Navigation – Plan du site

Christian Cauvin, Le capitalisme ne joue pas aux dés. Comprendre le capitalisme financier pour en sortir

Pierre Gille
Le capitalisme ne joue pas aux dés
Christian Cauvin, Le capitalisme ne joue pas aux dés. Comprendre le capitalisme financier pour en sortir, Le Bord de l'eau, coll. « Retour à l'économie politique », 2012, 240 p., ISBN : 978-2-35687-205-0.
Haut de page

Texte intégral

1Si vous avez toujours rêvé de tout savoir sur le capitalisme financier sans jamais oser le demander, ce livre répondra sans doute à bon nombre de vos questions, même s’il ne fournit pas systématiquement des explications techniques détaillées des mécanismes auxquels il fait référence.

2Si vous avez également rêvé, rêve a priori totalement fou, de lire un livre écrit par un spécialiste de la finance qui ne soit pas un thuriféraire de ce capitalisme financier, ce livre aux accents souvent marxisants (et qui se paye même le luxe, assez rare aujourd'hui en dehors de « cercles choisis » et restreints, de rendre un hommage vibrant à la pertinence toujours actuelle, selon son auteur, des analyses de Marx) vous satisfera sans doute pleinement.

3En revanche, si vous rêvez aujourd'hui de lire un livre qui vous fournisse « clé en mains » les moyens de sortir rapidement de ce capitalisme financier (en admettant que ce soit une véritable nécessité, ce qui n'est certainement pas aujourd'hui une évidence première pour tous les acteurs économiques), ce livre, même s’il propose un certain nombre de mesures concrètes à mettre en oeuvre, vous laissera peut être un peu sur votre faim.

4Christian Cauvin, professeur émérite au groupe HEC, honorable institution qui n'est pas particulièrement réputée pour former des contempteurs du capitalisme sous toutes ses formes, nous propose en effet ici un livre engagé qui se situe clairement dans la lignée d'un certain nombre d'ouvrages parus ces dernières années et qui appellent, sur la base de critiques diverses, à changer de système économique et social. Cette « filiation » étant d'ailleurs ouvertement revendiquée puisque Christian Cauvin indique d'emblée situer ses pas dans ceux des auteurs de certains de ces ouvrages tels que Stéphane Hessel et Edgard Morin, Alain Caillé ou encore Hervé Kempf.

5Dans ce livre assez original, émaillé de nombreuses citations littéraires, cinématographiques et philosophiques, et qui se termine par une assez longue analyse de la fable de Jean De la Fontaine intitulée « Le savetier et le financier », Christian Cauvin cherche ainsi à démonter systématiquement les rouages de ce capitalisme financier. Il rappelle tout d'abord (se référant ici aux travaux de Jean Baechler et Jean-Claude Michéa) que le capitalisme est historiquement indissociable de la démocratie dans la mesure où celle-ci a permis le marché, et que l'on peut distinguer trois phases dans l'histoire de celui-ci : la phase marchande, antérieure au XIXe siècle, la phase industrielle qui s'est déployée au XIXe et XXe siècle et la phase actuelle : celle du capitalisme financier.

6Intervenu au début des années 1980, avec la mise en oeuvre, d'abord en Angleterre et aux Etats-Unis et ensuite dans la plupart des pays développés (ou aspirant à le devenir), de mesures de déréglementation et de dérégulation des économies et des marchés inspirées du néo-libéralisme, le basculement dans cette nouvelle phase ne serait pas une simple étape supplémentaire dans l'évolution du capitalisme mais constituerait une véritable rupture, aux implications non seulement économiques mais également sociales, politiques ou même anthropologiques, dans cette évolution. Une sorte de « grande transformation » pour reprendre le titre de l'ouvrage célèbre de Karl Polanyi paru en 1944 mais « à l'envers ».

