Navigation – Plan du site

Marc Marti, Nicolas Pélissier (dir.), Le storytelling. Succès des histoires, histoire d'un succès

Aurélie Le Floch
Le storytelling
Marc Marti, Nicolas Pélissier (dir.), Le storytelling. Succès des histoires, histoire d'un succès, L'Harmattan, 2012, 210 p., ISBN : 978-2-336-00388-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Salmon Christian, Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Par (...)

1Les onze contributions ici réunies discutent les thèses développées par Christian Salmon dans son ouvrage dédié au storytelling1, qui présente cette pratique essentiellement comme un moyen de manipuler des publics présumés passifs dans leur réception des récits.

2Les trois premiers articles sont signés respectivement Marc Lits, Marc Marti et Céline Masoni Lacroix. Marc Lits opère un retour sur le concept controversé de « storytelling », en revenant sur ses origines théoriques et sur son devenir depuis la parution du livre de Salmon. Au contraire de ce dernier, Lits considère que le public est à même de s’approprier la mise en récit du réel, par des démarches parfois émancipatrices ou transgressives. Marc Marti explore les différents types d’analyses du récit développées dans les dernières décennies, puis explore la fonction cognitive de la narration à partir de l’exemple du récit historique. Quant à Céline Masoni Lacroix, elle étudie l’appropriation d’un récit de fiction par divers publics-types, appropriation basée sur l’interactivité qu’autorisent les technologies numériques. Son article se penche notamment sur la réception des « produits culturels narratifs » : celle-ci ne saurait être envisagée comme homogène, tant les publics concernés peuvent avoir des profils et des pratiques culturelles variés.

3Les deux articles suivants, proposés par Alexandre Eyries et Stéphane Pouffary, s’intéressent au storytelling politique, en développant des propositions assez similaires à celles de Salmon. Alexandre Eyries analyse la figure d’Henri Guaino, « storyteller sarko-gaullien », et ses évolutions entre 2002 et 2012, mettant en évidence, plus largement, les transformations du récit politique durant cette décennie. Stéphane Pouffary se concentre sur l’utilisation du storytelling dans le débat climatique, retraçant du même coup l’historique des négociations et sommets internationaux dédiés au climat depuis les années 1970. Selon lui, les gouvernants, lors de chaque échéance internationale, utilisent la mise en récit, la théâtralisation et l’émotion, pour masquer le décalage entre leurs déclarations passées et les résultats insuffisants des actions entreprises depuis le précédent sommet.

4Présentées dans la suite de l’ouvrage, les contributions de Jean-Paul Aubert et Nicolas Pélissier explorent les relations entre fiction et réalité dans deux domaines mobilisant les méthodes du storytelling : le cinéma et le journalisme narratif. Jean-Paul Aubert considère les liens entre, d’une part, le storytelling auquel ont recours les institutions militaires, commerciales et politiques, et d’autre part, le cinéma hollywoodien – liens présentés par Salmon comme allant de soi. Aubert dégage des points de convergence entre les deux démarches, comme la place prépondérante accordée au scénario ou la prééminence de l’art narratif sur l’histoire racontée. Il pointe aussi les limites d’une telle comparaison : là où le cinéma exprime l’imaginaire d’un créateur tout en s’adressant à celui d’un spectateur, le storytelling entend modeler l’imaginaire d’une cible pour influer sur son comportement. Nicolas Pélissier analyse quant à lui les pratiques du journalisme narratif, qui s’appuie sur les techniques de storytelling issues de la fiction pour rapporter des faits réels. Évoquant l’histoire de ce journalisme du XIXe siècle à nos jours, son article montre comment, sous certaines conditions, l’usage de la narration par les journalistes peut constituer un antidote aux récits des grandes organisations visées par Salmon.

5L’ouvrage se conclut justement avec trois articles dédiés au storytelling des organisations, signés respectivement Émilie Souyri, Lorrys Gherardi et Sylvie P. Alemanno, et Arthur Mary. Émilie Souyri s’intéresse au storytelling de l’école dans le cinéma américain, à partir de l’analyse de quatre films sortis entre 1998 et 2007. Chacun de ces longs métrages a pour personnage principal un professeur charismatique, dévoué à ses élèves jusqu’au sacrifice. Ce type de figure christique fait écho à des valeurs chrétiennes fondamentales dans la culture américaine, ce qui expliquerait en grande partie le succès du « storytelling professoral » employé dans les films étudiés. Lorrys Gherardi et Sylvie P. Alemanno se penchent sur le récit de la fusion entre deux compagnies aériennes, développé dans le journal de la nouvelle entreprise ainsi créée. Les auteurs montrent comment, dans ce cas, le storytelling porte le discours managérial pour justifier auprès du personnel des évolutions issues de la fusion. Enfin, la contribution d’Arthur Mary est consacrée à l’usage du storytelling par les sectes. Celles-ci, afin de mieux soumettre leurs membres, leur imposent un récit officiel de l’expérience sectaire, qui compromet leurs capacités à raconter leur propre vécu au sein de la secte.

6En guise de postface, Daniel Moatti, chercheur et ancien documentaliste dans un collège, propose un témoignage d’utilisation du storytelling à des fins pédagogiques.

7Globalement, cet ouvrage collectif parvient à montrer l’omniprésence sociale du storytelling, ainsi que la grande variété des problématiques suscitées par les conditions actuelles de production et de réception des récits. Parmi les contributions rassemblées, on retiendra particulièrement celle de Stéphane Pouffary, nourrie d’une longue expérience de terrain, ou encore celle d’Arthur Mary, qui apporte un éclairage intéressant sur la manière dont un clinicien peut exploiter le concept de « storytelling ».

Haut de page

Notes

1 Salmon Christian, Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte, 2007

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Le Floch, « Marc Marti, Nicolas Pélissier (dir.), Le storytelling. Succès des histoires, histoire d'un succès », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 26 février 2013, consulté le 26 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/10818

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page