Navigation – Plan du site

Régis Cortéséro (dir.), La Banlieue change ! Inégalités, justice sociale et action publique dans les quartiers populaires

Sophie Maunier
La Banlieue change !
Régis Cortéséro (dir.), La Banlieue change ! Inégalités, justice sociale et action publique dans les quartiers populaires, Le Bord de l'eau, coll. « Clair & Net », 2012, 216 p., ISBN : 978-2-35687-197-8.
Haut de page

Texte intégral

1En France, le dernier rapport de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles (Onzus), rendu public le 16 novembre, révèle que les habitants des quartiers populaires sont, de loin, les plus touchés par la crise. Au même moment, des zones de sécurité prioritaires (ZSP) viennent d'être mises en place par le gouvernement actuel ; l'objectif est de lutter plus efficacement contre la délinquance, notamment en zones urbaines. Pauvreté et insécurité semblent ainsi les deux termes résumant la situation des banlieues. Pour réfléchir en connaissance de cause, l'ouvrage collectif dirigé par Régis Cortéséro. La Banlieue change ! peut s'avérer utile.

2L'ouvrage a été élaboré dans le but de remettre en question une image, très médiatisée, de la banlieue, laquelle est représentée de façon événementielle au travers des émeutes, du spectaculaire et du fatalisme, alors même que « depuis trente ans, les banlieues françaises ont profondément changé ».

  • 1 Dubet (F.), La Galère: jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987 

3Ces changements sont périodisés en fin d'ouvrage, montrant trois âges des banlieues : les années 80 sont celles du « retour des classes dangereuses » et de la « galère1 » et en même temps cette période est marquée par une grande vitalité civile, comme l'illustre la « marche des beurs» ; les années 90 voient une augmentation des violences urbaines et la formation d'une sous-culture juvénile plus ou moins déviante ; à partir de 2005, les quartiers populaires se ferment sur eux-mêmes et un ordre social, en partie fondé sur la religion, oriente les comportements des habitants, ségréguant les âges et les sexes.

  • 2 Les zones urbaines sensibles (ZUS) sont des territoires infra-urbains définis par les pouvoirs pub (...)

4Pour comprendre les changements opérés dans les banlieues, les auteurs de l'opuscule s'appuient sur trois sources : les statistiques publiques produites par la DARES et l'INSEE sur les ZUS2 ; un corpus scientifique français et américain, dont ils résument la portée pour appréhender les mutations des banlieues ; des enquêtes de terrain réalisés dans le cadre de doctorat ou de commandes ministérielles. Pour éviter une vision moniste des problèmes urbains, trois approches sont convoquées : sociale, urbaine et raciale.

5Tout d'abord, sur le plan social, la banlieue subit les transformations du monde ouvrier et une nouvelle question sociale émerge. Les banlieues sont des lieux de concentration de populations pauvres, le chômage est endémique et les inégalités s'accroissent. Avec l'effacement du monde ouvrier lié à la désindustrialisation, la lecture des inégalités évolue ; elles ne sont plus perçues comme le résultat de l'exploitation endémique et les inégalités s'accroissent. Avec l'effacement du monde ouvrier lié à la désindustrialisation, la lecture des inégalités évolue ; elles ne sont plus perçues comme le résultat de l'exploit d'une classe dominante sur une classe dominée mais comme le résultat de discriminations et d'injustice. Les habitants des banlieues ne sont plus exploités mais exclus, rejetés, enfermés dans des territoires stigmatisés et se sentent inutiles dans une société qu'ils perçoivent comme corrompue et malveillante à leur égard. « la question sociale a perdu son sens politique » et faute de cadre d'interprétation politique, il n'y a pas de solidarité ni d'identité collective. La réussite par le mérite, au cœur du système républicain, semble inatteignable du fait des discriminations et l'échec, vécu comme « une marque d'infériorité personnelle », enferme les individus dans un sentiment de honte et de rage. D'autant que l'école n'est plus un facteur d'émancipation mais un amplificateur des inégalités et d'injustice. « [Les jeunes] sont loin d'être dupes d'une institution qui prétend les traiter comme des égaux mais bafoue sans cesse sa propre promesse ». C'est pourquoi, selon les auteurs, les émeutes sont à analyser comme une expérience infra-politique et remplacent toute revendication de justice sociale. Cela ne va pas sans ambivalence du côté des habitants des banlieues qui condamnent et soutiennent tout à la fois les émeutes.

  • 3 Ensemble des ressources que procure l’appartenance à des réseaux de relations localisés (Jean-Noël (...)
  • 4 D'après Mark Granovetter, ce sont les liens faibles (relations amicales éloignées ou relations pro (...)

6Ensuite, sur le plan spatial, « la banlieue matérialise les inégalités sociales dans l'espace urbain ». La banlieue est alors un territoire qui coupe les habitants de l'accès aux ressources valorisées et valorisantes. Les auteurs mettent l'accent sur la notion de « capabilité », qui permet de décrire les inégalités entre les possibilités effectivement offertes aux individus d'accéder aux opportunités de la ville. Pourtant, la banlieue est aussi un lieu de sociabilités locales et de liens forts. Est repris la notion de « capital d'autochtonie »3 pour rendre compte de la richesse relationnelle et de son ambivalence dans les banlieues. Se développe une morale du ghetto, qui peut être très contraignante pour les individus. La « formation du ghetto » se fait au détriment des liens faibles4, nécessaires à une intégration sociale globale des individus et favorise une violence faite d'embrouilles, de question d'honneur et de vengeance.

