Navigation – Plan du site

Valérie Erlich, Les mobilités étudiantes

Elieth P. Eyebiyi
Les mobilités étudiantes
Valérie Erlich, Les mobilités étudiantes, Paris, La Documentation Française, coll. « Panorama des savoirs », 2012, 208 p., Préf. Catherine Agulhon, ISBN : 978-2-11-009102-4.
Haut de page

Texte intégral

1Dans Les mobilités étudiantes, Valérie Erlich interroge la question des mobilités des étudiants dans l’espace européen de l’enseignement supérieur (EEES). L’ouvrage s’ouvre avec une préface de Catherine Agulhon, elle-même auteure de publications dans le domaine de l’enseignement supérieur et sur la question des savoirs. Cette préface mérite qu’on en dise un mot : elle souligne d’emblée l’intérêt de cet ouvrage focalisé sur les mobilités intra-européennes mises en évidence et encouragées depuis une décennie par les politiques publiques et sociales de l’enseignement supérieur dans cette région du monde.

2Tout au long des 203 pages (hormis la riche bibliographie) et à l’aide de 12 chapitres organisés en trois parties, Valérie Erlich propose une analyse globale et spécifique à la fois, des mobilités étudiantes. Elle interroge tour à tour les politiques publiques de construction d’un espace européen de l’enseignement supérieur (chapitres 1 à 3) et l’ordre inégalitaire qu’elles génèrent (chapitre 4), les migrations étudiantes dans une perspective comparatiste en Europe (chapitres 5 à 8) puis les ressorts et vécus de ces mobilités (chapitres 9 à 12).

3L’auteure montre que les logiques qui gouvernent les politiques publiques européennes en matière de mobilité étudiante sont bien souvent totalement différentes de celles qui animent les étudiants engagés dans ces processus. Elle identifie quatre enjeux politiques qui peuvent servir à relire les pratiques migratoires des étudiants européens : les programmes d’échanges ERASMUS, les migrations des élites internationales, le financement des études par des pays étrangers, et le renforcement des capacités à travers l’exportation des cursus vers les nouveaux marchés porteurs asiatiques et moyen-orientaux. En face, les étudiants sont pour leur part orientés par des logiques multiples qui vont de l’insertion dans des programmes d’études existants à la définition, à titre privé, de parcours migratoires spécifiques. Un point intéressant est la multiplicité des formes de mobilité étudiante, des espaces transitoires, des trajectoires, et autres éléments dessinant les réels visages des mobilités étudiantes.

  • 1  Ballatore M., Blöss T., 2008. « L’autre réalité du programme Erasmus : affinité sélective entre ét (...)

4Si l’ouvrage fait un intéressant bilan, en réponse à la demande de l’observatoire national de la vie étudiante (OVE), il est bien évident qu’il dépasse une simple recension et apporte une posture synthétique mais critique qui tente à la fois de retracer les grandes tendances de la recherche sur la question des migrations étudiantes, et d’intégrer une approche fine des politiques européennes en la matière. À la dimension politique publique s’ajoute donc une dimension sociologique davantage empirique focalisée sur l’acteur « étudiant » et ceci n’est point à occulter. Valérie Erlich confirme l’analyse de Ballatore et Blöss (2008)1 pour qui ces multiples transformations interviennent dans un espace universitaire européen qui se structure dans l’ordre des inégalités de prestige entre établissements et plus largement entre aires culturelles (p. 72) alors même que les politiques d’attraction des étudiants restent gouvernées soit par la posture humaniste soit par celle marchande.

