Navigation – Plan du site

Serge Paugam, L'enquête sociologique

Elieth P. Eyebiyi
L'enquête sociologique
Serge Paugam (dir.), L'enquête sociologique, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige Manuels », 2010, 458 p., EAN : 9782130555032.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Kaplan, A., 1964. The conduct of Inquiry. Methodology for behavioural science, San Francisco, Chand (...)

1Manuel de vingt leçons de méthodologie, L'enquête sociologique est un ouvrage collectif dirigé par Serge Paugam. Il fait la synthèse sur les techniques et méthodes utilisées en sociologie au cours du XXe siècle, et retrace le cheminement scientifique du chercheur, depuis le choix de son sujet d'étude, à la publication de ses résultats. L'importance de cet ouvrage se situe dans le fait que le sociologue est contraint de rendre compte de la méthodologie utilisée, avant même d'exposer ses résultats. Au sens de Kaplan (1964) 1, le propre de la méthode est d'aider non seulement à comprendre les résultats d'une recherche mais le processus qui y a conduit. Le primat de la méthode sur les résultats obtenus étant un facteur de crédibilisation et de validation de ces résultats, il importe effectivement d'y revenir pour en comprendre les ficelles.

2Si la première règle est la rupture avec les préjugés, le chercheur doit également se rendre impartial, surtout s'il a quelque affinité, sociale ou non, avec son objet ou son milieu d'étude. L'auteur revient sur l'exemple de Bourdieu, face au champ universitaire pour soutenir son propos. Une fois le sens commun neutralisé, si on peut s'exprimer ainsi, le défi suivant pour le sociologue se révèle être celui de problématiser. Cyril Lemieux se penche sur cette question pour montrer que les questions à poser sont finalement plus importantes que les réponses à en attendre, car ce sont elles qui soulèvent les véritables problèmes à étudier. Pour lui d'ailleurs, « l'esprit de la sociologie [...] n'est ni spéculatif, ni purement descriptif, mais critique » (p.29), faisant de la discipline un art puisque le génie du sociologue serait alors de pouvoir poser les bonnes questions, des questions contenant véritablement un problème éligible pour la recherche, à partir des réalités concrètes. La construction de l'objet est en effet un point nodal dans la recherche et permet au chercheur de ne point s'égarer au cours de la vérification empirique. Il sait alors de quoi il parle et on le sait avec lui.

3L'arsenal dont dispose le chercheur pour procéder à la vérification empirique, après identification de son groupe cible et échantillonnage, est très étoffé, et part de la méthode du questionnaire à l'usage des archives, en passant par l'observation, l'entretien face à face, etc. Procéder à l'analyse des données empiriques recueillies appelle des méthodes d'analyse, que détaillent les auteurs, du chapitre 11 au chapitre 17. Par exemple, Beaud et Weber expliquent les ficelles du raisonnement ethnographique, Selz celles du raisonnement statistique en sociologie, Paugam et Van de Velde le raisonnement comparatiste.

  • 2 Becker, H., 1986. Ecrire les sciences sociales. Commencer et terminer son article, sa thèse ou son (...)

4Dans le dix-huitième chapitre, Cyril Lemieux revient pour une ouverture sur l'écriture sociologique comme mode de restitution des résultats obtenus. Reprenant Becker (1986) 2 qui parle de « l'angoisse de la page blanche «  (p. 379) et des crampes mentales, Lemieux confirme que le fait de prioriser la pensée à l'écriture explique en partie la difficulté de certains sociologues à accoucher sur papier dans les règles de l'art sociologique, le fruit de leur pensée. Si l''écriture inclut une bonne dose d'anticipation de la critique des pairs, elle recouvre une autre réalité, la difficulté à formuler une problématique authentique. Pour Lemieux, le paradoxe suivant doit être souligné : « [...] alors même qu'un texte sociologique [...] ne peut jamais être écrit que du point de vue globalisant et informé de la fin d‘une enquête, il se doit néanmoins d'être dominé, au plan rhétorique, par le point de vue innocent du début d'une enquête » (p.386).

5Dans sa conclusion, Paugam revient sur un aspect récurrent de l'ouvrage, et assez important du métier de sociologue et plus particulièrement de l'enquête sociologique, la réflexivité. Pour lui, la réflexivité naît dès lors que la rupture épistémologique est opérée, et que l'on se départit de ce que Durkheim nomme les prénotions. En ramenant la question de la distanciation dans le débat, l'auteur montre sa nécessité, en dépit du fait que le sociologue opère souvent ses choix en tenant compte de ses affinités et intérêt avec les sujets abordés. La distanciation permet de se départir (autant que faire se peut) du sens commun, pour laisser libre cours à l'expression scientifique. Si le regard rationnel à avoir en tant que sociologue n'est pas si facile à mettre en œuvre, il convient de souligner qu'en être conscient peut à bien des égards aider le chercheur à assumer ses choix et opérer les distanciations ultérieures. On comprend alors que l'opération de distanciation est permanente (et doit l'être) chez le sociologue, à toutes les étapes de sa quête. De plus, même sur le terrain, l'interaction du sociologue avec le milieu et les acteurs qui s'y trouvent déterminent les données recueillies. En somme, le rapport du sociologue à son terrain fonde ses résultats et il lui revient de questionner ses données et de se questionner en permanence.

Haut de page

Notes

1 Kaplan, A., 1964. The conduct of Inquiry. Methodology for behavioural science, San Francisco, Chandler ed, 428p

2 Becker, H., 1986. Ecrire les sciences sociales. Commencer et terminer son article, sa thèse ou son livre, 1ère éd., Paris, Economica, 2004

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth P. Eyebiyi, « Serge Paugam, L'enquête sociologique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/1055

Haut de page

Rédacteur

Elieth P. Eyebiyi

Docteur en sociologie, LHME/Université d’Abomey-Calavi (Bénin), chercheur au Transpol (Canada).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page