Navigation – Plan du site

Albert Ogien, Désacraliser le chiffre dans l'évaluation du secteur public

Émilien Schultz
Désacraliser le chiffre dans l'évaluation du secteur public
Albert Ogien, Désacraliser le chiffre dans l'évaluation du secteur public, Éditions Quae, coll. « Sciences en questions », 2013, 119 p., ISBN : 978-2-7592-1898-1.
Haut de page

Texte intégral

1La collection « Sciences en Questions » publie les conférences organisées à l'INRA autour de l'activité scientifique dans lesquelles interviennent des chercheurs des sciences humaines et sociales. Début 2012, c'est au tour du sociologue Albert Ogien d'occuper la tribune, invité dans la continuité de ses travaux sur L'esprit gestionnaire et sur les procédures de quantification des activités de l'État à apporter des clés de lecture sur les transformations à l’œuvre de l'évaluation des métiers de la recherche. Comme le rappelle le directeur de collection Raphaël Larrère en introduction, « chercheurs et personnel d'appui à la recherche ont vu leur métier se transformer avec la managérialisation de la recherche, l'inflation des évaluations et autres démarches qualité, la nécessité de faire entrer leurs activités ou leurs jugements dans des grilles préétablies que l'on ne remplit qu'en épurant la réalité, voire en la falsifiant » (p. 7).

  • 1 Il se réfère ainsi souvent à son ouvrage L'esprit gestionnaire. Une analyse de l´air du temps (1995

2Dans Désacraliser le chiffre dans l'évaluation du secteur public Albert Ogien propose une synthèse, militante et critique, des analyses qu'il a consacré à la fois aux questions de quantification, d'évaluation et de transformation du management public par l'introduction des systèmes d'informations dans l'activité de décision politique1. Il résume ainsi sa démarche dans une réponse à l'auditoire : « Mon travail met l'accent sur l'importance qu'il y a à questionner sérieusement toute démarche qui prétend assujettir la décision politique à la quantification gestionnaire, et met en évidence les raisons pour lesquelles il ne faut jamais confondre évaluation et prise de décision » (p. 108). La conférence n'a pas la vocation de fournir un exposé exhaustif sur le sujet mais d'appeler, en replaçant le cas de la recherche dans les évolutions plus globales à l’œuvre, à la vigilance quant à la distance qui peut se creuser entre les indicateurs quantitatifs utilisés dans la décision et la nature irréductiblement « axiologique » de l'activité politique. Elle s'inscrit dans une réflexion plus générale sur ce que l'auteur appelle les « systèmes du chiffre », les différents mondes de l'information regroupés autour de pratiques et de règles différentes. Si les « systèmes du chiffre » ne sont pas en eux-mêmes nécessairement problématiques, le système du chiffre gestionnaire appliqué à la politique peut transformer ses modalités d'action. En cela, Ogien distingue deux types d'évaluations : celle informée, démocratique ou professionnelle, qui est endogène et respecte les catégories d'usage, et celle gestionnaire qui relève de la technique de gouvernance. Si l’auteur décrit le premier type comme relevant de l'autonomie, de l’indépendance et du pluralisme, il caractérise l'évaluation gestionnaire par le contrôle, l'intégration et l'autoritarisme, et envisage les conséquences sur l'activité politique.

