Navigation – Plan du site

Marcel Mauss, Techniques, technologie et civilisation

Samuel Coavoux
Techniques, technologie et civilisation
Marcel Mauss, Techniques, technologie et civilisation, PUF, coll. « Quadrige », 2012, 481 p., Edition et présentation de Nathan Schlanger, ISBN : 978-2-13-059528-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Mauss Marcel, Sociologie et anthropologie, Paris, Presses Universitaires de France, 2010 [1950].
  • 2  Mauss Marcel, Œuvres, Paris, Minuit, 3 vols., 1968-1969.
  • 3  Pour le moment, outre ce volume sur les techniques, est reparu L'essai sur le don, et sept autres (...)
  • 4  Mauss Marcel, Essai sur le don, Paris, Presses Universitaires de France, 2012. Voir l’avant-propos (...)

1Marcel Mauss fait partie de ces auteurs classiques au destin paradoxal. Alors que son nom et ses idées – parfois réduits à des slogans ou à de simples titres – font partie de la culture commune fondamentale des sciences sociales, ses œuvres restent peu accessibles, partiellement éditées, et, surtout, trop rarement lues. La nouvelle « Série Mauss » des Presses Universitaires de France a pour ambition de remédier à cet état de fait. Florence Weber, qui dirige le projet, remarque ainsi que l'anthropologue reste, du moins en France, prisonnier d'une alternative entre la lecture structuraliste – le recueil Sociologie et anthropologie édité par Claude Lévi-Strauss1 – et la lecture durkheimienne – les Œuvres rassemblées par Victor Karady2. La réédition en cours3 offre ainsi l'occasion bienvenue de lire enfin Mauss en tant qu'auteur singulier4.

2La tâche, cependant, n'est pas simple. Nathan Schlanger rappelle ainsi les témoignages des élèves de Mauss sur les cours et les écrits de leur maître, touffus, peu systématiques, et souvent difficiles à suivre. La lecture des textes réunis confirme cette impression. Schlanger, qui signe un long texte introductif, a choisi de présenter seize textes sur la technique et la civilisation, de nature, de longueur et, il faut bien l'avouer, d'intérêt très divers. On trouve ainsi dans ce recueil des textes introductifs à la section « Technologie » de différents volumes de L'année sociologique, signés d'Émile Durkheim, Henri Hubert, Georges Friedmann et André Leroi-Gourhan, de nombreux extraits de textes plus généraux (comme le « Fragment d'un plan de sociologie générale descriptive ») sur les questions de technique et de civilisation, et enfin plusieurs textes complets, en particulier l'« Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimos » et « Les techniques du corps ».

3Schlanger affirme qu'il s'agit là d'un « véritable corpus », malgré son caractère parfois brouillon ou inachevé. Son introduction détaillée replace avec pertinence le projet technologique de Mauss dans son contexte intellectuel. Durkheim, qui porte d'abord une certaine attention aux objets techniques en tant qu'institutions sociales, s'en écarte rapidement, par peur, entre autres raisons, d'être associé au matérialisme historique du marxisme – qu’il ne connait pourtant qu'approximativement – lui qui se réclame plutôt d'une tradition républicaine progressiste. Le directeur de L'année sociologique et oncle de Mauss confie toutefois à son neveu et à ses collaborateurs le soin d'animer une section « technologie » dans la partie « divers » de sa revue, qui ne dépassera jamais cinq ou six pages par volume. Les réflexions sur la technique existent pourtant bien : Henri Bergson décrit alors un homme naturellement moral corrompu par les techniques rationalistes.

4Contre l'irrationalisme bergsonien, et contre l'idéalisme durkheimien, mais en participant toujours du projet sociologique de son parent, Mauss voit dans les techniques une entrée dans le substrat matériel des sociétés. Il invite ainsi à prendre au sérieux les objets techniques et leurs usages. La technique est un « acte traditionnel efficace [...] d'ordre mécanique, physique ou physico-chimique » (p. 375). En cela, une technique ne peut être que collective : elle est nécessairement le fait d'une communauté. Par ailleurs, elle produit un effet sur l'environnement physique – ce qui la distingue d'autres actes traditionnels efficaces, magiques, religieux ou symboliques par exemple. La technique, dès lors, ne doit pas être confondue avec l'instrument, quoiqu'elle le mobilise souvent. Si l'instrument est nécessaire, il n'est rien sans des façons de l'utiliser.

5Ainsi des fameuses « Techniques du corps », titre de l’un des principaux textes du recueil : le corps n'est autre que le premier et le plus ancien des instruments de l'homme. Il semble naturel, mais il est porteur de façons de faire socialement déterminées. La marche, la nage, le sommeil varient d'une société à l'autre et évoluent dans une société. Mauss décrit ainsi comment son attention a été attirée sur le corps par la démarche, inhabituelle et pourtant familière, des infirmières new-yorkaise qu'il vit lors d'un séjour à l'hôpital, et qu'il retrouva chez les jeunes françaises à son retour : c'était la démarche des stars de cinéma qu'elles avaient adoptée. Ainsi, les actes corporels sont éminemment sociaux : « les techniques sont l’ouvrage de la raison pratique collective et individuelle », et elles se transmettent par l’imitation « des actes qui ont réussi et [que l’enfant voit] réussir par des personnes en qui il a confiance et qui ont autorité sur lui » (pp. 371-372). Par son attention au corps socialisé, ce texte reste d’une grande actualité, bien que la majeure partie de ses enseignements ait été intégrée par les sciences sociales contemporaines.

