Navigation – Plan du site

Nadine Fink, Nora Natchkova (dir.), Histoires vives d'une faculté

Emmanuelle Picard
Histoires vives d'une faculté
Nadine Fink, Nora Natchkova (dir.), Histoires vives d'une faculté, Lausanne, Éditions Antipodes, coll. « Histoire », 2012, 296 p..
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre de témoignages sur l’histoire de la faculté de psychologie et de sciences de l’éducation de l’université de Genève est une initiative intéressante. Réalisé à partir d’entretiens avec des membres du corps enseignant ayant exercé leurs activités entre les années 1960 et les années 2000, il propose un survol de l’histoire de cette institution, de sa création en 1955 par Piaget sous la forme d’un centre interfacultaire à sa transformation en faculté à part entière. L’intérêt de l’ouvrage, et ses limites, résident à la fois dans la méthode et dans ses résultats.

  • 1  Rita Hostetter, Marc Ratcliff et Bernard Schneuwly, Cent ans de vie, 1912-2012. La faculté de psyc (...)

2Le parti pris initial est original. Il ne s’agit pas de faire l’histoire orale de la faculté, les entretiens n’ayant pas été menés en parallèle aux travaux historiques développés ces dernières années1, mais de proposer une autre approche de l’institution, plus individualisée et plus intime. Les auteurs n’ont donc pas cherché l’exhaustivité, ni même la représentativité de leur corpus, constitué de façon empirique en sollicitant ceux qui paraissaient avoir pris une part déterminante à cette histoire (« la mémoire des acteurs et des actrices de la FaPSE parti-e-s et ou sur le départ, ayant occupé des postes académiques d’autorité », p. 9) mais sans tenter de neutraliser les biais inévitables liés à la disparition de certains d’entre eux ou au refus de certains autres de répondre à l’enquête. Les entretiens réalisés selon une grille commune ont ensuite été retranscrits, réécrits dans un style moins oral et reconstruits autour de grands thèmes.

3Il s’ensuit un objet hybride, ni simple recueil de données absentes des archives, ni véritables récits de vie. Les contributions publiées ici sont courtes, environ 6 ou 7 pages par entretiens, organisées autour de quelques thématiques récurrentes : arrivée, ambiances, recherche, thèse, parcours, institutions, enseignement et précédées à chaque fois par une courte biographie. Un tel parti pris nécessitait inévitablement une forte justification méthodologique en introduction, qui s’avère au final un peu superficielle. Si l’on veut bien adhérer au projet d’un ouvrage qui entend « rendre visibles des facettes de la vie quotidienne d’universitaires dans le monde académique, des rapports personnels et intellectuels dont l’histoire institutionnelle ne rend pas toujours compte » (p. 11), le lecteur n’est que moyennement convaincu par les références mobilisées. Et en particulier par le développement consacré à la nature problématique de la parole universitaire, réticente à l’oralisation du récit de vie. Il aurait été davantage fécond de s’interroger sur les positions respectives occupées par les différents témoins au sein de l’institution, peu lisibles au travers de leur courte biographie, afin de mieux mettre en perspective les différentes facettes des trajectoires et d’apporter des éléments de compréhension sur les discours.

4Pour le lecteur non averti de l’histoire de cette faculté, ou de celle du système de l’enseignement supérieur genevois, une certaine curiosité se fait jour à la fin de l’introduction, quand vient le moment de s’engager dans la lecture des entretiens,sur sa capacité à comprendre la genèse et les évolutions de l’institution au travers de récits éparses et différemment articulés. Pourtant, c’est un sentiment de dévoilement qui s’opère. La lecture successive des témoignages, organisés chronologiquement, fait entrer au sein même de la faculté, physiquement et intellectuellement. Progressivement, par petites touches infimes se dessinent les contours d’une double organisation disciplinaire et institutionnelle et de ses transformations durant quatre décennies. On assiste au passage de relais entre les pionniers et le monde académique contemporain. On voit se mettre en place la formalisation de la recherche et de l’enseignement, la distinction entre enseignant et étudiants (moins formelle dans les années 1960 et 1970, avec des lieux de rencontres fructueuses telle que la cafétéria). On découvre les tensions et conflits, tant scientifiques qu’institutionnels, les rivalités, les solidarités, les stratégies individuelles. Le livre se lit avec plaisir, comme un roman multinarratif, dans lequel l’histoire se met en place progressivement selon des points de vue variés et complémentaires.

5Il sera sans doute très précieux pour les spécialistes des sciences de l’éducation, mieux à même de comprendre les enjeux sous-jacents aux différentes positions, ainsi qu’aux spécialistes de l’histoire de l’enseignement supérieur suisse. Pour les autres, il n’en constitue pas moins une lecture intéressante et agréable, qui donne envie d’en savoir plus sur cette institution.

Haut de page

Notes

1  Rita Hostetter, Marc Ratcliff et Bernard Schneuwly, Cent ans de vie, 1912-2012. La faculté de psychologie et des sciences de l’éducation héritière de l’Institut Rousseau et de l‘ère piagétienne, Genève, Georg, 2012 ; et ERHISE, La faculté de psychologie et de sciences de l’éducation. De l’Institut Rousseau [1912] à la FPSE. 1975-2005, Genève, FaPSE, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Picard, « Nadine Fink, Nora Natchkova (dir.), Histoires vives d'une faculté », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 12 mars 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/10918

Haut de page

Rédacteur

Emmanuelle Picard

Maître de conférences en histoire contemporaine, membre du LARHRA (équipe Histoire de l'éducation) -  UMR 5190, Ecole normale supérieure de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page