Navigation – Plan du site

Caroline Touraut, La famille à l'épreuve de la prison

Igor Martinache
La famille à l'épreuve de la prison
Caroline Touraut, La famille à l'épreuve de la prison, Presses universitaires de France, 2012, 316 p., préface de Corinne Rostaing, ISBN : 9188130598787.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Grégory Salle, La part d'ombre de l’État de droit. Paris, éd. de l'EHESS, 2009 : http://lectures.re (...)
  • 2  Voir Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975
  • 3  Pierre Bourdieu, « L'opinion publique n'existe pas », Les temps modernes, n° 318, janvier 1973, pp (...)
  • 4  Voir cette infographie proposée par le site lemonde.fr : http://www.lemonde.fr/societe/visuel/2012 (...)
  • 5  Récemment remis sur le devant de l'actualité par le rapport édifiant du Contrôleur des lieux de pr (...)

1L'institution carcérale constitue un terrain de prédilection pour les sociologues, qui semblent ainsi avoir implicitement fait leur l'adage prêté à Albert Camus selon lequel « une société se juge à l'état de ses prisons ». On ne compte ainsi plus les chercheuses et chercheurs qui se sont employés ‑ et s'emploient toujours ‑ à mettre en évidence les multiples tensions et contradictions qui traversent cette « part d'ombre de l’État de droit »1, dans la lignée notamment d'un Michel Foucault montrant combien la substitution de la discipline au châtiment ne marquait pas forcément un relâchement du contrôle social, bien au contraire2. La prison est ainsi prise entre deux missions contradictoires, punir et réinsérer, la première semblant bel et bien avoir l'ascendant quel que soit l'angle par lequel on y pénètre. Et, peut-être parce qu'elle n'existe pas3, l'opinion publique paraît bien difficile à mobiliser en faveur des personnes incarcérées, condamnées ou prévenues, en dépit des fréquents rappels par les médias des problèmes de surpopulation carcérale4, qui ne cesse de s'accentuer, des conditions matérielles de détention plus que dégradées5 ou des suicides récurrents de détenus.

  • 6  Voir Loïc Wacquant, Les Prisons de la misère, Paris, Liber/Raisons d’Agir, 1999.

2Sans doute le fait que la probabilité d'être écroué ne soit pas très également distribuée parmi la population contribue-t-elle à cette relative indifférence, certains, comme Loïc Wacquant, n'hésitant pas à défendre l'idée selon laquelle l'inflation carcérale serait devenue le nouveau mode privilégié de traitement de la pauvreté pour un État néo-libéral, dont la « main droite » pénale se substituerait progressivement à sa « main gauche » sociale et économiquement interventionniste6.

  • 7  Voir Corinne Rostaing, La Relation carcérale, Paris, PUF, 1997
  • 8  Voir entre autres Antoinette Chauvenet, Françoise Orlic et Georges Benguigui, Le Monde des surveil (...)
  • 9  Les détenus et leurs proches, Paris, Autrement, 2008
  • 10  Voir le site associé : http://www.a-cote.eu

3Quoi qu’il en soit, si les logiques dans lesquelles évoluent les différents agents qui composent l'univers carcéral semblent avoir été bien explorées, s'agissant des détenu-e-s, hommes comme femmes7, mais aussi des surveillant-e-s8, il est cependant une catégorie qui a été largement oubliée : les proches de détenu-e-s. C'est cet angle mort que Caroline Touraut s'efforce donc d'éclairer dans cet ouvrage, simplement précédée dans cette tâche, comme elle le note elle-même, par une autre sociologue, Gwénola Ricordeau9, ainsi que par la réalisatrice Stéphane Mercurio dans son documentaire A côté (2009)10. Le faible intérêt dont font ainsi preuve ces derniers peut lui apparaître d'autant plus étonnant au regard d'un énoncé a priori évident : l'existence des proches de détenus est en effet elle aussi profondément affectée par l'arrestation et l'enfermement de ces derniers. Ils participent ainsi pleinement de ce que l'auteure qualifie d' « expérience carcérale élargie », s'employant dans toute la suite de son ouvrage à en caractériser les multiples modalités.

  • 11  Voir Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1977 [1963]
  • 12  Voir Everett Hughes, Le regard sociologique. Essais choisis et présentés par Jean-Michel Chapoulie(...)

