Navigation – Plan du site

Christophe Dargère, L'observation incognito en sociologie

Aline Chassagne
L'observation incognito en sociologie
Christophe Dargère, L'observation incognito en sociologie. Notions théoriques, démarche réflexive, approche pratique et exemples concrets, L'Harmattan, 2012, 170 p., ISBN : 978-2-336-00401-3.
Haut de page

Texte intégral

1L’observation incognito en sociologie évoque inévitablement à notre mémoire sociologique les travaux de Becker (Outsiders, 1985) et de Goffman (Asiles, 1968) qui sacralisent l’engagement du chercheur avec son terrain. Christophe Dargère n’est certes pas le premier à observer un milieu dans lequel il est acteur, mais il nous fait vivre son expérience en mobilisant à la fois des éléments théoriques et empiriques. Il s’attaque aux enjeux épistémologiques et méthodologiques de l’observation incognito, en convoquant Norbert Elias puis Erving Goffman, tout en parsemant son propos de questionnements éthiques. Parallèlement, plusieurs détours empiriques démontrent l’intérêt heuristique de cette posture, et nous plongent au cœur de la relation humaine et des émotions du sociologue. Ce dernier décrit avec précision son engagement dans le terrain, et transmet de précieuses « ficelles » aux chercheurs qui souhaiteraient utiliser cette technique d’enquête. En d’autres termes, il défend de façon convaincante la légitimité scientifique de cette approche, qui reste controversée dans le champ de la recherche en sciences sociales.

  • 1  Arborio, Fournier, 1999, « L’enquête et ses méthodes : l’observation directe », Sociologie n° 128, (...)

2Christophe Dargère a observé pendant une année scolaire une institution spécialisée accueillant des adolescents « de déficience intellectuelle légère sans troubles associés du comportement». À la fois enseignant depuis huit ans dans cette structure médico-sociale et doctorant en sociologie, son objectif était de mettre en évidence le fonctionnement de l’institution. Dans cet ouvrage, il développe une technique d’enquête originale utilisée pour sa thèse : l’observation incognito. Souvent distinguée de l’observation « à découvert »1, l’observation incognito suppose d’après l’auteur, un travail réflexif continu vis-à-vis de sa posture. Ce sociologue revient sur son histoire afin de comprendre le lien entre ses expériences personnelles et professionnelles, et l’objet de sa recherche. Christophe Dargère est passé de la place d’acteur dans un milieu à la place d’acteur-observateur. Jouer le rôle d’ « espion » soulève des problèmes d’ordre éthique, au regard de la relation entre l’enquêteur et les enquêtés. Ces derniers, qui sont à la fois les usagers de la structure médico-sociale et les salariés de ce lieu, ne sont pas informés de cette enquête. Certes, ce choix méthodologique permet de ne pas perturber le fonctionnement habituel de l’institution mais il vient questionner la légitimité de l’utilisation des données obtenues sans consentement ! Face à ce risque, des principes déontologiques sont mis en avant et s’inscrivent dans une démarche rigoureuse. En outre, l’enseignant-observateur a le souci de ne pas discriminer la population observée, avec l’utilisation de règles d’anonymat strictes, et a comme priorité de produire une restitution fidèle des temps d’observation. On ne peut pas s’empêcher d’imaginer la réaction de ses collègues à la lecture de l’ouvrage ? Malgré les dispositions éthiques mises en place, Christophe Dargère reste un acteur de cette structure où il est lié à certains de ses collègues, où il se positionne par rapport à la prise en charge des usagers ou encore de l’institution. Comment l’acteur-chercheur va-t-il mettre en place la distance nécessaire entre l’enquêteur et les enquêtés ?

3Par un travail à la fois d’engagement personnel avec le terrain et de distanciation grâce à la démarche réflexive qu’il mobilise, le sociologue donne des limites à son analyse et permet d’objectiver les données. De fait, l’observation ne se substitue pas à un règlement de comptes à l’encontre de ses collègues, de l’institution ou des usagers, ni à un discours complaisant mais repose sur une redéfinition permanente de l’institution par le chercheur et une interrogation continue des liens qui unissent l’observateur aux autres acteurs.

  • 2  Presses Universitaires de Grenoble, 2012.

4La posture de l’observateur est spécifique, dans le sens où elle offre un double positionnement, celui d’enseignant et celui de chercheur. L’association des deux statuts semble présenter des atouts et des difficultés. Cette méthode permet un recueil de données riches qui donne accès à une « forme de réel très intime » (p. 52) dans laquelle la réalité ne semble pas « travestie ». Si les enquêtés ne peuvent procéder à un « arrangement du décor », l’enquêteur ne doit pas « arranger » ses données en dissimulant des éléments qui ne colleraient pas à sa démonstration. Dans ce sens, le chercheur qui a intégré les codes du système qu’il observe doit aussi « savoir s’observer en train d’observer ». Ainsi se croisent de façon continue le statut d’enseignant et celui de chercheur sur un même territoire, de même que le temps de l’enquête et le temps de travail se superposent, ce qui engendre des répercussions sur le déroulement de son travail d’enseignant. En effet, lorsqu’il prend le rôle d’observateur, il est à l’affût de tout ce qui se passe, ses cinq sens sont en « situation d’alarme » et parallèlement il doit « agir naturellement » en contrôlant ses affects (Goffman). Pourtant, le contrôle des émotions est parfois difficile, et la situation d’observation peut engendrer des prises de décision lors de situation de crise. Christophe Dargère livre l’exemple d’une jeune pensionnaire qui a des idées suicidaires. Ce cas expose la difficulté de positionnement lors de situations de souffrance des usagers. L’observateur « n’est pas censé intervenir» alors que l’enseignant « ne peut faire autrement» (p. 114). À partir de cette situation, il effectue une véritable analyse issue des concepts ancrés dans le terrain. Le travail de reconstitution du processus de « petit manège » de la jeune fille (p. 146) se fonde sur des observations, des lettres, et des temps d’échange avec elle mais aussi avec d’autres professionnels. Au final, l’enseignant-observateur nous plonge au cœur de la souffrance d’une population spécifique tout en révélant la vulnérabilité de l’institution. Et si le lecteur veut approfondir l’analyse du fonctionnement institutionnel, il peut lire un autre ouvrage de Christophe Dargère : Enfermement et discrimination. De l’institution médico-sociale à l’institution stigmate2.

Haut de page

Notes

1  Arborio, Fournier, 1999, « L’enquête et ses méthodes : l’observation directe », Sociologie n° 128, Nathan, Paris, p. 27-30.

2  Presses Universitaires de Grenoble, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aline Chassagne, « Christophe Dargère, L'observation incognito en sociologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 février 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/10711

Haut de page

Rédacteur

Aline Chassagne

Doctorante en sociologie et anthropologie au Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie de l’Université de Franche-Comté

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page