Navigation – Plan du site

Christophe Dargère, Enfermement et discrimination. De la structure médico-sociale à l’institution stigmate

Romuald Bodin
Enfermement et discrimination
Christophe Dargère, Enfermement et discrimination. De la structure médico-sociale à l’institution stigmate, Grenoble, PUG, coll. « Handicap Vieillissement Société », 2012, 200 p., Préface de Claude Javeau, ISBN : 978-2-7061-1748-0.
Haut de page

Texte intégral

1« Asiles, publié en 1961, a-t-il pris une seule ride ? » [Christophe Dargère, p. 8].

2Faut-il l’interpréter comme la conséquence d’une lecture quelque peu naïve mais convergente des épistémologies kuhnienne et bachelardienne ? Je ne saurais le dire, mais il semble être du meilleur ton aujourd’hui que de refuser de se reconnaître l’héritier d’un cadre théorique donné quel qu’il soit. Comme si la norme était maintenant à montrer coûte que coûte sa capacité d’indépendance (de rupture) vis-à-vis des grands noms et cadres d’analyse qui nous ont précédés (ne pas faire du Durkheim, ne pas faire du Elias, ne pas faire du Bourdieu, ou plus généralement ne pas tomber dans l’interactionnisme, ne pas tomber dans le structuralisme, etc.) plutôt que d’essayer de tirer de ces derniers tout ce qu’ils peuvent encore nous dire et nous faire dire. Si je suis convaincu que la « rupture épistémologique » est nécessaire à l’avancée scientifique, il n’en reste pas moins que cette sociologie tout en négatif, comme en apesanteur théorique, et qui substitue bien souvent la méthodologie à la théorie, n’en est pas une. Elle me paraît bien au contraire s’effondrer sous le poids de son refus de s’inscrire, et être en ce sens, la plupart du temps, peu constructive.

  • 1  Ce qui n’empêche pas Christophe Dargère de mobiliser à l’occasion et sur des points précis d’autre (...)

3Dans Enfermement et discrimination, Christophe Dargère échappe totalement à cette critique. Face à un objet comme celui que constituent les IMPro (Instituts médico-professionnels) et leurs élèves, en effet, il choisit tout à fait intentionnellement et explicitement d’appliquer presque mot à mot non seulement la sociologie d’Erving Goffman mais aussi, et plus restrictivement encore, le modèle d’analyse proposé dans Asiles1. Si certains y verront un manque d’originalité, je préfère pour ma part souligner la clarté et la cohérence du propos qui en résulte.

4Les IMPro sont des établissements spécialisés qui accueillent des adolescents et jeunes adultes, de 12 à 20 ans, atteints de déficience intellectuelle. Christophe Dargère y a exercé en tant qu’enseignant pendant plusieurs années avant de s’engager dans une thèse de doctorat dont sera tiré ce livre. Le premier intérêt de ce travail est de venir renforcer l’ensemble des travaux récents qui nourrissent aujourd’hui une sociologie du handicap, certes de plus en plus dynamique (comme l’atteste la création de la collection « Handicap Vieillissement Société » dirigée par Alain Blanc et dans laquelle est publié cet ouvrage), mais encore très en retard au regard d’autres champs d’études (comme l’art ou l’école). Le second intérêt est d’avoir pris le parti, suivant bien en cela l’Erving Goffman d’Asiles, d’adopter pour l’essentiel le point de vue des « usagers », et d’avoir réussi par ce biais à leur donner la parole. Or cela reste bien peu fréquent dans le champ du handicap et c’est à l’origine dans cet ouvrage de quelques très bonnes surprises. De ce point de vue-là, ce livre est une vraie réussite.

5L’introduction et les trois chapitres qui composent l'ouvrage constituent chacun une étape supplémentaire vers la thèse finale de l’auteur, à savoir l’identification des institutions médico-éducatives à ce que Christophe Dargère appelle des « institutions stigmates ». Après une introduction qui précise le contexte dans lequel s’est réalisée la recherche qui est à l’origine de ce livre, le premier chapitre essaie de démontrer dans quelle mesure la sociologie goffmanienne et, plus précisément encore, les notions d’asile et de stigmate s’ajustent parfaitement à et éclairent particulièrement bien la réalité empirique et quotidienne que constitue un IMPro. Christophe Dargère y insiste notamment avec force exemples sur la réalité du stigmate et sur ces conséquences pour les jeunes usagers de l’institution. Cette première étape en trois sous-parties (Le stigmate, L’asile, L’institution asile) est très didactique, presque trop. On y saisit assez rapidement la position de l’auteur, l’intérêt et l’enjeu de l’usage des concepts goffmaniens qu’il propose dans le cadre de l’objet étudié, et si on est assez facilement convaincu dans l’ensemble, on trouvera peut-être quelques redondances dans le propos. Heureusement, la richesse et l’originalité du matériau empirique recueilli permettent de donner à ce chapitre tout son intérêt.

