Navigation – Plan du site

Karim Hammou, Une histoire du rap en France

Louise Dorignon
Une histoire du rap en France
Karim Hammou, Une histoire du rap en France, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2012, 304 p., ISBN : 9782707171375.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Quand le rap se la joue fiction », Le Monde des livres, 06/12/2012, Propos recueillis par Jean B (...)
  • 2  Jouvenet, M., 2006. Rap, techno, électro... Le musicien entre travail artistique et critique socia (...)
  • 3  Mauger, G. (dir.), 2006. L'accès à la vie d'artiste. Sélection et consécration artistiques, Editio (...)
  • 4  Pecqueux, A., 2007. Voix du rap. Essai de sociologie de l'action musicale, Paris : L'Harmattan, co (...)

1Sociologue au Centre Norbert Elias (UMR 8562) de l’EHESS, Karim Hammou livre dans Une Histoire du rap en France une véritable somme sur le phénomène du rap en France et expose les résultats de ses recherches avec subtilité, précision et une grande finesse d’analyse. La portée médiatique1 qui suivit de près la parution d’Une histoire du rap en France à la fin de l’année 2012 révèle l’importance de l’ouvrage pour la représentation du rap dans la sphère universitaire comme dans l’espace public en France. Depuis la fin des années 2000, la croissance des travaux sur le rap qui émergent des sciences sociales et humaines est exponentielle (Jouvenet, 20062 ; Mauger, 20063, Pecqueux, 20074) : elle résulte tant d’une demande sociale pour la compréhension de ce phénomène musical (adulé ou honnis, mais incontestablement remarqué) que d’une volonté de donner au rap une visibilité dans la recherche compte tenu de son rôle dans la fabrique culturelle et identitaire de plusieurs générations de musiciens et d’auditeurs.

2Au sein de cette mouvance, Karim Hammou entend vraisemblablement renouveler la façon qu’ont les sciences sociales d’appréhender le rap, tout en proposant un discours scientifique neuf pour aborder cet objet d’étude. Pour ce faire, le sociologue endosse un temps le costume de l’historien et se dégage de la traditionnelle perspective sur le rap qui consiste à le lire comme un révélateur de difficultés dites inhérentes aux banlieues. Refusant tant les généralisations à partir de la position d’un rappeur que la réification et l’uniformisation du rap, Karim Hammou redonne au genre musical une épaisseur complexe et riche d’expériences, de parcours et de pratiques différenciées. Cette position engagée du chercheur le conduit à envisager le rap comme « un enjeu de conflits, de collaborations et de négociations multiples, plutôt que comme une forme univoque, atemporelle et homogène » (p. 8) afin de répondre à la question suivante : « comment le rap a-t-il duré en France ? » (p. 13).

3À partir de cette interrogation, qui attire immédiatement l’attention du lecteur par sa simplicité et sa lucidité, Karim Hammou écarte les questions de légitimité et d’illégitimité du rap : il n’est pas question ici de s’intéresser au rap comme un genre par essence authentique ou non, ou même comme ayant une assise territoriale et culturelle plus ou moins légitime. Ces approches s’avèrent stériles et peu pertinentes pour rendre compte des réalités du phénomène et sont donc mises de côté par l’auteur au profit d’une étude des différentes formes qu’a pris le rap en France (Hammou parle même de « métamorphoses » pour décrire les évolutions des pratiques et des parcours). Le parti pris premier de l’ouvrage est dès lors de définir le rap de façon suffisamment englobante (une technique d’interprétation et une inspiration d’origine américaine) pour regrouper des sources historiques diverses (étude ethnographique, trajectoire d’un rappeur, documents radiophoniques etc.) axées principalement autour des auteurs et des interprètes du rap, autrement dit des acteurs du rap.

4Karim Hammou dégage une chronologie des pratiques du rap en France depuis les années 1980 jusqu’à nos jours qui donne à l’ouvrage une structure tripartite. Du début des années 1980 au début des années 1990, on assiste aux premiers balbutiements du rap : l’auteur distingue des appropriations ponctuelles d’une musique rappée par des artistes-interprètes de variété et une spécialisation des amateurs de musique afro-américaine vers les pratiques du rap américain. Le début des années 1990 marque un tournant, alors que les médias français se tournent vers le rap pour lui assigner une identité homogène et stéréotypée, le jeune de banlieue. Le deuxième temps de l’ouvrage couvre les années 1990 jusqu’à l’année 1998, véritable consécration du rap français grâce à la radio Skyrock, et le succès d’artistes comme Stomy Bugsy, IAM, ou Suprême NTM. Parallèlement, alors même que les pouvoirs publics se sont emparés du rap pour en faire un « levier d’action sur les classes populaires » (p. 119), les opportunités commerciales se font de plus en plus nombreuses pour les rappeurs qui se trouvent divisés sur les différentes façons de rapper. De 1998 à 2010, Karim Hammou constate l’émergence d’un monde social du rap français et une relative stabilité (ou une banalisation ?) du genre au sein de l’industrie musicale française.

5Renouvelant et influençant les genres musicaux dominants, le rap se trouve à la fin des années 2000 en proie à des contestations plus fortes que jamais, et notamment dans le domaine de la politique. Karim Hammou en conclut à un effet de boucle, traçant alors les contours d’un phénomène qui n’existe finalement que par l’implication et l’interaction d’acteurs radicalement différents, qui en modelant et remodelant le rap, ont assuré son développement jusqu’à en faire « une composante culturelle majeure de notre société » (p. 13).

6La réflexion offerte par Karim Hammou sur l’illégitimité paradoxale du rap dans les années 2000 vient couronner un ouvrage brillant à la méthodologie et aux conclusions remarquables : exceptionnellement bien documenté, mené et écrit, l’ouvrage constitue une mine d’informations inépuisables pour tout lecteur qui s’intéresserait à ce phénomène. Une histoire du rap en France s’impose comme un travail d’analyse et de synthèse désormais incontournable pour aborder la question dans le domaine des sciences sociales.

Haut de page

Notes

1  « Quand le rap se la joue fiction », Le Monde des livres, 06/12/2012, Propos recueillis par Jean Birnbaum, http://www.lemonde.fr/livres/article/2012/12/06/quand-le-rap-se-la-joue-fiction_1800602_3260.html Karim Hammou invité des Matins de France Culture le 14/12/2012 http://www.franceculture.fr/emission-l-invite-des-matins-olivier-cachin-et-karim-hammou-2012-12-14

2  Jouvenet, M., 2006. Rap, techno, électro... Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France », 290 p.Compte rendu d’Anne Philibert http://lectures.revues.org/373

3  Mauger, G. (dir.), 2006. L'accès à la vie d'artiste. Sélection et consécration artistiques, Editions du Croquant, coll. « Champ social », 2006, 253 p. Compte-rendu d’Igor Martinache http://lectures.revues.org/379

4  Pecqueux, A., 2007. Voix du rap. Essai de sociologie de l'action musicale, Paris : L'Harmattan, coll. « Anthropologie du monde occidental », 268 p. Compte rendu de Julien Beaugé http://lectures.revues.org/600

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Dorignon, « Karim Hammou, Une histoire du rap en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 24 janvier 2013, consulté le 30 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/10483

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page