Navigation – Plan du site

Geneviève Guilpain, Les Célibataires, des femmes singulières : le célibat féminin en France (XVIIe-XXIe siècles)

François-Ronan Dubois
Les célibataires, des femmes singulières
Geneviève Guilpain, Les célibataires, des femmes singulières. Le célibat féminin en France (XVIIe-XXIe siècle), Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2012, 246 p., ISBN : 978-2-336-00039-8.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Déjouer les mécanismes de la société patriarcale à l’œuvre dans la catégorie administrative du célibat, tel est le projet d’une étude à l’extension ambitieuse. Pour Geneviève Guilpain comme pour bien des féministes avant elle, les pratiques matrimoniales sont au cœur de l’oppression exercée sur les femmes et les dénoncer, par conséquent, est un enjeu majeur de la réflexion féministe. Majeur, non point nouveau : les Femmes singuilières s’attachent précisément à mettre en lumière des autrices qui, du dix-septième au vingtième siècles, ont proposé des alternatives au destin de mère et épouse, en faisant l’éloge d’un célibat choisi ou contraint. Au gré d’un parcours chronologique, Geneviève Guilpain présente ces femmes et leurs écrits.

2La première partie, consacrée à la période de l’Ancien Régime, est assurément décevante. S’ouvrant sur un rappel pour le moins succinct et imprécis des discussions précieuses, elle eût gagné à faire fonds des travaux parfois contradictoires de Myriam Dufour-Maître et Alain Viala pour éclairer une période et un courant de pensées indubitablement fertiles pour la réflexion. Les trois présentations successives de Marie de Gournay, Anne Marie de Schurman et Gabrielle Suchon, dont on ne peut certes pas dire qu’elles annoncent ou naissent de la préciosité, ont néanmoins le mérite de présenter des autrices trop souvent éclipsées, pour les non-spécialistes, par les grandes figures du classicisme. Geneviève Guilpain offre ici une paraphrase tout à fait digne d’intérêt des écrits de ces trois personnalités intellectuelles et le lecteur même peu familier de ces questions y trouvera toute la clarté souhaitable. On regrette alors que des figures marquantes de femmes mariées ne soient pas examinées en contrepoint pour nuancer le propos, telles Anne Dacier, qui fût épouse et savante, ou Marie-Madeleine de Lafayette, dont les contemporains dirent qu’elle avait tout à fait éclipsé son époux. Si l’ouvrage devait être augmenté dans le futur, on ne peut qu’espérer que cette première partie en ait tout l’avantage.

3La deuxième partie, dédiée à un long dix-neuvième siècle, satisfait d’avantage par sa plus grande précision. Jeanne Deroin, Jenny d’Héricourt, Louise Michel, Flora Tristan, Justine Guillery, Sophie Ulliac-Trémadeure, Claire Pic et Catherine Pozzi en peuplent avec profit les pages. L’autrice y examine l’emprise bourgeoise sur la logique matrimoniale et les différentes stratégies développées par ces femmes pour y échapper, fût-ce un temps, qu’il s’agisse d’une subversion de cette même bourgeoisie ou, beaucoup plus frontalement, d’une lutte socialiste. Geneviève Guilpain ne manque pas cependant de souligner les tensions internes au camp socialiste même tout au long du dix-neuvième siècle et fait l’exposé de la séduction exercée d’abord sur les consciences féministes par les utopies sociales et des déceptions qui la suivirent. Le siècle est donc celui où se précisent et se développent les théories, mais également celui où leur mise en pratique laisse à celles qui s’y risquent une certaine amertume.

4La troisième partie parcourt le vingtième siècle. On est surpris de ses manques. Si la Troisième République est traitée avec intérêt, le reste du siècle est pratiquement absorbé par la double hagiographie de Simone Weil et Simone de Beauvoir, quand l’histoire du Mouvement de Libération des Femmes n’occupe guère que quelques pages. Difficile de percevoir la vivacité et la diversité des débats féministes de la seconde moitié du vingtième siècle dans un traitement aussi elliptique, alors même qu’on y attendrait l’exposé des théories féministes, lesbiennes et néo-marxistes qui nourrissent la réflexion à partir des années 1970.

5La quatrième et dernière partie, supposément consacrée au vingt-et-unième siècle, expose à une semblable insatisfaction, d’autant plus vive, à vrai dire, que s’y esquissent des pistes prometteuses et ambitieuses que l’on eût aimé voir développées avec force dès les premières pages de l’ouvrage. Si le premier chapitre en est composé de propos pour le moins généraux sur le célibat en ce début de millénaire, le second en effet indique ponctuellement une théorie du neutre, de la dé-sexualisation et de la recomposition des relations sociales sans aucun doute digne d’intérêt, mais que le lecteur en est réduit à deviner.

6À certains égards, l’ouvrage de Geneviève Guilpain laisse une impression quelque peu surannée d’un féminisme de la deuxième vague. Nombre des autrices évoquées par l’ouvrage composent la galerie d’une doxa féministe éminemment bourgeoise, blanche et hétérocentrée et cette étrange composition n’est jamais plus sensible que dans les pages consacrées à Simone de Beauvoir, où Geneviève Guilpain elle-même se débat avec une figure loin de jouir, dans le féminisme contemporain, du même prestige qui fut jadis le sien. Habitées par le rêve d’une neutralité hors des genres, contournant soigneusement les questions sexuelles, développant une rhétorique de l’oppression courageusement subie par les femmes et activement exercée par les hommes, les pages des Femmes singulières, qui frôlent le contresens conceptuel quand elles abordent à l’occasion les analyses beaucoup plus systémiques de Foucault ou de Butler, paraissent souvent émerger d’un autre temps.

7Et c’est précisément ce qui en ferait toute la valeur si cette position, qui pourrait être provocante de la meilleure des façons, était assumée et explorée dès l’introduction, plutôt que tardivement formulée en conclusion. Ce retour à des concepts et des propositions largement disqualifiés par le féminisme post-moderne de la troisième vague et la théorie queer aurait eu ainsi une force polémique indéniable. En l’espèce, il paraît surtout tenter de formuler le monde contemporain d’une manière inadéquate, en entretenant un flou un peu douteux, dans la quatrième partie, sur la définition adoptée du célibat - administrative ou usuelle. En évitant si souvent de trancher, de définir, de prendre position, Geneviève Guilpain offre un ouvrage hybride qui risque fort de ne satisfaire ni les historiens, qui regretteront l’absence de sources primaires et de recours sérieux à la littérature critique, ni les féministes, qui ne trouveront aucune analyse solide des problèmes contemporains, tels qu’ils se posent en effet en ce début de vingt-et-unième siècle.

8Mais ces défauts paraissent peut-être d’autant plus considérables que le livre est par ailleurs riche en promesses et, en effet, en réalisations. Si le projet de Geneviève Guilpain n’avait été que de présenter les pratiques célibataires de quelques femmes marquantes, il aurait été considérable déjà ; il est accompli. D’un abord aisé, l’ouvrage se présente de ce point de vue comme un exposé vulgarisateur de très bonne tenue et le style d’une clarté sans reproche assurera la bonne intelligence du propos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Geneviève Guilpain, Les Célibataires, des femmes singulières : le célibat féminin en France (XVIIe-XXIe siècles) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 mars 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/11048

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat à l’Université Grenoble Alpes (Litt&Arts), spécialiste de la littérature française de l’époque moderne et de l’audiovisuel contemporain

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page