Navigation – Plan du site

Manuel Schotté, La construction du « talent ». Sociologie de la domination des coureurs marocains

Williams Nuytens
La construction du "talent"
Manuel Schotté, La construction du "talent". Sociologie de la domination des coureurs marocains, Paris, Raisons d'agir, coll. « Cours & travaux », 2012, 249 p., ISBN : 978-2-912107-68-8.
Haut de page

Texte intégral

1Un constat est à l’origine de ce travail tiré d’une thèse de doctorat soutenue en 2005 : depuis les années 1980 les courses de fond et de demi-fond en athlétisme sont dominées par les Ethiopiens, les Kényans et les Marocains. Pourquoi ? L’ouvrage propose plusieurs explications mais, surtout, contribue à discuter la place de l’innéité dans les performances sportives. L’objectif affiché du texte est bien de lutter contre les versions essentialiste et naturaliste du talent, notamment à partir d’une identification des logiques sociales à l’œuvre dans la réussite sportive.

2Axée sur l’étude du « cas marocain », cette sociologie de la réussite met en évidence la répartition des populations en athlétisme. Doublement construites par un « marché » de l’offre (côté marocain avec le façonnement d’ambitions et de compétences ») et de la demande (côté européen avec l’émergence du professionnalisme dans les années 1980), ces populations n’en restent pas moins dépendantes de dynamiques historiques analysées ici. Combinées à l’examen de trajectoires individuelles incluant dimension sportive et dimensions sociales plus larges, elles finissent de structurer une problématisation de type constructiviste.

3De fait deux volets se dessinent au plan de la méthode d’investigation. Le registre socio-historique a nécessité de réaliser un travail d’archives, un recueil d’histoires orales, des entretiens auprès d’agents du marché athlétique, la production d’indices « chiffrés ». L’ampleur des tâches consacrées à l’étude des trajectoires dépasse notablement ce premier cadre. L’auteur a ainsi effectué 92 entretiens biographiques auprès de coureurs (du débutant au champion olympique). Composé de 82 hommes et de 10 femmes, l’échantillon a été conçu dans le but d’approcher précisément la population du cas marocain : par exemple 53 coureurs étaient immigrés en France de façon « durable », une quinzaine résidait en Europe uniquement pendant les compétitions quand une vingtaine vivait au pays. A cela s’ajoute une enquête ethnographique d’une durée de 5 ans en France, au Maroc et plus ponctuellement en Belgique. L’auteur s’est inséré dans un groupe de coureurs d’un quartier de Rabat, il a pénétré l’institution où vit et s’entraîne l’élite marocaine d’athlétisme, il a hébergé des coureurs immigrés, il a pratiqué. Deux parties découlent logiquement de cette problématisation. La première s’attache à éclairer les déterminants de nature socio-historique, la seconde détaille les éléments compréhensifs tirés des trajectoires individuelles.

  • 1  Brissonneau Christophe, Aubel Olivier, Ohl Fabien, L’épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme pro (...)
  • 2  Sorrignet Pierre-Emmanuel, Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation, Paris, La découverte (...)

