Navigation – Plan du site

Virginie Julliard, De la presse à Internet la parité en questions

François Féliu
De la presse à Internet
Virginie Julliard, De la presse à Internet. La parité en questions, Paris, Lavoisier, coll. « Traitement de l'information », 2012, 286 p., ISBN : 9782746239098.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage propose au lecteur de (re) découvrir les débats autour de la question de la parité afin de « contribuer au défrichement d’un vaste champ des rapports entre le genre et les médias » et de comprendre plus finement le lien entre l’instauration de la parité et l’évolution des représentations médiatiques du genre en politique, lien peu ou pas encore analysé par les Sciences de l’information et de la communication. Pour cela, l’auteure s’appuie sur un grand corpus d’articles de presse (de février 1993 à avril 2004), essentiellement constitué de quotidiens nationaux (Libération, Le Monde, Le Figaro et L’Humanité) dont de nombreux extraits viennent pertinemment illustrer et étayer l’analyse socio-sémantique.

2Cette analyse socio-sémantique, issue d’une démarche interdisciplinaire mobilisant à la fois des outils et des théories issus de la sociologie, de la linguistique, de l’histoire et de la science politique, s’attache, dans un premier temps, à rendre compte des différents débats qui ont traversé la société française à propos de la parité (chapitres 1 à 5) afin de revenir sur les effets de la parité sur la représentation médiatique du genre en politique notamment à travers l’analyse de la campagne présidentielle de 2007 (chapitre 6). Dès la table des matières, le lecteur comprendra que le plus grand intérêt de l’ouvrage est de retracer l’histoire de la médiatisation de la parité, et des débats l’entourant, bien plus que de montrer l’évolution des représentations médiatiques du genre en politique.

  • 1  Les quatre temps sont : la thématisation, la controverse, l’action publique et sa sanction. Céfaï (...)

3Afin de rendre compte des différents débats qui ont eu lieu entre février 1993 et avril 2004, l’auteure considère que la parité est le résultat de la construction d’un problème public, problème de la « persistance de l’inégalité des sexes en politique ». En reprenant les analyses de Daniel Céfaï qui considère que l’histoire d’un problème public se définit en quatre temps1, Virginie Julliard nous fait traverser les trois grands débats ayant eu lieu au sein de l’arène médiatique.

  • 2  Le Monde, 10 novembre 1993.

4Le premier, de 1993 à 1997, constitue la thématisation du problème où les différents acteurs questionnent l’objectif de rééquilibrage ainsi que les moyens pouvant être mis en place pour y arriver (chapitre 1). La publication du « Manifeste des 577 pour une République paritaire »2 esquisse la première thématisation qui sera reprise et complétée par des féministes, femmes politiques et journalistes, dans différents journaux, constituant ainsi le premier débat médiatique. En effet, les acteurs se répondent à travers différents journaux afin d’avancer leurs arguments jusqu’en 1997 où le gouvernement de gauche plurielle, issu des élections anticipées de 1997, intervient dans le débat pour proposer une réforme constitutionnelle imposant la parité (chapitre 2). Ici la question de la parité est issue de l’arène féministe et se prolonge dans celle de la politique, par l’intermédiaire de l’arène médiatique.

5Le deuxième débat, de juin 1998 à mars 1999, quant à lui, oppose les partisans et les opposants de la réforme constitutionnelle proposée par le gouvernement Jospin. Le débat, bien qu’émanant de l’arène politique (et plus spécifiquement de l’arène parlementaire), la dépasse largement et sa médiatisation touche d’autres arènes (notamment féministe) lorsque le Sénat s’oppose au projet de réforme constitutionnelle approuvée par l’Assemblée nationale. S’en suit un long débat entre les deux chambres se terminant lors de l’adoption du projet par le Congrès de Versailles de juin 1999 (chapitre 3). Ce débat serait révélateur des controverses, constituant la deuxième phase de la construction d’un problème public. L’ouvrage s’attarde plus longuement sur la médiatisation de ce deuxième débat en plongeant le lecteur au cœur de la controverse entre, notamment, les féministes différentialistes en faveur de la réforme, et universalistes s’opposant à la réforme constitutionnelle. En citant de nombreux extraits, qui se répondent, Virginie Julliard restitue la violence des échanges (chapitre 4), s’exprimant à travers les médias. Les longues « citations qui se répondent permet [tent] d’identifier les positions de chacune et de restituer la dynamique du débat » permettent de mieux saisir les controverses entre les acteurs.

6Le traitement médiatique de cette deuxième étape diffère selon le quotidien analysé, mettant ainsi en exergue leurs différences idéologiques. En effet, alors que Libération, Le Monde et L’Humanité mettent en avant le rôle de J. Chirac et du Sénat, alors Président, dans le blocage institutionnel, Le Figaro défend ce dernier et remet la faute du blocage sur la majorité socialiste. Les trois premiers journaux, utilisent de nombreux arguments polémiques pour décrédibiliser les opposants à la réforme, en les stigmatisant de conservateurs alors même que certains d’entre eux sont socialistes ou féministes (comme R. et E. Badinter). En outre, Libération et Le Monde, dont les positions en faveur de la parité sont affichées, permettent essentiellement aux féministes différentialistes de s’exprimer, co-construisant ainsi l’opposition entre ces dernières et le courant universaliste. Seul L’Humanité tend à ne pas montrer la rivalité entre féministes.

