Navigation – Plan du site

Yves Clot, Le travail à coeur. Pour en finir avec les risques psychosociaux

Corinne Delmas
Le travail à coeur
Yves Clot, Le travail à coeur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2010, 190 p., EAN : 9782707164834.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon Thomas Philippon, Le capitalisme d'héritiers. La crise française du travail, Paris, Seuil, 20 (...)

1Le travail constitue en France un fort investissement affectif avec, en contrepartie, une proportion plus importante qu'ailleurs de salariés soumis au stress. Plusieurs enquêtes révèlent dans ce pays une grande insatisfaction au travail qui n'a cessé de s'aggraver ces dernières années. Les attitudes de repli et de retrait qui en résultent, doublées de relations sociales difficiles s'avèrent particulièrement délétères tant sur le plan sanitaire qu'économique ; « d'un point de vue statistique, les relations sociales semblent expliquer la quasi-totalité des mauvaises performances françaises » 1. A partir de ce « paradoxe français », Yves Clot instruit dans cet ouvrage le dossier des « risques psychosociaux ». A rebours d'une politique de l'urgence se focalisant sur la prise en charge individualisée des « fragiles », il insiste sur la nécessité de mettre en discussion le travail afin de redonner aux salariés un « pouvoir d'agir » garant de leur bonne santé et de relations sociales apaisées.

2Le premier chapitre présente « le temps très court d'une actualité agitée, qui, en surface, sollicite quotidiennement l'esprit » (p. 187). Brossant un tableau informé et très utile des initiatives récentes en matière de santé mentale au travail, l'auteur souligne le conformisme des propositions des députés UMP, Nouveau centre et des personnalités qualifiées ; celles-ci seraient même de nature à « consolider le déni social du « conflit d'intérêts inhérent à la relation salariale » mentionnée par T. Philippon » alors qu' au contraire, il serait « urgent que les directions d'entreprise, l'Etat et les organisations professionnelles assument les conflits de critères existant sur la qualité du travail et négocient les compromis dynamiques qui s'imposent sur ce terrain [...] la confrontation sociale sur les critères du « travail bien fait » [étant] [...] le ressort de la santé au travail et d'une autre efficacité. » (p. 21). Précipitées, les mesures ministérielles attesteraient une « volonté générale de cicatrisation rapide » (p. 23). Impulsant des accords d'entreprise hâtifs au nom d'une « culture du résultat » ayant pourtant contribué à la dégradation de la santé au travail, la démarche ministérielle serait soumise à une « tyrannie du court terme » qui « intoxique » un Etat pourtant longtemps attentiste en la matière, y compris comme employeur. Cette injonction, dont la première conséquence serait « d'installer une nouvelle couche de gestion sur le travail », participe à un « gonflement de l'appareil d'expertise psychosociale et juridique » préjudiciable pour un syndicalisme qui, selon l'auteur, « y gagnera peut-être la représentativité d'un prestataire de service pour les salariés, mais y perdra sûrement la capacité d'être un interlocuteur sérieux [...] sur le terrain collectif de la qualité du travail » (p. 29).

  • 2 Fabienne Hanique, Le sens du travail. Chronique de la modernisation au guichet, Toulouse, Erès, 200
  • 3 Philippe Zarifian, Le travail et la compétence : entre puissance et contrôle, Paris, PUF, 2009.

3Les deux chapitres suivants mobilisent les résultats de plusieurs enquêtes attestant de situations professionnelles de plus en plus traversées par le dilemme de la « qualité empêchée » (p. 39). Le témoignage d'une infirmière ayant vécu l'expérience de la fermeture de l'usine Lu d'Evry entre 2001 et 2004, montre « « l'attachement viscéral » à une histoire industrielle et au « travail bien fait » (p. 39). L'enquête de Fabienne Hanique sur la modernisation des guichets à la Poste 2 en souligne l'un des effets, à savoir l'atteinte aux ressorts professionnels qui animaient les agents de la Poste dans leur métier. Le travail de P. Zarifian chez France Télécom 3 éclaire les raisons d'« un désarroi déjà ancien » (p. 45), dont le conflit sur les critères de qualité dans les centres d'appel entre jeunes et anciens, conflit « évacué par l'organisation » (p. 48) où « ce qui est à penser - la qualité du service - ne fait plus partie du travail prescrit » (p. 49)... Ce faisant, « on découvre ici une question cruciale : l'organisation du travail ne délivre pas les ressources dont les salariés ont besoin pour faire un travail de qualité ni même pour déterminer en quoi consiste pareil travail. Elle les prive des moyens de travailler » (p. 50), les amenant à ne plus se reconnaître dans ce qu'ils font tout en exposant l'entreprise, qui s'adosse à un management de la performance et de la mobilité artificiellement affranchi de la réalité, à perdre sa raison d'être.

