Navigation – Plan du site

Raymond Depardon, Claudine Nougaret, Journal de France

Corinne Delmas
Journal de France
Raymond Depardon, Claudine Nougaret, Journal de France, Arte éditions, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Ce film, très commenté et loué par la critique lors de sa sortie en salle, est un témoignage sur les métiers de l’image et sur l’œuvre de Raymond Depardon. Les archives qui constituent cet inventaire artistique et biographique, commentées par Claudine Nougaret et Raymond Depardon, éclairent de manière croisée le parcours du photographe-cinéaste et l’histoire française des Trente Glorieuses, du colonialisme et de la présidence de Valéry Giscard d’Estaing. « ça fait maintenant 25 ans que nous fabriquons des films ensemble, Raymond à l’image et moi au son » indique sa partenaire : « Raymond m’a toujours raconté son rêve de faire un film avec des chutes inédites qu’il garde précieusement dans la cave. Ses premiers pas à la caméra, ses premiers reportages (…) des bribes de sa mémoire ».

2Entre passé et présent, ce film riche et pédagogique retrace ainsi l'itinéraire de Raymond Depardon, de ses débuts professionnels dans les années 1960 jusqu'à aujourd'hui. Ses déambulations dans laFrance des préfectures et des sous-préfectures, les images de conflits couverts à partir du tournant que constitue la fondation de l’agence coopérative Gama avec un groupe de photographes, montrent le monde tel qu’il est.

3Le film s’ouvre sur une longue attente du photographe à Nevers, précédant une prise de vue avant de revenir, par un flash-back, à ses débuts, à la ferme de Nogaret, en 1962 ; la voix en off de sa compagne précise qu’il est alors « jeune photographe (…) il hésite entre le cinéma et la photographie, il a tout juste 20 ans, tout est prétexte pour apprendre à filmer… » Suit son tournage d’un essai comme caméraman qui nous plonge dans les rues parisiennes des années 1960. Des extraits éclairants sur l’histoire politique se succèdent ensuite : rues de Caracas en 1963 pendant la guerre civile du Venezuela - c’est alors le premier reportage filmé de Depardon - ; fête de l’indépendance en République centrafricaine, célébré en 1966 par le tout nouveau Président Bokassa, avant qu’il ne s’autoproclame empereur… Raymond Depardon « continue à apprendre à filmer » ; il s’entraîne en marchant ; il n’a pas encore découvert « sa méthode basée sur l’écoute et le regard » qu’il expérimentera plus tard, avec le documentaire sur Valéry Giscard d’Estaing. Le film prend ensuite la tournure d’un road-movie, la caméra accompagnant les pérégrinations de Raymond Depardon « parti photographier la France tout seul dans un fourgon en disant qu’il avait besoin de silence » commente la voix en off. « Photographier la France, c’est rouler, rouler (…) par tous les temps » souligne Raymond Depardon.

4Les flash-back contribuent à dessiner le portrait de l’artiste et d’une France aux charmes surannés. Les lieux se succèdent : scènes contemporaines telle celle d’un coiffeur expliquant au photographe-client son expulsion après 50 ans de carrière, événements du passé : le Jourdain, en 1967, Haïti de Duvalier, Aden et Saada, au Yémen, le conflit du Biafra que Depardon était parti photographier en 1968 – avec une scène très forte montrant des mercenaires payés par les compagnies françaises pour encadrer les combattants-,manifestation tchécoslovaque contre l’armée russe, un an après la répression du Printemps de Prague ; campagne présidentielle de 1974 où il filme « le ministre des Finances candidat » et « dévoile des moments rares de la vie politique française ». Après ce premier film pour le cinéma dont le Président élu bloque la sortie en salle, Depardon se lance dans la couverture journalistique de l’affaire Françoise Claustre dont il obtient une interview qui, diffusée au journal télévisé, lui vaut d’être arrêté et détenu pour non-assistance à personne en danger. Suivent ses photographies en hôpital psychiatrique à Trieste, Naples, Turin, en 1979, des scènes de paparazzi, évoquant le tournage du film Reporters, l’immersion en 1982 dans un commissariat de quartier « pour filmer une autre réalité », des extraits d’un documentaire sur les patients reçus en psychiatrie à l’Hôtel-dieu, la minute de silence de Nelson Mandela après sa libération rencontré pour le tournage d’Afrique, comment ça va avec la douleur, des scènes au palais de Justice de Paris où Raymond Depardon, qui a installé sa caméra dans le bureau du substitut, « persiste à montrer les citoyens face à leurs institutions »…

  • 1  On renverra aussi à « La France de Raymond Depardon », court mais précieux complément au film, où (...)

5À mesure que les pages du Journal de France défilent, les événements reviennent à la mémoire du spectateur, les voix de Claudine Nougaret et de Raymond Depardon s'entremêlent, l’histoire de leur collaboration mais aussi de leur rencontre amoureuse est progressivement retracée... D’hier à aujourd’hui, d’une image à l’autre, le photographe, sillonnant la France, nous parle de son métier, de ses aspects techniques, des rencontres qu’il permet, des pièges à éviter, dont la nécessité de maîtriser une lumière trop flatteuse1… Ce passionnant film nous invite aussi à regarder autrement et avec plus de distance des lieux que l’on croyait familiers…

Haut de page

Notes

1  On renverra aussi à « La France de Raymond Depardon », court mais précieux complément au film, où le photographe précise son parcours, ses choix esthétiques, les raisons l’ayant motivé à photographier cette France qu’il connaissait finalement peu, son souci de « ne pas passer à côté des choses simples, si simples que je risquais de ne plus les voir (…) j’ai pu rassembler toute mon expérience du regard pour photographier l’état de notre territoire dans un panorama très personnel. J’ai pris le risque de déplaire à ceux qui ne reconnaîtront pas leur France et de réjouir ceux qui apprécient une perception intuitive, irréductible à une définition figée de l’identité française. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Raymond Depardon, Claudine Nougaret, Journal de France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/10815

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page