Navigation – Plan du site

Alice Krieg-Planque, Analyser les discours institutionnels

Audrey Arnoult
Analyser les discours institutionnels
Alice Krieg-Planque, Analyser les discours institutionnels, Paris, Armand Colin, coll. « ICOM », 2012, 238 p., ISBN : 978-2-200-27862-5.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage que propose Alice Krieg-Planque (Maîtresse de Conférences en Sciences de l'Information et de la Communication) consiste en un manuel destiné aux étudiants en sciences humaines et sociales. Il ne vise pas à en faire des « analystes à plein temps » mais entend leur fournir des clés pour analyser les différents types de discours auxquels ils sont susceptibles d'être confrontés dans leur cursus universitaire ou dans le monde professionnel. Ce livre est donc à lire et à utiliser comme une sorte de boîte à outils, proposant diverses catégories qui permettent de décrire et d'interpréter les discours. L'auteure s'appuie sur un corpus varié (discours politiques, associatifs, d'organisations publiques et privés etc.) qu'elle englobe sous le terme de « discours institutionnels».

2Les six chapitres qui composent l'ouvrage constituent chacun une façon d'entrer dans les discours qui ne recoupe pas nécessairement des distinctions linguistiques, l'auteure privilégiant les « intuitions discursives ». Elle débute par un cadrage général sur l'analyse du discours (« Les discours : enjeux et méthodes »). Sans faire l'histoire de cette discipline, elle détaille les spécificités de cette approche. Par exemple, ce type d'analyse n'entend pas dire comment devraient être formulés les discours. Elle ne permet pas non plus d'analyser les effets des discours sur les opinions et les comportements. Alice Krieg-Planque insiste sur le fait que le discours est un construit et non le reflet d'une réalité extra-discursive. Cette approche constructiviste traverse l'ensemble de l'ouvrage et se lit très clairement dans les nombreux exemples cités qui rappellent également que l'analyse du discours est une analyse « en contexte et en situation ». Que ce soit dans la vie politique, dans les mobilisations citoyennes ou encore dans la vie professionnelle, les discours sont omniprésents, d'où la nécessité de disposer d'outils pour les décrypter. Ce premier chapitre se clôt sur une définition de l'analyse des discours, une démarche qui ne consiste pas à appliquer un ensemble de méthodes à un corpus mais « plutôt à produire un point de vue particulier sur le monde social, pour proposer, complémentairement à d'autres sciences humaines et sociales, des modes de compréhension de ce monde» (p. 47).

3Ce cadrage effectué, la première approche des discours proposée s'appuie sur la notion d'actes de langage. Dans le second chapitre, intitulé « Actes du langage et institutions : l'efficacité de la parole légitime », l'auteure montre comment cette notion (issue de la pragmatique) peut être mobilisée dans une analyse des discours. Quelques éléments historiques permettent de situer ces deux courants disciplinaires. Contrairement au sens commun, discours et action ne s'opposent pas. Plusieurs exemples témoignent de ce « caractère agissant du discours ». Ainsi, une association mobilisée contre la peine de mort utilise le discours comme une modalité d'action. Les notions de performatif, d'acte de langage, de force illocutoire et d'autorité sont introduites pour penser ces relations discours / action.

4Le chapitre 3 s'intéresse aux différents modes de stabilisation du discours que l'auteure désigne par le terme de « figement » dont l'étude implique une attention fine portée au lexique. Alice Krieg-Planque insiste sur les enjeux socio-politiques, le lexique participant de la conflictualité sociale en discours et des modes de construction de la stabilisation du sens. Ces enjeux sont lisibles dans la façon dont on nomme les causes que l'on défend, dans la dénomination des personnes et des lieux ou encore dans la dénomination des événements pour les discours médiatiques. En effet, en nommant un événement, les médias le catégorisent, cette catégorisation n'étant pas une étiquette car elle est sujette à évolution ; des phénomènes de recatégorisation et de décatégorisation étant aussi à l'œuvre dans les discours. Une partie du chapitre s'intéresse à la formule, un type de figement auquel l'auteure a consacré plusieurs travaux. Cette notion est définie comme « un ensemble de formulations qui du fait de leur emploi à un moment donné et dans un espace public donné cristallisent des enjeux politiques et sociaux que ces expressions contribuent dans le même temps à construire » (p. 110). Comment repérer une formule dans les discours ? Quelles en sont les caractéristiques ? Par qui et comment une formule est-elle légitimée ou, à l'inverse, disqualifiée ? Quels sont les enjeux investis par les locuteurs ? Autant de questions auxquelles répond l'auteure soulignant l'intérêt d'une « approche formulaire » des discours.