4Son analyse s'appuie sur une soixantaine d'entretiens semi-directifs, réalisés auprès de compagnes, de parents ou d'enfants de détenus, ainsi que d'une vingtaine de surveillant-e-s, complétés par plusieurs observations directes au sein notamment des parloirs, sas d'attente et maisons d'accueil, de différentes maisons d'arrêt, centres de détention et maisons centrales n'accueillant cependant que des détenus masculins. S'inscrivant largement dans le cadre de la sociologie interactionniste d'Erving Goffman, et en particulier de son analyse des processus de stigmatisation11, elle s'applique dans un premier à mettre en évidence les différents aspects de la violence symbolique que l'incarcération peut exercer sur eux, du choc de l'arrestation aux premiers pas en détention, avec la nécessité d'intérioriser les réglementations très strictes et dont la mise en œuvre est néanmoins empreinte d'arbitraire, comme pour signifier implicitement la domination de l'institution sur ses visiteurs. Celle-ci s'incarne ainsi dans les conditions matérielles dégradées dans lesquelles sont eux aussi « accueillis » les visiteurs, mais également dans les interactions entre eux et les surveillants, que Caroline Touraut qualifie de « drame social », en reprenant le concept d'Everett Hughes12. Et enfin aussi plus indirectement dans les rapports qu'entretiennent, ou plutôt n'entretiennent pas les proches de différents détenus entre eux. Il règne ainsi parmi eux bien plus souvent l'indifférence, notamment à l'intérieur des parloirs  ‑ où une norme tacite interdit de regarder les autres ‑ ou la défiance que l'entraide. C'est que l'identité de proche de détenu joue comme un stigmate qu'il s'agit de mettre à distance, en se considérant différent des autres avec lesquels on partage cette condition et que l'on est d'autant plus prompt à critiquer que cela permet en quelque sorte de « se grandir ».

  • 13  Voir Anne-Marie Marchetti, Pauvretés en prison, Ramonville Saint-Ange, Cérès, 1997

5Caroline Touraut montre ensuite comment l'incarcération vient bouleverser la vie quotidienne des proches de détenus, compagnes en tête. L'épreuve des visites, imposant souvent de longs trajets et temps d'attente vient notamment imposer un nouveau rapport, fragmenter, au temps, mais a également des répercussions négatives sur leur activité professionnelle et leur sociabilité. Alors qu'elle touche déjà en priorité les populations les plus vulnérables, l'expérience carcérale se révèle encore appauvrissante non seulement pour les détenu-e-s13, mais aussi pour leurs proches. Pour éviter la stigmatisation autant que pour faire face à la baisse de leurs revenus, ceux-ci doivent ainsi changer fréquemment de logement, et la déstabilisation entraînée par l'expérience carcérale élargie se répercute jusque dans leurs corps.

6Reste que tou-te-s ne réagissent pas pour autant de manière uniforme face à cette expérience. L'auteure décrit ainsi trois attitudes idéal-typiques distinctes, qu'elle qualifie respectivement d'« expérience dévastatrice », particulièrement fréquente dans les premiers moments de l'incarcération, d'« expérience retournée » et d'« expérience combative », chacune correspondant étroitement aux différents termes du fameux triptyque des relations possibles face aux dysfonctionnements des institutions mis en avant par Albert Hirschmann, récemment disparu : la « loyauté », la « défection » et la « prise de parole » (« loyalty »,« exit »et « voice » en version originale), mais aussi à un usage différent du stigmate, où celui-ci est respectivement intériorisé, retourné et revendiqué.

  • 14  Sur cette notion sensible, voir notamment l'ouvrage classique de George Herbert Mead, L'esprit, le (...)
  • 15  Voir Marie Jahoda, Paul Lazarsfeld, Hans Zeisel, Les chômeurs de Marienthal, Paris, Minuit, 1982 [ (...)

7L'« expérience dévastatrice » se traduit ainsi par un effondrement moral de proches concernés, dont l'identité14, pour soi et pour autrui, est profondément altérée, en même temps que leurs réseaux de sociabilité se rétractent et que leur temps devient « vide », à l'instar des « chômeurs de Marienthal »15. L' « expérience retournée » correspond quant à elle à la situation des proches qui font en quelque sorte « de nécessité vertu », c'est-à-dire qu'ils parviennent à puiser des ressources dans l'incarcération, en l'interprétant comme une occasion de rédemption pour le proche enfermé, mais aussi d' « individualisation » pour eux-mêmes. Enfin, l'« expérience combative » n'assure pas seulement la continuité identitaire du proche, mais s'avère l'occasion d'en construire une nouvelle dans la protestation contre l'enfermement de leur proche, voire l'institution carcérale dans son ensemble, et se retrouve notamment chez les femmes ayant rencontré leur compagnon après son incarcération.

  • 16  Voir Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Liber/Seuil, 1998
  • 17  Pour en savoir plus, voir la circulaire du 26 mars 2009 qui définit leurs modalités et vocation : (...)

