Navigation – Plan du site

Alain Girard, Le Choix du conjoint. Une enquête psycho-sociologique en France

Mélanie Agron
Le Choix du conjoint
Alain Girard, Le Choix du conjoint. Une enquête psycho-sociologique en France, Armand Colin, coll. « Bibliothèque des classiques », 2012, 327 p., Présentation Wilfried Rault et Arnaud Régnier-Loilir, ISBN : 978-2-200-27832-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les couples dont l’un des conjoints, ou les deux, ont déjà été mariés ont été écartés de l’échanti (...)

1C’est à un voyage dans le temps que nous convie la réédition de ce grand classique de la sociologie. Originellement publié en 1964, l’ouvrage présente les résultats d’une enquête réalisée en 1959 par l’Institut national d’études démographiques (INED) auprès de 1646 couples constitués par des femmes de moins de 62 ans et des hommes de moins de 65 ans, tous deux célibataires au moment du mariage1. Ces couples, formés entre 1914 et 1959, avaient été choisis selon la méthode de l’échantillonnage proportionnel selon deux critères principaux : « l’un géographique (région et nombre d’habitants des localités), l’autre sociologique (catégorie socioprofessionelle du mari) ». Le questionnaire, administré par 164 enquêteurs dans 144 localités comportait trois parties : « les conjoints », « les circonstances du mariage » et « opinions et attitudes générales à l’égard du mariage ».

2La question que posait Alain Girard était la suivante : « qui épouse qui ? ». Après une introduction destinée à situer l’enquête dans le champ des études scientifiques sur le sujet, les résultats sont ensuite présentés en trois parties, les mêmes que celles du questionnaire, et suivis d’une « vue d’ensemble » et de 108 annexes composées presque exclusivement de tableaux.

3S’il ne fallait retenir qu’un seul concept de l’ouvrage, ce serait assurément celui d’homogamie, qu’il a contribué à populariser. L’homogamie, qui désigne le mariage des semblables, est d’abord géographique : au moment de l’enquête les futurs conjoints habitaient dans près de 6 cas sur 10 la même localité, et dans près de 9 cas sur 10 le même département ou la même région. L’enquête montre que, même dans le cas de migrations des campagnes vers les villes, les personnes d’une même région reconstituaient des groupes de sociabilité en rapport avec leur lieu d’origine.

  • 2  L’enquête dénombre 7 groupes : ouvriers agricoles, cultivateurs, ouvriers, artisans/commerçants, e (...)

4Cette homogamie géographique se doublait d’une homogamie sociale et culturelle : en 1959, dans 45% des cas les unions étaient contractées entre personnes dont les parents appartenaient au même groupe socioprofessionnel2, cette proportion montait à 69% des cas si l’on tenait compte des groupes socioprofessionnels les plus proches, les échanges étant les plus nombreux dans les classes moyennes : les commerçants, employés et cadres moyens.

5L’étude des circonstances de la rencontre et/ou du rapprochement entre futurs époux est éclairante : que ce soit au bal, par l’intermédiaire de relations familiales, amicales ou de voisinage, ce sont surtout des personnes de milieux sociaux similaires qui sont amenées à se rencontrer. Passer du célibat au mariage n’est pas chose aisée, nous dit Alain Girard, pour qui « la société semble avoir pris en ce domaine une double précaution. D’un côté pour régir les relations entre les hommes et les femmes, elle a placé des barrières de toutes sortes, morales, religieuses ou simplement sociales [...]. Mais elle y a si bien réussi, en quelque sorte, qu’il lui faut en même temps trouver les moyens de lever ces barrières, sous son contrôle. C’est à quoi tendent les groupements de toutes sortes, plus ou moins spontanés, dont une des fonctions est de rapprocher des personnes qui ont entre elles quelque chose de commun […] » (p. 239).

  • 3  Tous deux sont chercheurs à l’INED.

6Ainsi, comme le font remarquer à juste titre Wilfried Rault et Arnaud Régnier-Loilier3 qui signent l’avant-propos, Alain Girard s’inscrit dans la tradition de la sociologie durkheimienne. Le choix du conjoint, comme le suicide chez Durkheim, semble de prime abord découler de velléités individuelles, de l’intime. Pourtant, devant les régularités statistiques observées pour l’un et pour l’autre phénomène, il faut bien conclure que le choix du conjoint et le suicide sont aussi des faits sociaux. Qu’ils ne soient pas vécus comme tel par les principaux interessé-e-s ne change rien : la liberté de choisir, nous montre Girard, « s’exerce dans le cadre étroit de la stratification sociale » et les pressions extérieures peuvent fort bien rester inaperçues parce que passées dans la conscience collective. Il montre qu’il en est ainsi de l’âge au mariage ou du nombre d’enfants désirés : « tout se passe comme si à un moment donné, dans une culture donnée, chacun agissait en général pour se conformer à la norme sociale qu’il découvre autour de lui, et qui conditionne dans une certaine mesure ses décisions ». (p. 213)

  • 4  Voir les considérations sur les limites de l’enquête, p. 225.

