Navigation – Plan du site

Catherine Monnot, De la harpe au trombone. Apprentissage instrumental et construction du genre

Christine Détrez
De la harpe au trombone
Catherine Monnot, De la harpe au trombone. Apprentissage instrumental et construction du genre, Rennes, PU Rennes, coll. « Le sens social », 2012, 228 p., préf. Agnès Fine, ISBN : 978-2-7535-2078-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir par exemple Court Martine, Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale, Pari (...)

1Cet ouvrage, tiré d'une thèse de doctorat en anthropologie, s'inscrit dans la lignée des enquêtes se proposant, empiriquement, d'étudier la construction sociale du genre1. Le lieu de déploiement de ce façonnement est ici l'apprentissage de la musique : une trentaine d'élèves musiciens de 7 à 21 ans ont ainsi été suivis, observés ou interrogés dans le conservatoire national de région de Toulouse, et l'école de musique municipale de Limoux. Le but est ainsi de saisir l'ensemble des savoirs non techniques prodigués par l'enseignement et la pratique d'un instrument qui vont « fabriquer » de futures jeunes femmes et de futurs jeunes hommes mais également de comprendre comment, à rebours, le genre façonne l'apprentissage de la musique.

2La première partie décrit ainsi « le sexe des instruments » : aux filles, le piano et les cordes, aux garçons les instruments à vent et les percussions. Catherine Monnot, en replaçant cette assignation des unes et des autres à tel ou tel instrument, en montre le caractère historique et construit : par exemple, alors que la flûte a longtemps été interdite aux filles en raison de l'aspect sexuel de l'introduction du bec dans la bouche, elle est aujourd'hui un instrument « de fille », notamment de par sa tonalité aiguë, et sa « discrétion » dans l'orchestre. Les attributions se font aujourd'hui de façon implicites, mais non moins radicales, dans un jeu d'affinités et de dégoûts, partagées par les parents, les enseignants et les apprenti-es, où les caractéristiques des instruments viennent renforcer les stéréotypes genrés : la harpe, la flûte sont ainsi jugées « jolies », « douces », « sensibles », « gracieuses », « harmonieuses », tandis que la batterie ou les cuivres nécessiteraient de la « force », et de l'endurance, ou seraient une « agression sonore ». La façon d'être apprenti-e musicien-ne change également selon que l'on est fille ou garçon, les filles témoignant d'un manque de confiance en elles, repérable notamment dans leur appréhension de l'improvisation, et leur autoéviction de la pratique de la composition, même à ce niveau amateur. Aux filles le travail, et aux garçons, le talent, jugement intériorisé par la plupart, enfants, parents et formateurs.

3Mais dans l'apprentissage de la musique, comme ailleurs, se trouvent également des individus qui transgressent les assignations genrées, et c'est à eux que s'attache la deuxième partie de l'ouvrage. Comme cela a pu déjà être montré, la transgression est bien plus facile, et moins dangereuse pour une fille se hasardant sur les terrains masculins, comme Pauline à la batterie, que l'inverse. Le cas de Jérôme, seul garçon au pupitre des flûtistes, témoigne bien de la gêne, de la difficulté à se maintenir dans l'exception, notamment quand le professeur, s'adressant aux flûtistes, l'oublie dans l'appellation globale « les filles ». Tout un ensemble de stratégies d'adaptations, d'appropriations et de réparations sont ainsi développées, et la finesse des observations menées par l'auteure permet de les saisir en actes, dans les mots et les gestes : trouver des modèles identitaires valorisants, ou compenser en multipliant les apprentissages quand on est un garçon dans un instrument de « fille », surinvestir ou gommer son identité féminine selon les situations, quand on est, par exemple, une fille à la batterie. Le terrain de Limoux offre ainsi un espace privilégié d'observation, puisque l'école est partie prenante des trois mois de carnaval, et que les meilleurs élèves participent aux bandas, formations de cuivres et de percussions dont les filles ont longtemps été exclues. Par des photos et des observations sur leur costume, leur hexis corporelle ou encore leur langage, Catherine Monnot montre à quelles conditions les filles peuvent aujourd'hui participer à une banda.