8Après cette première partie consacrée aux répercussions de l'emprisonnement sur la vie des proches, la seconde est consacrée à la dynamique des liens entre ces derniers et la personne incarcérée. S'il est fréquemment présenté par les intéressés comme une évidence, Caroline Touraut montre bien que c'est en réalité bien loin d'être le cas. Elle met ainsi en évidence les fortes tensions qui se nouent entre les détenus et leurs visiteurs, mais aussi entre ces derniers et leurs propres proches. C'est le cas en particulier des compagnes, contraintes parfois de rompre avec leur propre famille qui n'accepte pas la poursuite de leur relation avec le conjoint captif, mais qui peuvent aussi faire l'objet d'exigences très fortes de la part de ce dernier, tant sur le plan matériel que moral. Les détenus peuvent ainsi poursuivre voire intensifier la domination masculine16 en dépit de la captivité, animés en cela par un souci de préserver l'affirmation de leur virilité en même temps que par une jalousie avivée par l'impossibilité d'un contrôle direct. Leurs communications étant elle contrôlées avec plus ou moins de zèle par l'administration pénitentiaire, l'auteure pointe également la difficulté qu'ont les détenus et leurs proches à conserver une réelle intimité, ceux-ci s'auto-censurant par exemple dans les correspondances qui peuvent être aléatoirement lues. La naissance de « bébés parloirs » atteste pourtant une capacité des couples à contourner les règles officielles, mais celle-ci dépend aussi et peut-être surtout étroitement de la bienveillance des surveillant-e-s, très variable suivant les établissements. La mise en place en 2003 des Unités de Vie Familiale (UVF)17 constitue du point de vue d'un droit à une sexualité et à une vie conjugale « normale » pour les détenu-e-s et leurs proches une avancée indéniable, mais non dépourvue elle-même d'ambiguïtés, à commencer par leur faible nombre qui en fait un « privilège » et ainsi un nouvel outil dans la panoplie du contrôle social des détenu-e-s.

  • 18  Voir Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le Savant et le Populaire, Paris, Seuil 1989
  • 19  Voir Lilian Mathieu, La double peine. Histoire d'une lutte inachevée, Paris, La Dispute, 2006 : ht (...)

9Au-delà de l'analyse sociologique rigoureuse qu'elle propose, évitant notamment le double écueil du populisme et du misérabilisme à l'égard des populations qu'elle étudie18, l'ouvrage de Caroline Touraut met le doigt sur un aspect aussi essentiel qu'inaperçu du système carcéral, et donne en quelque sorte un autre sens à l'expression de « double peine »19 en montrant que l'expérience carcérale inclut également les proches restés « au dehors ». Si certaines directions mériteraient d'être approfondies – par exemple les facteurs qui prédisposent les proches à se rapprocher de telle ou telle attitude idéal-typique face à la détention, cette analyse ouvre en tous les cas des pistes fécondes, tant sociologiquement que politiquement, sur une institution carcérale qui cristallise décidément nombre de contradictions de nos sociétés.

Haut de page

Notes

1 Grégory Salle, La part d'ombre de l’État de droit. Paris, éd. de l'EHESS, 2009 : http://lectures.revues.org/845

2  Voir Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975

3  Pierre Bourdieu, « L'opinion publique n'existe pas », Les temps modernes, n° 318, janvier 1973, pp.1292-1309. Repris dans Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1984, pp.222-235

4  Voir cette infographie proposée par le site lemonde.fr : http://www.lemonde.fr/societe/visuel/2012/12/10/le-surpeuplement-des-lieux-de-detention-un-mal-francais_1804278_3224.html

5  Récemment remis sur le devant de l'actualité par le rapport édifiant du Contrôleur des lieux de privation de liberté sur la prison marseillaise des Baumettes. Voir Franck Johannès, « Les Baumettes, l'effroyable prison », Le Monde, 7 décembre 2012 : http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/12/06/a-marseille-la-prison-de-la-honte_1800621_3224.html

6  Voir Loïc Wacquant, Les Prisons de la misère, Paris, Liber/Raisons d’Agir, 1999.

7  Voir Corinne Rostaing, La Relation carcérale, Paris, PUF, 1997

8  Voir entre autres Antoinette Chauvenet, Françoise Orlic et Georges Benguigui, Le Monde des surveillants de prison, Paris, PUF, 1994

9  Les détenus et leurs proches, Paris, Autrement, 2008

10  Voir le site associé : http://www.a-cote.eu

11  Voir Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1977 [1963]

12  Voir Everett Hughes, Le regard sociologique. Essais choisis et présentés par Jean-Michel Chapoulie, Paris, éd. de l'EHESS, 1996

13  Voir Anne-Marie Marchetti, Pauvretés en prison, Ramonville Saint-Ange, Cérès, 1997

14  Sur cette notion sensible, voir notamment l'ouvrage classique de George Herbert Mead, L'esprit, le soi et la société, Paris, PUF, 2006 {1934] et les travaux de Claude Dubar, dont on pourra trouver une bonne présentation sur SES-ENS : http://ses.ens-lyon.fr/le-concept-d-identite-autour-des-travaux-de-claude-dubar-39775.kjsp

15  Voir Marie Jahoda, Paul Lazarsfeld, Hans Zeisel, Les chômeurs de Marienthal, Paris, Minuit, 1982 [1931]

16  Voir Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Liber/Seuil, 1998

17  Pour en savoir plus, voir la circulaire du 26 mars 2009 qui définit leurs modalités et vocation : http://www.textes.justice.gouv.fr/art_pix/boj_20090002_0000_0018.pdf

18  Voir Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le Savant et le Populaire, Paris, Seuil 1989

19  Voir Lilian Mathieu, La double peine. Histoire d'une lutte inachevée, Paris, La Dispute, 2006 : http://lectures.revues.org/460

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Caroline Touraut, La famille à l'épreuve de la prison », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/10194

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page