Navigation – Plan du site

Jean-Xavier de Lestrade, Soupçons, La dernière chance (The staircase)

Aline Chassagne
Soupçons. La dernière chance
Jean-Xavier De Lestrade, Soupçons. La dernière chance, Éditions Montparnasse, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Suite de l’histoire « Michael Peterson », condamné à perpétuité en octobre 2003 par le tribunal de Caroline du Nord (USA) pour le meurtre de sa femme Kathleen. Huit ans plus tard, un rebondissement survient dans l’affaire du célèbre écrivain de Durham et conduit à sa libération conditionnelle en décembre 2011. En effet, l’expert scientifique qui a analysé la scène du « crime » aurait falsifié ses résultats dans une trentaine d’affaires, au point d’envoyer des innocents en prison (affaire Greg Taylor). À la demande de l’avocat de Michael Peterson, une nouvelle instruction est ouverte. Cet évènement juridique a été filmé par Jean-Xavier de Lestrade, documentariste français qui avait déjà filmé le premier procès. Il a donné la parole aux différents professionnels et proches de Michael Peterson lors des deux procédures. Ainsi, les différents protagonistes ont exprimé leurs questionnements et leurs émotions à deux instants du parcours pénal de Michael Peterson. De l’avocat aux enfants de l’accusé, en passant par l’expert, les discours apportent des éléments de doute sur les preuves affirmées lors du premier procès. Sous l’œil de la caméra, une véritable enquête prend forme, et le réalisateur met en miroir le théâtre du tribunal avec le combat de l’accusé et de sa famille. Au-delà de cette investigation passionnante, ce film-documentaire dénonce les dysfonctionnements du système judiciaire américain, et met en relief les enjeux juridiques, éthiques et sociaux imbriqués dans l’acte de juger et de condamner une personne.

  • 1 Les filles d’Elisabeth Ratliff, amie de Michael Peterson, décédée en 1985.

2Jean-Xavier de Lestrade commence par montrer les images du procès de 2003 où les douze jurés déclarent tour à tour Michael Peterson coupable. Ce verdict tombe sous le regard de ses enfants qui s’effondrent au moment de l’annonce de la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. Son avocat est également en état de choc et exprime sa déception vis-à-vis du système judiciaire américain tout en clamant l’innocence de son client. À l’issue du procès, le condamné choisit de ne pas faire appel de cette décision, en expliquant qu’il souhaite « en finir » avec cette histoire « insoutenable pour lui et toute sa famille ». Au moment des faits, la famille Peterson habitait dans une grande villa de Durham. Famille recomposée, le couple semblait vivre en harmonie avec leurs cinq enfants – la fille de Kathleen, les deux fils de Michael et deux filles adoptives1. La nuit du 9 décembre 2001, leur vie bascule lorsque Kathleen est retrouvée, quasiment morte en bas de l’escalier. Michael Peterson raconte qu’elle a dû tomber en rentrant se coucher pendant que lui profitait de cette nuit douce au bord de la piscine. Lors de la découverte du corps inanimé et entouré du sang de son épouse, il appelle les secours. L’appel au poste d’urgence a été enregistré et donne à entendre la voix haletante de cet homme paniqué. Que s’est-il passé ? Crime effroyable ou accident sordide ?

3« Pour nous c’est un meurtre » dit le procureur, dès le premier jour du procès de 2003, photos du crâne de la victime à l’appui il certifie que Kathleen : « a reçu des coups à de multiples reprises ». C’est alors le départ d’une quête de la vérité qui va trouver dans le personnage de l’expert son paroxysme. L’expert est convié au tribunal pour apporter des preuves scientifiques qui aideront au travail de reconstitution de la soi-disant scène du crime. Duane Diver est désigné par la cour en tant que spécialiste de scènes de crime et notamment des projections de tâches de sang. Ses conclusions viennent renforcer les présupposés juridico-policiers et offrent une crédibilité certaine face à un jury encore hésitant. Après les « preuves physiques » utilisées par l’accusation, des éléments moraux sont sollicités au détriment de la défense. La bisexualité de Michael Peterson sert à l’argumentaire du juge d’instruction qui considère ce fait comme le mobile « idéal ». Kathleen aurait découvert sa bisexualité et il l’aurait tuée. À partir de cette hypothèse, des événements du passé sont regardés différemment. En effet, Peterson devient le suspect numéro un dans la mort d’une de ses amies, Elisabeth Ratliff, décédée suite à une chute dans un escalier, 18 ans auparavant. À l’époque, la thèse de la rupture d’anévrisme concordait avec les faits, mais désormais, cette coïncidence semble suspecte. Cette histoire apporte des preuves supplémentaires au scénario déployé par la police et le juge, dans lequel l’accusé apparait comme « le tueur de l’escalier ».

