Navigation – Plan du site

Olivier Douard et Patricia Loncle (dir.), « Les jeunes vulnérables face au système d’aide publique », Agora Débats/Jeunesses, n° 62, 2012

Thomas Venet
Les jeunes vulnérables face au système d'aide publique
Olivier Douard, Patricia Loncle (dir.), « Les jeunes vulnérables face au système d'aide publique », Agora Débats / Jeunesses, n° 62, 2012, 158 p., Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3290-3.
Haut de page

Texte intégral

1Le numéro 62 d’Agora Débats/Jeunesses présente un dossier faisant suite à la recherche JUVENIL, menée entre 2009 et 2011, portant sur les jeunes vulnérables et leur prise en charge par les aides publiques dans un contexte de précarisation des situations de jeunesse et de réorganisation des moyens alloués aux instances d’aides sociales.

2Ce dossier s’ouvre sur une tentative de définition du terme « jeunes vulnérables ». Dans ce premier article, V. Becquet propose une revue de littérature mise en parallèle avec les matériaux empiriques issus de JUVENIL afin de clarifier la définition de la vulnérabilité juvénile. Après avoir rappelé qu’en science sociale la notion de vulnérabilité est encore en construction, et que ses contours restent flous, l’auteure insiste sur sa multi-dimensionnalité et termine en proposant une typologie des vulnérabilités juvéniles reposant sur trois figures. La première, celle du « vaincu » regroupe les jeunes mis en difficulté suite à l’expérience d’un échec scolaire. La deuxième, le « galérien », conjugue les effets de l’exclusion liée à l’échec scolaire et l’assignation territoriale propre aux jeunes des zones socialement reléguées (cités urbaines ou communes rurales). Enfin, l’« errant » est, pour sa part, principalement caractérisé par les difficultés liées aux ruptures familiales.

3Cette première typologie est complétée par l’analyse des manières dont les jeunes mobilisent les dispositifs d’aides sociales au cours de leurs trajectoires, et dont ceux-ci contribuent à leur construction identitaire Sous ce prisme, V. Muniglia et C. Rothè, mettent en lumière trois catégories de jeunes caractérisées par des rapports différents aux dispositifs d’aide. Les « conventionnels » sont caractérisés par une précarité professionnelle liée à un faible niveau de diplôme et par un fort ancrage familial. Ils vivent le recours à l’aide publique comme une étape « normale » de leur trajectoire et bénéficient d’un fort soutien de la part de leur famille. Les « renversés » sont des personnes ayant connu la stabilité économique, et s’étant détachés de leurs milieux d’origine. Ils se sont retrouvés dans des situations de précarité suite à une rupture dans leur trajectoire, et ressentent l’accès aux aides sociales comme une phase de déclassement. D’ailleurs cette catégorie est la plus marquée par le non-recours aux droits. Enfin, les « désaffiliés » dépendent totalement des dispositifs d’aides sociales et ont abandonné toutes tentatives d’insertion en emploi.

4En croisant géographie sociale et science politique, O. David, E. Le Grand, et P. Loncle, proposent une analyse territorialisée des dispositifs d’aide sociale ciblant les jeunes au sein de trois départements : la Seine-Saint-Denis, l’Ille-et-Vilaine et l’Hérault. Outre les différences en termes de contextes démographique, socioéconomique ou politique, ces départements se distinguent par des perceptions différentes de la jeunesse et de ses problèmes ; par des politiques plus ou moins formalisées en ce qui concerne la jeunesse ; et par des partenariats plus ou moins développés et coopératifs entre les différents acteurs pouvant intervenir auprès des jeunes. Ainsi, dans la Seine-Saint-Denis, les représentations des problèmes rencontrés par les jeunes concernent essentiellement la précarité économique et la délinquance, les politiques envers la jeunesse n’ont fait l’objet d’aucun pronostic et les acteurs sont isolés, d’où des difficultés à cibler et mettre en place des politiques efficaces. En Ille-et-Vilaine, les jeunes sont surtout perçus comme rencontrant des difficultés d’ordre sanitaire, scolaire ou d’insertion professionnelle. Sur ce territoire, les jeunesses vulnérables ont fait l’objet de pronostics et sont pris en charge par des réseaux d’acteurs relativement bien structurés et collaboratifs. Pour sa part, l’Hérault est caractérisé par des réseaux d’acteurs structurés mais rencontrant des problèmes de collaboration entre les différents échelons liés à des clivages politiques.

5Complétant cette analyse des dispositifs de prise en charge, l’article de V. Muniglia, C. Rothè et A. Thalineau s’arrête sur les modes de prise en charge des jeunes vulnérables qui tendent à différer selon le public rencontré et ses besoins. Or, les réductions de budget et la standardisation des procédures rendent de plus en plus difficiles les adaptations et de fait la prise en charge de l’ensemble des jeunes vulnérables.

6Enfin, O. Douard vient compléter ce dossier en s’arrêtant sur une population spécifique au sein des jeunesses vulnérables : celle des jeunes Gitans voyageurs. Au sein de cette population la précarité (professionnelle, résidentielle, etc.) n’est pas réellement synonyme de vulnérabilité, et prendre l’exemple des Gitans permet de tenter d’affiner cette notion et les outils de l’action sociale. En fait cette frange de la jeunesse est avant tout vulnérabilisée par le caractère inadéquat des dispositifs d’aides sociales par rapport à leur propre situation, mais également car elle porte les stigmates des populations indésirables. Ces analyses conduisent O. Douard à conclure que « la première des vulnérabilités est dans la tête des décideurs » (p. 123).

7Ce dossier est accompagné par trois articles hors-dossier. Le premier, de S. Gavira, revient sur l’ambivalence de la prise d’autonomie au cours de la vie étudiante caractérisée à la fois par une grande satisfaction liée à la faculté de consommer par soi-même, de gérer son propre logement, de se déplacer de façon indépendante, mais également par certaines formes de souffrances liées à la séparation vis-à-vis de l’entourage d’origine et au sentiment d’isolement. Le deuxième article hors-dossier porte sur les actes relevant de la définition de la délinquance juvénile en Allemagne. B. Severin-Barboutie montre que l’enregistrement des jeunes suspects dans les statistiques policières n’est pas uniquement lié à un acte commis par ceux-ci, mais à un processus dans lequel entre en ligne de compte un certain nombre de normes, d’actions et de jugements. Ainsi l’augmentation des violences dénombrées peut résulter d’une meilleure connaissance de ses violences permettant de les prendre en compte, ainsi que d’une augmentation des comportements individuels visant à dénoncer ces actes. Le troisième, et dernier, article expose quelques résultats du programme de recherche en sciences de l’éducation « Diapason ». C. Calamel montre notamment qu’un système didactique se basant sur l’apprentissage par les activités artistiques offre de nouveaux supports d’intériorisation des connaissances pour les élèves, et d’analyse de leurs pratiques pour les enseignants et les artistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Venet, « Olivier Douard et Patricia Loncle (dir.), « Les jeunes vulnérables face au système d’aide publique », Agora Débats/Jeunesses, n° 62, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 21 janvier 2013, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/10417

Haut de page

Sujet

Age

Exclusion

Jeunesse

Pauvreté - précarité

Protection sociale

Haut de page

Rédacteur

Thomas Venet

Doctorant en sciences sociales à l’INED (Institut National d’Etudes Démographiques) et au CURAPP (Centre de Recherche sur l’Action Publique et le Politique)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page