  • 4 Jean-Luc Roger, Danielle Ruelland, « Le travail sur le travail », un instrument d'action personnel (...)
  • 5 Katia Kostulski, Le métier de procureur de la République au quotidien : de l'activité empêchée à la (...)

4Les travaux réalisés par Danielle Ruelland et Jean-Luc Roger 4 illustrent pour leur part la perte de sens chez des enseignants qui, confrontés à des classes difficiles, se heurtent à des tentatives factices de rationalisation de leur travail et d'injonctions à l'engagement de soi, non seulement inadaptées, mais contribuant en outre à « un climat général de suspicion » et à des « malentendus professionnels » pouvant « empoisonner » la vie de ce métier (p. 61). Le travail de Katia Kostulski 5 sur la mise en place de la comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité par la loi Perben II, sans expérimentation antérieure, ni demande ou besoin des magistrats, illustre la situation de professionnels devant inventer le « travail prescrit » en l'absence de tout « dialogue contradictoire. » (p. 64) La qualité empêchée peut abimer le collectif, qui devient un obstacle lorsque la qualité se perd ; « chacun alors est prisonnier de son isolement » (p. 69) comme en atteste le cas hospitalier, marqué par une obsession budgétaire coûteuse pour la qualité du service et la santé. Le discours managérial sur la qualité du travail y évacue le conflit des évaluations sur ce dernier et remet en cause le collectif des métiers. Menées depuis une quinzaine d'années, les réorganisations de la SNCF y ont également perturbé le fonctionnement d'un collectif professionnel à la fois intensément sollicité et affaibli par l'absence de stabilité.

5Yves Clot pointe un « paradoxe » : la considérable expérience des salariés, accumulée au fil des années dans une grande diversité de situations, ne parvient plus à se manifester ; elle est même « récusée par des décisions managériales auxquelles le CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) lui-même a prêté volontairement son concours : les réorganisations ont été confiées à un cabinet de conseil extérieur qui a appliqué des modèles standards, dans le but énoncé de rechercher la « baisse des coûts de production » » (p. 93). « A l'observation, ce qui s'avère fatigant, ce qui exaspère les salariés, ce n'est pas la réalisation de la tâche, mais l'empêchement » souligne Yves Clot, à savoir le fait « de façon récurrente, de ne pas pouvoir terminer ce qui a été commencé, de devoir attendre en pensant à ce qu'on pourrait faire, de faire une chose en pensant à une autre, et même de commencer une tâche en sachant très bien qu'on ne pourra pas la mener à bien. » (p. 95). Ces situations d'empêchement du travail sont d'autant plus pathogènes qu'elles s'accompagnent d'une déstructuration du collectif de travail, illustrée par la comparaison de deux situations à la Poste : celles de guichetiers en région parisienne et en province. Les premiers sont confrontés à la difficulté de rendre compatibles la demande d'un public précarisé et la réalisation d'un chiffre d'affaires désormais prescrit à la Poste, lors même qu'ils ne peuvent agir sur une organisation du travail défaillante et isolant les espaces professionnels ; les seconds constituent en revanche « une équipe qui éprouve collectivement son pouvoir d'agir dans le milieu et sur elle-même » (p. 99).

