Navigation – Plan du site

David Martens, Myriam Watthée-Delmotte (dir.), L'écrivain, un objet culturel

Denis Saint-Amand
L'écrivain, un objet culturel
David Martens, Myriam Watthée-Delmotte (dir.), L'écrivain, un objet culturel, Dijon, PU Dijon, coll. « Ecritures », 2012, 330 p., ISBN : 978-2-36441-034-3.
Haut de page

Texte intégral

1Collectif et programmatique, ce volume dirigé par David Martens et Myriam Watthee-Delmotte pose les jalons d’une vaste enquête consacrée aux représentations de l’écrivain dans les imaginaires individuels et collectifs de la période moderne. Il se présente de cette façon comme étant positionné au carrefour de plusieurs recherches contemporaines sur la question des mises en scène de l’auteur (Meizoz, Maingueneau, Diaz), dont il souhaite proposer un prolongement, en mobilisant ces travaux pour mieux dépasser une vision « littéraro-centrée » (p. 10), au moyen d’une enquête sur la façon dont l’écrivain peut être perçu comme un « objet culturel », dit et construit dans des discours extérieurs au domaine littéraire.

2Présenté en ces termes, le projet est aussi passionnant qu’audacieux : David Martens et Myriam Watthee-Delmotte donnent un aperçu du travail qu’il faudra accomplir en répertoriant, dans leur introduction, les chantiers à ouvrir en ce qui concerne, parmi d’autres, le discours philosophique (d’Aristote à Jean-Luc Nancy) et les cultures graphiques (de la bande dessinée jusqu’aux récits filmographiques d’Anieszka Holland sur Rimbaud ou de Diane Kurys sur Sagan), mais aussi à propos des figures de l’écrivain qui se dégagent du discours social lié, notamment, à des questions d’éthique (qu’on songe à la polémique autour de la commémoration du cinquantenaire de la mort de Céline). Le présent ouvrage, comme l’écrivent ses directeurs, donne le « coup d’envoi » de ce programme, en mettant les fondements de ce dernier à l’épreuve de différents cas qui ont en commun de « faire sortir la littérature (et par corollaire, la recherche en littérature) de ses gonds » (p. 14).

  • 1  Parmi lesquels le collectif Imaginaires de la vie littéraire, dirigé par Michel Lacroix, Björn-Ola (...)

3En vingt-deux contributions et trois parties équilibrées mais relativement perméables, cette première étape du projet offre un aperçu assez large des mécanismes et effets possibles des mises en discours de la figure de l’écrivain. La première partie est intitulée « Figurations et autofigurations de l’écrivain » : plus classique, en dépit des beaux cas-limites qu’elle interroge (comme les écrivains-philosophes que sont Rousseau et Cioran, respectivement étudiés par Jérôme Meizoz et Sylvain David), elle met en évidence plusieurs stratégies rhétoriques qui infléchissent les mises en scène de soi comme écrivain et les enjeux de ces dernières, et s’articule à une série de travaux qui la précèdent et dont elle profite des acquis1. On trouvera peut-être à s’étonner, toutefois, de la cohérence de certaines contributions au cœur de cet ensemble : de cette façon, la lecture des logiques autofictionnelles que donne Jean-Louis Tilleul d’un corpus bigarré de bandes dessinées contemporaines (de la série LeCombat ordinaire de Larcenet au Clumsy de Jeffrey Brown) est tout à fait intéressante, mais elle jure avec les autres articles, en ce qu’elle ne prend pas vraiment l’écrivain pour objet. En cela, toutefois, elle pose indirectement des questions autres que celles, pertinentes et bien traitées, que soulève son propos, puisqu’elle implique qu’on se demande quelle est l’extension du domaine de l’écrivain (est-ce qu’un auteur de BD est un écrivain ? N’y a-t-il pas, au contraire, des discours particuliers du couple scénariste/auteur sur l’écrivain ? des figurations particulières qui en émanent ? — Qu’on songe aux bandes dessinées de Casanave consacrées respectivement à Flaubert, Verlaine et Baudelaire), ce qui apparaît en réalité comme l’une des questions fondamentales d’une telle recherche.

  • 2  Voir, par exemple, Pascal Brissette, La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureu (...)

