Navigation – Plan du site

Philippe St-Germain, La culture recyclée en dix chapitres réutilisables

François-Ronan Dubois
La culture recyclée en dix chapitres réutilisables
Philippe St-Germain, La culture recyclée en dix chapitres réutilisables, Montréal, Éditions Liber, 2012, 144 p., ISBN : 978-2-89578-358-9.
Haut de page

Texte intégral

1« Rien de nouveau sous le soleil », dit l’Ecclésiaste cité par Philippe St-Germain dès les premières pages de son étude : c’est sous l’égide de cette affirmation que d’aucuns pourraient trouver sinistre et d’autres rassurante que s’ouvre ce petit livre alerte tout entier dédié à la « culture recyclée ». Dix chapitres brefs aux titres parfois énigmatiques entendent guider le lecteur dans ce qui serait devenu, au début du vingt-et-unième siècle, un phénomène culturel majeur, si ce n’est le mode le plus familier de production et de distribution des objets culturels. Le pari y est donc de transposer la logique du recyclage matériel, celui de nos ordures, au recyclage intellectuel, celui de nos pensées et de nos créations. Métaphore, donc, que la culture recyclée, mais métaphore que l’auteur se propose de prendre au pied de la lettre. La culture recyclée s’opposerait alors à une culture de la nouveauté, sans mémoire, toujours portée à une création, parfois stérile, de produits entièrement originaux ; tout au contraire, affirme l’auteur, le monde contemporain est traversé par les mécanismes de la réutilisation, qui entendent faire avec de l’ancien du neuf, en retravaillant et recombinant des matériaux anciens.

2L’ouvrage ne manque pas d’ambition : littérature, cinéma, bande dessinée, série télévisée, jeux vidéos, design, théologie, voitures, philosophie, anthropologie, géographie, musique, science, il ne s’interdit aucun domaine. De la même façon, il navigue entre Flaubert et Shelley, Toy Story et Rembrandt, Batman et Victor Hugo, part aux quatre coins du monde, va de l’Antiquité jusqu’aux derniers développements des industries cinématographique ou automobile. Ambition louable sans doute, mais dont on est alors contraint de se demander si elle n’est pas un peu démesurée, tant il paraît difficile de couvrir de si vastes et si nombreux domaines en moins de deux cents pages et d’éclairer par des concepts précis des problèmes complexes sans leur donner une extension nécessaire.

  • 1  L’année passée, dans sa recension pour Lectures, Olivier Martin-Mombert signalait déjà ces défauts (...)

3Or, indubitablement, la faiblesse des concepts, l’imprécision de l’érudition et le défaut de systématisme frappent rapidement le lecteur et ôtent beaucoup au plaisir qu’il pourrait tirer de son parcours. Si l’auteur peut charmer le néophyte par la variété des domaines qu’il dévoile et parcourt d’un style limpide et rapide, les lecteurs professionnels, chercheurs ou érudits, qu’ils soient philosophes, littéraires, sociologues ou historiens, risquent fort de demeurer perplexes devant des affirmations ou très générales, ou simplement fausses qui, en l’absence de toute bibliographie sérieuse, nuisent gravement à la crédibilité de l’ensemble1.

4Il est difficile par exemple de saisir exactement l’extension du concept de « culture recyclée », qui de simple métaphore un peu commode acquiert au fil des pages le rang de véritable proposition analytique. L’influence, la reprise, la relecture, l’interprétation, la copie, le plagiat, le cadrage, le montage, la suite, le remake, de chapitre en chapitre, viennent s’ajouter à un ensemble finalement informe, sans réelle limite ni pouvoir distinctif, qui englobe l’ensemble des productions humaines ; chaque sous-concept, monté en série avec ses voisins, perd lui-même sa force explicative, si bien qu’il paraisse parfois que la seule conclusion que l’on puisse tirer de la lecture des pages qui le concernent est que rien ne se crée ex nihilo, ce qui relève de l’évidence et ne saurait en toute rigueur constitue un mode d’appréhension opératoire d’un phénomène culturel distinctif.

5On regrette ainsi qu’un auteur qui dispose, de toute évidence, de solides connaissances dans les domaines de la bande dessinée franco-belge, des comics nord-américains et du cinéma occidental n’exploite pas plus en détail ces matériaux particuliers pour en tirer des analyses plus poussées, sans s’engager dans des voies qui lui sont manifestement moins familières et où les analyses multipliées, mais seulement ébauchées, perdent un lecteur qu’aucune progression démonstrative nette ne vient par ailleurs guider. Ainsi les enjeux idéologiques de Robinson Crusoé sont-ils mal compris, les théorisations littéraires des rapports entre fantastique et réalisme méconnues, tout comme les fondements de la pratique oulipienne. Il faut passer ces pages sans doute superflues pour atteindre les développements prometteurs sur les politiques éditoriales des distributeurs de comics ou les films d’Alain Resnais — deux domaines qui eussent été à eux seuls déjà assez différents pour offrir au lecteur une agréable variété.

6Si ni le chercheur ni l’enseignant ne trouveront de grain à moudre dans ces pages, le lecteur moins professionnel aura la chance d’y découvrir un certain nombre de rappels salutaires, destinés à tordre le cou à l’idéologie (néo-)romantique d’une création inspirée, faite dans la solitude d’une tour d’ivoire inaccessible. En parcourant avec une clarté fort pédagogique une multitude d’exemples dont il est impossible qu’au moins un ou deux ne soient très familiers, Philippe St-Germain fait bien sentir la vacuité de tout discours sur le génie créateur et met l’accent sur les relations étroites d’interdépendance qui unissent les productions culturelles les unes aux autres, dans quelque domaine qu’elles se trouvent.

7À cela il faut encore ajouter le grand mérite d’aborder successivement des œuvres de la culture la plus classique, en littérature, en cinéma et en musique, et des œuvres de la culture la plus populaire, sans condescendance ni complaisance, et avec un enthousiasme égal. On trouvera Beethoven près de DJ Shadow et jamais ces rapprochements ne paraîtront douteux ni forcés. Il y a tout lieu d’espérer en cela que Philippe St-Germain transmette son envie de réfléchir sur les objets les plus familiers comme les plus prestigieux, sans s’embarrasser de distinctions sociales inutiles, qui ne peuvent qu’entamer la bonne intelligence des phénomènes et le plaisir que procurent les œuvres.

Haut de page

Notes

1  L’année passée, dans sa recension pour Lectures, Olivier Martin-Mombert signalait déjà ces défauts dans le précédent travail de l’auteur, La culture des contraires : http://lectures.revues.org/8474

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Philippe St-Germain, La culture recyclée en dix chapitres réutilisables », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 février 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/10710

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page