Navigation – Plan du site

Isabelle Stengers, Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences

Benjamin Caraco
Une autre science est possible !
Isabelle Stengers, Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2013, 216 p., ISBN : 9782359250664.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nathalie Brafman et Isabelle Rey-Lefebvre, « Fin de vie pour l’Aéres », Le Monde, 3 janvier 2013 : (...)

1Alors que l’AERES est en passe de disparaître1, le dernier livre de la philosophe belge des sciences Isabelle Stengers (Université Libre de Bruxelles), Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, pourrait apparaître comme le compagnon idéal des gouvernants chargés de penser la refonte de l’évaluation de la recherche en France. Le propos est cependant bien plus vaste que ne le laisse à penser le sous-titre ou la quatrième de couverture, le livre nouant un ensemble de conférences et d’articles précédemment publiés par Isabelle Stengers auquel elle a ajouté un chapitre inédit.

2Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, Isabelle Stengers n’épargne pas le monde de la recherche, dont elle dénonce les contradictions et le corporatisme qui s’exprime via la distinction protectrice entre fait et valeur (ou l’opinion). Stengers propose de résister « aux prétentions des savoirs scientifiques à une autorité générale » (p. 15) et en vient à regretter le « caractère malsain d’une science incapable de nourrir ce milieu « amateur » qui, aujourd’hui, fait cruellement défaut ».

  • 2  Au Royaume-Uni, certains postes de professeurs sont d’ailleurs dédiés à cette activité comme la ch (...)

3En effet, l’auteure souhaite la constitution d’un milieu amateur alimenté par ce qu’elle appelle une « intelligence publique de la science » qui ne recoupe pas exactement les termes connus de vulgarisation ou l’anglo-saxonne public understanding of science2. Un tel groupe pourrait être un soutien utile lors de controverses alors qu’internet et les « marchands de doute » font parfois proliférer les théories du complot ou les contestations de la méthode scientifique au nom de leurs intérêts remis en cause par ces « vérités qui dérangent » produites par la science. Finalement, c’est en quelque sorte un « principe de précaution » (Hans Jonas) incarné par le public qu’évoque Stengers lorsqu’elle propose d’organiser des consultations pour « hésiter ensemble ».

  • 3  Pour un point de vue similaire, le lecteur consultera utilement le témoignage de Keith Thomas « À (...)

4Enfin et c’est ce qui donne son sous-titre au livre, l’auteure propose un ralentissement des sciences, une slow science, inspirée par le mouvement italien de slow food. Un tel changement devrait permettre de donner quelques éléments afin de choisir la société dans laquelle nous souhaitons évoluer, d’amener le chercheur à envisager les conséquences de ses recherches en les « situant » (Donna Haraway) au sein d’autres sciences que la sienne. Plus largement, c’est aussi un appel à la mise à distance des intérêts économiques et étatiques que lance l’auteur : « Avec l’économie de la connaissance, c’est l’économie spéculative, avec ses bulles et ses crashs, qui s’empare de ce que fut la recherche scientifique » (p. 104). La logique capitaliste, tout comme dans le contexte environnemental, n’est pas adaptée au monde de la recherche qui doit avoir le temps de poser des questions3. A l’heure actuelle, où la perte d’autonomie de la recherche, ce sont le « conformisme, [l’] opportunisme et [la] flexibilité » qui constituent « la formule de l’excellence » (p. 52) promue par le néomanagement. Ainsi, les évaluations uniformes des chercheurs ne prennent pas en compte le pluralisme des sciences. Un philosophe aussi reconnu que Gilles Deleuze serait vraisemblablement très mal évalué dans le système actuel… Il faut donc revenir sur le lien contemporain entre science et rapidité, « réapproprier » l’université et ses savoirs pour en faire des instruments de résistances.

  • 4  « Les études supérieures, expression de la culture pécuniaire. » in Thorstein Veblen, Théorie de l (...)
  • 5  Marc Bloch, L'Histoire, la Guerre, la Résistance, Gallimard, coll. « quarto », 2006, 1094 p. : htt (...)

5Le dernier tiers de l’ouvrage reprend un article du philosophe américain William James (1842-1910), « Le poulpe du doctorat » traduit et présenté par Thierry Drumm. Nous ne nous appesantirons pas sur la présentation du traducteur d’une soixantaine de pages pour un article qui en comporte une dizaine. Dans cet article de 1903, William James s’élevait contre la sacralisation des diplômes et contre le doctorat en premier lieu. Pour James, ce titre alimente le snobisme universitaire puisque « le diplôme du doctorat est de fait déjà considéré comme un pur instrument publicitaire, un moyen de jeter de la poudre aux yeux du public ». Sa promotion conduit à l’adoption de logique quantitativiste et encore pis au conformisme. L’université se devrait de former des gens instruits et ne pas porter autant d’importance au grade de docteur, qu’il propose d’accorder automatiquement à tout individu ayant passé un certain temps sur un sujet donné ! Le propos est rafraîchissant et évoque des auteurs aussi différents que l’économiste Veblen dans son chapitre sur le caractère magique de l’éducation4 ou que l’historien Bloch qui voyait dans l’exercice de l’agrégation un instrument de conformisme5.

6Ce livre, dont la constitution déroutera parfois le lecteur, a plus souvent des allures de réquisitoire que de plaidoirie. Ses propositions sont globalement originales et donnent matière à réfléchir. Toutefois, comme pour certains ouvrages de sociologie des sciences, il est parfois difficile d’arriver à envisager en pratique certaines idées avancées.

Haut de page

Notes

1  Nathalie Brafman et Isabelle Rey-Lefebvre, « Fin de vie pour l’Aéres », Le Monde, 3 janvier 2013 : http://abonnes.lemonde.fr/sciences/article/2013/01/03/fin-de-vie-pour-l-aeres_1812620_1650684.html

2  Au Royaume-Uni, certains postes de professeurs sont d’ailleurs dédiés à cette activité comme la chaire Simonyi qu’a longtemps occupée le biologiste Richard Dawkins à l’Université d’Oxford.

3  Pour un point de vue similaire, le lecteur consultera utilement le témoignage de Keith Thomas « À quoi servent les universités ? », Le Débat 5/2010 (n° 162), p. 10-18. URL : www.cairn.info/revue-le-debat-2010-5-page-10.htm.

4  « Les études supérieures, expression de la culture pécuniaire. » in Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir, Gallimard, coll. « tel », 1978, p. 240-266.

5  Marc Bloch, L'Histoire, la Guerre, la Résistance, Gallimard, coll. « quarto », 2006, 1094 p. : http://lectures.revues.org/287

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Caraco, « Isabelle Stengers, Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 janvier 2013, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/10354

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Caraco

Doctorant en histoire contemporaine à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page