4Deux chapitres structurent le volet socio-historique. Dans un premier temps, on comprend comment la période coloniale a influencé la spécialisation des marocains en course(s) prolongée(s). On cerne aussi la genèse des visions racialistes de la performance, l’apparition d’invariants anthropologiques propres aux marocains. L’auteur a sans doute raison alors d’associer des effets pervers à ces attributs naturels, par exemple la minimisation des réussites et des mérites. On reste cependant moins convaincu d’apprendre que la spécialisation dérive d’une domination des dirigeants coloniaux, même si l’étatisation d’un athlétisme de compétition après le protectorat a été menée par des dirigeants déjà formés. De cette période naît un processus de sélection et de quadrillage des épreuves de cross à l’école, c’est à dire un facteur explicatif de la réussite marocaine sur le moyen terme. Le chapitre suivant éclaire quant à lui la structuration du marché de l’athlétisme international vers le professionnalisme, mais également l’existence d’un dispositif de formation de coureurs au Maroc. Classiquement appréhendé à partir d’une dialectique de l’offre et de la demande, le précis du marché permet de saisir encore une fois la dureté de ce monde « professionnel ». Il fait en la matière écho à ce que l’on a cru comprendre du marché du cyclisme par exemple1 voire de la danse contemporaine2. On découvre un athlète entrepreneur certes, mais aussi un marché éclaté. Incertain. Stratifié. C’est un système structurellement inégalitaire où règnent la prime d’arrivée et la réputation, et par conséquent l’incertitude. L’auteur parvient en outre à montrer comment le meilleur va aux meilleurs, comment le maintien d’un haut niveau sportif contribue à renforcer les réseaux, comment émigrations et immigrations des coureurs marocains finissent par s’installer durablement dans le marché. C’est donc en remontant à la période du protectorat (1912-1956) qu’il faut trouver l’origine de la domination des coureurs marocains à partir du début des années 1980 : progressivement la distribution des élites évolue, les meilleurs coureurs marocains prennent place et deviennent alors les instruments des cohortes qui suivent. Ce processus reste lent et, à l’évidence, le temps du sport comme spectacle ne parvient pas à repérer ces bougés que les médias remplacent par les thèses essentialistes.

5La seconde partie de l’ouvrage positionne l’analyse au cœur des trajectoires individuelles, depuis l’entrée dans le monde des courses jusqu’à cette logique de la gagne sur la scène internationale. C’est ici que le lecteur rencontre les coureurs dans leurs existences, soit dans les conditions sociales qui les emmènent en dehors du quartier de Rabat. C’est ici qu’il comprend le mieux les ressources à mobiliser pour devenir un coureur, un champion, un sportif immigré, un talent mais aussi un désenchanté. Six chapitres auront été nécessaires pour rendre compte du cas marocain par exemple à travers Younès, Hicham, Zahra, Ali, Brahim, Abdel, Faouzi, Aziz, Amine c’est à dire des jeunes de milieux populaires. Après en avoir décrit les principales caractéristiques, l’auteur détaille ce qui distingue et différencie les coureurs. On comprend l’investissement dans la pratique, le rôle de l’Ecole et des mécanismes de détection, la dureté des entrainements et leur dimension collective qui attise la concurrence interne. Le groupe des coureurs devient alors le seul repère social, héroïsant certes, mais surtout producteur de faux espoirs. Ceci amène l’auteur à interpréter les conversions comme des instruments d’une domination à certains égards, notamment parce que devenir un coureur implique d’y croire et de « s’y croire ». Autrement dit d’adhérer à une forme d’illusion collective puissante car elle germe dans la recherche d’une réussite personnelle.

  • 3  Wacquant Loïc, Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Marseille, Agone/Comeau (...)