  • 3  En référence à la bande-son du film Un homme et une femme de Claude Lelouche.

7Enfin, l’inscription de la parité dans la loi articule les arguments du troisième débat (chapitre 5). Il s’agit pour les acteurs d’apporter une réponse, par l’action publique, au problème initial. La réponse est apportée par le vote de la loi sur la parité en 2000, imposant une égalité de moyen en obligeant une parité hommes/femmes sur les listes électorales. Les médias, essentiellement ceux s’opposant à la parité (dont Le Figaro), parlent alors du lien entre les femmes et la politique sous le registre du lien conjugal, en appuyant notamment sur la polysémie du mot sexe, pouvant faire référence à la fois à l’acte sexuel, aux éléments de différenciation biologique et aux « conséquences sociales de l’appartenance sexuée ». La presse tend à montrer que les femmes accédant à la vie politique grâce à la parité ne seraient pas légitimes, en jouant sur les stéréotypes de genre comme Jacques Julliard qui écrit dans Le Nouvel Observateur, à propos des femmes politiques : « passer de la promotion canapé à la promotion chabadabada »3. La presse montre les préoccupations qu’ont les hommes politiques vis-à-vis de la parité par des titres tels que « Au secours ! Les femmes arrivent » (Le Figaro). Enfin, l’auteure analyse également comment la presse sanctionne l’action publique à travers le suivi des diverses élections qui ont eu lieu jusqu’en avril 2004.

8La loi sur la parité est donc directement évaluée. La presse traite des premières élections, soit en mettant en avant les difficultés que les partis ont à recruter des femmes, soit en décrivant les pénalités financières imposées aux partis ne respectant pas la loi. Lors des scrutins suivants, notamment des régionales de 2004, la presse change de point de vue et se positionne dans une optique d’instruction civique en décrivant les modes de scrutins et en montrant les stratégies, des partis, pour contourner la parité.

9L’auteure analyse ensuite l’impact de la parité sur la représentation médiatique du genre en politique. Cette représentation est co-construite à la fois par l’arène politique et médiatique. À l’origine, et suite au premier débat sur la parité (1993-1997), les deux arènes considèrent que l’arène politique est masculine. De fait, les femmes politiques sont contraintes de s’identifier à deux stéréotypes à connotations négatives : les « femmes politiques masculines » et les « femmes politiques féminines ». Elles seraient donc soit trop masculines, soit trop féminines. Suite aux débats sur la parité et aux élections municipales de 2001, un nouveau stéréotype est co-construit. Les qualités dites féminines sont alors utilisées comme une plus-value par les femmes politiques et les médias qui mobilisent « l’argument par le genre », celui-ci jouant sur la confusion entre sexe et genre à l’instar de Ségolène Royal lors des élections de 2007 (chapitre 6). Les femmes sont montrées comme plus proches, tant géographiquement que socialement, des citoyens et seraient également moins « politiciennes », qualités qui seraient valorisées par les électeurs. La co-construction est bel et bien mise en avant par l’analyse de la campagne de 2007 où une opposition est faite entre la presse et les sites web des candidates. Alors que l’argument par le genre est mobilisé dans la presse il l’est très peu quand les candidates contrôlent directement leur communication.

10Toutefois, l’argumentation par le genre croise également, dans la presse, la construction médiatique du corps et la diversité des parcours. Ces deux nouveaux facteurs semblent brouiller les stéréotypes médiatiques des femmes politiques sans pour autant donner un nouveau stéréotype net. Les débats sur la parité ont donc eu un effet, cet effet est cependant à relativiser lorsque l’on prend en compte l’appartenance idéologique des femmes politiques. En effet, la presse semble revenir aux deux premiers stéréotypes à mesure que l’on se rapproche des extrêmes. La représentation médiatique des femmes joue en leur défaveur, par le seul fait de ne pas appartenir « au sexe masculin ».

11Bien que répondant trop tardivement à la problématique générale de l’ouvrage, l’analyse retrace habilement l’histoire de la parité, à travers les débats qu’elle a suscités. Virginie Julliard nous propose une analyse riche, résultat des multiples références tant théoriques que méthodologiques puisées dans les différentes disciplines mobilisées. Ces différentes approches permettent de mettre en valeur l’histoire de la médiatisation de la parité afin d’en comprendre les multiples facettes. Cette pluridisciplinarité pouvant laisser les spécialistes des disciplines mobilisées avec un sentiment d’inachevé permet, par contre, à tous les lecteurs, familiers ou non avec l’histoire de la parité, d’avoir une vision précise du sujet dans son intégralité.

Haut de page

Notes

1  Les quatre temps sont : la thématisation, la controverse, l’action publique et sa sanction. Céfaï D., 1996, « La construction des problèmes publics. Définitions et situations dans des arènes publiques », Réseaux, n° 75, p. 43-66.

2  Le Monde, 10 novembre 1993.

3  En référence à la bande-son du film Un homme et une femme de Claude Lelouche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Féliu, « Virginie Julliard, De la presse à Internet la parité en questions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 janvier 2013, consulté le 18 décembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/10343

Haut de page

Rédacteur

François Féliu

Ingénieur d’études au sein du laboratoire Dysola de l’université de Rouen

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page