Navigation – Plan du site

Jean-Paul Bord, L'univers des cartes. La carte et le cartographe

Alisée Pornet
L'univers des cartes
Jean-Paul Bord, L'univers des cartes. La carte et le cartographe, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2012, 192 p., ISBN : 9782701157818.
Haut de page

Texte intégral

1Jean-Paul Bord signe, avec L’univers des cartes, un ouvrage très utile alliant une analyse pratique et théorique de la cartographie. Professeur des Universités à Montpellier, ses recherches portent depuis plus de vingt ans sur la mise en image des lieux, la perspective sémiologique de la cartographie et la figure du cartographe. C’est suite à sa thèse d’Etat, Le monde arabe : des espaces géographiques aux représentations cartographiques, que sa perception de la carte et du métier de cartographe évolue. Cet ouvrage est le fruit de ce cheminement intellectuel et professionnel.

2Plus qu’une synthèse scientifique, L’univers des cartes propose un état des lieux de la connaissance en cartographie, avec l’aide de grands noms de la discipline, tels Christian Grataloup et Philippe Rekacewicz. Tout comme le suggère le titre de l’ouvrage, il s’agit d’embrasser l’objet « carte » dans sa totalité pour comprendre ce que le terme recouvre aujourd’hui. À l’heure où la carte se numérise autant qu’elle se démocratise, cette révolution questionne l’objet mais aussi son concepteur, le cartographe. Le but de l’ouvrage est de faire le bilan de cette « révolution cartographique ». Dès les premières pages, l’auteur pose deux objectifs : définir la carte dans toutes ses complexités de formes (Google Earth, GPS, carte IGN) et de fond (carte thématique, topographique) et mettre en perspective la figure du cartographe. La carte ne peut s’étudier sans son concepteur.

  • 1  « (…) Dire que la carte est une représentation, c’est, à mon sens, une tautologie et ne pas invest (...)

3L’univers des cartes propose de combler un vide de la littérature que l’auteur souligne dans son introduction et dans le chapitre 6 : il manque dans la littérature un ouvrage d’épistémologie sur les notions de la cartographie. Il s’agit de rompre avec la tautologie1 « représentation/carte » pour épouser une démarche holistique, du tout par ses parties. Pour cela, l’auteur adopte une démarche inductive : la première partie privilégie la pratique pour finalement aboutir à une réflexion théorique. L’ouvrage est composé de deux parties, la première portant sur la définition de la carte et la deuxième comportant de nombreux exemples analysés et corrigés, suivis d’une conclusion analysant les enjeux de la révolution cartographique.

  • 2  Jacob Christian, L’empire des cartes, approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, (...)
  • 3  Harley J. Brian, « Deconstructing the map », Evanston IL : Program of AfricanStudies, Northwestern (...)

4L’introduction pose d’emblée le paradoxe présent dans la littérature : la carte est trop souvent assimilée à une représentation et la place de son concepteur, le cartographe, est de plus en plus oubliée. Pour répondre à ce problème, l’auteur reprend la définition de Christian Jacob2 privilégiant la matérialisation et la communication de la carte, ancrant la carte dans un dialogue entre un énonciateur et un destinataire. L’objet de cette partie est de montrer que la carte se définit autant par la technique du cartographe que par sa réflexion en amont, épousant la démarche critique de Brian Harley3 vis-à-vis du positivisme scientifique. Jean-Paul Bord introduit la notion de responsabilité qui incombe au cartographe : moins qu’une représentation, la carte est un discours : « la carte pour beaucoup d’entre nous, représente le monde qui nous entoure, elle en est la réalité, placée sous les yeux, elle est la vérité (puisque je le vois, c’est vrai) » (p. 7).

5À l’aide des témoignages de cartographes, Jean Paul Bord propose une définition de la carte comme une mise en scène du monde structurée par trois grands moments (chapitre 2) : la réflexion en amont (mise en place d’une problématique, sélection de l’information), la construction (organisation et analyse des données qualitatives), et enfin la production cartographique, qui suppose l’interprétation et la communication du destinataire.

  • 4  « Nous assistons à un accroissement du nombre et du type de cartes, mais comme il y a également pr (...)

6La deuxième partie étudie « les enjeux de la révolution cartographique » : la multiplication de la carte conduit à sa désincarnation4. Cette partie, constituée de nombreux exemples, a pour but de montrer l’étendue des réalisations et des techniques à disposition des cartographes, afin d’optimiser le pouvoir des cartes dans un champ de plus en plus concurrentiel avec l’avènement des outils numériques. L’objectif de cette partie est de montrer la carte est davantage un acte de communication qu’une représentation.