6Les troisième et quatrième chapitres de cette partie consacrent l’athlétisme en train de se faire, à la fois pour ce qui concerne les élites et les « autres ». On s’installe pour commencer dans une journée aux championnats du Maroc de cross-country, et celle-ci ressemble structurellement à ce que Loïc Wacquant décrivait quand il a boxé en compétition3. L’auteur propose un récit intégral de la journée de course(s), à Behjad, de 5 heures du matin jusqu’au soir de ce dimanche. On suit ainsi quatre coureurs avec leurs sensations d’athlètes, dans leurs rapports à l’effort et à la performance mais au côté de l’enquêteur nommé « le français ». La narration nous conduit ensuite vers l’Institut National d’Athlétisme (INA). Réunissant les élites marocaines âgées de 14 à 18 ans, l’INA ressemble à une institution totale qui rend l’exploit ordinaire à cause de conditions de pratique extrêmement exigeantes. Toutefois les pensionnaires ne les perçoivent pas aussi durement, notamment parce que l’INA offre ce qu’il y a de meilleur pour être un champion. L’apprentissage par corps qui s’y déroule offre malgré tout son lot de souffrances. Physiques. Morales aussi. L’INA est un lieu de différenciations et de concurrence permanentes, comme l’atteste la rivalité lors des entraînements entre deux grands athlètes (Azzadine Seddiki et Hicham El Guerrouj). La vie entière de ce lieu semble organisée suivant le rang occupé par chacun, par les performances et où la grandeur du coureur se fabrique collectivement. A ce titre l’examen de la figure du « lièvre », une sorte d’athlète qui pousse le champion à se dépasser, cristallise les tensions inhérentes au fonctionnement d’un tel institut : le coureur est prisonnier d’une servitude qui, en retour, lui octroie la protection du champion. Il s’agit ici d’une des nombreuses raisons qui font de l’INA un environnement inadapté aux règles du marché européen des courses, un vecteur d’accentuation de l’émigration/immigration des coureurs marocains. Car il faut vivre des courses, ne plus attendre, se déplacer pour se placer sur le marché. Ce constat justifie logiquement les deux derniers chapitres consacrés aux conditions des coureurs immigrés, du niveau interrégional au niveau international. Pour les moins « bons », les conditions de vie sont difficiles, il faut être hébergé par des proches par exemple sans trop contrarier sa préparation. Mais le marché détruit et individualise les athlètes immigrés, peu à peu une précarité structurelle généralisée touche une majorité d’entre eux. Mais il y a plus. En étant organisé sur une base nationale, l’espace athlétique fabrique le problème de la nationalité qui aboutit à un développement des naturalisations (pour limiter les inégalités d’accès aux courses et aux ressources entre athlètes nationaux et immigrés). L’examen des figures de champions confirme ce constat par l’inverse, comme il consacre l’importance pour les immigrés de détenir divers capitaux pour s’en sortir (la maîtrise de la langue, la fabrication d’un réseau de relations athlétiques). Par exemple pour déclencher des rencontres décisives, pour réactiver ou renforcer des dispositions ascétiques. Ici les cas de Larbi et d’Haïssa soulignent combien les dispositions et ressources de l’athlète sont déterminantes.

  • 4  Le Velly Ronan, Sociologie du marché, Paris, La découverte, coll. Repères, 2012.

7La construction du talent est un travail important dans le champ de la sociologie du sport. D’abord parce qu’il s’appuie sur une enquête de terrain approfondie, ensuite en raison de la portée de ses résultats. En effet ce travail parvient à casser l’essentialisme racial associé à la performance, et plus largement une partie de la naturalisation du sport et des sportifs. Grâce aux catégorisations sociologiques produites, l’auteur identifie et déconstruit les effets de généralisations abusives (médiatiques le plus souvent) tout en décrivant rigoureusement un monde sportif. Il le fait en combinant l’analyse socio-historique à l’examen de parcours individuels, mais aussi en croisant diverses conditions (de pratique, d’existence et de structuration du marché). Toutefois il faudrait pouvoir dans des travaux futurs se pencher plus précisément sur le marché de l’athlétisme et du sport en général, notamment pour en apprécier exactement les forces. C’est peut-être par là que les surestimations et sous-estimations de l’influence du marché4 se repèrent le mieux contribuant ainsi à préciser encore davantage la place des stratégies individuelles, des jeux de domination et le sens des déterminations.

Haut de page

Notes

1  Brissonneau Christophe, Aubel Olivier, Ohl Fabien, L’épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel, Paris, PUF, coll. Le lien social, 2008.

2  Sorrignet Pierre-Emmanuel, Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation, Paris, La découverte, coll. Textes à l’appui/enquête de terrain, 2010.

3  Wacquant Loïc, Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Marseille, Agone/Comeau & Nadeau, coll. Mémoires sociales, 2000.

4  Le Velly Ronan, Sociologie du marché, Paris, La découverte, coll. Repères, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Williams Nuytens, « Manuel Schotté, La construction du « talent ». Sociologie de la domination des coureurs marocains », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 janvier 2013, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/10291

Haut de page

Rédacteur

Williams Nuytens

Université d’Artois, laboratoire SHERPAS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page