Navigation – Plan du site

Camille, Sexe libris. Dictionnaire rock, historique et politique du sexe

Mélanie Agron
Sexe libris
Camille, Sexe libris. Dictionnaire rock, historique et politique du sexe, Don Quichotte, coll. « DicoRock », 2012, 461 p., ISBN : 978-2-35949-081-7.
Haut de page

Texte intégral

1On sait bien peu de chose de Camille. Elle ou il (puisqu’en premier lieu, il ou elle ne nous dévoile pas son genre) est un-e parisien-ne d’une trentaine d’années, de formation scientifique. Fondatrice1 de Rue692, la rubrique sur les questions de genre et de sexualité de Rue 89, elle continue aujourd’hui l’aventure sur Sexpress3, blog de L’Express. Camille n’est pas journaliste : il exerce ses activités d’écriture à côté d’un emploi à plein-temps.

2L’ouvrage de 462 pages est le cinquième de la collection « dicoRock » des éditions Don Quichotte, « drôles, déjantés et très documentés », conçus pour être lus comme des romans. Il peut se lire de manière linéaire ou par bribes, en y sélectionnant une entrée comme on pioche dans une boîte de chocolats : y sont répertoriés aussi bien des verbes, des concepts, des pratiques, que des noms d’objets, de personnages ou de lieux. Les entrées écrites dans un style encyclopédique, « chlamydiae », « lupanar » ou « troisième sexe », pour n’en citer que trois, côtoient des articles au style plus narratif, tel celui sur les « club [s] échangiste [s] » où Camille nous invite à la suivre lors d’une exploration dans un sauna échangiste parisien, puis dans un sauna pansexuel de province : elle y décrit alors les rites, la décoration, les ambiances, ainsi que les interactions entres individus dont elle retranscrit certains propos.

3Certains articles sont aussi l’occasion de réflexions plus engagées ; c’est le cas de celui sur la « loi », dans lequel Camille s’interroge sur la croisade engagée par Nicolas Sarkozy en 2004 et 2009, pour re-pénaliser les relations incestueuses et zoophiles. Il nous apprend que ces deux types de relations avaient été supprimés de la loi française après la Révolution, considérés comme ne nuisant pas à la société tant que les premières avaient lieu entre adultes consentants, et que les dernières étaient pratiquées sans cruauté. « Ici, la société n’a pas lieu de se mêler de ce qui ne la regarde pas » nous dit Camille, qui sort de sa réserve habituelle.

4Certaines entrées sont également l’occasion de prises de positions faussement virulentes, telle la définition de l’« interdit » qui tient en quatre mots : « qui suscite le désir ». Qu’on se le tienne pour dit !

5Enfin, Camille use pour certaines définitions d’un ton plus cocasse : ainsi apprend-on à l’article « gaydar » que « disposer d’un gaydar évite de perdre son temps et son argent à offrir des verres à une personne dont l’orientation sexuelle rend impossible une relation autre qu’amicale ». D’autres articles réussissent le pari de provoquer le rire, tel celui sur le sperme et ses propriétés gustatives, écrit dans un style encyclopédique qui tranche avec la légèreté du propos. On découvre que l’on peut se procurer un livre de recettes pour apprendre à accommoder la virile semence qui « donne un goût intéressant à des desserts comme le milk-shake ou la panacotta » et peut remplacer la goutte de lait dans un café. Contrepèteries et jeux de mots sont disséminés un peu partout dans l’ouvrage, ce qui ajoute encore au plaisir de la lecture.

  • 4  Butler Judith, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, New York City, Routledge, (...)
  • 5  Stoller Robert, Sex and Gender : The Development of Masculinity and Feminity, New York City, Scien (...)
  • 6  Oakley Ann, Sex, Gender and Society, London, Temple Smith, 1972.

6Nous avons cependant décelé dans Sexe Libris certaines erreurs ou approximations, et nous avons été quelque peu embarrassés de l’affirmation dans l’entrée « genre (théorie du) », en lisant : « l’idée de construction sociale du genre s’est matérialisée en 1990 lors de la publication aux Etats-Unis du livre Gender Trouble4, écrit par la philosophe féministe Judith Butler ». Camille semble ici méconnaître que cette idée d’une irréductibilité du genre au sexe est bien antérieure. Le psychiatre et psychanalyste Robert Stoller, dès 1968, avecSex and Gender. On the Development of Masculinity and Feminity5, puis la sociologue américaine Ann Oakley avec Sex, Gender and Society6 avaient développé bien avant Judith Butler l’idée déjà contenue dans la célèbre formule de Simone de Beauvoir en 1949 : « on ne naît pas femme, on le devient ».

