Navigation – Plan du site

Les célibataires, des femmes singulières : une réponse de François-Ronan Dubois à Geneviève Guilpain

François-Ronan Dubois
Les célibataires, des femmes singulières
Geneviève Guilpain, Les célibataires, des femmes singulières. Le célibat féminin en France (XVIIe-XXIe siècle), Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2012, 246 p., ISBN : 978-2-336-00039-8.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Madame,

2Je vous remercie d’avoir pris la peine de lire la recension, hélas trop brève, qu’il m’a été donné de faire de votre ouvrage et je vous remercie plus encore d’avoir pris le temps d’y répondre ; j’espérais à demi cette réponse, car il me semble en effet que votre ouvrage est de nature à susciter le débat et que ce débat est très souhaitable.

3Je regrette cependant, croyez-le bien, que mes critiques, dont j’eusse voulu que vous ne les trouviez que périphériques, aient surtout retenu votre attention. L’effet, je n’en doute pas, vient moins de votre lecture que de la sécheresse avec laquelle j’en use et je crains en vérité qu’une certaine brusquerie ait ôté à mes éloges ce qu’ils auraient pu vous avoir d’agréable.

4Vous avez raison de souligner l’adisciplinarité, ou l’interdisciplinarité, ou la multidisciplinarité de votre ouvrage. Malgré cette volonté sensible de sortir des cadres académiques, il m’a semblé cependant que le propos en prenait souvent l’habit de l’historiographie et que cet habit lui convient mal. D’un côté, il frustre les attentes des lecteurs qui s’y fieraient et de l’autre, il me paraît ôter quelque chose à l’ampleur des développements proprement philosophiques.

5Ainsi la parenthèse du titre et l’organisation strictement chronologique du développement suggèrent-elles que l’ouvrage a quelque chose à dire de l’histoire du célibat féminin, dans une perspective qui relève soit effectivement de l’historiographie, soit d’une généalogie post-nietzschéenne à la manière de Foucault. Dans un cas comme dans l’autre, la sélection subjective des sources primaires est inconciliable avec la méthode et s’agissant de l’archéologie critique, plus proprement philosophique, la possibilité suggérée d’une activité contre-épistémique, qui échappe au pouvoir, impliquerait un remaniement assez profond du cadre conceptuel foucaldien et il faudrait alors l’expliciter.

6Or, il me paraît difficile d’entrer dans votre ouvrage, passé l’introduction, sans souscrire à l’un ou l’autre de ces deux pactes de lecture dont vous venez pourtant de montrer l’inadéquation. Sans doute est-ce là moins votre fait que celui 1) d’un paysage académique et éditorial qui fait la part belle aux analyses en apparence historiques sans laisser toujours le choix aux auteurs de présenter les choses avec la liberté qu’ils souhaiteraient et 2) de la prégnance de ces deux grilles d’analyse dans le débat (si l’on peut dire) contemporain.

7Malgré qu’on en ait, tel est le climat actuel, de sorte que j’avais l’impression de servir plutôt que de condamner votre étude en invitant le lecteur à ne pas s’en saisir en historien. De même dans ma suggestion que l’ouvrage avait quelque chose de suranné tenait bien plutôt de l’enthousiasme que du mépris et si je ne croyais pas que la dernière mode ne soit pas toujours la source unique de notre réflexion, vous devinez que je ne me serais pas attaché particulièrement, comme vous le savez, à l’étude du dix-septième siècle.

  • 1  Williams Linda (dir.), Porn Studies, Durham, Duke University Press, 2004.
  • 2  Attwood Feona, « The Paradigm Shift : Pornography Research, Sexualization and Extreme Images », So (...)

8Vous ne m’ôterez pas de l’idée que vos propositions et même votre style ont les traits d’un féminisme qui ne se voit plus guère depuis les années 1990. Cette singularité remarquable m’avait d’autant plus frappé que je lisais votre livre après avoir été plongé, pendant quelques jours, dans les documents de la querelle intra-féministe sur la question pornographique, à partir des projets de lois de Catherine MacKinnon jusqu’aux Porn Studies de Linda Williams1, documents où se lit avec une netteté particulière cette grande rupture conceptuelle de la fin du siècle précédent, que dans ce champ précis Feona Attwood est allée jusqu’à appeler récemment un « changement de paradigme »2.

9Or, ce changement de paradigme, que d’aucuns ont pu appeler la troisième vague du féminisme, a conduit à la disparition d’un certain nombre de notions, de concepts et de problèmes. La question du célibat et le concept du neutre sont, je crois, de ce nombre. De ce point de vue, je suis entièrement d’accord avec vous quant au « caractère polémique et intempestif de [votre] position » (p. 7) et ce que je regrette, c’est précisément que ce caractère n’en soit pas rendu plus sensible par un exposé, ou virulent, ou simplement indicatif, de sa marginalité à l’intérieur même du féminisme post-moderne.

10Pour être tout à fait honnête, je crains que sur le fond nous ne soyons pas d’accord, mais je crois aussi que nous nous accordons sur la nécessité d’un débat. Vous avez peut-être l’espoir que ce débat puisse naître d’un « travail de clarification » (p. 8) ; pour ma part, il me semble qu’il exige une certaine vis polemica. En cela, je suis heureux de vous voir, dans votre réponse, défendre avec force et enthousiasme, avec cette virulence même que j’évoquais, et votre méthode, et votre lexique, et vos conclusions.

11Loin de moi l’idée, donc, d’exiger de votre livre qu’il satisfasse aux exigences d’exhaustivité d’un savoir bien discipliné ; tout au contraire, j’aimerais qu’il se dépouille des dernières traces de ces rituels académiques pour pouvoir exprimer pleinement ce que je trouve être sa plus grande force : son potentiel polémique. Bousculer la chronologie, sacrifier Simone de Beauvoir, présenter plus longuement encore ces figures vraiment méconnues dont vous faites bien voir l’intérêt, pousser leurs textes jusqu’à l’anachronisme, parler en philosophe enfin : tout cela, je crois, ajouterait encore à l’indéniable richesse de votre ouvrage.

12Je l’ai dit et je le maintiens : votre ouvrage ne saurait satisfaire ni les féministes post-modernes ni les historiens. Il n’y a pas lieu de s’en défendre : nous ne devons jamais tant nous inquiéter que lorsque nous satisfaisons tout le monde.

13Grenoble, le 2 avril 2013

Haut de page

Notes

1  Williams Linda (dir.), Porn Studies, Durham, Duke University Press, 2004.

2  Attwood Feona, « The Paradigm Shift : Pornography Research, Sexualization and Extreme Images », Sociology Compass, 5.1, 2011, p. 13-22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Les célibataires, des femmes singulières : une réponse de François-Ronan Dubois à Geneviève Guilpain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/11146

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat à l’Université Grenoble Alpes (Litt&Arts), spécialiste de la littérature française de l’époque moderne et de l’audiovisuel contemporain

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page