Navigation – Plan du site

Jocelyn Lachance, L'adolescence hypermoderne. Le nouveau rapport au temps des jeunes

Audrey Arnoult
L'adolescence hypermoderne
Jocelyn Lachance, L'adolescence hypermoderne. Le nouveau rapport au temps des jeunes, Presses de l'Université Laval, coll. « Sociologie au coin de la rue », 2012, 148 p., ISBN : 978-2-7637-9584-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Il est actuellement chercheur postdoctoral à l'Institut national de la recherche scientifique et c (...)
  • 2  Sociologue à l'Université de Strasbourg.

1L'ouvrage de Jocelyn Lachance - Docteur en Sociologie et en Sciences de l'Education1 - s'intéresse au rapport qu'entretiennent les adolescents hypermodernes avec la temporalité. Tiré de sa thèse menée au Québec sous la direction de Denis Jeffrey, en cotutelle avec David Le Breton2, l'étude ne porte pas sur l'adolescence en général mais sur l'« adolescence hypermoderne » autrement dit les jeunes dont l'existence « se caractérise par un rapport singulier à la temporalité » (p. 1). Jocelyn Lachance cherche à comprendre comment ils « affrontent ce défi d'élaboration d'un rapport au temps dans le contexte contemporain et comment cet affrontement invente donc de nouveaux comportements, voire de nouvelles cultures » (p. 4). Pour répondre à cette problématique, il s'appuie sur des entretiens semi-directifs menés auprès d'adolescents français et québécois, âgés de 15 à 19 ans. Il précise qu'il ne s'agit pas d'une étude comparative, ces deux terrains servant uniquement à repérer des points communs entre des jeunes dont la culture se caractérise par un usage important des nouvelles technologies de communication. L'ouvrage repose sur une idée forte : dans une société aux contours incertains où l'indépendance réelle survient de plus en plus tard, la temporalité serait saisie par les jeunes pour s'autonomiser.

2L'ouvrage se compose de deux parties. La première (« Le temps des jeunes d'hier à aujourd'hui ») s'intéresse à l'évolution des modèles de représentation du temps dans les sociétés traditionnelles puis contemporaine. Le premier chapitre propose un détour anthropologique : dans les sociétés traditionnelles, ce sont les rites et les mythes qui structurent le temps, les enfants héritant d'un rapport « significatif à la temporalité » (p. 9). L'auteur étudie ensuite les évolutions de ce modèle introduites par les religions monothéistes puis par l'idée moderne de progrès. Toujours présentes, ces représentations du temps sont toutefois dénuées de signification pour les adolescents hypermodernes qui grandissent dans une société aux repères incertains. Cette quête du sens tend à être de plus en plus individuelle. Elle est, en outre, relativement complexe dans une société qui valorise la jeunesse (l'auteur parle d'« adophilie »). Ainsi, plusieurs des adolescents interrogés considèrent la jeunesse comme une période idéale, l'âge adulte et la vieillesse étant associés à une perte de liberté. Dans cette étude des représentations du temps, Jocelyn Lachance propose un lien intéressant avec l'occupation de l'espace. Autrefois, les adultes aménageaient des espaces pour encadrer les activités juvéniles. Aujourd'hui, cet encadrement n'est pas inexistant mais se superpose à d'autres types d'investissement de l'espace, parfois éphémères, souvent hors de la surveillance parentale. Le cyberespace en constitue un exemple. Il « répond à ce besoin social de circonscrire dans l'espace et dans le temps la rencontre, les rassemblements entre jeunes et les expérimentations qui les caractérisent » (p. 27).

3Un second chapitre (« Le temps en mutation dans la famille ») s'intéresse aux mutations temporelles qui affectent le foyer familial. Les adultes imposent des rythmes au quotidien et transmettent un certain rapport au temps. Dans le contexte de la société hypermoderne, comment leurs enfants s'accommodent-ils de ces contraintes temporelles ? Dans quelles mesures les acceptent-ils ? Le sociologue montre qu'une lutte s'engage « sur le registre de la temporalité, là où les contraintes s'imposent et où l'adolescent revendique son autonomie » (p. 29). En ce sens, négocier les horaires de sorties, être en retard au repas familial, etc. ne sont pas nécessairement des actes d'opposition mais une façon, pour les adolescents, d'affirmer leur autonomie. L'auteur s'intéresse également à la façon dont le rapport au temps qu'entretiennent les parents influence celui de leurs enfants : l'avenir est synonyme de manque de temps, le couple n'est plus associé à la notion de durabilité, etc.

