Navigation – Plan du site

Nadège Vezinat, Les métamorphoses de la Poste. Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010)

Julien Dufour
Les métamorphoses de la Poste
Nadège Vezinat, Les métamorphoses de la Poste. Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010), Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », 2012, 422 p., ISBN : 978-2-13-059220-4.
Haut de page

Texte intégral

1Ouvrage issu de la thèse de Nadège Vezinat, Les métamorphoses de la Poste nous propose une analyse de la genèse des conseillers financiers à la Poste sous l’angle principal de la sociologie des professions. Couvrant une période allant de l’essor des services financiers dans les années 1950 à la transformation de la Poste en société anonyme en 2010, la problématique retenue ici pose la question des « métamorphoses postales » et de leurs « justifications » par les acteurs. En plus des archives historiques mobilisées, de nombreux matériaux d’enquête ont été produits spécifiquement par l’auteure dans le cadre d’une bourse CIFRE, dont on retrouvera en annexe les supports utilisés (guides d’entretiens, questionnaires, etc.).

2Dans une première partie sociohistorique centrée sur « la financiarisation des PTT », Nadège Vezinat reprend les évolutions historiques de la Poste et montre que les activités financières sont présentes à la Poste bien avant que soit constitué le groupe professionnel des conseillers financiers, groupe entièrement dédié à accompagner la construction d’un marché de produits et services financiers postaux. Dès 1868, les PTT proposent des contrats d’assurance pour compléter ses activités financières allant du transfert de fonds à la gestion de l’épargne. Régulièrement, l’Etat sollicite l’administration postale, forte de quelque 6000 bureaux en 1881, afin de placer certains produits financiers spécifiques (création du service des comptes courants et des chèques postaux en 1918, développement de l’épargne-logement dès 1959, création d’une carte bancaire aux couleurs des PTT en 1967). Cette antériorité des PTT sur plusieurs produits financiers a favorisé leur démocratisation, voire leur massification. Les PTT ont également joué un rôle déterminant dans la bancarisation française mais contrairement à l’idée communément admise selon laquelle la Poste aurait empiété sur le marché bancaire, Nadège Vezinat souligne le fait que ce sont plutôt les évolutions conjointes des milieux bancaire et postal qui expliquent la rencontre et la concurrence de plus en plus frontale entre les banques et la Poste.

3L’intégration de la Poste au milieu bancaire pose un certain nombre de questions du point de vue de sa singularité historique de banque d’Etat : est-elle restée une banque de service public, facilitant l’accès à un compte bancaire pour les populations les plus vulnérables ou est-elle devenue une banque comme les autres ? Nadège Vezinat montre que la libéralisation postale s’accompagne paradoxalement d’une légitimation fondée sur la logique de service public. En effet, la Poste se distingue en tant qu’organisme financier ne refusant à personne l’accès à un compte bancaire et assurant une relative continuité du service sur le territoire français. La Poste est également un bailleur de fonds historique pour la Caisse des dépôts et consignations, pour la Caisse nationale d’épargne ainsi que pour le Trésor. Ainsi, la direction de la Poste n’hésitera pas à faire de la transformation de l’entreprise en société anonyme la condition du maintien de ses missions de service public, dont la prise en charge des populations les plus pauvres le plus souvent rejetées par les banques privées, l’éducation des femmes à propos de l’argent du ménage, et celle des enfants et des jeunes notamment à travers la constitution d’« épargne scolaire ».

4Dans une seconde partie, l’auteure propose une analyse de la professionnalisation des conseillers financiers de la Poste, dont elle montre qu’elle s’est effectuée « par le haut », c’est à dire à l’initiative de la direction postale. Celle-ci trouve ainsi dans ce renouvellement d’une partie de la main d’œuvre postale un moyen de diluer la contestation et la résistance des personnels contre la marchandisation progressive des services postaux. Alors que son personnel est traditionnellement largement syndiqué, la direction de la Poste choisit dès les années 1990 de recruter et de former de nouveaux profils sociologiques pour constituer un nouveau groupe de cadres acquis aux transformations financières de la Poste. L’organisation postale se (re)structure autour de ce groupe, qui concentre une attention et une reconnaissance particulière en terme de rémunération, de promotion, etc. Parallèlement, Nadège Vezinat montre que les conseillers financiers postaux sont également l’objet de nouvelles méthodes de management centrées sur des exigences qualitatives et quantitatives élevées, ainsi que la surveillance directe et indirecte, accentuant le poids du contrôle de ce groupe professionnel.