7Pour autant, Alain Girard reconnait les limites de son étude et de sa discipline : le choix du conjoint, s’il est un « phénomène social » qui peut être étudié comme tel et sur lequel la sociologie a assurément quelque chose à dire, n’en est pas moins un sujet d’étude pour d’autres disciplines scientifiques. Il mentionne à titre d’exemple la biologie et la psychologie, et nous retrouvons dans l’ouvrage une invitation au développement de travaux sur le sujet et une invitation à l’interdisciplinarité4.

  • 5  Et non pas 60 ans comme mentionné dans l’avant-propos de Wilfried Rault et Arnaud Régnier-Loilier.

8Relire Le choix du Conjoint cinquante ans après5, permet de prendre conscience de l’évolution des méthodes d’enquête et d’analyse, comme le soulignent Wilfried Rault et Arnaud Régnier-Loilier : il n’existait à l’époque pas de redressement de l’échantillon, ni de possibilité de non-réponse aux questions, et un degré de modélisation faible, Girard s’appuyant pour ses analyses sur des tableaux à double entrée. La relecture permet également de prendre la mesure des bouleversements qui ont eu lieu au cours des dernières décennies : fin de l’exode rural, accès à la contraception, accès des femmes au travail, recul du nombre de mariages, banalisation du divorce, effritement des normes de virginité prénuptiales pour les femmes, essor du concubinage, du PACS, développement des unions entre personnes de même sexe, essor de l’usage d’Internet dans la formation des couples et recul de l’emprise religieuse sur la société française. Le chemin parcouru depuis semble vertigineux.

9Enfin, nous apprenons dans l’avant-propos que la réédition du Choix du conjoint précède de peu le lancement d’une nouvelle enquête sur la formation des couples prévue pour 2013 par l’INED, à laquelle prendront part Wilfried Rault et Arnaud Régnier-Loilier, connus le premier pour ses travaux sur le PACS et sur les espaces de rencontres amoureuses, le second pour ses travaux sur les relations amoureuses stables sans cohabitation et sur les évolutions du mariage.

  • 6  On peut consulter les principaux résultats de cette enquête dans Bozon Michel & Héran François, La (...)

10Mise en perspective avec le travail d’Alain Girard, mais également avec celui de Michel Bozon et François Héran sur la formation des couples de 19836, qui reprenait déjà la question « qui épouse qui ? » pour l’élargir aux couples cohabitants non mariés, l’enquête à venir devrait permettre de « dresser une “fresque” de cent ans de formation du couple en France ». Nous l’attendons avec impatience.

Haut de page

Notes

1  Les couples dont l’un des conjoints, ou les deux, ont déjà été mariés ont été écartés de l’échantillon parce qu’ils se « situent dans une perspective particulière et relèveraient d’une étude spécifique », p. 97.

2  L’enquête dénombre 7 groupes : ouvriers agricoles, cultivateurs, ouvriers, artisans/commerçants, employés, cadres moyens et cadre supérieur/professions libérales.

3  Tous deux sont chercheurs à l’INED.

4  Voir les considérations sur les limites de l’enquête, p. 225.

5  Et non pas 60 ans comme mentionné dans l’avant-propos de Wilfried Rault et Arnaud Régnier-Loilier.

6  On peut consulter les principaux résultats de cette enquête dans Bozon Michel & Héran François, La Formation du couple : textes essentiels pour la sociologie de la famille, Paris, la Découverte, coll. « Grands Repères », 2006. Pour un compte-rendu ce cet ouvrage voir http://lectures.revues.org/322.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Agron, « Alain Girard, Le Choix du conjoint. Une enquête psycho-sociologique en France  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 26 mars 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/11057

Haut de page

Rédacteur

Mélanie Agron

Étudiante en sociologie, Master 2 Recherche Mutations des sociétés contemporaines, Paris Ouest-Nanterre-la Défense

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page