  • 5 Bertin Jacques, La sémiologie graphique, les diagrammes, les réseaux et les cartes, Gauthier-Villar (...)
  • 6 Pastoureau Michel, Jésus chez le teinturier, couleurs et teintures dans l’occident médiéval, Editio (...)

7Les exemples de cette partie se répartissent en trois grands types : les mauvaises cartes (la carte surchargée et la carte à lire), la carte support de pouvoir à des fins de propagandes, et enfin la carte qui « fait la part belle au concept», celle portant sur un espace étudié ou des données choisies. Il s’inscrit ici dans la lignée de Jacques Bertin5 : les cartes sont des objets à voir et des objets à lire. Cette thèse est illustrée par l’exemple portant sur la carte de Moscou traitant de la propagande menée par l’URSS dans la représentation de l’espace européen. L’analyse de la carte insiste sur deux traits : la relation entre le texte et l’image et que la force des couleurs employées. En rappelant les travaux de Michel Pastoureau6, Jean Paul Bord insiste sur le choix décisif des couleurs d’une carte. Au-delà de la sémiologie graphique, la couleur d’une carte relève d’abord d’une culture partagée : « ce n’est pas la nature qui fait la couleur, encore moins la science ou la technique, c’est la société » (p. 131). Ainsi, selon Jean Paul Bord, le rouge serait associé à la guerre, le bleu à la paix. Il termine enfin sur le poids de projection choisie par le cartographe. Elle impose une clé de lecture au destinataire, en centrant par exemple la carte sur le territoire de l’URSS. La carte est bien un acte de communication voire un objet de propagande.

8Du chapitre 6 à la conclusion, Jean-Paul Bord choisit de revenir sur la relation entre carte et représentation, en introduisant « les concepts épistémologiques » de la carte. La « révolution cartographique » révélerait une crise de la cartographie, sacrifiant la démarche du cartographe sur l’autel de la carte-image, employée sur Internet et dans les journaux. La carte serait entrée dans un processus d’automatisation technique (numérisation et effacement progressif de la figure du cartographe-concepteur). L’oubli des aspects conceptuels de la cartographie serait à l’origine de cette crise. La genèse de la carte et l’analyse a priori des données cartographiques par le cartographe sont essentielles pour comprendre l’objet carte.

9Jean Paul Bord propose de définir trois concepts « fondateurs » : la donnée/l’information, l’espace/territoires et l’humain/l’acteur. Il propose de redéfinir la figure du cartographe, du producteur-technicien au concepteur-auteur de la carte. Il s’inscrit ici dans la lignée de Strabon et ses Géographies, reprenant la différence entre la science des yeux et la science de l’esprit. Plus qu’un technicien, le cartographe est un géographe, qui met en perspective la constitution de la carte (genèse conceptuelle), la création de la carte (sémiologie graphique) et sa portée (acte de communication). L’ouvrage conclut par « des questions récurrentes », portant principalement sur les questions numériques et pédagogiques, afin de rappeler que la carte est avant tout un objet pédagogique permettant la communicabilité de l’espace.

10L’univers des cartes s’apparente parfois à un essai, tant Jean Paul Bord associe son propos à sa propre expérience de professeur et de cartographe, par l’intermédiaire de passages biographiques qui ont pour but de justifier sa démarche et permettent de proposer une synthèse originale à la fois prospective et rétrospective.

Haut de page

Notes

1  « (…) Dire que la carte est une représentation, c’est, à mon sens, une tautologie et ne pas investir ce qui fait sens dans cette réalisation » (p. 143)

2  Jacob Christian, L’empire des cartes, approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Albin Michel, Paris, 1992, 532 pages.

3  Harley J. Brian, « Deconstructing the map », Evanston IL : Program of AfricanStudies, NorthwesternUniversity, n° 3, 1992, pp.10-13. Disponible en ligne : http://www.unigis.at/fernstudien/UNIGIS_professional/Lehrgangs_CD_2/module/modul5/media/pdf/Deconstructing%20the%20map.pdf

4  « Nous assistons à un accroissement du nombre et du type de cartes, mais comme il y a également propagation d’images (…) la place de la carte reste équivoque » (p. 8).

5 Bertin Jacques, La sémiologie graphique, les diagrammes, les réseaux et les cartes, Gauthier-Villars, Paris, 1967.

6 Pastoureau Michel, Jésus chez le teinturier, couleurs et teintures dans l’occident médiéval, Editions du léopard d’or, Paris, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alisée Pornet, « Jean-Paul Bord, L'univers des cartes. La carte et le cartographe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 29 janvier 2013, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/10524

Haut de page

Rédacteur

Alisée Pornet

Etudiante en année de préparation à l'agrégation à l'Ecole Normale Supérieure de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page