6Les trois derniers chapitres présentent « le temps long des stratégies sociales et des disciplines académiques. » (p. 187). Loin d'affronter les « ressources psychologiques et sociale » du métier comme instrument de travail, on préfère ajouter la gestion des risques psychosociaux à celle du travail. L'entrée se fait par le stress dont Yves Clot souligne combien la définition convenue comme un trouble de l'adaptation est discutable dans la mesure où « c'est très souvent l'organisation qui manque de ressources pour répondre aux demandes des opérateurs de pouvoir travailler correctement. » (p. 111). La littérature sur le stress évacue ainsi la question du sens de l'activité professionnelle alors que cette dernière peut devenir « dramatiquement insignifiante pour les opérateurs » (p. 111). Or, « quand la confrontation sur la qualité du travail est devenue impraticable, suractivité et sentiment d'insignifiance forment un mélange « psychosocial » explosif. » (p. 113). C'est le travail qu'il s'agirait de soigner ; les experts et les responsables axent pourtant la prise en charge sur les personnes, dans le cadre d'une approche hygiéniste, voire d'une forme de « police sanitaire » soucieuse de contrôler les comportements et d'imposer aux acteurs de « bonnes pratiques ». Des indices de détection de travailleurs « perdant pied » sont listés dans les projets managériaux d'accompagnement des personnes en difficulté. Au lieu d'agir sur l'organisation, on ajoute donc à la gestion stratégique et financière, une dimension psychologique « en développant une ingénierie de la souffrance professionnelle, qui dans les centres d'appels psychologiques, 24 heures sur 24, respecte plus ou moins bien la frontière du professionnel et du personnel » (p. 131). Cette « extension du domaine de la gestion » (p. 131) nourrit un marché florissant du stress où de multiples cabinets de conseils et d'expertise offrent diligemment leurs services. Proche d'un « despotisme compassionnel » (p. 132), cette « nouvelle orthopédie sociale » dote, au fond, la pression productiviste « d'amortisseurs psychologiques » (p. 145). A rebours de ces approches, mais également de toutes les tendances à durcir la dissymétrie entre les travailleurs et l'expert - dont celle de Christophe Dejours qu'il discute longuement -, Yves Clot propose, dans son dernier chapitre, des pistes d'action allant dans le sens d'une restauration du « pouvoir d'agir » des salariés qui se trouve « dans l'activité « délibérée » sur la qualité du travail » (p. 188). « C'est le rôle des expert et peut-être même le cœur de leur métier que de la solliciter, de la provoquer et aussi de l' « équiper » » (p. 188). Car ce qui fait le métier et les possibilités de débattre du « bien faire », non seulement dans les collectifs de travail, mais aussi dans la société toute entière, est à la source de la santé au travail.

  • 6 L'auteur synthétise ici une approche qu'il a longuement développée ailleurs. Voir notamment : Yves (...)
  • 7 La clinique de l'activité vise à l'accès à ces conflits d'activité, en organisant, dans un groupe r (...)
  • 8 Qu'il s'agisse de la psychodynamique du travail de Christophe Dejours (Travail, usure mentale, Pari (...)

7Yves Clot insiste donc ici sur le « pouvoir d'agir » des salariés et la fonction psychologique d'un travail qui peut contribuer, dès lors qu'il n'est pas « empêché », à une meilleure santé 6. Ce livre, clair, informé, allie sens de la formule et de la nuance ; nourri de nombreux résultats d'enquêtes et d'une longue confrontation de terrain aux conflits d'activité comme psychologue du travail au CNAM et clinicien de l'activité 7, c'est un ouvrage essentiel mettant l'accent, à l'instar d'autres chercheurs et courants de pensée 8, sur l'importance des dimensions d'autonomie, de coopération et de débat au sein des collectifs.

Haut de page

Notes

1 Selon Thomas Philippon, Le capitalisme d'héritiers. La crise française du travail, Paris, Seuil, 2007, p. 87, cité par Yves Clot (p. 14-15).

