Navigation – Plan du site

Anna Madoeuf et Raffaele Cattedra (dir.), Lire les villes, Panoramas du monde urbain contemporain

Eddy Banaré
Lire les villes
Anna Madoeuf, Raffaele Cattedra (dir.), Lire les villes. Panoramas du monde urbain contemporain, Presses universitaires Francois Rabelais, coll. « Villes et Territoires », 2012, 230 p., ISBN : 978-2-86906-288-7.
Haut de page

Texte intégral

1Il y a une Bahia pour Jorge Amado, une Chicago pour Saul Bellow, une Prague pour Kafka, un Fort-de-France pour Patrick Chamoiseau, Faulkner a inventé son Yoknapatawpha et Garcia-Marquez son Macondo ; il est impossible d’achever un inventaire qui montre que la littérature se fait avec et dans la ville, et surtout, y déploie un langage qu’il nous est indispensable d’entendre et d’interpréter. Pas uniquement lieu d’inspiration, la ville est d’abord le prétexte d’interrogations ; c’est là que l’auteur voit se jouer une comédie qu’il veut explorer et mettre en lumière. Lire les villes rassemble les actes du colloque organisé par Anna Madoeuf et Raffaele Cattedra en juin 2011 à l’Université François Rabelais (Tours). L’idée directrice semble d’avoir pris le contrepied de ces interrogations en tentant de nous montrer en quoi la création littéraire peut aider à appréhender des réalités urbaines mondialisées travaillées par les migrations et les contacts accélérés.

2Ces articles relèvent tous de « la conviction contemporaine que les frontières […] sont suffisamment poreuses pour que s’effectuent des circulations entre le littéraire et le scientifique » (p. 357) ; appuyée en cela par « le retour au réel » affiché depuis les années 1980 par plusieurs auteurs. Il faut saluer ici des tentatives innovantes de refondation et confrontations méthodologique. Certains vivent la ville en tant que réfugiés politiques ou immigrés volontaires, en camp de transit ou lieu d’accomplissement. Il y a là de nouvelles expériences du monde à transmettre, notamment en termes d’exclusion ou de familiarisation1 que seule la littérature peut appréhender grâce aux changements d’échelle permis par la liberté créatrice. Lire les villes peut donc être considéré comme un programme d’exploration aux confins de l’histoire, la géographie, l’anthropologie, la sociologie et la poétique des paysages.

3Ce qui est interrogé ici, c’est la tension entre littérature et géographie ; ce moment où le pouvoir de représentation propre à la littérature se nourrit de science et nourrit les sciences, en bref, ce moment où l’art devient document et rappelle que la fiction est également un mode de connaissance. « Ainsi, entre la représentation scientifique et la représentation sociale largement marquée par les stéréotypes, la littérature constituerait une troisième voie d’accès à la compréhension du monde, une forme de savoir » (p. 358). Autant dire qu’il s’agit d’un profond renouvellement méthodologique, voire l’ouverture de nouveaux domaines d’investigation, tant pour la recherche littéraire que pour la géographie. Les contributions du présent volume se caractérisent donc par une exploration des grandes tendances de la littérature mondiale contemporaine afin de renouveler les modalités d’analyse de « l’espace vécu » en géographie. Car les discours qui se déploient autour de la ville relaient les angoisses des catastrophes sanitaires, écologiques et économiques, sans compter les peurs identitaires — réflexes xénophobes — qui sont liées aux mises en contact anthropologiques et culturelles accélérées de la globalisation. Les émotions sont l’objet de la littérature qui restitue l’infinie variété du vécu urbain.

