Navigation – Plan du site

Laurence Duboys Fresney, Atlas des Français. Pratiques, passions, idées, préjugés

Romaric Jannel
Atlas des Français
Laurence Duboys Fresney, Atlas des Français. Pratiques, passions, idées, préjugés, 2012, cartographie de Claire Levasseur, préface de François de Singly, ISBN : 9782746732216.
Haut de page

Texte intégral

1Chacun sait combien il est malaisé de mettre en doute ce que l’on pense connaître d’un domaine, d’un thème ou d’une notion. La difficulté n’en est que plus grande s’agissant de ce qui nous touche au quotidien, dans notre intimité, dans ce qui fonde notre identité, dans ce sur quoi finalement se construit, positivement ou négativement, notre sentiment d’appartenance. À une analyse objective, pertinente et sans préjugés des Français, de leur territoire, de leur économie et de leurs us et coutumes, c’est à cela que prétend conduire cet atlas. Le pari n’est pas des plus simples. Ce livre n’en est pas moins un bon outil pour qui souhaite obtenir des données synthétiques. L’éventail des réalités décrites et commentées fournira à l’étudiant, au candidat à la fonction publique ou au lecteur désireux de parfaire ses connaissances, une approche structurée et richement illustrée s’attachant à quatre grands thèmes : « Les grandes structures de la société », « Les Français et leurs institutions », « Fluidité et fractures sociales » et « Modes de vie, passions et valeurs ».

2Si l’ouvrage est dans l’ensemble tout à fait satisfaisant, c’est aussi que le propos est constitué d’analyses assez fines – malgré la volonté évidente de rédiger un essai synthétique – ainsi que d’infographies et de cartes quantitativement et qualitativement riches. Une grande importance a été donnée au choix des informations statistiques qui se veulent ne souffrir d’aucun discrédit. La chose peut bien sûr être discutée puisque sont entre autres exploitées des données issues de l’OFCE, de l’INSEE et d’Eurostat, mais aussi de différents instituts de sondage.

3Le premier grand thème de l’ouvrage, « Les grandes structures de la société », est constitué de douze chapitres traitant successivement de la démographie française, de la fécondité, des structures familiales, des villes et régions françaises, puis de l’économie sous différents aspects – dépenses publiques, dette publique, emploi/chômage, désindustrialisation, agriculture, consommation. L’auteure y explique que la famille, bien qu’en pleine évolution, conserve une position centrale dans la vie des Français. Ainsi, divorces et remariages ne viennent pas remettre en cause ce modèle, dont le PACS serait l’un des nouveaux visages. En outre, le marché de l’emploi étant en pleine mutation, des emplois qui auparavant étaient de longue durée laissent place à des contrats plus courts voire précaires, le tout dans un contexte de hausse du chômage.

  • 1  Voir le compte rendu de Yohan Favreau, « Mathieu Lefebvre, Pierre Pestieau, L'État-providence en E (...)

4Le parcours se poursuit par le grand thème « Les Français et leurs institutions » qui interroge en huit chapitres notre rapport à l’État, au religieux, à l’armée, à la justice, à la santé, à l’école, au militantisme et au politique. Alors que se poursuit une décentralisation de l’État concomitante à une baisse de la souveraineté nationale au profit des institutions européennes, la société française reste entendue comme une institution fortement étatisée. Ce que l’on nomme la crise de l’État-providence1 entraîne une défiance de certains citoyens à l’encontre des institutions françaises, qui se caractérise par des mobilisations diverses et par un « désenchantement de la politique ».

5L’auteure analyse ensuite la thématique « Fluidité et fractures sociales » s’intéressant en huit chapitres à la jeunesse puis aux seniors, à l’épargne, à la pauvreté, aux mobilités sociales, à la place des femmes et des immigrés puis à l’insécurité. Selon l’ouvrage, les Français craignent un déclassement social qui se produirait au fil des générations et la « passion de l’égalité chez les Français » conduit à un refus de voir les inégalités présentes perdurer. Pourtant, les affaires familiales restent l’apanage des femmes alors qu’elles ont opéré ces cinquante dernières années une reconquête de la société, notamment dans le monde professionnel ; reconquête qui n’est toutefois ni pleine, ni entière.

6Le livre se termine par un dernier grand thème composé de neuf chapitres, intitulé « Modes de vie, passions et valeurs », et réfléchissant, données à l’appui, à notre rapport au temps, à notre gestion du temps libre, à l’évolution de notre sociabilité et à nos valeurs. Il y est donc question de vacances, de loisirs, de sports, de culture et de télévision. L’auteure montre que si certaines valeurs ont muté en même temps que la société, elles demeurent dans le prolongement des valeurs passées. Il s’agirait donc sur ce point d’une continuité sans rupture, à l’image de l’évolution de notre sociabilité qui, sans changer profondément, passe désormais par les nouveaux moyens de communication et par les services proposés par Internet.

  • 2  Philippe Pelletier, Atlas du Japon. Après Fukushima, une société fragilisée, Paris, Éditions Autre (...)
  • 3  Voir le compte rendu de Bénédicte Tratnjek, « Mathieu Guidère, Atlas des pays arabes. Des révoluti (...)
  • 4  Voir le compte rendu de Frédérique Giraud, « Patrice Caro, Rémi Rouault, Donatien Cassan-Blanc, Ro (...)

7En bref, les Éditions Autrement proposent un atlas de bonne facture à l’instar de ceux déjà réalisés concernant le Japon2, les (r)évolutions arabes3 ou les fractures scolaires en France4. Il est avant tout une synthèse efficace des données statistiques établies ici et là. Bien que les analyses conduites soient de qualité, certaines interprétations de ces données pourront néanmoins, selon les sensibilités de chacun, paraître discutables. En cela, il diffère quelque peu d’autres atlas de la collection par des prises de positions plus tranchées, mais pas toujours entièrement convaincantes ; les thèmes abordés étant peut-être trop complexes pour être synthétisés de la sorte. D’ailleurs, la quatrième de couverture mentionne bien que « si l’ampleur des transformations de la société française est certaine, l’interprétation de ces changements fait souvent débat ». Le débat est bel et bien lancé.

Haut de page

Notes

1  Voir le compte rendu de Yohan Favreau, « Mathieu Lefebvre, Pierre Pestieau, L'État-providence en Europe. Performance et dumping social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 26 février 2013, consulté le 12 mars 2013. URL : http://lectures.revues.org/10827.

2  Philippe Pelletier, Atlas du Japon. Après Fukushima, une société fragilisée, Paris, Éditions Autrement, coll. « Atlas/Monde », 2012.

3  Voir le compte rendu de Bénédicte Tratnjek, « Mathieu Guidère, Atlas des pays arabes. Des révolutions à la démocratie ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 07 juin 2012, consulté le 22 février 2013. URL : http://lectures.revues.org/8625.

4  Voir le compte rendu de Frédérique Giraud, « Patrice Caro, Rémi Rouault, Donatien Cassan-Blanc, Robert Hérin, Atlas des fractures scolaires en France. Une école à plusieurs vitesses », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 06 octobre 2010, consulté le 22 février 2013. URL : http://lectures.revues.org/1149.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romaric Jannel, « Laurence Duboys Fresney, Atlas des Français. Pratiques, passions, idées, préjugés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 mars 2013, consulté le 25 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/10960

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page