  • 2  Octobre Sylvie, Détrez Christine, Mercklé Pierre, Berthomier Nathalie, L'Enfance des loisirs. Traj (...)
  • 3  Monnot Catherine, Petites filles d'aujourd'hui, l'apprentissage de la féminité, Paris, Autrement, (...)

4La troisième partie s'attache à articuler l'identité d'apprenti-e musicien-ne et celle d'adolescent-e de son âge. Quand on sait la place de l'écoute musicale dans la constitution de soi comme adolescent-e, démontrée tant par les enquêtes statistiques2 que qualitatives3, comment la pratique musicale, souvent intensive, vient-elle s'encastrer dans ces agendas adolescents ? Si la pratique oblige à des sacrifices (notamment en terme de sorties, ou de temps passé sur l'ordinateur ou dans les réseaux sociaux - MSN à l'époque de l'enquête), elle procure en contrepartie une forme de sociabilité amicale, voire amoureuse, privilégiée, notamment par la longévité des contacts, sur plusieurs années, et l'intensité des expériences vécues (qu'il s'agisse des stages ou des bandas). Les adolescents développent par ailleurs une culture hybride. Celle-ci est interprétée, peut-être de façon un peu trop volontariste ici, comme des signes de volonté d'intégration par ces adolescents, qui viendraient ainsi en quelque sorte compenser leur investissement dans l'apprentissage de la musique et ses autres répertoires que les musiques « jeunes ». Plutôt qu'une stratégie, comme l'analyse Catherine Monnot, ne s'agit-il pas là tout simplement du fait que ces adolescent-es, pour être apprenti-es musicien-nes, n'en sont pas moins, également et en même temps, des adolescent-es de leur âge, de leur sexe mais aussi de leur milieu social, et certaines caractéristiques, comme la décoration de la chambre, mises au compte de leurs pratiques musicales, seraient peut-être tout simplement à rapporter à leur origine sociale, de milieu moyen et favorisé. De la même façon, on pourra peut-être regretter que l'analyse soit beaucoup plus axée sur les filles que sur les garçons, notamment dans la fabrique du masculin qu'est la banda, dans cette région marquée par ailleurs par le rugby

5Cela n'enlève rien aux qualités de cet ouvrage, au nombre desquelles on soulignera l'attention portée aux infimes signes, à ce qui pourrait passer pour des détails (par exemple, l'usage différencié des métaphores employées par l'enseignante selon que l'élève est un garçon - pour qui elle compare le geste du bras au piano à celui d'envoyer un ballon - ou une fille - pour qui le geste devient celui d'une danseuse), et l'observation de cas, comme celui, particulièrement émouvant, de Mathilde, qui à 10 ans, n'a d'autre choix que de casser le violon qui la rattache à sa mère. Par ailleurs, le va-et-vient entre les matériaux de l'enquête, les résultats statistiques disponibles sur les pratiques culturelles enfantines, les références historiques, mais aussi toute une bibliographie anglo-saxonne, font de cette étude, géographiquement circonscrite, une ressource pour qui veut réfléchir sur la construction genrée à l'enfance et à l'adolescence et le rôle des pratiques culturelles dans cette élaboration.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple Court Martine, Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale, Paris, La Dispute, coll. « Corps Santé Société », 2010.

2  Octobre Sylvie, Détrez Christine, Mercklé Pierre, Berthomier Nathalie, L'Enfance des loisirs. Trajectoires communes et parcours individuels de l'enfance à la grande adolescence, Paris, Département des études, de la prospective et des statistiques/La documentation française, 2010.

3  Monnot Catherine, Petites filles d'aujourd'hui, l'apprentissage de la féminité, Paris, Autrement, coll. Mutations, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Détrez, « Catherine Monnot, De la harpe au trombone. Apprentissage instrumental et construction du genre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 21 janvier 2013, consulté le 28 août 2014. URL : http://lectures.revues.org/10419

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page