Navigation – Plan du site

Michael Paraire, Femmes philosophes, femmes dissidentes

François-Ronan Dubois
Femmes philosophes, femmes dissidentes
Michael Paraire, Femmes philosophes, femmes dissidentes, Les Éditions de l'Épervier, coll. « Pour aller plus loin », 2012, 96 p., ISBN : 978-2-36194-016-4.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Soixante-dix neuf pages en gros caractères avec quelques illustrations : le fascicule de Michael Paraire n’exige pas de son lecteur beaucoup de temps. C’est au galop que se parcourt le chemin d’Olympe de Gouges à Simone de Beauvoir, chemin qui se veut non seulement une découverte mais encore une réhabilitation de ces femmes philosophes, au nombre de dix, que l’histoire et la pensée contemporaine auraient injustement oubliées. Soit. A moins de huit pages par philosophe, on peut sourire du titre de la collection dans laquelle l’ouvrage s’inscrit, « Pour aller plus loin ». La brièveté n’est pas du reste le seul problème de l’ouvrage — mais voyons d’abord le propos.

2La présentation de deux pages qui sert d’introduction donne le cadre et le ton. Michael Paraire estime pouvoir classer les philosophes en « deux grands types » (p.7), à la suite de Chomsky cité par Barsky (nous informe l’une des cinq notes de la brochure), d’un côté les « serviteurs zélés du Prince » et de l’autre les « opposants à l’ordre établi ». Du côté des serviles, on trouvera, entre autres, Aristote, Machiavel, Leibniz, Hobbes, Hegel ou Heidegger ; de celui des courageux résistants, Epicure, Montesquieu ou Russell. A ces hommes, il faut encore ajouter toutes les femmes, car « les femmes philosophes » (en général, apparemment) ont préféré « la solitude » et « les combats ». Elles sont toutes dissidentes et cette dissidence conduit à leur exclusion. Voilà la mission de l’ouvrage : « Les femmes philosophes ont été injustement dénigrées et laissées de côté, il s’agit maintenant de les réhabiliter » (p.8).

3Le dossier est présenté par ordre chronologique. Chaque chapitre de quelques pages s’occupe d’abord de la biographie de la philosophe considérée, d’un résumé de ses principaux ouvrages, d’une section intitulée « Postérité » et d’une anecdote sous le titre « Le saviez-vous ? » — le panorama commence avec « Olympe de Gouges — La philosophe citoyenne ». M. Paraire y évoque la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, qui constituerait la première véritable œuvre féministe, injustement ignorée par « les spécialistes de la philosophie du droit » en raison de leur « sexisme » (p.11), au profit de Kant, Hegel ou encore Hume. L’auteur s’attache à montrer que la Déclaration de Gouges mettait en lumière l’iniquité pseudo-démocratique des gouvernements révolutionnaires.

4A Olympe de Gouge succède « Mary Wollstonecraft — La philosophe de l’indépendance ». Michael Paraire décrit la manière dont la philosophe britannique s’oppose à Burke en publiant sa Défense des droits de l’homme, qui loue la Révolution Française, avant d’en souligner les imperfections, dans la Défense des droits de la femme, qui attaque la pédagogie genrée de l’Emile de Rousseau.

5Ces quatre pages précèdent celles placées sous le titre « Germaine de Staël — La philosophe libérale ». Le difficile enjeu en est de faire passer Staël pour une dissidente. M. Paraire souligne la construction d’une position républicaine modérée dans l’œuvre de Staël, contre les excès révolutionnaires, et la fondation d’une philosophie européenne, libérale, romantique et héritière des Lumières, où la littérature est un vecteur de progrès. L’influence de Staël sur le romantisme du dix-neuvième siècle, rappelle l’auteur, est considérable.

6La rupture est nette cependant avec le chapitre « Flora Tristan — La philosophe de la solidarité ». Michael Paraire y décrit le parcours international de la philosophe, résumant d’abord les Pérégrinations d’une paria puis les Promenades dans Londres ou l’aristocratie et les prolétaires anglais. Ces voyages conduisent à l’implication de Tristan dans l’action politique et la publication de L’Union ouvrière, ainsi qu’à la constitution de l’Association Internationale des Femmes, qui se démarque du sexisme des socialismes et anarchismes du dix-neuvième siècle.Même engagement social avec « Louise Michel — La philosophie anarchiste ». A nouveau, le plan est biographique : des écrits de jeunesse héritiers du romantisme à l’expérience de Nouvelle-Calédonie en passant, bien entendu, par la Commune. M. Paraire retrace la conversion de Michel à l’anarchisme et son opposition au suffrage universel bonapartiste. La philosophe se fait également historienne de la Commune pour tirer les leçons de l’échec et poétesse révolutionnaire.