  • 2 Michael Peterson in, « Soupçons, la dernière chance » (Jean-Xavier de Lestrade)

4En 2011, huit années d’enfermement se sont écoulées pour Michael ? qui commence à croire « qu’il va mourir ici » (en prison) ; mais l’affaire Greg Taylor apporte « une lueur d’espoir »2 à son avenir. Greg Taylor a fait 17 ans de prison, et il est avéré que l’expert sollicité pour son dossier a falsifié les preuves, en dissimulant des résultats. Cet expert est Duane Diver, le même expert qui a réussi, entre autre, à convaincre les douze jurés de la responsabilité de Peterson dans la mort de son épouse. Lors de la nouvelle instruction, l’avocat de la défense utilise les films tournés par Jean-Xavier de Lestrade en demandant à d’autres experts d’analyser le discours dudit expert. Non seulement, ils affirment que le jury a pu être induit en erreur, mais aussi corroborent l’idée d’une absence de preuves formelles dans ce dossier. Ces éléments invitent à questionner le travail et l’authenticité de Duane Diver, et in fine l’objectivité et la validité scientifique de son expertise. Face à ces nouvelles données, le juge qui avait prononcé le verdict en 2003 annule le jugement du procès et met Michael en libération conditionnelle. Rappelons que cette sortie de prison fut conditionnée par une caution que de nombreux Américains n’auraient pas pu se payer (300 000 dollars), sans compter les autres frais engagés (avocat, détective) au cours de la procédure. Aussi, nous savons que l’enfermement brise de nombreux liens familiaux, or nous sentons dans ce film-documentaire un fort maintien des relations de Michael avec ses enfants (hormis la fille de Kathleen) qui le confère dans un rôle de père et de grand-père presque « comme les autres ».

5Aujourd’hui, l’écrivain de Durham vit dans un appartement modeste sous surveillance électronique et semble physiquement marqué par ces années de privation de liberté. Un nouveau procès aura lieu dans les années à venir afin de déterminer sa culpabilité ou son innocence, lui qui n’a jamais livré d’aveux ! Nous ne pouvons nous empêcher de penser à certaines situations françaises comme celle de Patrick Dils en 2002, ou encore celle de Roland Agret en 1985, toutes deux reconnues comme des « erreurs judiciaires ». La question de la stratégie à adopter lors du prochain procès de Michael se pose : faut-il continuer à clamer l’innocence, ou se reconnaitre coupable en espérant que la peine a déjà été purgée ?

  • 3 Jean-Xavier de Lestrade, 2002, Oscar du meilleur documentaire, raconte l’histoire d’un jeune black, (...)

6Quatre mois après sa libération, Michael Peterson revient sur son expérience de l’enfermement avec cette phrase : « personne ne peut comprendre ce que j’ai vécu pendant ces huit ans d’incarcération ». Toutefois, son témoignage ainsi que celui de différents professionnels et de ses proches nous permettent d’obtenir des éléments de compréhension sur le processus de construction de l’image du criminel et de condamnation des personnes. La caméra devient un outil méthodologique pour les sciences humaines, dans l’analyse du phénomène criminel et de son traitement social. Ce document reflète le système judiciaire américain au XXIe siècle, en ce sens il deviendra un document historique. Au-delà d’une comparaison historique, il permet plusieurs confrontations. Tout d’abord, ce documentaire raconte l’histoire d’un homme américain riche et blanc, qui présente des caractéristiques sociales opposées au personnage du film documentaire réalisé par Jean-Xavier de Lestrade, Un coupable idéal3. Ainsi, le réalisateur prolonge son questionnement relatif à la compréhension des mécanismes de la justice américaine en saisissant deux cas particuliers. D’autre part, son travail permettrait de confronter le système juridique anglo-saxon au système français afin d’étudier le poids de l’expert et les formes de preuves attendues dans ces deux formes institutionnelles. À quand un film documentaire dans les tribunaux français ?

Haut de page

Notes

1 Les filles d’Elisabeth Ratliff, amie de Michael Peterson, décédée en 1985.

2 Michael Peterson in, « Soupçons, la dernière chance » (Jean-Xavier de Lestrade)

3 Jean-Xavier de Lestrade, 2002, Oscar du meilleur documentaire, raconte l’histoire d’un jeune black, issu d’un milieu défavorisé, accusé de meurtre en Floride.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aline Chassagne, « Jean-Xavier de Lestrade, Soupçons, La dernière chance (The staircase) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 mars 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/10974

Haut de page

Rédacteur

Aline Chassagne

Doctorante en sociologie et anthropologie au LASA, Université de Franche-Comté

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page