6Le second chapitre se propose ensuite d’entrer dans le détail des mécanismes de stigmatisation intra-muros. Quels sont les divers visages de la stigmatisation au sein de l’établissement ? Comment interagissent les différents acteurs qui y cohabitent et comment se diffusent des effets de stigmatisation par ce biais ? Qui dit quoi et qui fait quoi de ce même point de vue ? Tels sont les principales questions qui sont ici traitées. On y découvre une institution au sein de laquelle la violence (symbolique) est omniprésente, prend de multiples formes et surtout de multiples directions. Ainsi, si cette violence est exercée par tous les agents de l’institution en direction des jeunes déficients intellectuels, elle est aussi exercée en direction des parents de ces derniers, et par les usagers eux-mêmes en direction de leurs pairs. On sera peut-être surpris, voire choqué, par certaines observations réalisées, tant la violence y est souvent criante. On pourrait aussi pointer du doigt quelques analyses qui frôlent la surinterprétation. Mais la multiplication des exemples et leur juxtaposition semblent bien montrer, malgré tout, l’existence d’une réalité sous-jacente qui ne choque ici que parce qu’elle est observée à la loupe, parce qu’elle est extraite du flux des interactions et des ajustements perpétuels qui dans la vie quotidienne tendent à l’euphémiser.

7Le troisième chapitre prolonge les analyses précédentes sur le stigmate mais en s’extrayant quelque peu de la vie interne à l’institut, pour observer comment se joue les relations entre l’intérieur et l’extérieur de l’établissement, le passage de l’un à l’autre, la façon dont l’institution est capable d’exporter en dehors de ces murs le stigmate qu’elle impose à ses usagers (dans le quartier, dans la famille, etc.), mais aussi, pour finir, les stratégies mises en place par ces derniers pour tenter de contourner autant que possible les effets de ce processus social. Le chapitre est introduit par la retranscription d’un long échange, très riche et très éclairant, entre l’auteur, alors encore enseignant à l’IMPro, et ses élèves. Non seulement, en effet, on y apprend beaucoup de choses sur les représentations, les sentiments et la souffrance de ces jeunes usagers mais aussi et surtout on y découvre des adolescents qui loin de l’image que l’on peut se faire des personnes dites « déficientes intellectuelles » (image qui est elle-même un autre effet de la stigmatisation dont elles sont victimes), font preuve d’une grande lucidité et de beaucoup de subtilité dans la compréhension de leur propre situation. Partant de l’analyse de cet échange, Christophe Dargère va d’abord insister sur l’importance et la fonction d’un élément central du processus de stigmatisation : la plaque qui se trouve à l’entrée de l’établissement et sur laquelle est inscrit « Institut médico-professionnel » (plaque devant laquelle s’arrêtent les passants, plaque que les élèves essaient de faire disparaître sous des autocollants, voire en tentant de la dévisser de son socle la nuit venue). Puis, progressivement, le chapitre conduit à l’analyse des stratégies mises en place par les usagers pour tenter d’échapper aux effets de ce stigmate.

8Enfermement et discrimination m’apparaît donc, au terme de sa lecture, comme un livre riche, s’appuyant sur un matériau original, et traitant d’un sujet sur lequel les travaux ne sont pas particulièrement nombreux. Une nouvelle fois, certains chercheurs regretteront sans doute un usage trop exclusif de Goffman mais Christophe Dargère assume parfaitement ce parti pris et en montre tout l’intérêt. Les professionnels de l’action sociale et médico-sociale, quant à eux, lui reprocheront peut-être – et non sans raison ici aussi – une vision unilatérale qui homogénéise un peu trop tôt les pratiques et les attitudes professionnelles, ignorant tout à la fois la diversité des situations, les luttes et les résistances qui mobilisent les agents de l’institution eux-mêmes (ou au moins de certains d’entre eux). Mais là encore, me semble-t-il, il s’agissait pour Christophe Dargère d’observer et d’analyser l’ordre de l’institution médico-sociale strictement du point de vue de ses usagers. Un tel positionnement est suffisamment rare et riche en informations pour mériter une lecture attentive indépendamment des limites qu’on peut lui reprocher et ce d’autant que l’auteur ne semble nullement les ignorer.

Haut de page

Notes

1  Ce qui n’empêche pas Christophe Dargère de mobiliser à l’occasion et sur des points précis d’autres auteurs (notamment Norbert Elias et Georg Simmel) ou encore, bien évidemment, d’autres ouvrages d’Erving Goffman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romuald Bodin, « Christophe Dargère, Enfermement et discrimination. De la structure médico-sociale à l’institution stigmate », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/10215

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page