5Outre le fait que le processus de Bologne ait considérablement transformé l’espace universitaire européen, en dehors de ses nombreuses et multiformes influences sur les pays des Suds, l’histoire des mobilités étudiantes est par ailleurs tributaire de celle des migrations internationales tout court. Les dispositifs d’aide destinés à favoriser d’une manière ou d’une autre un certain retour en grâce des étudiants des pays plus pauvres, notamment du Sud, apparaissent ainsi comme des filtres supplémentaires au projet étudiant de mobilité. Cet état de choses stimule paradoxalement l’augmentation de l’« exode des cerveaux » en favorisant la captation des étudiants de troisième cycle (destinés à former l’élite de ces pays) au détriment des étudiants de premier cycle, classés généralement et plus aisément comme des catégories à risque, au sens des migrations internationales. Pour cause, l’Europe de la connaissance n’est pas restée en marge de la logique néolibérale de la marchandisation de l’enseignement supérieur. Au contraire, les effets de ce tournant néolibéral se lisent non seulement à travers les différents programmes de mobilité analysés (comme Erasmus) mais aussi sur les trajectoires des étudiants eux-mêmes entre leur départ/arrivée dans le pays d’accueil, la réorientation de leurs projets d’études ou encore la décision du retour ou non dans le pays d’origine. Plus encore, l’auteure rapporte le point de vue « situé » des étudiants eux-mêmes qui apparaissent davantage comme une catégorie subissant plutôt que comme des partenaires bien que l’une des promesses de Bologne fût de « faire des échanges universitaires une option classique du cursus de l’étudiant » (p. 66).

  • 2 Teichler U., 1997. The Erasmus Experience. Major findings of the Erasmus evaluation research. Luxem (...)

6Par ailleurs, la difficulté de définir une politique commune au niveau européenne quant à la mobilité des étudiants favorise le développent d’inégalités tant dans l’accès aux financements prévus que dans le cadre des programmes existants de mobilité. Les étudiants « voyageurs » sont ainsi contraints à vivre des expériences de mobilité différenciée, avec évidemment davantage de difficultés pour ceux issus de familles défavorisées et ceux ayant faiblement accès à l’information relative aux dispositifs financiers de la mobilité. La diversité et la complexité des trajectoires migratoires des étudiants en mobilité sont soulignées : « la mobilité étudiante internationale est certes un fait social qui s’explique par de multiples facteurs institutionnels, sociaux, économiques, politiques mais également personnels »2 (p. 144). Au final, les motivations des étudiants sont variées et différenciées en fonction de facteurs de causalité multiples, qu’ils soient conjoncturels, structurels, institutionnels, personnels, géographiques ou encore économiques.

  • 3  Terrier E., 2009. Mobilités et expériences territoriales des étudiants internationaux en Bretagne. (...)

7Également, les bénéfices perçus de la mobilité sont nombreux et vont d’une relative facilité d’accès au marché de l’emploi à la consolidation d’expériences culturelles en passant par une maturation au plan personnel dans le cadre d’une confrontation communautaire dépassant le seul cadre de la rencontre de l’altérité. La mobilité étudiante apparaît ainsi comme une expérience sensible particulière qui favorise la construction, la consolidation et l’insertion dans des réseaux transnationaux ethniques, professionnels, tribaux ou personnels (au sens familial, comme par exemple dans le cadre de relations amoureuses), mais peut aussi conduire au « piège Erasmus »3. Une fois encore la question de l’hétérogénéité des communautés étudiantes en mobilité revient dans l’analyse : l’auteure souligne l’inexistence d’un idéaltype, au sens wébérien, d’un étudiant en mobilité qui soit une sorte de modèle classique. Pour rendre compte de la manipulation des codes culturels et des comportements des étudiants en mobilité, les idéaux-types sont multiples là encore : étudiant défensif, étudiant opportuniste, étudiant converti.

8Au plan théorique, il est utile de souligner en dépit de leur fragmentation, la diversité des approches théoriques adoptées dans l’étude des mobilités étudiantes. Les analyses statistiques cohabitent avec celles géographiques et spatiales, l’étude des récits de vie avec des analyses sociologiques, linguistiques, etc. L’auteure s’appuie non seulement sur la plupart des travaux récents sur le sujet en Europe, mais rappelle aussi le foisonnement conceptuel et catégoriel auxquels ont donné lieu ces multiples études : transit brain drain, delayed return, brain mobility, knowledge gap ou knowledge divide, pillage de la matière grise, étudiants institutionnalisés, étudiants boursiers, étudiants libres, étudiants étrangers, étudiants internationaux, mobilités instituées/non instituées, mobilités autonomes, capital de mobilité, etc. Les mobilités étudiantes connaissent un fort intérêt en sciences sociales et humaines mais aussi économiques, juridiques et politiques. Ce champ d’études s’est distingué en raison de l’importance numérique, politique, économique ou encore sociale des questions afférentes aux logiques et pratiques migratoires des étudiants, aux formes multiples émergeant en Europe, mais aussi ailleurs. Les mobilités étudiantes se sont singularisées comme un courant migratoire spécifique avec ses logiques et pratiques, ses justifications et construits culturels et sociaux, etc.