5Par ailleurs, la professionnalisation des conseillers financiers s’effectue conjointement à une certaine « moralisation » des pratiques postales qui prend la forme d’un système d’incitations et de sanctions spécifiques, normalisant ainsi les pratiques postales tout en réduisant l’autonomie des travailleurs. Cette politique d’entreprise tend à accentuer le stress des conseillers financiers et parfois la résistance de ceux-ci aux prescriptions. De cette professionnalisation, Nadège Vezinat fait le constat d’une construction partielle résultant de la volonté de la direction postale de constituer un nouveau groupe professionnel en phase avec les transformations internes, mais également de limiter leur « capacité de coalition et de mobilisation » comme l’exprime la Direction des Ressources Humaines mise en place en 1991.

6Dans une troisième partie, l’auteure revient sur la question des identités professionnelles et de leur confrontation aux différents « prescrits » organisationnels. L’imposition d’une logique marchande à la Poste provoque l’apparition d’un nouveau système de valeurs au sein du milieu postal, accompagné d’un ensemble de normes puissantes, qui entre en tension avec la logique historique de service public. L’hypothèse est ici que les différents types de gestion de ces logiques par les conseillers financiers produit des identités professionnelles différenciées au sein d’un même groupe. Les préoccupations majeures des conseillers financiers constituent trois pôles distincts et parfois se recoupant : la vente, le conseil et le service public.

7Même si le groupe professionnel des conseillers financiers est marqué par l’usage que la direction veut en faire au sein de l’entreprise, à savoir servir de passerelle entre elle et les personnels postaux, la professionnalisation « par le haut » n’a rien d’unilatéral et les conseillers financiers peuvent produire dans certains cas (au niveau d’un bureau de Poste par exemple ou de collectifs comme les syndicats, les amicales, etc.) d’autres normes et d’autres représentations que celles attendues, constituant autant d’identités distinctes. Nadège Vezinat identifie quatre types de conseillers financiers selon leur mode d’appropriation des prescrits. Ainsi, le « conseiller financier en devenir », souvent nouveau dans le métier, est celui pour qui coexistent les deux logiques. Le « vendeur » privilégie le prescrit privé, alors que le « postier » se reconnaît d’abord dans le prescrit public. Enfin, un quatrième type de conseiller financier, le « cultivateur », chercherait à faire converger les prescrits en mettant en avant une complémentarité entre les deux. La diversité des trajectoires des conseillers financiers, notamment entre ceux issus de la promotion interne et ceux recrutés en externe, explique également l’hétérogénéité du groupe du point de vue des logiques professionnelles, même s’il est clair que l’organisation postale tend à récompenser et à consacrer les conseillers financiers qui se reconnaissent plutôt dans le prescrit privé.

8En conclusion, Nadège Vezinat revient sur la signification sociale de la constitution de ce groupe professionnel des conseillers financiers à la Poste. Elle accrédite l’idée selon laquelle les conseillers financiers constituent « l’une des clés de l’adaptation de la Poste française » aux politiques de libéralisation européennes, notamment à travers le renouvellement partiel de ses personnels, ainsi « métamorphosés » du point de vue de leurs caractéristiques sociales : de fonctionnaires à contractuels, de non-diplômés à qualifiés, de syndiqués à acquis à la direction. Nadège Vezinat développe également l’idée que la « professionnalisation inachevée » pour le groupe des conseillers financiers à la Banque Postale n’est pas due à la jeunesse du processus de constitution du groupe mais renvoie plutôt à la volonté managériale de créer un groupe acquis à sa cause et maintenu sous son contrôle. Ainsi, la forte mobilité interne des conseillers financiers, entretenue et favorisée à l’échelle nationale, est utilisée comme un moyen de limiter la constitution de collectifs de travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Dufour, « Nadège Vezinat, Les métamorphoses de la Poste. Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/10184

Haut de page

Rédacteur

Julien Dufour

Doctorant en sociologie au sein du 2L2S-GREE et ATER au département de sociologie de l’Université de Lorraine

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page