Navigation – Plan du site

Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La ville au risque du ghetto

Pierre Gilbert
La ville au risque du ghetto
Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La ville au risque du ghetto, Éditions Tec & Doc, 2010, 136 p..
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Sylvie Tissot : L'Etat et les quartiers. Genèse d'une catégorie de l'action publiq (...)

1Après avoir connu un succès grandissant dans les discours médiatiques et politiques sur les quartiers populaires, l'image du ghetto semble depuis quelques années gagner les sciences sociales françaises. À la différence des approches qui s'interrogent sur les processus sociohistoriques de construction des représentations sur les quartiers 1, Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé se proposent, dans La ville au risque du ghetto, de reprendre cette notion du sens commun pour la « retravailler sociologiquement ». Leur démarche s'appuie sur la synthèse de travaux (essentiellement français et américains) sur les formes les plus marquées de la ségrégation et se présente sous la forme d'un manuel organisé en quatre chapitres : les trois premiers portent sur les différentes formes prises par le « ghetto », le dernier sur la question de la mixité sociale.

2Les trois premiers chapitres décrivent les formes les plus exacerbées de la ségrégation dans différents contextes historiques et sociaux, constituant une synthèse utile pour les novices dans ce champ de la sociologie. Le premier chapitre décrit les deux formes idéal-typiques du ghetto mises à jour par les sociologues : le ghetto juif (qui s'est développé en Europe à partir du XVIe siècle) et le ghetto noir américain. Il rappelle ainsi l'ambivalence propre au ghetto : si ce regroupement résulte d'une contrainte extérieure et d'une stigmatisation de ses occupants, il est aussi le support d'une microsociété organisée, avec des institutions, une culture, des formes de solidarités et de mobilité sociale spécifiques. Les deux chapitres suivants portent sur des formes plus contemporaines de ségrégation aux deux extrémités du corps social : dans les quartiers paupérisés, d'abord, avec la croissance des bidonvilles dans les grandes métropoles mondiales et la situation des banlieues françaises ; dans les « formes élitaires du ghetto », ensuite, avec le développement des différents types de gated communities, puis le rôle plus traditionnel des « beaux quartiers » dans la reproduction sociale de la grande bourgeoisie française.

  • 2 Controverse opposant notamment Loïc Wacquant (Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, La Découvert (...)
  • 3 Démarche heuristique qui est celle entreprise par Loïc Wacquant ou Dider Lapeyronnie, dont les trav (...)
  • 4 Comme le suggèrent Jean-Claude Passeron (Le raisonnement sociologique. L'espace non-poppérien du ra (...)
  • 5 Les auteurs confessent eux-mêmes ce flottement : alors qu'ils consacrent entièrement le chapitre 3 (...)

3Dans cette partie de l'ouvrage, l'attention est surtout focalisée sur les « zones urbaines sensibles » françaises, qui sont comparées aux formes idéal-typiques du ghetto décrites dans le premier chapitre. Prenant position dans la controverse sur l'usage du terme ghetto 2, les auteurs soutiennent la thèse d'un processus de « ghettoïsation » qui rapprocherait progressivement les quartiers français de la situation américaine. Si le format de l'ouvrage ne laisse pas la place à une démonstration détaillée, la démarche comparative dans laquelle il s'inscrit possède néanmoins une vertu heuristique : à travers le jeu des analogies et des différences, la comparaison avec le ghetto noir américain (homogénéité sociale, institutions autonomes, criminalité, regroupement contraint sur un territoire, stigmatisation, etc.) permet de décrire empiriquement la situation des banlieues françaises 3. On pourra cependant regretter que les auteurs ne poussent pas jusqu'au bout la comparaison afin de saisir les limites de la métaphore du ghetto 4. Ainsi, alors que les ghettos juifs ou noirs américains résultent de choix politiques imposés aux habitants, on pourrait souligner le caractère relatif de la contrainte résidentielle dans les quartiers populaires français. La métaphore du ghetto présente en ce sens un écueil misérabiliste : en soulignant le caractère subi du regroupement territorial dans les banlieues, elle laisse dans l'ombre les multiples formes d'attachement à l'espace local pourtant très prégnantes dans les milieux populaires. Il est dommage, enfin, que cette démarche comparative rigoureuse ne soit pas appliquée aux autres types d'espace abordés dans l'ouvrage : pour décrire les bidonvilles, les gated communities et les « beaux quartiers », le terme ghetto n'est plus utilisé comme un concept (clairement défini), mais davantage comme une image évocatrice dont la signification est relativement flottante, si bien qu'on peut s'interroger sur la pertinence heuristique de la métaphore 5.

4Le quatrième chapitre, contrepoint des précédents, traite de la mixité sociale, figure opposée à celle du ghetto. Après une présentation pédagogique des divers mécanismes sociologiques de la ségrégation, les auteurs cherchent à évaluer les « écueils et vertus de la mixité ». Les effets sociaux de la mixité sont d'abord discutés à partir d'une synthèse de travaux classiques ayant souligné « les aspects négatifs » de la mixité - la proximité spatiale pouvant susciter des conflits et l'absence de mixité être source de solidarités, structurer la vie sociale et offrir des opportunités de mobilité sociale. La fin du chapitre sur les « aspects positifs » de la mixité est plus déroutante, la discussion jusque-là étayée par des résultats de recherches laissant la place à une approche strictement normative faisant la promotion de la mixité sociale.

5Au final, malgré l'aspect normatif de la fin de l'ouvrage, l'usage parfois flottant du terme ghetto et son coût prohibitif (49 euros pour 136 pages), La ville au risque du ghetto offre une bonne introduction au concept de ghetto et une synthèse nourrie de nombreux travaux sur les formes les plus marquées de la ségrégation et sur la mixité sociale.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Sylvie Tissot : L'Etat et les quartiers. Genèse d'une catégorie de l'action publique, Seuil, Liber, Paris, 2007, 300 p.

2 Controverse opposant notamment Loïc Wacquant (Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, La Découverte, Paris, 2006, 336 p.) et Didier Lapeyronnie (Ghetto urbain, Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd'hui, Robert Laffont, Paris, 2008, 624 p.)

3 Démarche heuristique qui est celle entreprise par Loïc Wacquant ou Dider Lapeyronnie, dont les travaux sont résumés dans le livre

4 Comme le suggèrent Jean-Claude Passeron (Le raisonnement sociologique. L'espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991, 666 p.) ou Bernard Lahire (L'esprit sociologique, La Découverte, Paris, 2005, 434 p.)

5 Les auteurs confessent eux-mêmes ce flottement : alors qu'ils consacrent entièrement le chapitre 3 à la « forme élitaire du ghetto », ils écrivent plus loin que le terme ghetto est inapproprié pour les catégories supérieures parce qu'elles peuvent choisir leur lieu de résidence, « les termes « ghettos », « apartheid » et « relégation » ne peuvent pas s'appliquer au regroupement des catégories les plus aisées » (p. 99).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gilbert, « Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La ville au risque du ghetto », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 23 août 2010, consulté le 23 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/1109

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page