4La deuxième partie du volume est dédiée au « Façonnement littéraire, critique et posthume ». Plus d’un demi-siècle après l’importante entreprise de répertoire et de mythanalyse des réappropriations partisanes de la figure de Rimbaud réalisée par Etiemble, on trouve ici des approches de la façon dont certains auteurs se voient rétrospectivement naturaliser dans des positions qui, à eux-mêmes, auraient pu paraître inconfortables sinon incongrues. Les petites mythologies qui fondent ces panthéons littéraires infléchissent directement l’imaginaire collectif, mais il n’est pas impossible de retracer leur genèse : c’est ce que fait bien, notamment, Jean-François Hamel, en montrant comment la représentation du Mallarmé politisé s’origine dans l’article « Mallarmé, professeur de morale », publié anonymement par Leiris dans le neuvième numéro des Lettres françaises en 1943, puis a été nourrie et modifiée au fil de commentaires parus dans les dernières revues d’avant-garde qu’étaient Tel Quel et Change. Des représentations qu’un Enrique Vila-Matas contribue à figer, quand il revendique l’héritage de Kafka (Emmanuel Bouju) ou quand il fait de Thomas Mann et Hemingway les deux grands modèles possibles de la condition littéraire (Charline Pluvinet), jusqu’à l’élaboration critique d’un paradigme d’« écrivain négatif » (« empêché, démissionnaire ou sans œuvre », p. 186) au Québec, dans les années 1980 (Mathilde Barraband), ce sont les modélisations de quelques grands schèmes et modèles globaux de l’écrivain, actualisables de façon universelle ou incarnés dans des personnalités spécifiques qui les portent, qui sont ici interrogés, dans une partie d’ouvrage qui prolonge certaines recherches pionnières avec lesquelles elle entre en dialogue2.

  • 3  Voir David Vrydaghs, Michaux l’insaisissable. Socio-analyse d’une entrée en littérature, Genève, D (...)

5La troisième partie du livre, enfin, se consacre aux paradoxales « Figures de l’infigurabilité », qui font dérailler les représentations traditionnelles et érigent leur propre insaisissabilité en maître-mot. Ces écrivains qui jouent à déjouer leurs auto-figurations pour prendre le lecteur à contre-pied sont en réalité légion, de Pierre Jean Jouve à Régis Jauffret en passant par Isidore Ducasse (bien connu et non traité directement ici, mais cité dans l’article de Jean-François Chassay). Les effets objectivables de ces représentations confuses, surtout, retiennent l’attention : de cette façon, Daniel Grenier revient sur plusieurs cas d’« écrivains fantômes » américains et montre, notamment, comment le jeu de dissimulation qui a contribué au succès d’un Thomas Pynchon — lequel ne fait rien d’autre, au final, que rejouer une posture adoptée avant lui par un Henri Michaux3 — en vient à hanter, d’un point de vue narratif, un texte comme Mao II de Don Delillo. Signalons, enfin, la contribution érudite de Gilles Ménégaldo qui questionne les rouages narratifs et symboliques de figurations de l’écrivain dans quatre films (House by the River, Barton Fink, Hammett et Deconstructing Harry) : s’il est surtout l’occasion pour l’auteur de faire voir certains jeux entre le texte et l’image, on appréciera l’ouverture à ce genre de questionnements émanant de spécialistes de disciplines autres que littéraire. Car ce volume, convenons-en, complète de belle façon un pan de la recherche sur les mises en scène de l’écrivain en accordant une place importante aux discours littéraires, mais il importera désormais de le dépasser en risquant les innovations en matière de corpus qu’il appelle de ses vœux sans toujours les réaliser : au-delà de la façon dont les écrivains se disent et sont dits par leurs pairs, c’est aussi, comme le signalent David Martens et Myriam Whattee-Delmotte dans leur introduction, vers le discours social (c’est-à-dire vers des corpus aussi divers que les citations et discours d’hommage des politiciens, les vignettes des journalistes, les portraits-fiches des enseignants ou les références inattendues des commentateurs sportifs — comparer Zlatan Ibrahimovic à Arthur Rimbaud « ne veut pas rien dire », comme l’aurait exprimé le second cité) qu’il faut se tourner si l’on veut se donner les moyens de faire voir quelles sont les fonctions et les valeurs du statut d’écrivain dans le monde contemporain.  

Haut de page

Notes

1  Parmi lesquels le collectif Imaginaires de la vie littéraire, dirigé par Michel Lacroix, Björn-Olav Dozo et Anthony Glinoer (PUR, « Interférences », 2012), à la suite duquel le présent volume s’inscrit en ligne directe et dont on lira avec profit l’excellente introduction de Michel Lacroix. Citons aussi, parmi d’autres, André Belleau, Le Romancier fictif [1980], Québec, Nota Bene, 1999 et José-Luis Diaz, L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Champion, 2007.  

2  Voir, par exemple, Pascal Brissette, La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presses Universitaires de Montréal, « Socius », 2005.

3  Voir David Vrydaghs, Michaux l’insaisissable. Socio-analyse d’une entrée en littérature, Genève, Droz, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « David Martens, Myriam Watthée-Delmotte (dir.), L'écrivain, un objet culturel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 janvier 2013, consulté le 01 août 2014. URL : http://lectures.revues.org/10264

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page