7Associé à une démocratie dynamique et vigoureuse porteuse de projets collectifs (tels la reconstruction dans le plus ou moins immédiat après guerre, la construction européenne par la suite), la forme de capitalisme qui prévalait avant les années 1980 était en effet, selon Christian Cauvin, une forme de capitalisme dans laquelle la finance n'était qu'un instrument au service du développement des activités économiques. Activités économiques de production d'un côté, réalisées au sein d'entreprises dirigées par des « managers » représentant ce que J.K.Galbraith avait nommé en son temps la « technostructure » mais détenteurs d'une véritable expertise. Activités économiques de consommation de l'autre, permettant de satisfaire les besoins de citoyens, produits politiques de la démocratie effective évoquée ci-dessus.

  • 1  Terme repris récemment par Patrick Viveret dans un ouvrage paru en 2011 Comment vivre en temps de (...)

8La nouvelle forme de capitalisme apparue à partir des années 1980 serait toute autre. Reposant sur le développement des marchés financiers, cette nouvelle forme de capitalisme « de rente » marqué par la démesure (« l'ubris » des grecs) aurait en effet eu tendance à réduire l'économie mondiale à un simple portefeuille d'actifs financiers possédés par des actionnaires (en nombre relativement restreint) ayant pris le pouvoir à la faveur du développement des marchés financiers dans des entreprises de plus en plus concentrées et interconnectées. De simple instrument au service du développement des activités économiques, la finance serait devenue une fin en soi, la finalité unique des sociétés. On serait donc sorti du domaine de l'économie (dans le cadre duquel l'argent est un moyen au service de la satisfaction des besoins humains) pour entrer dans celui de la « chrématistique »1. La recherche du profit immédiat, de la liquidité permanente y seraient dominantes, les mécanismes de « titrisation » représentant selon Christian Cauvin les symboles les plus éclatants de cette recherche obsessionnelle. Au final, cette logique gestionnaire, progressivement étendue à la sphère publique via les agences de notation et leurs exigences relatives à l'équilibre à court terme des comptes publics, associée à la concentration des pouvoirs économiques entre les mains d'une oligarchie financière de taille réduite (sorte de « 200 familles » d'un nouveau genre) obérerait non seulement la possibilité d'engager des actions de long terme dans la sphère économique mais tendrait aussi à vider la démocratie de son contenu. Celle-ci se transformerait en une sorte de coquille vide sans projet reposant sur l'application de procédures formelles devenues sans véritable objet. La plupart des individus, et plus globalement des Etats, seraient en effet actuellement privés d'un véritable pouvoir de décision et réduits à n'être que de simples consommateurs, très souvent d'ailleurs obligés de recourir à l'endettement, moteur essentiel du fonctionnement de ce capitalisme financier selon Christian Cauvin dans la mesure où il permet de surmonter la contradiction qu'il y aurait aujourd'hui entre la faiblesse de la progression du pouvoir d'achat et la nécessité d'écouler au moins une partie de la production réalisée.

9Il conviendrait donc selon Christian Cauvin de sortir au plus vite de ce capitalisme financier dont les dérives, consubstantielles à cette forme de capitalisme et donc inévitables, ont produit la crise actuelle sous peine de voir la logique destructrice qui préside à son développement s'étendre encore plus qu'elle ne l'a fait jusqu'à présent et menacer les fondements anthropologiques de nos sociétés, encore relativement préservés jusqu'à présent selon Christian Cauvin, en transformant les individus en simple « machines à jouir » ; êtres centrés sur leur seul plaisir, immédiat, fugace, « consommateur à divertir, cherchant toujours du nouveau et partant toujours  plus frustré, plus insatisfait » (p. 167).

10Christian Cauvin préconise ainsi (en particulier) d'adopter le plus rapidement possible un certain nombre de mesures (telles que l'interdiction de la titrisation ou la suppression des stocks options) qui touchent au coeur même du fonctionnement du capitalisme financier. Reste néanmoins si l'on sait « Que faire ?» à savoir « Comment faire ? » pour que ces mesures soient adoptées. Et l'on touche sans doute ici à une des limites de l'ouvrage (et de nombreux autres ouvrages parus ces derniers temps).