4Kaboul, Tokyo, Buenos Aires, Los Angeles, Ciudad Juarez et New York mises à part, les explorations proposées sont essentiellement européennes et méditerranéennes. Il est presque impossible de rendre justice aux vingt-neuf articles qui composent ce volume ; nous nous focaliserons sur ceux qui traitent des représentations et des nouveaux enjeux liés aux migrations. Ainsi, les axes de recherche se révèlent très stimulants, ils sont divisés en sept chapitres qui interrogent la ville comme lieu symbolique et archétype, ainsi que la puissance des représentations urbaines littéraires. Que dire des villes privilégiées par le roman noir ? C’est l’image Ciudad Juarez que Francesca Governa et Maurizio Memoli se proposent d’analyser « grâce à une lecture croisée du roman 2666 de Roberto Bolaño et du film La soif du mal de Orson Welles » (p. 64).

5Le choix d’une représentation invite ainsi à interroger le réel. Il s’agit, en bref, de se demander ce qui dans la réalité socioéconomique de la ville pousse un auteur à la situer dans un mode de représentation donné. Simplifie-t-il une réalité ? Lui est-il fidèle ? Ou fait-il plutôt le choix d’un contraste entre réel et fiction ? Car, précisent les auteurs, « un mélange de conditions historiques, géographiques, économiques, culturelles rend désormais Ciudad Juarez, “la ville la plus dangereuse du monde” » (p. 66). L’intention est ainsi de proposer des éléments de réponse à la question ; que se passe-t-il quand on écrit sur une ville ? Ciudad Juarez est une ville frontalière entre le Mexique et les États-Unis ; le but est ici de montrer que : « le jeu des images exprime et solidifie les relations de pouvoir, projette des narrations sur et de la ville, mais permet aussi à la ville de se rêver (et de se repenser) » (p. 64). C’est-à-dire que l’investissement fictionnel et narratif a ici valeur de levier de forces.

6Il y aurait également des villes plus « littéraires » que d’autres parce qu’elles ont été au cœur d’œuvres fondatrices et décisives ou, dont l’histoire est hantée par la présence de grands créateurs qui s’y sont ressourcés ou qui ont l’objet de quelques lignes dans leurs carnets de notes. C’est l’objet du chapitre « Villes littéraires : récit d’un genre » (pp. 107-147) où Alexandrie, Athènes, Tanger, Barcelone et Dublin sont analysées en tant qu’archétypes, représentations incontournables, voire de clichés. C’est le moment où une œuvre devient écrasante. Difficile, en effet, d’écrire sur Dublin après James Joyce, ou sur Tanger après Delacroix, Burroughs, Beckett ou Kessel. L’émancipation des grands modèles n’est alors possible qu’au prix d’omissions volontaires, d’irrévérences, de parodies ou d’une déconstruction créatrice des modèles.

7Elena Chiti, dans la remarquable analyse qu’elle offre de la présence de l’auteur britannique Lawrence Durell à Alexandrie, n’hésite pas à affirmer que « dans le champ académique comme dans celui littéraire, ainsi que dans l’imaginaire commun sur Alexandrie, (on) aborde cette ville comme si elle était avant tout, voire exclusivement, un creuset de réminiscences littéraires » (p. 109). Durell s’est retrouvé à Alexandrie en 1944 après avoir fui Corfou envahie par les troupes d’Hitler. Il a consacré à ce court séjour The Alexandria Quartet ; quatre volumes publiés entre 1957 et 1960. « Sa tétralogie, nous dit Chiti, a fini par être lue comme le manifeste éternel de cette ville, en scellant une sorte de binôme Alexandrie-Durell, où la mention de l’écrivain semble indissociable de celle du lieu » (p. 110).