5La section suivante se focalise sur l'implicite dans le discours, autrement dit sur les significations qu'un énoncé est susceptible de porter ou de produire. Alice Krieg-Planque s'attarde sur deux types d'implicite (le présupposé et le sous-entendu), ce choix n'épuisant pas la diversité de ce phénomène langagier. Pour chacun des deux procédés, elle détaille les ressorts de leur fonctionnement et leurs propriétés respectives. Ainsi, alors que le présupposé se dégage de l'énoncé, l'interprétation du sous-entendu dépend du destinataire et du contexte. A partir d'exemples précis et diversifiés, elle montre que l'implicite caractérise aussi bien la vie quotidienne que les discours médiatiques, la formulation des sondages ou encore le discours publicitaire. Le rôle de l'analyse du discours consiste non seulement à repérer mais surtout à étudier comment ces énoncés peuvent imposer un cadre de réflexion et la manière dont, en produisant des effets d'évidence, ils peuvent dissuader la contestation.

6Dans le chapitre 5, l'auteure s'intéresse à l'équivocité des discours qui, de son point de vue, n'est pas à considérer de façon négative, mais comme une ressource pour les locuteurs. Elle rappelle d'ailleurs que la langue, par nature, produit de l'équivoque dont les formes sont diverses : « ambiguïté », « flou », « vague » ou encore « sous-détermination ». Par exemple, « l'effet d'équivocité illocutoire » du discours politique permet à son locuteur d'adresser plusieurs messages à des destinataires différents. En communication interne, l'usage du « nous » dans un journal d'entreprise peut avoir une valeur inclusive (le lecteur s'identifie à l'organisation) ou exclusive (il ne s'inclut pas dans le collectif). La concession est une autre manifestation de l'équivoque dans les discours qui consiste à associer deux propositions au contenu divergent permettant ainsi de s'adresser à deux publics distincts. L'auteure s'intéresse également aux sigles homographes ou homophones. Pour terminer, un panorama rapide de quelques autres formes d'équivoque est proposé : l'emploi du pronom démonstratif ça, le recours à des adjectifs dénominaux dont le sens est parfois vague, l'usage du verbe transitif sans complément etc.

7Le dernier chapitre porte sur l'ouverture du discours, Alice Krieg-Planque soutenant un « principe de non-clôture des discours » : un discours n'existe jamais seul mais emprunte à d'autres discours, cette présence des autres discours ne se réduisant pas aux citations et aux discours rapportés. Pour elle, « il importe de penser les discours en tant qu'ils se répondent les uns aux autres, sont en relation avec des extérieurs à eux-mêmes, sont parlés par d'autres, présentent des porosités, circulent par fragments : « les discours méritent d'être étudiés en tant qu'ils se reconnaissent ou s'ignorent, s'accueillent et se repoussent» (pp. 187-188). Cette porosité renvoie à différentes notions parfois difficiles à distinguer (« dialogisme » , « polyphonie », « interdiscours », « intertextualité », « prédiscours ») mais que l'auteure prend soin de resituer. Ainsi, la notion d'interdiscours, plutôt propre à l'analyse de discours, désigne un « ensemble de discours avec lesquels un discours déterminé est en relation implicite ou explicite ». Plusieurs modalités de ce phénomène d'ouverture du discours sont examinées : les reprises, le défigement, la connotation ou encore le préconstruit.

8Pour conclure, cet ouvrage relativement dense présente des « manières de faire » en analyse du discours de façon concrète et empirique avec un souci d'explicitation des notions parfois techniques. Il complète utilement les travaux déjà existants sur le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Arnoult, « Alice Krieg-Planque, Analyser les discours institutionnels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 13 décembre 2012, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/10137

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page