Navigation – Plan du site

Sophie Chevalier, Emmanuelle Lallement, Sophie Corbillé, Paris résidence secondaire. Enquête chez ces habitants d’un nouveau genre

Margot Delon
Paris résidence secondaire
Sophie Chevalier, Emmanuelle Lallement, Sophie Corbillé, Paris résidence secondaire. Enquête chez ces habitants d’un nouveau genre, Paris, Belin, coll. « Anthropolis », 2013, 144 p., ISBN : 978-2-7011-6502-8.
Haut de page

Texte intégral

1Espaces ouvriers, grand-bourgeois, liés à l’immigration, aux nouvelles classes moyennes, en cours de rénovation, périphériques ou centraux : la sociologie de la ville est aujourd’hui forte de sa connaissance de nombreux milieux sociaux urbains et de son analyse de la constitution de multiples formes identitaires locales.

2Les auteures de Paris résidence secondaire questionnent ici une figure résidentielle jusqu’ici peu étudiée, bien que très médiatisée, celle des résidents secondaires, en interrogeant leur rapport à la ville en général, et à Paris en particulier.

3Ethnologues, elles inscrivent leur démarche dans les littératures du tourisme et de la globalisation, dans une tradition d’enquête sur Paris, mais leur recherche pourrait aussi être rapportée à un ensemble de travaux sociologiques sur la place dans la ville de nombreux groupes résidentiels. Si ces derniers prennent souvent la forme de monographies d’espaces fortement liés aux populations étudiées, l’ouvrage de Sophie Chevalier, Emmanuelle Lallement et Sophie Corbillé s’éloigne du genre par le caractère plus dispersé de leur objet d’enquête : les résidents secondaires ne sont pas un groupe en tant que tel, n’ont parfois que peu de points en commun, si ce n’est leur faculté d’ubiquité, leur appartenance à ce que les auteures appellent une « élite mondialisée » et une certaine connaissance antérieure de Paris, prenant la forme d’un capital urbain.

4À l’encontre des représentations homogénéisantes véhiculées notamment par les médias, mais aussi par certains acteurs politiques qui s’inquiètent du phénomène, les auteures parviennent ainsi à rendre compte du mode de vie de ces habitants singuliers.

5Pour cela, elles rencontrent une trentaine de résidents secondaires, universitaires, journalistes, cadres, interrogent des acteurs du « monde des pied-à-terre » (p. 91), agent immobilier, professionnel du tourisme, décorateur, commerçants, et deux habitantes permanentes. Elles regrettent, et le lecteur avec elles, l’échec à rencontrer un certain type de résidents, à la fois très médiatisés et difficiles à approcher, ceux issus des pays du Golfe, de Russie, ou de Chine, qui disposent de moyens considérablement plus élevés que les personnes qu’elles rencontrent et qui ont ainsi accès à un autre type de bien et vraisemblablement à d’autres pratiques urbaines.

6Si le manque de données quantitatives sur le phénomène les empêche de le localiser et de le quantifier précisément (bien que quelques cartes en annexe donnent une idée de la répartition géographique des résidences), d’en dresser le portrait statistique rigoureux, elles s’attachent plutôt à « donner à voir le "Paris des pied-à-terre" à travers le récit incarné des rencontres faites durant l'enquête et la mise en scène de personnages significatifs. » (p. 15). Cette tonalité narrative rend la lecture de l’ouvrage très vivante et parvient bien à dessiner le quotidien des résidents secondaires, leurs intérieurs, leurs déambulations urbaines…

7Ce faisant, elles relèvent la variété des modes d’occupation et des préférences résidentielles des résidents secondaires qu’elles rencontrent : la description ethnographique fine des intérieurs montre par exemple qu’il n’y a pas un seul type de présence à Paris, de l’appartement de prestige partagé près des Champs-Élysées au studio coquettement aménagé rue Mouffetard, ni une seule manière d’en faire usage. Investissement économique pour certains, la possession d’un pied-à-terre à Paris est pour d’autres un véritable capital symbolique et relationnel, permettant d’offrir à des proches l’opportunité de venir à Paris, d’entretenir son réseau professionnel…

8Dans la lignée des jeunes américains voyageant en Europe au XXe siècle, la présence de ces résidents à Paris témoigne de la force d’attraction de la « parisianité ». Les pratiques et discours des résidents secondaires dessinent en effet un véritable Paris mythique. Souvent restreint au centre (Saint-Germain-des-Prés, l’Île Saint-Louis, le Marais, les Champs-Élysées, la rue Mouffetard ou le boulevard Saint-Michel), il prend des colorations variées selon les expériences urbaines antérieures de chacun : Paris bourgeois et luxueux pour certains, Paris intellectuel ou « village » pour d’autres, et d’après les auteures, Paris « des amoureux » pour tous.