6Le choix des éditeurs de croiser les textes sur la technique et ceux sur la civilisation apparaît alors particulièrement pertinent. L'un des intérêts majeurs de l'étude des techniques, comme le prouve Mauss par l'exemple, est qu'elles permettent de caractériser les sociétés. Car ces techniques circulent et se partagent plus ou moins aisément, au point que les sociétés peuvent se définir par leurs emprunts, ou plutôt par leur refus d'emprunt (p. 278). Une inspiration souvent rappelée, mais jamais développée, de Mauss est un historien chinois, Sseu-Ma-Tsien, qui décrivit combien la cour rechigna à adopter les manières de monter à cheval des huns. Les « faits de civilisation » – les faits sociaux propres à plusieurs sociétés proches – permettent ainsi de définir tant la forme (le contenu) que l'aire (l'étendue) d'une civilisation. La technologie, la discipline qui étudie les techniques, a donc toute sa place au sein de la sociologie, ce que confirment les cours d'ethnographie précisant les bonnes manières de collecter et de documenter instruments et techniques.

7L'ouvrage laisse tout de même quelque peu sceptique quant à l'articulation de la pensée maussienne des techniques. Les textes sont certes riches en intuitions et en exemples parlants. Mais ils restent presque tous programmatiques, indiquant des pistes possibles plutôt que les traçant. Le caractère quelque peu haché du recueil renforce ce sentiment : il est composé de seize textes, parfois très courts, souvent extraits eux-mêmes d'articles plus longs, et qui semblent demander à être lus dans leur intégralité. Une telle compilation semble par ailleurs quelque peu contradictoire avec le projet même de cette collection qui, bien qu’elle n’ait pas l’objectif de publier des œuvres complètes, pourrait respecter plus scrupuleusement l'intégrité des textes.

  • 5  Notons ainsi les instructions données par Mauss aux ethnographes soucieux de collectionner, pour l (...)

8On conçoit cependant la difficulté de l'édition d'un tel volume, et si certains choix de textes auraient pu être plus argumentés, il faut saluer la qualité du travail de Nathan Schlanger, et de son introduction fort éclairante. Surtout, malgré les difficultés à s'orienter dans la pensée de Mauss, persiste à la lecture le sentiment d'exaltation que produisent les classiques qui méritent ce statut. Car la pensée de Mauss, pour être parfois floue, reste des plus stimulantes. L'« Essai sur les variations saisonnières » vient le rappeler. L’auteur travaille seulement à partir de littérature secondaire, sans expérience de première main du terrain inuit. Il ne fait cependant nulle généralisation outrancière, ni surinterprétation, et appliquant à la lettre ses propres conseils (partir du concret pour aller à l’abstrait, considérer non pas seulement les instruments, les traces matérielles, mais aussi leurs usages5), construit une enquête de science sociale d’une étonnante modernité. Ceux que l’on appelle alors encore les « eskimos » changent leur habitat, leur alimentation, leurs activités, et mêmes leur religion entre les saisons. À l’été passé dans de petites tentes où vit une famille restreinte, chassant le renne et le bœuf musqué, avec une vie collective moindre, succède un hiver dans de grandes maisons abritant plusieurs familles, riche en rituels religieux. Techniques et civilisations sont ici étroitement liées. Les inuit n’empruntent pas, ou très peu, les techniques de leurs voisins (comme la raquette, qui leur permettrait de chasser l’hiver), mais ils vivent au rythme de leur gibier, et leur civilisation est façonnée par la présence de ces deux ensembles apparemment contradictoires de techniques, de coutumes, de normes venues tantôt de la vie d’été et de la vie d’hiver. Le mélange de primauté du terrain, de prudence argumentative et d’ambition théorique, que l’on retrouvera dans « Les techniques du corps » est ce qui fait la modernité de Mauss, et le plaisir que l’on peut trouver à le lire aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1  Mauss Marcel, Sociologie et anthropologie, Paris, Presses Universitaires de France, 2010 [1950].

2  Mauss Marcel, Œuvres, Paris, Minuit, 3 vols., 1968-1969.

3  Pour le moment, outre ce volume sur les techniques, est reparu L'essai sur le don, et sept autres volumes sont en préparation.

4  Mauss Marcel, Essai sur le don, Paris, Presses Universitaires de France, 2012. Voir l’avant-propos de Florence Weber dans le volume sur les techniques, ainsi que sa présentation du projet sur les sites des PUF.

5  Notons ainsi les instructions données par Mauss aux ethnographes soucieux de collectionner, pour les préserver et les étudier, les instruments rencontrés sur leur terrain : « Surtout ne jamais faire de panoplie, qui ne correspond à rien. Ne jamais chercher l'effet esthétique. Ne pas craindre d'avoir plusieurs exemplaires du même objet » (p. 298).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Marcel Mauss, Techniques, technologie et civilisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 janvier 2013, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/10288

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Doctorant à l’École Normale Supérieure de Lyon et au Centre Max Weber. Membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page