2 Fabienne Hanique, Le sens du travail. Chronique de la modernisation au guichet, Toulouse, Erès, 2004

3 Philippe Zarifian, Le travail et la compétence : entre puissance et contrôle, Paris, PUF, 2009.

4 Jean-Luc Roger, Danielle Ruelland, « Le travail sur le travail », un instrument d'action personnel et collectif pour les professionnels de l'éducation nationale. L'encadrement par les professionnels eux-mêmes, rapport CNAM, remis au SNES, 2009

5 Katia Kostulski, Le métier de procureur de la République au quotidien : de l'activité empêchée à la créativité, rapport final de l'intervention réalisée à la demande de l'Ecole nationale de la magistrature sur « l'analyse du métier de procureur de la République », CNAM-CRTD, avril 2009

6 L'auteur synthétise ici une approche qu'il a longuement développée ailleurs. Voir notamment : Yves Clot, Travail et pouvoir d'agir, Paris, PUF, 2008. Soulignons la proximité de cette approche de celle de Philippe Davezies, enseignant-chercheur en médecine et santé au travail, qui insiste également sur cette fonction du travail et l'importance du pouvoir d'agir. Voir par exemple : P. Davezies, « La santé au travail, une construction collective », Santé et travail, 52, juillet 2005, p. 24-28.

7 La clinique de l'activité vise à l'accès à ces conflits d'activité, en organisant, dans un groupe restreint de pairs, des controverses sur les situations de travail problématiques, i.e. où il est difficile, pour les uns et les autres, de trouver des manières de faire suffisamment efficaces et satisfaisantes pour ce qu'on attend personnellement de son métier. Il s'agit de maintenir une dynamique dialogique sur le métier permettant à chacun, par un retour réflexif sur ses manières de faire et la découverte d'autres actes possibles, de développer son pouvoir d'agir. On peut citer également comme dispositif mis au point par Y. Clot et son équipe pour faire analyser par l'opérateur sa propre activité, l'auto-confrontation croisée, impliquant le visionnage vidéo de séquences de travail, analysée ensuite par le professionnel, puis par un collègue (cf. Yves Clot, Daniel Faïta, Gabriel Fernandez et Livia Scheller, « Les entretiens en auto.confrontation croisée : une méthode en clinique de l'activité », Pistes, no 2 (www.unites.uqam.ca/pistes), 2000, repris dans Éducation permanente, no 146, 2001). Sur la clinique de l'activité : Cf. Yves Clot, Le travail sans l'homme ? Pour une psychologie des milieux de travail et de vie, Paris, La Découverte, 1995 ; Y. Clot, La fonction psychologique du travail, 4° éd., Paris, PUF, 2004 ; F. Yvon et Y. Clot, « Le travail en moins. Une approche psychologique de l'activité », Cités 2001/4, n° 8, p. 63-73 ; Y. Clot, « Clinique du travail et clinique de l'activité », Nouvelle Revue de psychosociologie, 1, 2006, p. 150-159 ; Y. Clot, D. Lhuillier (dir.), Agir en clinique du travail, Paris, Erès, 2010

8 Qu'il s'agisse de la psychodynamique du travail de Christophe Dejours (Travail, usure mentale, Paris, Bayard, 1980 ; Plaisir et souffrance au travail, AOCIP, 1987) qui insiste sur la dialectique entre plaisir et souffrance au travail ; de l'école française d'ergonomie (F. Guérin, A. Laville, F. Daniellou, J. Duraffourg, A. Kerguelen, Comprendre le travail pour le transformer, ANACT, 1991, rééd. 2006 ; F. Daniellou (éd.), L'ergonomie en quête de ses principes, Toulouse, Octarès, 1996), selon laquelle la prise en compte de l'expérience et de la singularité du salarié dans la situation de travail contribue à préserver sa santé ; des enquêtes sociologiques sur la satisfaction au travail qui repèrent le rôle de la qualité de l'activité, en prenant aussi en compte les différenciations sociales des significations du travail et la dimension « emploi » (C. Baudelot, M. Gollac (dir.), Travailler pour être heureux ?, Le bonheur en France, Paris, Fayard, 2003). Sur les différents modèles de causalité travail-santé et leur articulation, cf. Paul Bouffartigue et Jean-René Pendariès, avec la collaboration de Jacques Bouteiller, « La perception des liens travail-santé. Le rôle des normes de genre et de profession », Revue française de sociologie, 2010 (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Yves Clot, Le travail à coeur. Pour en finir avec les risques psychosociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 28 juin 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/1064

Haut de page

Rédacteur

Corinne Delmas

Politiste et sociologue, Maître de conférences à l'Université Lille 2 (FSSEP) et membre du CERAPS (Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales, UMR 8026 CNRS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page