Navigation – Plan du site

Michelle Auzanneau, Corinne Juillard (dir.), « Jeunes et parlers jeunes : des catégories en question », Langage et société, n° 141, septembre 2012

Rossana Curreri
Jeunes et parlers jeunes : des catégories en question
Michelle Auzanneau, Caroline Juillard (dir.), « Jeunes et parlers jeunes : des catégories en question », Langage et société, n° 141, septembre 2012, 2012, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1423-8.
Haut de page

Texte intégral

1Les notions de « jeunes »et de « parler jeune » peuvent-elles être rangées parmi les universaux sociolinguistiques ? S’agit-il de catégories qui apparaissent dans l’ensemble des cultures, indépendamment des langues concernées ? Que signifie être jeune ? Telle est la problématique posée par le numéro 141 de Langage et société, qui a le mérite de réunir des contributions portant sur des contextes socioculturels aussi différents que ceux de la Chine, du Cameroun, de la France et de la Suisse et de s’appuyer sur une très vaste bibliographie linguistique et sociolinguistique sur le sujet, de Labov à Eckert et, plus récemment, de Calvet à Trimaille.

2Tout en ayant obtenu un énorme consensus médiatique, cette catégorie qui « est le résultat d’une double stigmatisation : sociale (« jeune ») et linguistique (« parler »), (Carole de Féral p. 22) est loin d’être définie de façon claire et précise. Et pourtant il est difficile de s’en passer car elle a une finalité pratique tant pour les scientifiques que pour les locuteurs, comme le prouve l’enquête de terrain menée par Carole de Féral auprès de soixante-treize Français et trente-sept Camerounais francophones pendant l’année universitaire 2010-2011, la subtile observation de l’interaction dans l’« espace sociolinguistique »d’un atelier de formation de la Protection Judiciaire de la Jeunesse menée par Michelle Auzanneau, Malory Leclère- Messebel et Caroline Juillard, et les entretiens avec soixante-deux jeunes Romands âgés de 16 à 20 ans analysés par Pascal Singy et Céline Bourquin.

3Ce dossier montre que ces catégories ne sont pas des données mais des constructions collectives partagées, tant par les locuteurs qui les illustrent par leurs pratiques et leurs représentations, que par les chercheurs qui les rendent opératoires en tant que catégories d’analyse : tout d’abord Carole de Féral signale la responsabilité des linguistes dans la diffusion de l’image de « langues autres » et dans la création d’objets linguistiques de recherche aux contours censés être bien définis, tels que le « camfranglais/francanglais », et ensuite Michelle Auzanneau, Malory Leclère-Messebel et Caroline Juillard découvrent que cette catégorisation apparaît dans le contraste avec d’autres catégorisations ethniques ou générationnelles. En fait, ce dossier prouve également que l’on ne peut pas traiter ces catégories en termes homogénéisants sans tenir compte d’autres identités sociales : d’une part l’enquête et l’échantillonnage dans le Dongxiang menés par Julie Lefort démontrent que la catégorie « jeune » relève aussi du contexte socioculturel et se confronte avec d’autres traits, dont l’urbanité, d’autre part la récente étude auprès de jeunes locuteurs de Suisse romande présentée par Pascal Singy et Céline Bourquin révèle le rôle de référence incontestée pour les locuteurs jeunes francophones de banlieue appartenant à la classe sociospatiale « Île de France ».

4Même si les contributeurs de ce dossier concordent sur certaines caractéristiques communes des « parlers jeunes » et de leurs représentations (emprunts, calques, verlanisation, variations phoniques…), ils dénoncent également les dangers d’une réification des catégories utilisées ; la catégorie « jeune » comme une et indivisible et sa pertinence dans la définition d’un parler autre sont alors remises en question, comme le révèle subtilement le titre du volume : l’identité sociale des locuteurs est bien plus complexe que celle liée à un seul trait sociobiographique et les représentations varient selon les contextes spatioculturels, les catégories étant relatives aux sociétés qui les produisent. Le trait d’urbanité serait notamment une autre composante significative.

5Ce numéro s’achève par une étude hors dossier sur les autocitations en sciences humaines et sociales par Béatrice Milard : constructions textuelles de la crédibilité et de la trajectoire de l’auteur dans son domaine disciplinaire, les autoréférences interviennent d’après la chercheuse pour constituer l’élément-clé autour duquel construire des collectifs cognitifs et les signaler aux autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rossana Curreri, « Michelle Auzanneau, Corinne Juillard (dir.), « Jeunes et parlers jeunes : des catégories en question », Langage et société, n° 141, septembre 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 février 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/10567

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page