7Rendons donc à Butler ce qui lui appartient : l’idée d’une performativité du genre et la contestation de la catégorie biologique de sexe comme antérieure à la catégorie de genre. Pour Butler, le genre n’est pas un construit social plaqué sur une réalité biologique. C’est le construit social du genre, pensé comme binaire, qui départage l’humanité entre hommes et femmes, créant deux sexes alors que cette dichotomie se révèle inopérante pour penser l’intersexuation et la transidentité.

8Le malaise persiste quand, toujours dans la même entrée, on lit qu’on doit à Butler une tendance à la dissolution du féminisme « essentialiste » qui se « serait construit sur un combat entre hommes et femmes, qui s’opposeraient dans une lutte de pouvoir similaire à la lutte des classes ». Camille fait-il référence ici au féminisme différentialiste qui postule une différence de nature entre hommes et femmes ?

9Quid du féminisme matérialiste, pour qui l’oppression des femmes trouve sa source dans leurs conditions matérielles d’existence et dans ce que Danielle Kergoat a appelé la « division sexuelle du travail » ? C’est pourtant ce féminisme qui est le plus proche de l’idée d’une lutte des classes, l’exemple le plus radical étant sans doute la proposition de Monique Wittig pour qui la sortie de l’hétérosexualité, pensée comme un système politique, devait aboutir à une société sans classe de sexe. C’est encore au féminisme matérialiste, et non à Butler que l’on doit sinon la « dissolution », du moins la contestation du féminisme différentialiste.

  • 7 Easton Dossie, Liszt Catherine A., The Ethical Slut : A Guide to Infinite Sexual Possibilities, Ber (...)
  • 8  Janet Hardy est le vrai nom de Catherine A. Liszt, qui a été révélé lors de la deuxième édition de (...)

10Enfin, parmi les autres erreurs et approximations, on notera que la première édition de la « bible du polyamour », The Ethical Slut7, dont il est fait mention dans l’entrée « polyamour » date de 1997 et non de 2009, et n’a pas été écrite par Dossie Easton seule, mais avec le concours de sa co-auteure Janet Hardy8.

11Malgré ces quelques inexactitudes, le livre reste une mine d’informations sur les curiosités et cocasseries sexuelles, et il ne fait aucun doute que mêmes les spécialistes du genre et de la sexualité les plus aguerris, trouveront dans cet ouvrage de quoi sustenter leur libido sciendi. Camille, qui ne s’est pas départie de la curiosité, de l’ouverture d’esprit, et du sens de l’humour qui faisait déjà le sel de ses chroniques sur Internet, réussit parfaitement le pari de nous instruire tout en nous divertissant dans ce dictionnaire érudit au ton badin.

Haut de page

Notes

1  Comme Camille se définit volontiers comme épicène, nous choisissons, à l’instar de David Abiker, qui a rédigé la préface de l’ouvrage, d’utiliser indifféremment le masculin et féminin pour la ou le désigner.

2  http://www.rue89.com/rue69

3  http://blogs.lexpress.fr/sexpress

4  Butler Judith, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, New York City, Routledge, 1990.

5  Stoller Robert, Sex and Gender : The Development of Masculinity and Feminity, New York City, Science House, 1968.

6  Oakley Ann, Sex, Gender and Society, London, Temple Smith, 1972.

7 Easton Dossie, Liszt Catherine A., The Ethical Slut : A Guide to Infinite Sexual Possibilities, Berkeley, Eugene, Greenery Press, 1997.

8  Janet Hardy est le vrai nom de Catherine A. Liszt, qui a été révélé lors de la deuxième édition de l’ouvrage en 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Agron, « Camille, Sexe libris. Dictionnaire rock, historique et politique du sexe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 janvier 2013, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/10281

Haut de page

Rédacteur

Mélanie Agron

Etudiante en sociologie, Master 2 Recherche Mutation des sociétés contemporaines, Paris Ouest – Nanterre - la Défense

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page