11Si l'on est convaincu qu'il convient de sortir de ce capitalisme financier, on peut sans doute suivre le raisonnement tenu par C Cauvin dans ce livre, même si l'aspect tout à la fois foisonnant et répétitif de l'ouvrage n'en facilite pas toujours la lecture, et adhérer à un grand nombre des idées qu'il y défend (même si la vision du monde actuel qu'il présente peut sembler parfois un peu caricaturale). Mais on peut aussi considérer que l'ouvrage présente un certain nombre de faiblesses.

12On pourra ainsi regretter que certaines imprécisions nuisent à la force de la démonstration et entretiennent une certaine confusion dans l'esprit des lecteurs. Insister sur le rôle fondamental que jouent les dettes dans le fonctionnement du capitalisme financier et dans la constitution (pour les uns) de « rentes » est une chose, mais laisser entendre dans ce cadre que l'essentiel de l'activité de crédit des banques relèverait d'une activité de transformation de ressources de court terme peu coûteuses, issues des dépôts de la clientèle, en ressources de long terme prêtées moyennant rémunérations (alors que l'essentiel des opérations de crédit bancaire relèvent aujourd'hui d'opération de création monétaire « ex nihilo ») en est une autre !

13On pourra aussi regretter le fait que l'ouvrage n'échappe pas totalement à une critique que Michel Foucault adressait dès 1978 aux critiques de gauche (déjà !) du néo-libéralisme et que Geoffroy De Lagasnerie rappelle dans un ouvrage paru en octobre 2012, La dernière leçon de Michel Foucault ; sur le néolibéralisme, la théorie et la politique. A savoir que bon nombre de ces critiques présenteraient un caractère « réactionnaire » dans la mesure où elles préconisent souvent le retour à de vieilles formes spiritualistes, familialistes ou étatistes. L'ouvrage ne fait certes pas référence (en tout cas explicitement et de manière appuyée) à une nécessaire ou indispensable quête de spiritualité (quelle qu'en soit la nature) comme solution à nos problèmes actuels, ce qui semble être aujourd'hui un « passage obligé » pour de nombreux auteurs : que l'on pense à Alain Caillé dans son Manifeste pour le convivialisme paru en 2011 ou, dans une optique un peu différente, à Patrice Viveret dans l'ouvrage déjà cité Comment vivre en temps de crise paru lui aussi en 2011. Mais il donne parfois l'impression, même si Christian Cauvin s'en défend, de procéder à une reconstruction idéalisée du passé, en voyant en particulier dans la période des « Trente glorieuses » une sorte d'« âge d'or » du capitalisme et de la démocratie, à l'image de celle à laquelle semble également procéder l'ouvrage récent (2011) de Pierre Rosanvallon La société des égaux (et dont le sujet est assez proche, par certains aspects, de celui dont traite Christian Cauvin) lorsqu'il situe à l'époque de la Révolution française une sorte d'« âge d'or » de l'égalité.

14On pourra enfin (et peut être surtout) regretter, comme nous l'indiquions ci-dessus, que l'ouvrage ne fournisse pas, à l'image de nombreux autres ouvrages récents, de véritable « mode d'emploi opérationnel» de sortie du système actuel car préconiser sur le papier des mesures à mettre en oeuvre est une chose, mais arriver à les faire appliquer en est une autre ! On peut en tout cas penser qu'à défaut d'un tel « mode d'emploi» le capitalisme financier, a encore de (très) beaux jours devant lui.

Haut de page

Notes

1  Terme repris récemment par Patrick Viveret dans un ouvrage paru en 2011 Comment vivre en temps de crise publié en collaboration avec Edgar Morin, mais dont l'origine remonte à Aristote, et qui renvoie à une situation dans laquelle l'argent est devenu une fin en soi, tout étant alors susceptible de faire l'objet d'une transaction marchande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gille, « Christian Cauvin, Le capitalisme ne joue pas aux dés. Comprendre le capitalisme financier pour en sortir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 13 décembre 2012, consulté le 28 août 2014. URL : http://lectures.revues.org/10136

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page