  • 5 En référence aux travaux de Pascal Blanchard et alii

7Enfin, sur le plan ethnique, il y a une surconcentration des populations issues des anciennes colonies dans les ZUS. D'ailleurs, les auteurs utilisent la notion de « fracture coloniale 5» pour rendre compte de cet aspect. Les auteurs s'attachent à décrire le retournement du stigmate d'une identité prescrite, infériorisée en une identité positive, réinventée, notamment à partir de la religion. Cette construction d'une identité positive entraîne deux effets : premièrement, le recours à l'ethnicité pour se définir est une forme de résistance face à une identité hégémonique et montre les limites des logiques assimiliationnistes. L'intégration et la participation des individus à la société prend de multiples formes et le cadre communautaire peut être structurant et protecteur, comme le montre l'exemple des jeunes Turcs, qui sont insérés sur le plan socio-économique, grâce à l'ethnic business, tout en conservant une forte identité ethnico-culturelle. Deuxièmement, le risque intégriste existe et la référence à une identité ethnique peut conduire à l'intérieur même des quartiers populaires à la ségrégation entre âges et entre sexes. Les femmes voient ainsi leur condition se dégrader.

  • 6 Les expressions sont reprises de Jacques Donzelot

8La société française fait face à une double demande contradictoire : une demande d'égalité et une demande de reconnaissance. Pour répondre à la demande d'égalité, l'État, dans la logique républicaine, a mené des politiques urbaines visant notamment à favoriser l'accès aux services publics. Mais l'accès aux services favorise la ghettoïsation des populations concernées. Le quartier enclavé entraîne une sous-mobilité des habitants. La proximité spatiale des services publics et sociaux freine l'intégration sociale globale de ces derniers. De même, la police de proximité se révèle être un échec : les relations avec la police sont ressenties comme de l'oppression -contrôle au faciès- ou de l'insuffisance, face à la délinquance. La politique de mixité sociale, menée au nom de l'idéal égalitaire, n'est pas, non plus, la solution : des micro-ségrégations se reforment ; les habitants des différents milieux sociaux sont juxtaposés dans le même espace, mais ne partagent rien en commun. Les aides sociales sont perçues tout à la fois comme insuffisante (au nom de l'égalité) et favorisant l'assistanat (au nom du mérite). Les politiques urbaines de la ville sont peu ouvertes aux habitants des quartiers, par peur du communautarisme. Aussi, l'action publique menée vient-elle « d'en haut » (top down6), entraînant clientélisme et contrôle bureaucratique, au détriment d'une participation des habitants (bottom up). Les auteurs préconisent ainsi une vision « bottom up », donc la participation active des habitants des quartiers populaires, qui prendrait pleinement appui sur les liens forts qui les unissent.

  • 7 « On peut en effet en donner au moins quatre définitions selon les situations territoriales et soc (...)

9Si le livre apporte des éléments de réflexion intéressants sur l'évolution actuelle des banlieues, des aspects entravent la compréhension d'un phénomène complexe. Ainsi, les auteurs, tout en reconnaissant la diversité des situations des quartiers populaires7 et de ce fait, les résultats contradictoires qui peuvent apparaître des différentes études, ont eu tendance à évoquer la banlieue comme un tout homogène et le titre s'avère des plus maladroits sur ce plan. De même, sont évoqués les habitants, les jeunes de ces quartiers comme des catégories uniformes. Des facettes de la réalité des quartiers populaires ont tout juste été évoqués sans guère de précision : la situation des femmes, le poids de la religion, les relations entre habitants et la question des transports et de la mobilité, très différente selon la configuration d'un quartier populaire à l'autre. Ne sont pas non plus détaillés les points méthodologiques des recherches utilisées et les contributions s'apparentent souvent à une revue de littérature des travaux sur les banlieues. A noter que l'ouvrage s'inscrit, en filigranes et sans que cela soit justifié, dans l'analyse des « subalternes » de James C. Scott.

10Un livre à lire pour ceux qui souhaitent une synthèse des changements survenus dans les banlieues, comprises comme quartiers relégués, mais qui risque de laisser sur leur faim les lecteurs en attente d'une analyse complète de la complexité des quartiers populaires.

Haut de page

Notes

1 Dubet (F.), La Galère: jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987 

2 Les zones urbaines sensibles (ZUS) sont des territoires infra-urbains définis par les pouvoirs publics pour être la cible prioritaire de la politique de la ville, en fonction des considérations locales liées aux difficultés que connaissent les habitants de ces territoires.

3 Ensemble des ressources que procure l’appartenance à des réseaux de relations localisés (Jean-Noël Retière).

4 D'après Mark Granovetter, ce sont les liens faibles (relations amicales éloignées ou relations professionnelles) qui sont susceptibles d'apporter des informations nouvelles et pertinentes à l'intérieur d'un réseau de relations fortes (familiales ou amicales).

5 En référence aux travaux de Pascal Blanchard et alii

6 Les expressions sont reprises de Jacques Donzelot

7 « On peut en effet en donner au moins quatre définitions selon les situations territoriales et sociales », cf.  http://www.ceras-projet.org/index.php?id=1966

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Maunier, « Régis Cortéséro (dir.), La Banlieue change ! Inégalités, justice sociale et action publique dans les quartiers populaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 02 janvier 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/10242

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page