  • 4  Voir le collectif Leclerc-Olive M. (dir.), Scarfo’ Ghellab G. (dir.), Wagner A.-C (dir.), 2011. Le (...)

9Au total, Valérie Erlich offre un ouvrage-bilan qui réussit le pari de dépasser l’exercice de revue de littérature en rendant compte de manière effectivement critique et distanciée la plupart des nombreux travaux récents sur diverses dimensions des mobilités étudiantes. Sa clarté et sa pédagogie en font un manuel utile aux chercheurs, aux étudiants engagés dans les processus de mobilités interrogés, mais aussi à ceux intéressés par les thématiques questionnées. Sa portée transcende le cadre européen dont il retrace l’essence d’autant plus que la mobilité internationale des étudiants européens les met aujourd’hui en dialogue et parfois en confrontation avec d’autres mondes, d’autres réalités, d’autres cultures qui font l’objet d’intéressants travaux par ailleurs4. Il offre aussi un corpus réflexif aux concepteurs et décideurs des politiques publiques examinées en mettant en présence la plupart du temps les objectifs escomptés par lesdites politiques, les réalités de leur mise en œuvre mais aussi et surtout les réactions concrètes vécues par les étudiants concernés et leurs perceptions.

10Cet ouvrage démontre finalement l’impossibilité de penser le champ européen des mobilités étudiantes dans une unicité ou une homogénéité, que ce soit au niveau des politiques publiques qu’au niveau des expériences étudiantes. Il est diversifié, formaté par des logiques multiples et différentielles selon les pays ou les programmes, le public visé ou les modes de déploiement. Il est également pluriel dans la production d’étudiants devenus plutôt des consommateurs de l’éducation, bien public marchand. L’auteure conclut son travail en ouvrant quelques pistes pertinentes pour les prochains développements de la recherche sur les mobilités étudiantes en Europe.

Haut de page

Notes

1  Ballatore M., Blöss T., 2008. « L’autre réalité du programme Erasmus : affinité sélective entre établissements et reproduction sociale des étudiants », Formation Emploi, n° 103, p. 57-74.

2 Teichler U., 1997. The Erasmus Experience. Major findings of the Erasmus evaluation research. Luxembourg : Office for Official Publications of the European Communities, p. 247.

3  Terrier E., 2009. Mobilités et expériences territoriales des étudiants internationaux en Bretagne. Interroger le rapport mobilités spatiales/inégalités sociales à partir des migrations étudiantes, Thèse pour l’obtention du doctorat en géographie, Rennes 2.

4  Voir le collectif Leclerc-Olive M. (dir.), Scarfo’ Ghellab G. (dir.), Wagner A.-C (dir.), 2011. Les mondes universitaires face au marché : circulation des savoirs et pratiques des acteurs. Paris : Karthala ou encore Eyebiyi E., 2011. « L'alignement de l'enseignement supérieur ouest-africain : la construction des savoirs entre intranéité et extranéité au Bénin », in Agulhon, C. et B. Convert, La professionnalisation : l’un des vecteurs du processus de Bologne ?, Cahiers de la recherche sur l'éducation et les savoirs, Hors-série n°3/juin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth P. Eyebiyi, « Valérie Erlich, Les mobilités étudiantes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 21 février 2013, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/10793

Haut de page

Rédacteur

Elieth P. Eyebiyi

Docteur en Sociologie, LHME/Université d’Abomey-Calavi (Bénin). Chercheur au Transpol (Canada)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page