Navigation – Plan du site

Michel Lallement, Histoire des idées sociologiques. De Parsons aux contemporains

Eric Keslassy
Histoire des idées sociologiques
Michel Lallement, Histoire des idées sociologiques. De Parsons aux contemporains, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus - sociologie », 2012, 262 p., 1ère éd. 1993, ISBN : 978-2-200-28129-8.
Haut de page

Texte intégral

1Les éditions Armand Colin proposent une quatrième édition du classique de Michel Lallement : Histoire des idées sociologiques. Initialement paru chez Nathan, en 1993, cet ouvrage très précieux pour les étudiants et les enseignants, est composé de deux tomes : « Des origines à Weber » ; « De Parsons aux contemporains ». Ici, nous n’évoquerons que le second volume qui, par rapport à l’édition Nathan, a été enrichi d’une cinquième partie intitulée « Sociologies d’un nouveau siècle ». Cette nouvelle tranche fait la part belle aux sociologues américains de l’individu et aux théoriciens de la postmodernité. On peut cependant regretter que la sociologie des réseaux sociaux – au sens d’Internet –, devenue très importante aujourd’hui, ne soit pas du tout abordée.

2Reste que cette cinquième partie, comme les autres, conserve la « marque de fabrique » de l’ouvrage : un récit des « idées sociologiques » entrecoupé d’extraits de textes d’auteurs (ou de commentateurs des œuvres étudiées).

3Les quatre premières parties relèvent d’une approche traditionnelle (mais très utile) de la sociologie au cours du siècle dernier. Cela débute par les « visages de la sociologie du XXsiècle ». L’auteur nous livre d’abord un bref tableau des sociologies américaines : les écoles de Chicago, de Columbia et d’Harvard sont rapidement étudiées pour laisser place à l’analyse majeure de Paul Lazarfeld ; c’est ensuite le renouveau de la sociologie américaine qui est évoqué autour de trois pôles : la sociologie des genres, la sociologie historique et la sociologie économique. Dans cette première partie, Michel Lallement s’intéresse enfin à ce qu’il appelle « la reconstruction de la sociologie européenne » : les évolutions de la sociologie française, avec la fin de la domination de l’approche durkheimienne, et celles de la sociologie allemande, à partir notamment de l’école de Francfort, sont analysées. Les sociologies italienne et anglaise sont également rapidement abordées.

4La seconde partie, « Mise en ordre du social », présente d’une façon très détaillée le point de vue culturaliste et le fonctionnalisme de Talcott Parsons. Il faut se réjouir de la place accordée à ce sociologue américain, trop souvent occulté, alors qu’il préfigure les théories fondamentales de la frustration relative de Robert K. Merton et les réflexions majeures de Niklas Luhmann. Ce sont ensuite les différentes approches du structuralisme qui sont analysées : l’influence de Louis Althusser sur Nicos Poulantzas est parfaitement restituée ; après une rapide halte sur les visions de Roland Barthes et Lucien Glodmann, Michel Lallement retranscrit longuement le « structuralisme génétique de Pierre Bourdieu ».

5La troisième partie, « Contradictions du social », permet de retrouver les différentes (re) lectures des théories de Karl Marx qui mènent, au bout du compte, au dépassement effectué par Jürgen Habermas et son important « agir communicationnel ». Mais c’est aussi l’occasion de démontrer que la sociologie est passée d’une analyse des sociétés industrielles, avec leurs rapports de classe de type marxiste, à une vision claire des sociétés dites postindustrielles qui développent des nouveaux mouvements sociaux. Dans cette perspective, les apports d’Alain Touraine – notamment, son concept d’« historicité » – sont très bien restitués aux lecteurs.

6Enfin, la quatrième partie intitulée « Construction du social » renvoie en premier lieu aux théoriciens de l’individualisme méthodologique. Dans le sillon creusé par Max Weber, la pensée de Raymond Boudon est décryptée. À l’aide du calcul coût/avantage/risque, les individus rationnels prennent des décisions stratégiques qui finissent par s’agglomérer. À cet égard, l’exemple du « paradoxe d’Olson » est particulièrement éclairant : Mancur Olson montre que les individus ont intérêt à ce que des actions collectives soient menées (ce qui est obtenu est un « bien collectif ») mais n’ont pas intérêt à y participer – comme chacun procède à ce raisonnement, les actions collectives sont en perte de vitesse. Toujours dans la continuité de Weber, Michel Lallement présente en second lieu les réflexions de Michel Crozier autour du « phénomène bureaucratique ». Cette quatrième partie s’achève sur quelques approches récentes, en particulier celle de Pierre Favre qui tente utilement de déterminer les convergences et les oppositions entre Raymond Boudon et Pierre Bourdieu.

7Le second chapitre de cette quatrième partie offre un passionnant retour à Chicago à travers le renouveau de l’interactionnisme incarné principalement par Howard Becker (et sa typologie des comportements déviants) et Erving Goffman (et sa Mise en scène de la vie quotidienne). Enfin, peu connue, l’éthnométhodologie de Harving Garfinkel est analysé par Michel Lallement.

8Histoire des idées sociologiques est un livre à la fois fondamental et frustrant. Fondamental car il apporte un aperçu synthétique (mais très informé) de toutes les écoles sociologiques. Frustrant car les synthèses sont parfois beaucoup trop rapides, comme une invitation à lire les auteurs dans le texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Michel Lallement, Histoire des idées sociologiques. De Parsons aux contemporains », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 07 janvier 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/10294

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page