Skip to navigation – Site map

Hélène Mialet, Hawking Incorporated. Stephen Hawking and the Anthropology of the Knowing subject

Cristina Popescu
Hawking incorporated
Hélène Mialet, Hawking incorporated. Stephen Hawking and the Anthropology of the Knowing Subject, Chicago, University of Chicago Press, 2012, 272 p., ISBN : 9780226522289.
Top of page

Full text

  • 1  Dans le sens de cette théorie, Hélène Mialet cite les ouvrages de Bruno Latour et de Michel Callon (...)
  • 2  Professeur à l’Université de Cambridge, Stephen Hawking devient mondialement connu lors de la paru (...)
  • 3  Ce n’est donc pas un génie isolé qui va produire les grandes théories, mais un acteur bien intégré (...)

1Situé dans la tradition de recherche développée autour de la théorie de l’acteur-réseau (actor-network theory)1, le livre de Hélène Mialet choisit d’explorer la figure particulière du physicien anglais Stephen Hawking2. À travers sept chapitres complémentaires, le lecteur découvre à la fois « Hawking l’individu » et « Hawking le génie en physique ». C’est une distinction qui ne paraît pas toute de suite évidente au non-initié, mais, nous allons le comprendre rapidement, le Hawking des médias, n’est pas Hawking, la personne ayant affaire à sa maladie. Le livre se concentre par conséquent sur la déconstruction de la figure de Hawking tel qu’il peut apparaître en tant que figure publique du parfait scientifique, symbole de la philosophie cartésienne et d’un esprit complétement libéré du corps, en allant un pas plus loin3.

2À l’aide d’une centaine d’entretiens effectués avec Stephen Hawking et son entourage, des observations ethnographiques et des documents (multi)médiatiques, Hélène Mialet retrace la manière dont se constitue la figure de Stephen Hawking sur une période de plus de dix ans. Les chapitres composant le livre ont chacun une structure spécifique, laissant entrevoir à chaque fois un acteur, qu’il soit humain ou non-humain (ordinateur, synthétiseur vocal, diagrammes), à l’œuvre dans le réseau qui entoure le personnage central.

3Tout comme l’auteure au début de son enquête, le lecteur de Hawking Incorporated découvre peu à peu le célèbre physicien. Un rendez-vous initial avec ce dernier a lieu dans le premier chapitre. Toute une organisation est mise en place autour de Hawking assimilé à un manager. Hélène Mialet désigne par l’expression « corps étendu » (the extended body) les acteurs qui l’assistent, d’une manière technique ou logistique, à jouer son rôle de professeur sur la scène publique, qu’ils soient des machines comme les ordinateurs ou des êtres humains, comme sa secrétaire, l’étudiant diplômé (graduate assistant) ou les infirmières. Ce collectif forme autour de lui une sorte de « laboratoire » dont le but principal est de l’assister dans la construction de son identité publique, ainsi que dans l’interprétation (performance) de son rôle de professeur de génie, lors des conférences ou des manifestations publiques. Il y aurait ainsi une mise-en-scène dont l’acteur principal est Hawking qui parle devant le public. Derrière lui, de manière souvent invisible il y a tous ces techniciens que nous venons d’évoquer.

4Dans le second et le troisième chapitre, l’auteure continue la déconstruction de l’image du génie autonome. Ainsi, il y aurait un autre type de corps collectif (ordinateur/ étudiants/ collègues) qui permet à Hawking, n’ayant plus la motricité de son corps, de faire cette fois-ci son travail de chercheur. De l’organisation technique nous passons donc à l’organisation intellectuelle. Les étudiants, en faisant les calculs que Hawking ne peut pas écrire à cause de ses limitations physiques, lui offrent la possibilité d’étendre ses réflexions théoriques. De la même manière, les diagrammes, dispositifs prothétiques, s’imposent comme un acteur aidant Hawking à mieux mettre en forme ses théories. Le mythe d’une construction théorique uniquement fondée sur la capacité d’abstraction du sujet ne trouve plus de fondement, car Hawking utilise bien des instruments et des artefacts. En réalité, l’innovation est loin d’être spontanée, elle se fonde plutôt sur une routine.  

5En outre, les médias constituent l’un des acteurs les plus importants dans la construction de l’image de Hawking le génie. Dans le quatrième chapitre de l’ouvrage nous voyons comment le mode de fonctionnement de la presse, ainsi que des autres acteurs médiatiques facilite une certaine mise en stéréotypie du sujet de la recherche. Le corps semble s’effacer complétement dans ces médias, pour ne laisser place qu’au cerveau. De même, le collectif qui accompagne Hawking dans sa vie quotidienne, dans l’écrit de ses textes et dans sa réflexion autour des théories disparaît. Il ne reste que la figure de Hawking, le professeur, auteur du célèbre Une brève histoire du temps (1986).

  • 4  Kantorowicz Ernst, Les deux corps du Roi, Paris, Gallimard, 1989. Un compte rendu de cet ouvrage s (...)