3Le propos d’Albert Ogien se développe autour d'une mise en garde doublée d'une critique de l'idéologie d'une quantification objective et impartiale du politique que promeuvent les techniques de management issues « du transfert délibéré des méthodes de gestion en vigueur dans le monde de l'entreprise vers celui de l'activité de gouvernement » (p. 13). Ces technologies construites autour de systèmes d'informations interconnectés permis par l'informatisation de nos sociétés favorisent la multiplication d'indicateurs chiffrés dans les procédures de décision politique. Aidées en cela par le statut privilégié accordé à la quantification dans l'accès au réel, elles favorisent un ensemble de pratiques qui interfèrent avec une gouvernance démocratique. Au premier ordre, elles contribuent à un glissement de la décision politique à une régulation automatique guidée par les évaluations, neutralisant ainsi les procédures démocratiques. « Un ensemble de procédures qui organisent le recueil et le traitement des données (hypothèses, estimateurs, catégorisations, pondérations, lissages, etc.) se trouve ainsi soustrait au débat public et à la critique des citoyens et, très naturellement, laissé aux mains d'experts et de spécialistes » (p. 35). La possibilité d'indicateurs chiffrés favorise l'installation d'un « gouvernement au résultat » dans lequel « les normes arithmétiques qui encadrent l'action publique s'imposent » (p. 50). D'autre part, en rendant possible l'évaluation des résultats, ces indicateurs tendent à mettre en avant une évaluation de l'efficience et de l'efficacité des politiques. Cet argument de l'efficacité est par ailleurs renforcé dans un contexte de réduction des dépenses de l'État. « Le modèle gestionnaire d'exercice du pouvoir est dépendant de la quantification. C'est que sans chiffres, il n'est possible ni de fixer des objectifs, ni de définir des indicateurs de performance, ni de mesurer le degré de réussite d'une disposition de politique publique, ni celui de la productivité des services. Bref, sans chiffres, il est impossible de produire des résultats attestant que l'action des pouvoirs publics est efficace. » (p.53). Albert Ogien souligne aussi d'autres effets de cette quantification : la réification des catégories qui conduit à leur pérennisation, la substitution de la qualité des objets par leur quantité favorisant une « érosion lente des catégories de jugement », la neutralisation des enjeux sociaux et politiques qui ne se prêtent pas à la mesure ou encore la réduction de l'humain à ce qui est mesurable, sans oublier de mentionner la novlangue du management.

4Face à cette propension du chiffre à se diffuser et à neutraliser la critique – à être une boîte noire rarement remise en cause pour reprendre les termes des science studies – Albert Ogien le décrit dans les termes du sacré, et en appelle à une désacralisation critique. Celle-ci passe par le dépassement de la « violence arithmétique » qu'inflige l'aspect technique du chiffre et par la re-contextualisation de ses conditions de production. « À un pôle, les données chiffrés sont conçues comme un facteur contribuant à encadrer le débat public, en limitant les options soumises à délibération et en restreignant les choix ouverts à la décision collective ; à l'autre, elles sont envisagées comme un facteur d’extension et d'amélioration du débat démocratique », l'idée étant de se placer le plus près possible du second pôle (p. 78). Bien que l'auteur défende une position rationaliste et pose des limites à la critique de la quantification, il s’appuie néanmoins sur un postulat fort : « s'il n'est pas impossible de quantifier l'activité humaine, cette opération n'est jamais tout à fait satisfaisante, tant il semble difficile d'accepter l'idée d'une description de l'action qui négligerait la signification et l’intentionnalité puisse réellement rendre compte de sa réalité » (p. 31).

5En définitive, cette conférence est une invitation stimulante à lire les travaux d'Albert Ogien, dont il ne fait qu'introduire rapidement les concepts. Peut-être que le chercheur qui attend de ce livre des réponses particulières à la situation de sa profession pourra être un peu décontenancé, car le propos reste très général malgré les quelques exemples pris sur l'INRA. Il fournit néanmoins des clés de lecture pertinentes pour penser l'évaluation de la recherche et le renforcement des procédures ces dix dernières années. Remarquons pour finir, mais peut-être est-ce dû au format conférence, que le fil de l'ouvrage manque un peu de clarté. L'entrecroisement d'une présentation des concepts centraux avec la promotion de l'esprit critique et les nombreuses répétitions et retours inhérents à l'exercice oral peuvent donner l'impression au lecteur de relire plusieurs fois le même discours, et conduit aussi à mélanger les prises de position normative avec les concepts d'analyse. Ainsi, le statut des mathématiques, soit quantification, soit algorithmes prédictif, soit arithmétique, manque de clarté analytique en favorisant une lecture très militante des propos de l'auteur.

Haut de page

Notes

1 Il se réfère ainsi souvent à son ouvrage L'esprit gestionnaire. Une analyse de l´air du temps (1995)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilien Schultz, « Albert Ogien, Désacraliser le chiffre dans l'évaluation du secteur public », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 14 mars 2013, consulté le 26 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/10950

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page