8Le poids de ces modèles se traduit par une ambiguïté dont Chiti résume les enjeux de manière incisive, « comme le résultat d’une double dynamique : d’un côté, une reconnaissance de prestige à l’égard de “ceux qui nous ont parlé d’elle”, les écrivains qui ont façonné son image de papier et en encre ; de l’autre, un déni de prestige à l’égard de la ville concrète, en pierre et en béton » (p. 109). Elean Chiti explique ainsi la nature de qu’elle qualifie de « saturation » ; la ville réelle disparait sous les pages de Durell pesant également sur les travaux d’historiographie. Pour les créateurs contemporains, le problème de la prééminence de Durell vient du fait qu’il « (est) accusé de véhiculer une vision extérieure à la ville et étrangère influencée par un regard colonial » (p. 101). Chiti met ainsi en évidence un phénomène d’usure éternelle, « un aplatissement historique » (p. 118) d’une œuvre qui continue de fournir à tous ceux qui veulent écrire sur Alexandrie, « des citations presque formulaires » (p. 118). C’est, peut-être, l’envers de la consécration littéraire où l’œuvre cesse d’être incandescente pour devenir un grimoire poussiéreux dont on peine à se défaire.

9Dans le chapitre intitulé « Textures de villes : effets de Passés composites » (pp. 217-271), le rapport à la mémoire, les traces de l’histoire dans les villes touchées par les guerres, est interrogé. Farida Gad El Hak analyse la Beyrouth célébrée par le romancier Elias Khoury dans Un parfum de paradis publié en 1981. Composé pendant la guerre civile qui agita la ville de 1975 à 1990, le roman a la particularité de s’appuyer sur la force du témoignage direct et de l’immersion historique. Dans une ville traumatisée, « l’espace scriptural est ainsi, le seul espace qui reste » (p. 232). Il s’agit, par cette exploration de Beyrouth, de tenter de répondre à l’éternelle question qui travaille toute guerre : comment et pourquoi en sommes-nous arrivés là ? Face à la réalité de la guerre, la narration fictionnelle parvient à nous faire dépasser cet état de sidération pour mieux entrer dans une démarche d’élucidation de la violence, de toucher la mémoire qui l’a engendrée et ainsi, de mettre à jour les moyens de la résorber.

10Les deux derniers chapitres sont consacrés à Paris et New York. « Quand le monde vient à la ville » ; les deux cités géantes sont ici prises comme avant-postes de la globalisation, c’est par elles que transitent la plupart des grands flux migratoires, elles sont de fait de grandes redistributrices d’énergie. La réussite des articles qui composent ces deux chapitres, est de mettre en lumière une complexité nouvelle du monde où les grandes capitales sont appelées à ne plus être uniquement des centres dominants, mais plutôt, les lieux d’expériences sans cesse renouvelées. Le personnage d’un roman marocain peut ainsi se retrouver à New York, y découvrir d’autres imaginaires et, « New York, dont l’identité instable est influencée par l’étrangeté inévitable de ses visiteurs, ne peut pas s’empêcher, elle aussi, d’ébranler à son tour les certitudes de ces étrangers par leur initiation au questionnement du multiculturalisme » (p. 346). Ainsi, on comprend avec Lire les villes que cette complexité urbaine globalisée est surement la plus belle fenêtre que la littérature puisse ouvrir aux autres sciences.

Haut de page

Notes

1  Stéphanie Vuillemin, « Quand l’ailleurs devient familier », EspacesTemps.net, Dans l'air, 28.02.2011http://www.espacestemps.net/articles/quand-lrsquoailleurs-devient-familier/. Consulté le 12/02/2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eddy Banaré, « Anna Madoeuf et Raffaele Cattedra (dir.), Lire les villes, Panoramas du monde urbain contemporain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 février 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/10707

Haut de page

Lieu

Paris

Berlin

Londres

Barcelone

Casablanca

New York

Tokyo

Beyrouth

Los Angeles

Alexandrie

Athènes

Buenos Aires

Ciudad Juárez

Dublin

Edimbourg

Istanbul

Kaboul

Le Caire

Madrid

Naples

Nice

Prague

Tanger

Haut de page

Rédacteur

Eddy Banaré

Docteur en Littérature, Membre associé du C.N.E.P (Centre des Nouvelles Études du Pacifique, E.A 4242) Université de la Nouvelle-Calédonie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page