7Avec le chapitre suivant, « Rosa Luxemburg — La philosophe spartakiste » s’ouvre un diptyque marxiste. L’auteur explique la manière dont la révolutionnaire s’est progressivement séparée du SPD et rapprochée de Karl Liebknecht pour organiser la Révolution spartakiste, dans un mouvement critique à l’égard de la révolution russe, incomplète et trop modérée. Le chapitre « Alexandra Kollontaï — La philosophe du féminisme marxiste » évoque de la même manière les critiques adressées par la diplomate soviétique au marxisme léniniste, notamment sur les questions du féminisme, de la morale maritale et de l’inféodation des syndicats au pouvoir central.

8Ce diptyque révolutionnaire est suivi de ce que l’on pourrait appeler un diptyque conservateur, ouvert par « Simone Weil — La philosophe de l’enracinement et de la grâce ». M. Paraire y confronte le premier engagement marxiste de la philosophe et ses réflexions de mystique chrétienne, issues, selon lui, de la déception ressentie face à la montée du fascisme en Allemagne. Conservatrice aussi la pensée de « Hannah Arendt — La philosophe antitotalitaire ». Après avoir rappelé les principaux ouvrages de la philosophe et son approche phénoménologique du problème du mal, l’auteur insiste sur ses positions conservatrices.

9L’ouvrage se clôt par l’éloge de « Simone de Beauvoir — La philosophe existentialiste » et par une description de sa philosophie du projet et de l’ambiguïté, qui doit résoudre les apories du déterminisme marxiste et permettre, entre autres, la libération de la femme de son propre mythe constitué par une culture séculaire, à laquelle doit s’opposer une philosophie littéraire.

10On le voit, les figures évoquées sont fort différentes, si différentes, même, qu’il paraît difficile de leur donner à toutes la qualité de dissidente pourtant si chère à l’auteur. La fille de la grande bourgeoisie qu’est Staël, la cadre du Parti que Kollontaï demeure toute son existence ou l’intellectuelle médiatique Simone de Beauvoir ne paraissent pas devoir être envisagées de la même manière que Michel, Luxemburg ou Tristan. En d’autres termes, le projet dans sa généralité ne convainc pas et l’auteur se trouve bien perplexe face à la mystique de Weil ou au communautarisme d’Arendt, pour soutenir sa thèse de la dissidence.

11Quant à l’entreprise de réhabilitation, il est difficile de la croire si nécessaire. Si l’on veut bien admettre qu’Olympe de Gouges ne soit pas traitée comme Emmanuel Kant, il parait audacieux d’affirmer que Beauvoir ou Arendt furent jamais dénigrées. Plus largement, il existe sur chacune des philosophes évoquées par l’auteur une abondante bibliographie qui, la plupart du temps, n’a pas entendu l’émergence des études de genre pour se constituer.

12A cela il faut ajouter des imprécisions dans l’histoire des idées et jusqu’à des fautes documentaires. On retrouve à propos de Beauvoir la banalité qui veut que Sartre fût reçu premier à l’agrégation et la philosophe seconde — encore faut-il rappeler que les agrégations n’étaient pas les mêmes. L’idée qu’Olympe de Gouges est délaissée par les philosophes du droit en raison d’un quelconque sexisme est absurde quand on met en rapport la fine Déclaration de la philosophe française aux milliers de pages écrites par chacun des autres philosophes masculins évoqués par l’auteur. La brièveté de l’étude tord la réalité des événements et sacrifie la précision des concepts.

13Il reste peut-être à l’ouvrage le mérite d’être parfois informatif. Il est vrai que la section « Postérité » est généralement dépourvue d’intérêt, comme on peut en juger à partir de ces citations in extenso de celles consacrées à Simone de Beauvoir (« La philosophe a certainement motivé un nombre considérable de vocations féminines à agir et à théoriser leur action ») et à Olympe de Gouges (« Toutes les revendications pour l’égalité des droits civiques entre hommes et femmes peuvent être rattachées à Olympe de Gouges »). Il est encore vrai que les événements historiques ne sont jamais éclaircis et qu’il faut supposer que le lecteur connaisse précisément l’histoire de la Révolution française ou les grandeurs et misères des mouvements marxistes pour que l’ouvrage reste lisible. En d’autres termes, on se reportera avec plus de profit à une bonne encyclopédie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Michael Paraire, Femmes philosophes, femmes dissidentes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 21 décembre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/10221

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page