Navigation – Plan du site

Razmig Keucheyan, Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques

Tam-Kien Duong
Hémisphère gauche
Razmig Keucheyan, Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, Zones, 2010, 316 p., EAN : 9782355220265.
Haut de page

Texte intégral

1Le développement historique du rapport entre théorie et vie politique en France fournit un terrain qui intéresse à la fois les théoriciens critiques, les historiens et les sociologues de la connaissance. Pour de multiples raisons, la France est un exemple local qui nous renseigne sur la dynamique collective de la connaissance du social. Premièrement, le champ politique français est particulièrement conservateur d'un point de vue théorique. L'opposition et la confrontation des partis politiques actuels s'appuient sur des préoccupations idéologiques datées. Deuxièmement, la seconde moitié du XXème siècle a vu la France, et plus généralement les pays européens tels que l'Italie et l'Allemagne, devenir le berceau d'un nombre important et imposant de théoriciens critiques nous permettant de penser, d'étendre et de dépasser les fondations du contexte historique de la politique contemporaine. La fameuse French Theory est l'histoire de l'émergence, de la convergence puis de la dispersion d'auteurs importants pour comprendre notre siècle. Hémisphère gauche de Razmig Keucheyan propose d'établir un état des lieux des héritiers de cette tradition intellectuelle qui a depuis longtemps dépassé ses territoires d'origine : l'Europe et l'héritage critique de Marx. La présence tutélaire de ce dernier dans cet ouvrage montre à nouveau son actualité et la postérité paradoxale d'une théorie qui matérialise autant le capitalisme que la recherche d'une alternative.

2Après une courte introduction historique à la théorie critique, l'auteur met tout de suite en place une typologie qui lui servira d'idéal-type pour comprendre les différentes stratégies mises en œuvre par les acteurs du champ et qui permettront par la suite de comprendre les frontières et espaces de frottement au sein de textes et d'engagements. Les convertis, les pessimistes, les résistants, les novateurs, les experts, les dirigeants sont d'autant de types d'intellectuel qui font notre monde depuis la seconde moitié du XXème siècle. À la lecture de l'ouvrage et de l'observation de la scène intellectuelle, cette typologie est un instrument ingénieux et facilement mobilisable pour effectuer une sociologie critique des intellectuels. A la fois originale et intuitive, l'analyse fait preuve d'un didactisme laissant peu de doute quant à la rigueur de la réflexion développée tout au long du livre.

3L'ouvrage est ensuite divisé par les deux perspectives classiques : le système ou le sujet. Même si ces points de départ peuvent être opposés de façon simpliste, la synthèse effectuée par Razmig Keucheyan est un exemple de démonstration de la surface des rencontres possibles entre ces deux approches. Principalement, malgré les différences de styles, de positions et de portées, le rassemblement de cette masse d'auteurs clarifie l'objectif commun de déconstruire le capitalisme mondialisé aussi bien pour le transformer que le dépasser. L'intérêt principal est de montrer la persistance d'une lignée théorique qui a disparu du débat public depuis la chute des réalisations nationales d'un socialisme pensé au début du siècle.

4La première partie prend le point de vue des analystes qui ont privilégié l'analyse systémique. Multitude, impérialisme, spacial fix, Etats-Nations et mondialisation, capitalisme cognitif sont autant de concepts étayés par une série d'auteurs dont Razmig Keucheyan explicite les grandes lignes théoriques. Il serait vain de les citer tous mais peu parmi les cités peuvent être évités par ceux qui souhaiteraient comprendre le système contemporain. A ce titre, le livre donne à la fois un point de départ aux intéressés néophytes qu'aux experts souhaitant avoir un exemple de compilation intelligente. Le système capitaliste est complexe : il fait participer des acteurs dont la coordination est chaotique et dont les effets sont collectifs plus que concertés. Les visages multiples de la théorie critique découlent de ce fait. Comprendre les différends théoriques est fondamental pour établir une analyse pertinente et critique.

5Alors que la première partie laisse la place à une perspective économique et/ou géodiplomatique, la seconde se concentre sur la poursuite d'un autre héritage marxiste : l'émancipation par la lutte des classes. Hémisphère gauche montre deux attitudes légitimes complémentaires face à ces anciens problèmes. La première attitude est un déplacement de la question du prolétariat soit vers l'identification de nouvelles formes de domination (les « fronts secondaires » tels que les genres ou les subalternes pour l'exploitation sociale et l'écologie pour une exploitation matérielle) soit vers une généralisation de la dualité entre dominés et dominants. Les auteurs cités sont alors souvent concernés par les motivations sociales qui sont à l'origine d'une événementialité. Il s'agit de chercher quelles sont les populations qui sont les plus susceptibles d'initier d'une rupture avec l'ordre établi. La seconde attitude est la remise en cause du principe de lutte des classes telle qu'elle est définie par l'orthodoxie marxiste comme une nécessité historique. C'est la construction conceptuelle et pratique des classes sociales qui est visée. Il est autant question d'analyser les nouvelles populations dominées résultant de l'évolution de la stratification sociale et ses conséquences sur la théorie de la lutte des classes que de ré-évaluer la raison profonde qui justifie l'existence d'une lutte nécessaire.

6Cet ouvrage est donc un excellent point d'entrée à la théorie critique contemporaine, ses subtilités ainsi que ses auteurs contemporains majeurs. C'est une lecture à partager aussi bien auprès des spécialistes en sciences humaines et sociales qui souhaiteraient disposer d'une mise à jour et d'un point de vue synthétique qu'aux personnes intéressées par l'articulation entre la théorie et la pratique dans le champ politique. Les auteurs inventoriés sont nombreux et non-négligeables et Razmig Keucheyan montre toute la finesse de leur pluralité. Ils sont souvent d'origine européenne ou occidentale et selon l'auteur il ne serait pas surprenant que la prochaine génération de théoriciens critiques ne proviennent pas de ce monde mais ils ne feront sans aucune doute eux-mêmes pas l'impasse sur nos contemporains. Dans l'apparente indigence théorique de notre actualité, il est toujours salvateur de disposer d'instruments du calibre de ce livre nous permettant de comprendre les origines de notre confusion. Ainsi pour son exhaustivité et la clarté d'explicitation, il est indéniable que Hémisphère gauche est une lecture incontournable pour comprendre et déplacer l'esprit de notre temps. Tout en montrant les différents horizons d'origine sans s'arrêter sur la question du particularisme, comme c'est souvent le cas lorsqu'il s'agit d'expliquer la French Theory et son héritage, la véritable originalité de ce livre est de proposer une lecture consacrée entièrement au rassemblement des théories critiques contemporaines et de les expliquer clairement.

7La lecture de cet ouvrage permet au moins ainsi deux niveaux de lecture. Le grand public y trouvera à la fois des clés de lecture claires alors que les experts retrouveront des thèmes classiques du changement social et de l'analyse du capitalisme traduits dans un corpus d'auteurs et de théories d'aujourd'hui et apprécieront la pertinence des catégorisations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tam-Kien Duong, « Razmig Keucheyan, Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 06 juillet 2010, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/1065

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page