretta l'absence d'analyse de réception par les blogs et par la sphère numérique en général, même si la période retenue (1985-2005) et le caractère très parcellaire des archives du web expliquent sûrement ce choix.

4  L'hypothèse d'une « corrélation inversement proportionnelle entre degré de politisation et niveau de professionnalisation » étant battue en brèche par un éditeur comme La Fabrique, à la fois professionnalisé et hautement politisé. (p. 240).

5  Lahire Bernard, Condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l'appui », 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Caraco, « Sophie Noël, L'édition indépendante critique : engagements politiques et intellectuels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 décembre 2012, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/10131

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Caraco

Doctorant en histoire contemporaine à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page