Navegación – Mapa del sitio

Damir Skenderovic, Christina Späti, Les années 68. Une rupture politique et culturelle

Xavier Vigna
Les années 68
Damir Skenderovic, Christina Späti, Les années 68. Une rupture politique et culturelle, Éditions Antipodes, 2012, 191 p., traduit de l'allemand par Ursula Gaillard, ISBN : 9782889010370.
Inicio de página

Texto completo

1Le bref ouvrage de Damir Skenderovic et Christina Späti, enseignants à l’Université de Fribourg, offre aux lecteurs français une opération de décentrement instructive. Le projet du livre est en effet d’inscrire les épisodes de conflictualité qui secouent la Suisse dans la période de vastes contestations qui traversent le monde, et notamment sa fraction occidentale, autour de 1968. Pour ce faire, après avoir proposé un cadrage du contexte dans un premier chapitre (« Antécédents culturels et politiques »), les auteurs confrontent les événements suisses à leurs pendants étrangers (« Un événement transnational »), puis en déplient les différentes dimensions (« Interprétations, buts et stratégies »), présentent ensuite l’exténuation du mouvement (« Les années de transition »), avant d’en proposer quelques schèmes analytiques (« Impacts et interprétations »).

2Le lectorat français, pour autant qu’il soit un peu familier des événements, lira cependant ce livre un peu autrement. S’il n’apprendra guère du caractère transnational du mouvement, trois pistes au moins susciteront sa curiosité. Le livre offre d’abord quelques aperçus sur l’histoire d’un pays que les Français ignorent largement. Étrange contrée en effet, pleinement insérée dans l’histoire du capitalisme occidental, associant modernités et traditions, voire archaïsmes : quel contraste par exemple d’apprendre ainsi que la Suisse autorise la pilule en 1961… alors que les femmes sont privées du droit de vote jusqu’en février 1971 (p. 176) ! que les Jésuites sont autorisés à revenir en 1973, pendant une décennie où plusieurs cantons (mais pas tous !) lèvent l’interdiction du… concubinage (p. 180) !

3Il pourra aussi s’amuser à cocher une à une toutes les cases qui définissent le paradigme 68. Car la Suisse, en ces années, « a » tout ce qui définit 68 : ses étudiants contestataires notamment à Genève et Zürich, rejoints par des « gymnasiens » (lycéens) empressés, ses manifestations qui dégénèrent (l’émeute du Globus à Zürich le 31 mai 1968 suit deux concerts avec notamment Jimi Hendrix), ses protestations contre la répression policière, sa mobilisation contre la guerre du Vietnam, ses titres symboliques de la presse contre-culturelle (Hotcha ! À Zürich, l’Œuf à Genève), des cinéastes d’avant-garde (Alain Tanner ou Richard Dindo) rejoints par des théâtreux (ou l’inverse, d’autant que le Living Theatre fait aussi des siennes), des tiers-mondistes plus ou moins religieux, des femmes s’organisant en mouvement de libération, son quota de groupes trotskystes, maoïstes et anarchistes, son lot de terroristes, ses festivals hippies, son stock de communautés (50 dans le seul canton de Zürich en 1972), etc. Mais encore sa bonne presse outragée, sa police qui cogne, sa bourgeoisie poussant des cris d’orfraie et hurlant à la décadence, ses réformateurs pragmatiques qui désamorcent la contestation (les auteurs insistent à bon droit sur leur importance), ses universitaires qui n’oublient pas leur carrière, sa nouvelle droite qui se structure. La Suisse a tout ! La Suisse a tout bon ! Ou presque : car, la contestation ouvrière, si prégnante en Italie et en France pendant la séquence, s’avère rare en Suisse : une seule grève mentionnée dans une usine de chaussures au printemps 1970 (p. 104). Cette absence relative n’est guère interrogée par les auteurs, et c’est notre seul regret à la lecture de l’ouvrage, avec l’absence de tout appareil critique.

4Mais la Suisse a mieux. Car la contestation helvète – si l’on ose ce qui pourrait apparaître comme un oxymore audacieux -, pourrait sembler un peu timide, un brin compassée, un chouïa maigrelette quand « une manifestation nucléaire gigantesque » en 1975 rassemble… 18 000 personnes (p. 178). Bref, 68 en Suisse pourrait apparaître au lectorat français comme un 68 au petit pied. Au risque - et c’est toujours fâcheux - d’indisposer les Suisses ; en manquant – et ce serait carrément dommage – le grand intérêt de l’expérience helvète, située au croisement d’une quadruple influence : allemande à l’Est, italienne au Sud, française à l’Ouest, anglo-saxonne de tous les côtés ! Examiner en effet une « périphérie » permet d’interroger les rayonnements des centres, et notamment de voir comment les contestations étrangères irriguent un pays à forte diversité linguistique, par quels relais les organisations, notamment le SDS allemand et plus généralement l’APO (l’opposition extra-parlementaire) d’une part, les organisations italiennes d’autre part, tentent de radicaliser les mouvements suisses via la région alémanique et le Tessin. Par là, les rayonnements du 68 allemand et italien s’en trouvent singulièrement revalorisés, au détriment du mouvement français. Que des auteurs suisses administrent ainsi une leçon de modestie à un lectorat français, qui pense souvent que la France incarne 68, est sans doute aussi utile que nécessaire.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Xavier Vigna, « Damir Skenderovic, Christina Späti, Les années 68. Une rupture politique et culturelle », Lectures [En línea], Reseñas, 2013, Publicado el 25 febrero 2013, consultado el 23 agosto 2017. URL : http://lectures.revues.org/10804

Inicio de página

Redactor

Xavier Vigna

MCF en histoire contemporaine à l'Université de Bourgogne, membre du Centre Chevrier et membre junior de l'IUF

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página