Navigation – Plan du site

François Rabaté, Des histoires de violence, rencontres grenobloises

François-Ronan Dubois
Des histoires de violence, rencontres grenobloises
François Rabaté, Des histoires de violence, rencontres grenobloises, Cocottesminute productions, 2012.
Haut de page

Texte intégral

12010 : des émeutes, nous dit-on, dans les villes grenobloises. Nicolas Sarkozy, alors Président de la République, vient promettre à Grenoble de mettre au pas les cités. Les caméras des grands journaux télévisés filment de loin « les jeunes » et « la police » qui s’affrontent — les présentateurs introduisent les séquences d’un ton grave. Deux ans plus tard, François Rabaté revient sur le théâtre de ces événements, avec une caméra et des questions, pour tenter d’éclairer, par un documentaire d’une heure, les raisons et les enjeux de ces violences. Il n’y a plus de feu ni d’échanges de tir et les autres caméras se sont depuis longtemps détournées de la Villeneuve : le spectacle est fini et, pour François Rabaté, l’heure de l’information est enfin arrivée.

2Force est de constater que la stratégie du documentariste est fort différente de celles des images médiatiques qui fleurirent en 2010, pendant quelques jours, sur les écrans des chaînes nationales. Plutôt que de filmer de loin les violences de la ville et de n’offrir, pour seules explications, que les discours du gouvernement et les commentaires chiffrés des forces de l’ordre, François Rabaté se rend dans le quartier de la Villeneuve et interroge les habitants. Caméra à l’épaule, photographie sans prétention, mise en scène minimale et montage dépourvu d’effets grandiloquents : le parti pris est celui de la simplicité, loin des prises de vue spectaculaires, complaisamment nimbées du mystère dangereux de la nuit et des flammes, qui avaient fait le gros de l’actualité et dont le rappel, au début du documentaire, fait assez sentir, par comparaison, l’intérêt de la démarche ici adoptée. François Rabaté montre la Villeneuve le jour aussi bien que la nuit, il laisse les habitants s’exprimer, parler à la caméra et se parler les uns aux autres, il s’attache aux petits détails du quotidien — le marché, les scooters qui roulent vite, les parties de pétanque trop bruyantes — comme aux analyses de fond — l’urbanisme, les logements sociaux, le marché de l’emploi.

3On découvre que les habitants de la Villeneuve ne vivent pas reclus dans la terreur de leurs foyers et que la vie associative continue à tenter de faire revivre un quartier qui fut jadis une utopie sociale. La Villeneuve, quelques décennies plus tôt, était le symbole d’une mixité sociale et d’un urbanisme nouveau : les logements sociaux y côtoyaient la propriété privée. Pendant dix ans, confirme une habitante, l’utopie a fonctionné, mais peu à peu les logements sociaux se sont multipliés, la Villeneuve est devenue une cité ghetto désertée par les commerces et les marchés. C’est le fond du problème, selon elle. Pour d’autres, il est aussi ailleurs. Des jeunes rencontrés dans un club de rap affirment que, malgré leurs diplômes, ils ne parviennent pas à trouver un emploi : le discours de la promotion sociale ne recouvre pas la réalité. Pour une ancienne habitante, ce sont les parents qui ont perdu le contrôle de leurs enfants : la télévision a éveillé en eux des rêves de richesses faciles constamment frustrés par la réalité. François Rabaté ne décide pas, mais il montre que les problèmes évoqués sont rarement ceux de la violence. Ils sont ailleurs, ils sont d’ordre culturel et économique.

4D’ailleurs, la violence, assure un policier, n’est peut-être pas plus considérable qu’elle ne l’était dix, vingt ans auparavant. Le danger est bien sûr, pour le documentariste, de répondre à la noirceur du tableau de 2010 par une partialité nouvelle, qui pencherait vers l’idylle. Il prend garde de ne pas y sombrer. Bien des habitants rencontrés parlent de leur peur, des halls d’immeuble occupés, des parcs qu’ils ne parcourent plus le soir, de la violence de certaines bandes et du trafic de drogue. Certains avouent que leur sentiment d’insécurité repose beaucoup plus sur les discours médiatiques que sur les faits ; ni le sentiment ni les faits n’en sont moins réels. François Rabaté n’écarte donc pas d’un geste de caméra les dangers de la Villeneuve : il tient cependant à montrer que la violence est l’une des expressions d’un problème plus complexe, dont les causes sont multiples, et que les événements de 2010 ne sont guère que la manifestation circonstancielle d’un problème devenu structurel.

5Il montre aussi, et en cela le titre du documentaire est programmatique, que ces problèmes n’échappent pas à ceux qu’ils impliquent et que les solutions ne sauraient venir entièrement de l’extérieur. Rares sont les analyses en profondeur qui soient imposées par la voix-off du commentateur : elles viennent des habitants, qui expliquent avec clarté et lucidité les difficultés de la situation et les enjeux généraux de tel ou tel phénomène particulier. Alors François Rabaté filme sa rencontre avec les Grenoblois, mais aussi la rencontre des Grenoblois entre eux : il filme les associations de mixité culturelle, pas si mixtes que cela, il filme le foyer des jeunes en construction, il filme une réunion de méditation entre les habitants, une fête de quartier, la rencontre du maire de Grenoble et d’un directeur de MJC, celle des gardiens de nuit et des jeunes désoeuvrés. On parle et l’on discute peut-être autant et plus que l’on ne s’affronte, à la Villeneuve. À nouveau, le documentariste veille à ne pas tordre le bâton dans l’autre sens : les discussions sont houleuses et parfois, l’incompréhension domine. Mais elles existent et perdurent.

6Sous des airs de simplicité, les Rencontres grenobloises reposent donc sur un dispositif complexe. Il faut expliquer en évitant les discours pontifiants : rendre la parole aux habitants. Il faut aussi montrer que l’obscurité n’est pas générale, sans imposer de fausses dorures : faire une part au jour et à la nuit. Pour réussir cette difficile entreprise, François Rabaté résiste systématiquement à la tentation du naturalisme. Il eût été aisé de balancer le spectaculaire médiatique de 2010 par une sobriété soigneusement agencée à la manière des documentaires de Strip-Tease, mais c’eût été donner dans une autre forme de fiction. Au contraire, les commentaires constants de la voix-off, les scènes où les habitants parlent de la caméra et du micro, l’introduction qui explique la démarche du documentariste, tout vient rappeler que c’est un caméra qui filme et qui voit ; ce n’est donc pas le réel pur, mais une rencontre véritablement, avec ce qu’elle implique, pour ceux qui la font, de jeu d’acteur et de rhétorique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « François Rabaté, Des histoires de violence, rencontres grenobloises », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/10552

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page