4Le dernier chapitre de cette première partie porte sur les rythmes scolaires (« Du rythme scolaire aux rythmes de la vie »). L'école se caractérise par un ensemble de rythmes imposés aux adolescents (horaires, périodes de vacances, rythmes de l'apprentissage, etc.). L'auteur montre que les jeunes ont une représentation plutôt positive de l'école qui est perçue à la fois comme un lieu de socialisation et d'apprentissage. Toutefois, cela ne signifie pas que les contraintes temporelles scolaires sont acceptées par tous. Le sociologue introduit la notion de désynchronisation : « à l'adolescence, les actes de désynchronisation se multiplient car ils témoignent de cette volonté de prendre une distance par rapport aux horaires des adultes, ce qui s'exprime autant à l'école qu'au sein de la famille » (p. 57). Cette désynchronisation n'est donc pas à interpréter comme une opposition face aux rythmes imposés par l'extérieur mais comme une façon d'affirmer son autonomie.

5La seconde partie s'intéresse à « la culture temporelle des adolescents hypermodernes ». Elle étudie la façon dont les technologies numériques et les produits culturels modifient et induisent un nouveau rapport au temps chez les adolescents hypermodernes. Dans le premier chapitre (« La culture numérique et temporelle des adolescents »), l'auteur montre que le jeu avec le temps n'est pas propre au foyer familial et à l'institution scolaire mais caractérise également les relations entre pairs. Qu'est ce que l'amitié pour les adolescents hypermodernes ? Quelles sont les modalités de la rencontre amicale ? Les jeux et les passions partagés (notamment les jeux de rôles, les jeux vidéos, etc.) sont-ils une façon de s'évader hors du temps ? Comment expliquer les multiples mises en scène de soi via les blogues, les photographies, etc. ? Autant de questions auxquelles répond Jocelyn Lachance en nuançant certains lieux communs (par exemple, les activités liées à un écran seraient solitaires ; les adolescents seraient conformistes, etc.). L'analyse concernant les mises en scène de soi est particulièrement intéressante. L'image fait partie intégrante de la vie des adolescents hypermodernes comme en témoignent les nombreuses photos prises via les portables ou appareils photos numériques. Ces « instants du présent » sont immédiatement évalués en fonction de leur adéquation avec le vécu subjectif du moment représenté. Les images sont ensuite échangées, partagées et commentées via les dispositifs numériques ; les commentaires permettant de reconstruire et co-construire le sens de ces moments vécus. L'auteur emprunte la distinction de Walter Benjamin entre « vécu » et « expérience », l'expérience étant un vécu qui a fait l'objet d'un travail subjectif. La culture juvénile se caractérisant par une multiplication des actions dans un laps de temps très court, « ces jeunes élaborent des stratégies pour transformer leur vécu en expérience significative ou, en d'autres termes, ils travaillent à reconstruire le sens des événements s'éloignant dans un passé rapproché » (p. 86).

  • 3  L'expression est empruntée à la sociologue Sophie Le Garrec.

6Le dernier chapitre de cette partie (« Violenter la temporalité ») repose sur une hypothèse : certains adolescents « violenteraient radicalement la temporalité lorsqu'ils ne trouveraient plus d'autres registres d'autonomisation » (pp. 111-112), cette violence renvoyant à des conduites telles que la vitesse extrême ou encore la consommation de psychotropes. L'auteur invite à penser ces conduites à risques non comme une forme d'opposition mais comme l'expression des caractéristiques de la société hypermoderne. Toutefois, il prend soin de distinguer entre les adolescents qui entendent jouer avec le temps de ceux qui, « entrés dans une volonté de s'effacer au regard des autres » (p. 122), jouent avec la mort. Tout comme les jeux de rôle ou les jeux vidéos, ces expériences constituent des formes de désynchronisation et ne doivent pas être considérées comme hors du temps. Par exemple, l'usage de psychotropes renvoie à un temps « à-côté »3 qui rompt avec le temps normalisé du quotidien mais que maîtrisent les jeunes, à la fois dans son intensité et dans sa durée.

7Pour conclure, cet ouvrage propose un regard intéressant sur l'adolescence contemporaine au prisme de la temporalité. Il invite à considérer les différentes conduites de désynchronisation non pas comme un défi posé au monde adulte mais comme une façon, pour les jeunes, de faire leurs propres expériences et de s'autonomiser. Il ouvre également sur une réflexion concernant notre propre rapport au temps puisque « le rapport au temps des jeunes s'inspire des exemples de la vie quotidienne, des images et des comportements d'adultes » (p. 133).

Haut de page

Notes

1  Il est actuellement chercheur postdoctoral à l'Institut national de la recherche scientifique et chercheur associé à l'Université de Strasbourg.

2  Sociologue à l'Université de Strasbourg.

3  L'expression est empruntée à la sociologue Sophie Le Garrec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Arnoult, « Jocelyn Lachance, L'adolescence hypermoderne. Le nouveau rapport au temps des jeunes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/10803

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page