9L’un des chapitres les plus intéressants est probablement le quatrième, dans lequel les auteures montrent comment les résidents secondaires jouent aux Parisiens et, sans doute, le deviennent un peu plus, s’éloignant par là de la figure repoussoir du touriste pressé. Des pratiques performatives (aller au marché, suivre le calendrier culturel parisien, fréquenter un grand magasin de bricolage) témoignent d’une ritualisation du quotidien et d’un investissement dans l’apprentissage de « compétences parisiennes ». Mais les auteures s’intéressent aussi aux coulisses de ces expériences urbaines, aux acteurs qui les rendent possibles et avec qui les résidents secondaires entrent en interaction : l’appréhension qu’ils ont du phénomène oriente les pratiques urbaines, depuis l’acquisition du bien immobilier (rôle des agents immobiliers et de leur vision d’un marché structuré par nationalités) jusqu’à l’habiter au quotidien (place des commerçants).

10Enfin, l’ouvrage propose une réflexion sur la « question politique des relations entre autochtones et étrangers sur un territoire » (p. 123) en montrant les ambiguïtés du marketing territorial : entre attractivité globale et quartier-village, retombées économiques du tourisme et marchandisation de Paris, il y a une  difficulté à penser l’entre-deux de l’ancrage territorial, élément central de la « parisianité » dans les discours politiques et le tourisme « consommateur » de la ville, qui ne s’inscrit pas dans des formes de réciprocité, de « vivre ensemble ». À cet égard, les auteures prennent bien soin de montrer les écarts importants qui existent entre les résidents secondaires et des groupes qui leur sont souvent assimilés : les locataires d’appartements-hôtels, les touristes… Les premiers, à l’inverse des seconds, s’inscrivent dans une démarche de retours fréquents à Paris, de ritualisations de pratiques du territoire, d’inscription dans un lieu (nom sur la boîte aux lettres par exemple), tout en gardant leurs distances : la question du droit de vote ne rencontre par exemple que peu d’échos et les auteures en concluent que Paris reste dans cette perspective un espace avant tout de loisirs pour les résidents secondaires. On peut à cet égard regretter que les auteures ne prennent finalement que peu en compte le fait que cette marchandisation de Paris, combinée avec d’autres processus, contribue à évincer toujours plus les classes populaires de la capitale, dans une périphérie toujours plus lointaine.

11Articulant avec finesse les échelles globales, nationales et locales des pratiques et représentations, l’ouvrage est d’une lecture agréable et pourra intéresser un large public. Il parvient bien à montrer comment se constituent des formes d’ancrage local, malgré la multilocalité des résidents secondaires. Le dernier chapitre sur les formes identitaires en jeu gagnerait d’ailleurs à être empiriquement approfondi et l’on peut proposer plusieurs pistes d’enquête. Une lecture et une analyse plus systématique de la presse, parfois mentionnée, concernant le phénomène des pied-à-terre ainsi que l’observation de conseils de quartier et de copropriété permettrait peut-être d’affiner la relation entre acteurs politiques, médiatiques, habitants permanents et résidents secondaires. Enfin, la spécificité de ces pratiques urbaines gagnerait également à être envisagée en élargissant le public d’enquête et en comparant le cas parisien à d’autres villes « pied-à-terrisées » dans le monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margot Delon, « Sophie Chevalier, Emmanuelle Lallement, Sophie Corbillé, Paris résidence secondaire. Enquête chez ces habitants d’un nouveau genre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 14 mars 2013, consulté le 29 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/10946

Haut de page

Rédacteur

Margot Delon

Doctorante à l’Observatoire Sociologique du Changement, Science Po Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page