6Ce n’est que dans le cinquième chapitre de l’ouvrage que nous voyons l’ethnographe rencontrer et ‘parler’ à son ‘enquêté’. Le premier contact est déstabilisant car rien ne se passe ‘normalement’. Le corps handicapé impose ses règles et sa temporalité. C’est à ce moment qu’on se rend compte qu’il existe plusieurs façons de comprendre Hawking. En passant par l’antichambre de son bureau, la salle où se trouvent à la fois les objets, les assistants et les étudiants, nous entrons en contact avec « son corps étendu ». C’est en déclinant la théorie d’Ernst Kantorowicz4 sur les deux corps du Roi que Hélène Mialet nous explique qu’il y aurait en fait trois corps de Hawking : le corps naturel, déjà étendu car il a besoin d’assistance pour fonctionner, le corps collectif (corps humain/ ordinateur/ assistants) et le corps sacré, celui du professeur connu partout dans le monde.

7Les deux derniers chapitres retiennent des éléments supplémentaires qui participent à la constitution de la figure du génie : la mise en mémoire et la représentation artistique. La mise en mémoire passe par l’archivage des documents de Hawking. Et ce processus ne se déroule pas comme d’habitude, comme dans le cas des chercheurs disparus, voir par exemple la figure de Newton. Le cas de Hawking pose problème dans le sens où sa présence fait changer les règles du jeu. Il est toujours en vie et en plus, il ne produit pas les documents comme les autres. Il utilise les facilités offertes par l’ordinateur, mais ce mode de fonctionnement laisse très peu entrevoir les modifications apportées par l’individu. La singularité est très peu visible, tandis que la répétition dévient une variable prédominante à travers notamment le processus de reprise des parties des discours déjà produits à d’autres occasions et gardés dans la mémoire de la machine. Nous savons que l’ordinateur permet une reproduction standardisée des textes, rendant ainsi invisible le caractère unique, donc original, de la pratique individuelle. Les archivistes, en tant que professionnels de l’information, s’interrogent donc sur des nouvelles manières de classer la documentation (articles, livres, textes, etc.) transmise par Stephen Hawking. Ils participent, peut-être de manière indirecte, par la sélection et l’hiérarchisation des sources documentaires, à la mise en forme, ainsi qu’à la mise en mémoire pour les générations futures, de la figure du professeur Hawking.

8Un dernier cas illustratif clôt le volume. Le septième chapitre présente la rencontre entre Hawking l’individu et sa statue réalisée en bronze par une artiste. Cet épisode constitue une occasion pour l’auteure de faire un transfert de l’objet physique à une métaphore de la statue. Le Hawking des conférences et des événements publics est une construction, une représentation, il est une statue qui ne s’autorise pas à sourire car cela montrerait son côté humain.

9Au final, le livre s’avère d’une diversité impressionnante, tant à travers l’argumentation engagée que par les disciplines sollicitées, de la philosophie et la sociologie des sciences à l’ethnographie et l’anthropologie. Le champ des méthodes d’enquête est à son tour varié, des entretiens, à l’observation et à l’étude des documents écrits. Mais la spécificité du sujet étudié bouleverse la pratique méthodologique classique. On parle différemment au professeur handicapé. En même temps, loin de cacher, sa déficience ouvre des portes à la découverte de pratiques qui règlent le fonctionnement du monde académique et du monde médiatique. La période couverte par le livre, de la fin des années 1990 à la fin des années 2000, permet au lecteur de bien saisir les transformations de l’objet enquêté, ainsi que du sujet enquêteur. Mais en même temps nous regrettons un certain effet d’uniformisation, imposée peut-être par les contraintes de l’écriture, qui ne rend pas justice aux différentes étapes de l’ « enquête menée » et présentée dans ce livre.

Top of page

Notes

1  Dans le sens de cette théorie, Hélène Mialet cite les ouvrages de Bruno Latour et de Michel Callon. De plus, le compte rendu du dernier ouvrage de Bruno Latour, Enquête sur les modes d’existence, s’arrête sur cette théorie de l’acteur-réseau : http://lectures.revues.org/10133

2  Professeur à l’Université de Cambridge, Stephen Hawking devient mondialement connu lors de la parution de son livre de vulgarisation scientifique Une brève histoire du temps, initialement paru en 1988 aux Etats-Unis. Son état de santé commence à se dégrader au début des années 1960 à cause d’une maladie évolutive entrainant des incapacités motrices, la sclérose latérale amyotrophique. Ultérieurement, en 1985, il perd aussi l’usage de sa voix à cause d’une pneumonie. Lorsque Hélène Mialet le rencontre, il utilise son fauteuil électrique équipé d’un ordinateur qui lui permet de communiquer avec les autres. De petits gestes à peine saisissables lui permettent de contrôler cet ordinateur. Un synthétiseur vocal transmet aux autres ce qu’il introduit comme texte dans son ordinateur. Le site http://www.hawking.org.uk/ présente plusieurs informations sur la personnalité et les activités de Stephen Hawking.

3  Ce n’est donc pas un génie isolé qui va produire les grandes théories, mais un acteur bien intégré à un réseau. Le discours sur la solitude du génie ne serait finalement qu’une sorte d’excuse pour interdire toute anthropologie du sujet connaissant.

4  Kantorowicz Ernst, Les deux corps du Roi, Paris, Gallimard, 1989. Un compte rendu de cet ouvrage se trouve à l’adresse suivante : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polix_0295-2319_1989_num_2_6_2102

Top of page

References

Electronic reference

Cristina Popescu, « Hélène Mialet, Hawking Incorporated. Stephen Hawking and the Anthropology of the Knowing subject  », Lectures [Online], Reviews, 2013, Online since 01 February 2013, connection on 26 May 2017. URL : http://lectures.revues.org/10554

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page